Pierre Renaudel, socialiste normand (2/2)

Vous pouvez retrouver la première partie ici.

 

Plusieurs autres documents évoquent la préparation de ces élections, avec l’organisation de la campagne électorale : ces éléments sont connus grâce aux procès verbaux des réunions de la « concentration socialiste ». Des « souscriptions » dont chaque groupe doit s’acquitter et « des soirées et causeries familiales » sont envisagées pour permettre de financer la campagne[1]. Cette organisation matérielle de la campagne électorale est assurée par une commission électorale dirigée par Renaudel dès le 22 janvier[2]. Par ailleurs, la décision de présenter une liste socialiste semble motivée par le contexte social dans le département avec les conflits menés dans l’industrie textile : « nos candidats sont des syndiqués connus comme militants du socialisme ou de l’action syndicale, c’est à dire qu’ils représentent l’élément du travail dans sa plus haute expression[3] ».

La venue de Jean Jaurès à Rouen le samedi 2 juillet 1904[4] pour une conférence sur la Séparation des Eglises et de l’Etat est un moment important de la vie militante des socialistes de Seine-Inférieure. Pierre Renaudel préside la conférence en tant que délégué à la rédaction du Peuple. Organisée conjointement par L’Humanité, Le Peuple de Rouen et le Groupe socialiste rouennais, cette conférence[5] rassemble près de 2600 citoyens parmi lesquels figurent de nombreux délégués des différentes organisations ouvrières (coopératives et syndicats) et des conseillers municipaux socialistes de la région. Dans un contexte où la collaboration entre radicaux et socialistes fonctionne au niveau parlementaire avec la Délégation des gauches, le dialogue semble rompu à Rouen. En effet, l’absence des « notabilités radicales » est soulignée dans le compte-rendu de la conférence. Jaurès essaie d’expliquer cette situation en évoquant la situation locale où les radicaux sont considérés comme « mous et hésitants » et semblent avoir peur de la pénétration des idées socialistes qui peuvent « effrayer les masses ». Après la conférence, Pierre Renaudel invite tous les socialistes présents à adhérer au Groupe socialiste rouennais afin de « mener les luttes communes », « verser sa cotisation pour permettre l’organisation d’une propagande, impossible sans argent » et « s’unir avec ceux qui peuvent comme lui faire une action énergique ». Ce souci de l’unité des différentes organisations socialistes et ouvrières est partagé conjointement par Pierre Renaudel et Jean Jaurès. D’ailleurs, le compte-rendu de la conférence fait davantage place aux positions des deux militants sur ce sujet plus qu’aux paroles de Jaurès sur la Séparation. Un autre thème est abordé par Pierre Renaudel lors de cette conférence : le soutien aux ouvriers en grève. Le lendemain dans l’Humanité, on lit que « Renaudel a appelé l’attention des travailleurs présents sur la grève des ouvriers menuisiers. Il a fait appel à l’esprit de solidarité et d’organisation. Une quête pour les grévistes a produit 184 francs. »[6] 

Pierre Renaudel est par ailleurs un organisateur de la propagande socialiste en Seine-Inférieure. Cette dimension s’observe manifestement avec la présence de nombreux manuscrits d’articles du journal Le Peuple de Rouen au sein du premier dossier. Les socialistes cherchent avant tout à répandre leurs idées chez les ouvriers. Malgré des possibilités financières limitées, ils cherchent à mettre en œuvre plusieurs moyens de propagande comme les conférences, les fêtes et les concerts, les coopératives de consommation. La presse se développe avec l’existence de deux journaux hebdomadaires : Le Progrès fondé au Havre par Hanriot en 1894 et qui parait sans interruption jusqu’en 1914, et Le Peuple, crée par Raoul Fauconnet et Ernest Lepez en 1901, qui paraît jusqu’au 14 août 1904 surtout dans la région rouennaise. De nombreux militants collaborent à sa rédaction dont Emile Buré[7] qui est chargé de rédiger la « chronique parlementaire » de chaque numéro[8]. Cette chronique est un moyen d’informer les socialistes et les ouvriers de Seine-Inférieure des débats à la Chambre des députés : le rachat des chemins de fer, « l’affaire Delsor », la limitation des heures de travail, les bureaux de placement, la politique anticléricale, l’enseignement congréganiste sont constitutifs de la diversité de thèmes abordés dans le journal socialiste et ouvrier rouennais.

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie
Collaborateur du projet EuroSoc


[1] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0002.pdf

[2] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0002.pdf

[3] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0005.pdf

[4] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0014.pdf

[5] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0011.pdf

[6] L’Humanité, n°77, 3 juillet 1904.

[7] Emile Buré (1876-1952) est un militant socialiste et journaliste qui a collaboré au Mouvement socialiste dirigé par Hubert Lagardelle et à La Vie Socialiste dirigée par Francis de Pressensé, dont Pierre Renaudel est alors secrétaire de la rédaction de novembre 1904 à août 1905.

[8] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0017.pdf

    Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0018.pdf

    Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0019.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.