Élément bibliographique (2/2)

Nous vous proposons ici des travaux soutenus ou en cours.

Emanuele Carvalheira de Maupeou, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire, Thèse de doctorat sous la direction de Richard MARIN, Université Toulouse Jean Jaurès, 2015.

 

Pour ce qui est de son parcours en France, Vauthier a connu un itinéraire révélateur d’une certaine sensibilité française, autant comme ingénieur et membre de l’élite technique du pays, que comme fouriériste et quarante-huitard. En tant que grand défenseur du développement technique, son activité d’ingénieur semble comporter une vision libérale du monde et de l’industrie. Puis, politiquement, c’est après 1848 que son radicalisme républicain s’affiche clairement dans l’opposition au gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte et où sa trajectoire est bien représentative d’une certaine culture politique française quarante-huitarde et bourgeoise. Au moins jusqu’à sa sortie de prison, Vauthier était au cœur de l’opposition républicaine et, restant parmi les principaux prisonniers politiques français, il a entretenu des rapports étroits avec des personnalités de la gauche de diverses sensibilités politiques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs de la prison. Puis, à partir de la Commune et pendant la Troisième République, dans une période où la nouvelle génération républicaine avait pris le devant de la scène, son parcours, représentatif du sort des « vieilles barbes », échappe, en même temps, aux étiquettes politiques utilisées pour la période.

En effet, à force d’être exemplaire dans différents domaines, son itinéraire a fini par avoir une certaine originalité, de sorte que les étiquettes le plus souvent utilisées pour le situer politiquement et professionnellement, ne tiennent pas toujours compte de la complexité de son cheminement. En effet, son positionnement politique et sa carrière d’ingénieur oscillent entre deux sensibilités distinctes. Non seulement sa carrière hybride le fait balancer entre le monde des ingénieurs d’État et celui des ingénieurs civils, mais, par ailleurs, son réformisme social n’est pas toujours facile à classer parmi les différentes sensibilités de la gauche française de l’époque. Fouriériste, en même temps proche des dirigeants et critique envers certaines directives de l’École sociétaire, Vauthier a un engagement parfois discret, parfois enthousiaste. De même, bourgeois et soucieux de son enrichissement personnel, il était aussi très préoccupé par la question ouvrière, même s’il n’a jamais été révolutionnaire. Pendant la Commune, il ne peut être classé ni comme Versaillais, ni comme Communard, mais plutôt parmi ceux qui, tout en défendant une certaine autonomie de Paris, ont, jusqu’à la fin, tenté la médiation pour éviter la guerre civile. Enfin, sous la Troisième République, il n’a jamais été simple de le classer chez les Radicaux ou les Opportunistes. Marqué par le fouriérisme pendant toute sa vie, Vauthier avait, d’une part, certains positionnements qui pourraient être considérés comme très radicaux et progressistes. C’est le cas, par exemple, de sa position sur le droit des femmes, la laïcité, le droit au travail et la question de l’association des travailleurs. Cependant, l’ingénieur n’a jamais été un révolutionnaire, mais plutôt un légaliste, un réformateur social, largement préoccupé par les questions techniques. Ainsi, d’autre part, il était aussi très modéré sur certains sujets et reconnaissait les progrès de la Troisième République, tout en restant très critique envers ceux qui choisissaient la voie de la révolution.

Face à ce parcours si riche, et partagé entre le Brésil et la France, nous nous sommes également intéressées à la manière dont la mémoire de Vauthier a évolué dans les deux pays concernés. En France, après son décès, l’invisibilité du personnage s’est rapidement installée, et ce jusqu’à aujourd’hui. Si le fait de ne pas être un personnage de premier plan chez les quarante-huitards est un aspect à prendre en compte, la mauvaise réputation de la Révolution de 1848 joue également un rôle important dans l’invisibilité des hommes de sa génération. Même la grande visibilité de Vauthier au Pernambouc à partir des années 1940 n’a pas éveillé l’intérêt des chercheurs français pour le personnage.

En réalité, au Brésil, la mémoire de Vauthier s’est construite après la découverte de son journal intime tenu au Pernambouc et de la publication du livre de Gilberto Freyre sur son parcours à Recife. Ainsi, tout au long du XXe siècle, l’image du Français comme bienfaiteur de la ville a souvent été réactualisée et, tout en restant associée au grand sociologue, elle s’est étendue au-delà des milieux universitaires. Il existe en effet, aujourd’hui encore, une véritable instrumentalisation de l’image de Vauthier au Pernambouc. Ici aussi, c’est un bilan mitigé qui ressort. D’une part, peut-elle être considérée comme une sorte de « mémoire obligée » définie par Paul Ricœur dans le sens d’un « devoir de mémoire » d’une région souvent négligée au niveau national. En ce sens, la notion de dette et de nécessité de reconnaissance de ses valeurs et de son histoire dans l’ensemble du pays apparait comme légitime. D’autre part, en tant que mémoire d’élite, les usages de personnages comme Vauthier servent à légitimer le pouvoir des traditionnelles élites du Nordeste.

Enfin, l’idée principale qui ressort de cette thèse est que Vauthier est un personnage de l’entre-deux, difficile à classer. Et ces « entre-deux » sont nombreux. Entre-deux pays d’abord, mais il est aussi de l’entre-deux par sa carrière d’ingénieur, par son positionnent politique, par les modalités de son engagement fouriériste et même par la façon dont sa mémoire s’est construite. Enfin, Vauthier est aussi un homme de l’entre-deux par les résultats de son action, qui se prêtent à des interprétations du progrès et de la justice sociale qui s’inscrivent tant dans un courant libéral, un discours messianique et impérialiste à la française, que dans une pensée socialiste et humaniste.

 

Emanuele Carvalheira de Maupeou
Maître de conférences
Université de Rouen-Normandie

 


Doctorat en histoire – Université Toulouse Jean-Jaurès

Titre de la thèse : « Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire. »

Date de soutenance : le 11 septembre 2015

Directeur de thèse : Richard MARIN, Professeur d’histoire, Université Toulouse Jean Jaurès

Membres du jury :

Christine Rufino DABAT, Professeur d’histoire, Université Fédérale du Pernambouc (UFPE), Brésil (rapporteur)

Socorro FERRAZ, Professeur d’histoire, Université Fédérale du Pernambouc (UFPE)

Didier FOUCAULT, Professeur d’histoire, Université Toulouse Jean Jaurès

Laurent VIDAL, Professeur d’histoire, Université de La Rochelle (rapporteur)

Mention : Très Honorable avec Félicitations du Jury


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.