[COMPTE-RENDU] BAUER Otto, Die Nationalitätenfrage und die Sozialdemokratie, Wien, Wien Verlag, 1907

Edition française : Bauer O., La question des nationalités, Paris, Editions Syllepse, 2017

 

Initialement pensé comme une brochure explicative à la demande de son mentor, Karl Renner, censée compléter et approfondir la question nationale développée dans l’ouvrage Staat und Nation (1899), La Question Nationale et la Social-Démocratie se révèle comme le plus puissant et le plus abouti ouvrage de réflexion du courant dit « austromarxiste ». Dépassant de loin toutes les attentes et les espérances de ses commanditaires, sa parution et sa réception permettent à son auteur de se hisser parmi les grands théoriciens de la social-démocratie européenne.

En partant d’une approche globale clairement ancrée dans le matérialisme historique de Karl Marx, Otto Bauer s’attacha, de manière rigoureuse, à définir les concepts historiques de nation, d’État et d’État multinational. En effet, à de multiples reprises, en cette période de la fin du XIXe-début XXe, la question nationale ou le moyen de faire coexister différents peuples, différentes nations au sein d’un Etat multinational (en l’occurrence la Cisleithanie), prend un tournant dramatique en raison de la montée des courants nationalistes encouragée notamment par les rivalités croissantes entre Tchèques et Allemands d’Autriche. Une montée des nationalismes qui n’épargne pas la social-démocratie et pousse donc certains de ses responsables à s’emparer de ce sujet afin de tenter d’y apporter des réponses novatrices.

L’objectif affiché de cet ouvrage est donc double. D’une part une motivation théorique et doctrinale, celle de compléter l’œuvre de Karl Marx et Friedrich Engels en menant une analyse « marxiste » du principe des nationalités là où Marx s’est limité à développer une conception matérialiste de l’histoire autour « des luttes politiques et sociales ainsi que des mutations dans l’ordre juridique et étatique en rapport avec le développement économique ». D’autre part à apporter des réponses politiques aux tensions nationales à l’œuvre dans l’Empire en cherchant justement à dépolitiser ces questions. C’est la fameuse théorie de l’autonomie nationale, que Bauer développe dans la quatrième partie de son ouvrage, en s’appuyant très clairement sur les travaux de Karl Renner, construite autour du principe de nationalité. Il s’agirait de laisser le choix au citoyen de décider à quelle nationalité il s’identifie, lequel serait inscrit sur un territoire national correspondant, et ainsi donc intégré à une corporation de droit public dont la mission serait de pourvoir aux besoins dits culturels de la nation (éducation, culture, aide juridique…). Les nations les plus faibles ne seraient alors plus sous la domination juridique et politique des plus puissantes, la lutte se déplaçant sur le champ culturel.

Les suites, nous les connaissons : l’Empire ne sut se réformer de l’intérieur, les tensions continuèrent de s’exacerber, et la Première Guerre mondiale en sonna le glas. Cependant, un échec n’est pas synonyme de défaite ou d’oubli. La redécouverte, et la réintroduction des théories austromarxistes dans le milieu universitaire français sous l’impulsion d’Yvon Bourdet dans les années 1970, la traduction de cet ouvrage phare, après maintes péripéties, enrichie d’une introduction de Claudie Weill, ainsi que de la préface à la seconde édition (1924) et des remarques parues dans Die Neue Zeit, montrent la place stratégique qu’occupe à nouveau le champ des théories des socialistes allemands d’Autriche dans l’histoire des mouvements ouvriers européens, ainsi que la pertinence contemporaine de ces écrits dans un contexte européen tenant la comparaison avec l’Autriche-Hongrie d’avant 1914 : de l’utilité de ces réflexions pour nous aider à analyser ces nationalismes, et faire office de source d’inspiration afin d’en puiser idées et concepts permettant d’apporter des réponses politiques, peut-être pas toutes novatrices, mais d’une certaine manière révolutionnaire.

 

Voir la fiche de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Alexandre Riou
Historien


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *