Élément bibliographique (1/2)

Nous vous proposons ici des travaux soutenus ou en cours.

Emanuele Carvalheira de Maupeou, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire, Thèse de doctorat sous la direction de Richard MARIN, Université Toulouse Jean Jaurès, 2015.

Résumé :

Cette thèse est une étude biographique de l’ingénieur français Louis-Léger Vauthier, de sa jeunesse à sa postériorité mémorielle. Cet ingénieur fouriériste a activement participé à la vie sociale et politique de son pays tout au long du XIXe siècle, mais est devenu célèbre par son passage, dans sa jeunesse, par le Pernambouc, dans le Nordeste du Brésil. En France, ce représentant de l’élite technique – polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées – a eu, parallèlement à sa carrière professionnelle, un engagement politique qui, à plusieurs reprises, a joué un rôle central dans ses choix et sa trajectoire de vie. Vauthier était un militant fouriériste actif et proche du noyau dirigeant de l’École sociétaire. Grâce à cet engagement politique, en 1849, il s’est fait élire représentant du peuple dans le département du Cher, mais, la même année, il a été condamné dans l’affaire du Conservatoire des Arts et Métiers, proscrit, et après plusieurs années de prison et d’exil, il a fini sa carrière politique comme conseiller municipal à Paris, sous la Troisième République.

Cependant, cette trajectoire n’a pas permis à Vauthier de sortir de l’anonymat dans son pays. C’est au Brésil, plus particulièrement à Recife, que Vauthier deviendra un personnage connu. Dans cette ville, où il a vécu à peine six ans, de 1840 et 1846, il avait été embauché pour diriger les travaux publics de la Province du Pernambouc. Il a été l’un des grands responsables des réformes de modernisation et d’urbanisation de la région, parmi lesquelles la construction du grand théâtre de la ville, qui lui a conféré une grande visibilité. Dans cette société rurale qui connaissait à ce moment-là un élan d’urbanisation, Vauthier a non seulement bâti des édifices, mais il a également introduit une rationalisation technique dans la manière de construire, il a participé à la vie sociale et politique des élites locales, a diffusé des idées fouriéristes parmi ses membres et s’est trouvé mêlé aux querelles du pouvoir local.

Explorer le parcours de Vauthier est donc apparu comme la possibilité d’explorer un vaste champ de recherche concernant tant l’histoire de la France que celle du Brésil, ou encore celui des échanges entre ces deux pays. À partir des deux entrées principales qui ressortent de sa trajectoire de vie, c’est-à-dire sa carrière d’ingénieur et sa trajectoire politique et intellectuelle, l’objectif proposé a été de placer cette étude dans le cadre de l’histoire sociale en considérant le personnage comme un révélateur, un cristallisateur de contradictions inhérentes aux sociétés étudiées. En mettant l’accent sur le réseau personnel de Vauthier, sur son rôle de passeur et sur sa postériorité mémorielle, la démarche a pris également en compte les contributions de l’histoire culturelle et des rapports entre histoire et mémoire.

Ce qui ressort de cette étude est que le bilan des actions de Vauthier est complexe et mitigé. Tout d’abord, en ce qui concerne le Brésil, il est indéniable qu’il a été le passeur d’une certaine rationalité technique et des idées socialistes au Pernambouc, et ce rôle de passeur est perceptible tant dans son activité d’ingénieur-en-chef que dans sa propagande fouriériste. Il agissait en accord avec ses convictions et cherchait à promouvoir le « progrès » de la société locale, un « progrès » basé sur la modernisation technique, la valorisation des travailleurs libres et la construction d’une classe moyenne solide. Toutefois, en voulant s’éloigner des secteurs les plus agraires et traditionnels de l’élite locale, Vauthier s’est rapproché des secteurs urbains, formés tant par des professeurs et des diplômés en droit que par des riches commerçants de Recife. Avec ces hommes, Vauthier s’est impliqué dans des projets de promotion de « l’esprit associatif », par le biais de la formation de compagnies d’investissements, et a trouvé des financements pour la majorité des projets pour lesquels il a travaillé au Brésil. D’une part, certaines des personnes touchées par son activité de propagande, ont fait partie, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, des secteurs les plus avancés de l’élite locale, qui défendaient des réformes ambitieuses pour le pays, en particulier au sujet de l’abolition de l’esclavage. D’autre part, les commerçants fortunés, financeurs des travaux publics du Pernambouc, étaient également trafiquants d’esclaves, dans une période où la traite atlantique était déjà interdite au Brésil. Il y a donc un lien clair entre le projet de modernisation promu par Vauthier et la traite négrière.

De même, l’action de Vauthier au Pernambouc cristallisait beaucoup des contradictions existantes dans les rapports établis entre la France et le Brésil. Il est indéniable que son action a été le fruit d’une vraie croyance dans un projet de réforme sociale. Toutefois, ceci n’a pas empêché qu’il devienne un instrument au service d’un projet des élites francophiles brésiliennes qui sélectionnaient et s’appropriaient de certaines idées françaises en fonction de leurs propres intérêts. En même temps, son comportement en dit long sur un certain discours messianique français, basé sur une volonté d’exporter son modèle culturel de par le monde. Ainsi, les activités de l’ingénieur au Brésil contiennent en même temps les idéaux de progrès social venant de l’Hexagone et une pensée impérialiste s’appuyant sur un certain libéralisme à la française.

 

Emanuele Carvalheira de Maupeou
Maître de conférences
Université de Rouen-Normandie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.