Numérisation des archives du BSI, le fonds George Haupt

Fin 2017, notre partenaire de la FMSH a mis en ligne près d’un millier de documents d’archives du Bureau Socialiste International (BSI), organe de la Deuxième Internationale. Cette numérisation a été rendue possible par le projet EuroSoc.
Vous pouvez retrouver à ce propos trois billets consacrés à cette opération de numérisation sur le carnet de notre partenaire :

Ces documents furent donnés à l’historien Georges Haupt par Camille Huysmans, secrétaire durant près de 17 ans de la Deuxième Internationale et permettent de rendre compte de la richesse des échanges entre les différents partis socialistes en Europe mais plus largement à l’échelle mondiale. Outre la possibilité de proposer une analyse croisée, ces documents permettent également d’en étudier le fonctionnement interne.  sur son évolution, son rôle, ses objectifs et moyens d’action. C’est également se rendre compte de son activité quotidienne, de son organisation tant en interne qu’à l’externe et des réactions face aux événements majeurs du début du XXe siècle. Participer à une telle entreprise de numérisation d’un acteur aussi central que le BSI, c’est pouvoir disposer de documents précieux pour l’analyse des mouvements socialistes. Plusieurs documents sont ainsi disponibles : correspondances entre les différentes personnalités et responsables des partis adhérents ou souhaitant le devenir, lettres circulaires pour la tenues des réunions, manifestations et transmission les décisions, minutes des congrès et des réunions, ainsi qu’un ensemble de documentations dont se servait Camille Huysmans afin de demeurer toujours au fait de l’évolution des partis socialistes. Les archives reçues par Haupt, attestent de la régularité et de la précision avec lesquelles Camille Huysmans classait chacun de ces documents. L’historien de la Deuxième Internationale a ainsi pu établir un tri au regard de ses axes de recherche et par ordre chronologique. Ainsi n’est-il pas rare de croiser dans les documents Huysmans ceux de l’historien. L’indexation fut au centre des interrogations -et des difficultés- des archivistes. Exemple est donné avec la multiplicité des noms des partis socialistes. Ainsi trouver une « forme normalisée de chaque (parti) socialiste d’Europe » fut dès lors un enjeu significatif. Pour ce faire, les archivistes ont su compter sur deux ouvrages centraux : l’index publié dans Haupt, George. La deuxième Internationale 1889-1914, Paris, La Haye, Éditions Mouton & Co, 1964, 394 p. ; ainsi qu’une seconde référence conseillée par des historiens lors d’une séance du séminaire d’EueroSoc : Lamb, Peter. Historical dictionary of socialism. Lanham : Rowman & Littlefield, 2016, 601 p. Landry Riche de rappeler, afin d’illustrer l’ampleur de la tâche que 83 noms d’organismes et 212 noms de personnes sont utilisés.

Les différents billets rédigés par Landry Riche permettent de revenir tant sur les difficultés associées à ces opérations de numérisation et d’archivage que sur l’utilisation de la plateforme Nabu sur laquelle sont déposées les différents documents que nous venons d’évoquer. Nous ne pouvons que vous en recommander une lecture attentive.

EuroSoc tient à remercier tout particulièrement Julien Pomart et Landry Riche des archives de la FMSH.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.