[AGENDA] Appel à communications : Traduire la politique en Europe au XIXe siècle

Traduire la politique en Europe au XIXe siècle

 

Journée d’étude dans le cadre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, septembre 2018 (en partenariat avec le projet EUROSOC Normandie)

Organisateurs : Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie, GRHIS-Rouen ; Institut d’histoire moderne et contemporaine) ; Blaise Wilfert-Portal (Ecole normale supérieure-PSL, Institut d’histoire moderne et contemporaine).

Les propositions de communications (une demi-page et CV) sont à envoyer à jean-numa.ducange@univ-rouen.fr et blaise.wilfert@ens.fr  avant le 14 juillet 2018

 

Cette journée d’étude vise à étudier l’un des outils majeurs des circulations politiques transnationales dans l’Europe du XIXe siècle, la traduction des textes politiques.

L’histoire politique, l’histoire intellectuelle et l’histoire des idées tiennent compte depuis bien longtemps des circulations, des mobilités et des mouvements politiques transnationaux lorsqu’il s’agit de raconter la politique européenne du XIXe siècle. Dans toute l’Europe, des débats, des affrontements, des appariements, des campagnes et des mises en récits politiques contribuent, autant que le système de relations entre les Etats ou l’intensification des circulations matérielles et immatérielles liées à l’invention de la société industrielle, à une société politique « européenne » vibrante, dont témoignent par exemple la connexion étroite des surgissements révolutionnaires et les ressemblances non négligeables entre les systèmes de partis à l’échelle du continent.

Même s’il reste bien sûr beaucoup à faire, les exils et les refuges, les internationales et leurs congrès, les circulations des concepts et des mots ont été étudiés sous de nombreuses formes. C’est d’ailleurs l’un des apports de l’histoire transnationale d’avoir rendu compte des circulations intenses qui animaient l’Europe politique du XIXe siècle. Au cœur de ces mouvements figure la question de la traduction : les transferts politiques impliquent en général de faire référence à des mots, à des concepts formulés dans d’autres langues, et le plus souvent aussi d’en proposer une traduction, ou un équivalent. Dans ce domaine, l’apport des transferts culturels, qui ont permis d’écarter la question de la « bonne » traduction pour se concentrer sur la description des resémantisations que la mobilisation des textes produit inévitablement, mais aussi celui des translation studies et leur insistance sur les dimensions politiques de toute traduction, ont été essentiels pour notre compréhension des conditions de la circulation des idées politiques.

Ils ont toutefois pu laisser de côté quelques aspects importants de la question, et notamment celui de la traduction comme modalité de publication. Le plus souvent, les contenus politiques ont été présentés et étudiés comme des idées politiques, ou comme des concepts politiques, dont il s’agissait de décrire les modalités de circulations en Europe. Pourtant, comme tout autre imprimé d’ailleurs, une traduction n’est pas réductible à un texte, ni à des énoncés : elle est aussi, toujours, un ensemble de feuillets, mis en forme dans un périodique, une feuille volante ou un volume ; elle relève à ce titre aussi d’une histoire matérielle, institutionnelle et économique qui reste elle largement méconnue.

L’histoire de la traduction politique comme histoire d’un certain type d’imprimé politique a jusqu’ici été très peu faite, et cette lacune n’est pas sans dommage. Ce qui disparaît, dans les analyses qui prennent une traduction politique pour objet, c’est la raison pour laquelle l’opération de transfert politique qu’elle autorise devait prendre la forme de la publication d’un livre. Pourquoi, alors que c’est coûteux et le plus souvent complexe, faire le choix de publier des traductions pour par exemple appuyer une campagne, alors qu’il aurait pu suffire, comme cela se fait le plus communément, dans des articles de presse, des discours ou des propos de société, de faire référence aux thèses de ceux que l’on veut mobiliser, de citer l’une ou l’autre de leurs phrases, de résumer d’un mot leurs perspectives, et de profiter ainsi d’une forme de monopole symbolique lié à l’étrangeté linguistique de la référence citée. La publication d’une traduction est une entreprise en soi, qui engage aussi le système éditorial de son temps, et constitue donc une opération politique spécifique, dont il faut pouvoir aussi rendre compte.

L’objet de cette journée d’études, qui s’inscrit dans le cadre d’un projet pluriannuel sur la traduction et la politique en Europe, qui aura d’autres volets, concerne donc spécifiquement la traduction politique comme publication, qu’elle se fasse sous la forme de la monographie, de la série de volumes dans le cadre d’ambitieuses œuvres complètes ou de la publication sérielle dans les journaux. Quelle place la traduction tint-elle dans l’imprimé politique, au XIXe siècle ? Quel type de transnationalité de la vie politique européenne permet-elle de suivre, de décrire, et que nous offre-t-elle de comprendre à nouveaux frais, dans les grands récits politiques et intellectuels les plus courants ?

Est politique, dans notre perspective, une traduction mise en œuvre par un appareil militant participant au champ politique de son temps, qu’il soit formel (un parti, un journal, une maison d’édition militante …) ou informel (un groupe d’acteurs politiques, un traducteur déclarant publier pour participer au débat public du moment…) . Il s’agit donc aussi, inévitablement, d’une définition contextuelle : la traduction n’est pas politique parce que l’œuvre traduite le serait par essence, mais parce que l’enjeu de sa traduction s’inscrit dans une campagne qui vise, d’une manière ou d’une autre, à peser sur les débats qui traversent, à un moment donné et dans un lieu donné, le champ politique.

 

Date : 28 septembre 2018.

Lieu : École Normale Supérieure, Paris (Salle de séminaire de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.