[LECTURE] Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

 « Le socialisme en France (1898–1912) », troisième volume des œuvres complètes de Rosa Luxembourg propose de revenir en 40 articles sur l’attention que porte la militante internationaliste sur les évènements marquants de la vie politique en France : l’Affaire Dreyfus, la crise « ministérialiste » et la critique du syndicalisme révolutionnaire, ainsi que l’unité des socialistes. Recueillis par Daniel Guérin et Lucie Roignant, préfacé par Jean-Numa Ducange, ces articles illustrent une bataille politique où la militante se met au combat contre le tournant impulsé par Eduard Bernstein au sein de la social-démocratie allemande. L’exemple français lui fournit à juste titre des illustrations pratiques pour son combat politique au sein du SPD, faisant sienne la formule des marxistes : la lutte des classes est nationale dans sa forme et internationale dans son contenu. La révision de la méthode du marxisme par Bernstein et l’entrée de Millerand au gouvernement n’ont-elles pas porté indice d’une crise à venir au sein de l’Internationale ouvrière ? C’est avec lucidité que Rosa Luxemburg a senti se profiler la crise internationale du socialisme.

Pour défendre sa méthode, celle du marxisme, et souligner une unité de pensée résolument nourrie du feu révolutionnaire, Rosa Luxembourg, informe le lecteur allemand de l’actualité politique et sociale en France. Elle leur révèle la précarité des jeunes institutions républicaines de la IIIème République en proie aux attaques monarchistes et cléricales. En conséquence, c’est l’échec du parti radical qui est décrit en décortiquant à chaque fois tous les mécanismes à l’œuvre dans les situations les plus dangereuses pour la République. Pour elle, la bourgeoisie ne peut plus assurer la défense des acquis démocratiques, seul le mouvement ouvrier organisé avec son parti unique peut aller à la défense et à la conquête des libertés. Ainsi, la défense de la République et le combat anticlérical ne peuvent justifier d’alliances profondes avec les radicaux, ni avec les républicains de gauche. Dans un autre registre, elle critique les positions anarchistes sur la grève générale comme étant la face contraire de l’adaptation insidieuse des socialistes au parlementarisme « bourgeois ». Elle met donc en garde les socialistes sur l’adaptation aux positions radicales dont Jaurès constitue une incarnation à ces yeux. Elle qui pourtant a encensé sa position dreyfusarde devant le silence de Guesde dont elle se sent le plus proche politiquement. Ainsi, l’unification des socialistes ne peut se faire à n’importe quel prix. La nécessité d’une clarification des buts et des méthodes a certainement montré un degré de confusion théorique révélant davantage l’éclectisme et la jeunesse des organisations socialistes en France. C’est pourquoi il est recommandé de lire avec attention un article, le plus important en taille comme en contenu « La crise socialiste en France » qui recentre toute son attention sur la défense des principes socialistes et de l’indépendance du mouvement socialiste, en somme, la pierre angulaire de cette anthologie.

La compilation présente chronologiquement des articles rédigés à chaud sur les suites de l’Affaire Dreyfus, les grèves des fonctionnaires et le 1er mai. Mais aussi des indications sur la progression électorale des socialistes et des débats préfigurant l’unité socialiste.  Cette présentation chronologique, permet de saisir toute la subtilité d’une pensée militante et de renseigner davantage sur l’évolution des débats qui ont eu lieu au sein de l’Internationale ouvrière. Aussi, elle permet d’entrevoir des pistes nouvelles quant à l’évolution du paysage politique européen. La mise en abîme de la crise internationale du socialisme par la situation française est une des préfigurations de la « crise » mondiale du 4 aout 1914.

 

Ryad Bendif


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.