ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE

Autour de l’ouvrage de Marcel Body, Un ouvrier limousin au cœur de la révolution russe[1]. Compte-rendu

 

Pierre Hantz est titulaire d’un master en sciences historiques soutenu en juin 2017  sous la direction de Jean-Numa Ducange[2]. Il s’est notamment appuyé sur les riches archives judiciaires qui lui ont permis de venir contribuer et d’enrichir la littérature déjà existante.

 

Ce compte-rendu s’inscrit dans notre volonté de (re)présenter des ouvrages méconnus.

 

Dans cet ouvrage, presque autobiographique, Marcel Body nous livre un témoignage à la fois précieux et singulier dans lequel il décrit son expédition qui le mène au cœur de la révolution d’Octobre. Ouvrier typographe à Limoges, Body apprend le russe très tôt, afin de pouvoir lire son auteur favori en version originale, Tolstoï. Ses compétences linguistiques lui permettent, une fois sous les drapeaux, d’être envoyé comme instructeur à Moscou en 1917. Très vite, il prend position en faveur des ouvriers russes contre le gouvernement provisoire. En 1918, il déserte officiellement la mission française afin de s’opposer à l’intervention de la France contre les Bolcheviks. Avec Pierre Pascal, Jacques Sadoul et Robert Petit (trois autres militaires français) l’auteur adhère au Parti Communiste Français de Moscou avant d’en prendre la direction. Sa connaissance de la langue ainsi que son soutien à Lénine et au régime soviétique lui permettent d’évoluer au sein de ce dernier. C’est donc à partir de ce moment que Marcel Body prend part à de nombreuses missions pour le Parti : de Moscou à Odessa en passant par les steppes arides de Sibérie et par les champs fertiles d’Ukraine, l’auteur est aussi l’invité des congrès du PCUS et de la Troisième Internationale. Tout au long de son ouvrage, Marcel Body adopte néanmoins une vision critique à l’égard du régime soviétique et n’hésite pas à pointer du doigt la famine qui menace les prolétaires. En mars 1921, suite à l’affaire de Kronstadt, et après avoir été dénoncé comme un potentiel soutien des marins révoltés, l’ouvrier typographe est écarté des sphères dirigeantes et devient diplomate à Oslo. C’est dans la capitale norvégienne qu’il y rencontre la célèbre Alexandra Kollontaï avec laquelle il entretiendra une relation intellectuelle fusionnelle. La méfiance de Marcel Body à l’encontre du régime s’éveille à mesure que la guerre de clan s’affirme après la mort de Lénine. A cela s’ajoute ses suspicions vis à vis de la disparition d’une délégation française de la CGT. En effet, selon l’auteur, Zinoviev aurait fait assassiner une délégation française de la CGT sous prétexte qu’elle refusait de soutenir l’URSS lors d’un futur congrès de la Confédération. En 1925, Marcel Body est remercié pour son travail à Oslo. L’auteur est alors persuadé que le régime souhaite l’écarter d’Alexandra Kollontaï, les considérant comme trop proches. Refusant deux postes de diplomate en Asie, l’auteur en profite alors pour abandonner ses responsabilités en URSS et rentrer en France. Peu de temps après son retour à Limoges, Marcel Body démissionne du Parti Communiste afin de se concentrer exclusivement aux traductions des œuvres de Lénine. Cet ouvrage retrace donc les évolutions de la révolution d’Octobre vécue de l’intérieur. Marcel Body conte son épopée avec précision et détails. De la guerre civile aux guerres de succession, son livre déborde de références historiques et d’analyses personnelles, très utiles à la compréhension du début du régime soviétique.

Pierre Hantz


[1] BODY Marcel, Un ouvrier Limousin au coeur de la révolution russe, Clamecy, Spartacus, 2003.

[2] HANTZ Pierre, « Les mouvements ouvriers et socialistes à Limoges en 1848-1849 », mémoire de master recherche sous la direction de Jean-Numa Ducange, Rouen, Université de Rouen-Normandie, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *