Élément bibliographique

Jean-Marie CAHAGNE, Les socialistes en Seine-Inférieure de 1900 à 1914, mémoire de maitrise sous la direction de Jean Vidalenc et Marcel Boivin, Université de Rouen, 1975, 251 p.

 

Nous publions ici une présentation détaillée du mémoire de maitrise de Jean-Marie Cahagne, Les socialistes en Seine-Inférieure de 1900 à 1914, écrit sous la direction de Jean Vidalenc et avec les conseils de Marcel Boivin en 1975. Ce billet, rédigé par Florent Godguin, professeur d’histoire-géographie et collaborateur d’EUROSOC, rend compte du contenu des recherches de l’auteur puis donne à voir la bibliographie et les sources utilisées pour la réalisation de ce mémoire. Ce travail, qui mérite réexamen à partir de l’exploitation d’archives nouvelles, porte sur l’histoire de la fédération socialiste de Seine-Inférieure et de l’Eure entre 1900 et 1914. Ce billet s’inscrit dans la dynamique du projet EUROSOC à un double niveau : l’attention à l’histoire du socialisme avant 1914 à l’échelle régionale d’une part et la valorisation du fonds d’archives Pierre Renaudel d’autre part, sur lequel nous reviendrons bientôt sur ce carnet.

 

Table des matières

 

            La première partie du mémoire est consacrée aux débuts de la fédération socialiste de Seine-Inférieure (1900-1904), période durant laquelle elle est confrontée à plusieurs défis : sa structuration, la réalisation de son unité et le développement de son influence notamment électorale. Constituée de différents groupes et tendances, la fédération socialiste de Seine-Inférieure se structure véritablement lors du congrès du 15 août 1900 qui se déroule à la salle Franklin au Havre.

Liste des groupes et des syndicats ayant participé au congrès fédéral du Havre le 15 août 1900 – Document I, p.132.

Elle se dote d’un organe directeur, le conseil fédéral, et d’un journal qui assure la propagande de l’activité militante et diffuse les positions des socialistes sur l’actualité politique, Le Progrès, fondé par Hippolyte Hanriot en 1894 et qui parait sans interruption jusqu’en 1914. L’organisation de congrès fédéraux et le rôle des groupes, véritable cellule de base du parti, sont deux marqueurs de cette structuration. Les socialistes de « Seine-Inférieure et de l’Eure » (dénomination officielle à partir de 1903) s’engagent très tôt dans la dynamique unitaire à l’échelle départementale. Dans un contexte d’échec provisoire de l’unité socialiste au niveau national [1], l’élan unitaire se développe localement, par exemple lorsque les socialistes havrais décident de s’organiser en un seul groupe le 14 août 1902. Lors du congrès de Tours, la fédération départementale décide de se rattacher au Parti socialiste français : elle se positionne à la gauche de ce parti et y joue un rôle fondamental notamment par la voix de Pierre Renaudel, sollicité dès la fin de l’année 1900 pour représenter la Seine-Inférieure au Comité Général des organisations socialistes. Au cours de ces années qui précèdent l’unité, la fédération socialiste départementale prend part aux multiples débats qui rythment la vie politique nationale: la participation à un gouvernement bourgeois suite à l’affaire Millerand, le rapport aux radicaux, l’anticléricalisme et le problème de la séparation des Eglises et de l’Etat. Par ailleurs, les relations entre parti et syndicat sont questionnées lors des conflits sociaux dans le département : le soutien aux ouvriers en grève, notamment par la voie de la solidarité financière, est une constante dans l’attitude des socialistes de Seine-Inférieure. Ils affirment également leurs positions antimilitaristes lorsque Hanriot alerte sur les risques de guerre entre la Russie et le Japon dès 1901. L’influence des socialistes dans le département est mesurée par l’auteur à l’aune de trois indicateurs : les élections, les groupes et les moyens de propagande. Les socialistes de Seine-Inférieure sont faiblement représentés en ce qui concerne leur poids électoral lors de chaque scrutin entre 1901 et 1904. La méfiance à l’égard du suffrage universel et de la pratique du vote pour transformer la société capitaliste en société collectiviste est une position répandue. Les tentatives sont dans un premier temps un échec [2]. Les élections deviennent un moyen pour les socialistes de faire connaître leurs idées. Pour y parvenir, ils utilisent la presse avec deux journaux, Le Progrès dans la région havraise et Le Peuple dans la région rouennaise, les conférences – comme celle donnée par Aristide Briand à Sotteville sur la grève générale le 18 janvier 1902 -, les fêtes et les concerts mais aussi les coopératives de consommation.

            La deuxième partie du mémoire explore « le temps de l’unité » (1905-1908) qui revient au premier plan des préoccupations des socialistes de Seine-Inférieure, à l’échelle départementale et nationale. Du congrès international d’Amsterdam en août 1904 au congrès fédéral d’unification du 18 juin 1905 à Elbeuf, les militants de Seine-Inférieure participent activement à la réalisation de cette unité, notamment par la voix de Pierre Renaudel. L’auteur cherche à expliquer dans quelle mesure l’unification réussit et permet de renforcer ou d’amoindrir les positions socialistes dans le département. Le nombre des groupes, les effectifs des adhérents et les résultats électoraux sont à nouveau mobilisés pour tenter de répondre à cette question. En juin 1905, les groupes socialistes sont au nombre de 14, nombre qui semble être en recul par rapport à 1904. Les fusions de groupes sont un élément d’explication avancé par l’auteur : par exemple, deux groupes rouennais fusionnent : le groupe socialiste rouennais et le « réveil social de six cantons » de Rouen (Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire). Au total, à la fin de l’année 1908, la fédération compte un nombre relativement faible de sections : 14 dont 11 en Seine-Inférieure. Malgré le départ d’adhérents et après le recul aux élections législatives de 1906, l’année 1907 ouvre de meilleures perspectives sur le plan électoral notamment avec l’élection au conseil d’arrondissement du candidat Eugène Tilloy dans le canton de Sotteville. Aux élections municipales des 3 et 10 mai 1908 lorsqu’ils présentent des candidats, les socialistes établissent un programme municipal comme à Petit-Quevilly, au Havre et à Oissel. Durant cette période, les relations entre les socialistes et les radicaux connaissent une profonde évolution : d’abord alliés sur la question cléricale avec l’adoption de la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat, les rapports entre les deux partis se détériorent et sont marqués par la méfiance et l’indignation, suscitées notamment par la répression gouvernementale lorsque le journal Le Semeur est poursuivi pour avoir affiché son soutien aux antimilitaristes lors des procès qui leur sont faits. Par ailleurs, les socialistes dénoncent la vie chère en 1906 et 1907, soutiennent les grèves qui éclatent dans le département comme celle des dockers de Rouen et celle de l’usine Weastphalen-Lemaitre à Lillebonne en août 1908. Ils militent aussi pour l’application du repos hebdomadaire en protestant contre la déclaration du garde des Sceaux qui, en juin 1907, dit qu’aucun commerçant contrevenant ne sera poursuivi [3]. Enfin, le rapport entre parti et syndicat est analysé au regard des positions adoptées lors des congrès fédéraux (Evreux en octobre 1906, Fécamp en août 1907) et nationaux (de 1906 à 1908 à Limoges, Nancy et Toulouse). Pierre Renaudel est le représentant de la fédération départementale qui se situe toujours dans la tendance majoritaire du Parti socialiste unifié conduite par Jean Jaurès : il est partisan de l’autonomie du syndicat par rapport au parti et distingue l’action économique de l’action politique.

            La troisième partie du mémoire explore l’évolution de la fédération départementale socialiste à l’aune de la « montée des périls » entre 1909 et 1914. Cette période est notamment marquée par l’affirmation de positions qui ancrent la fédération dans le socialisme réformiste et parlementaire ainsi que par le renforcement de son implantation à travers l’amélioration des résultats électoraux mais également par la vitalité de l’activité militante qui domine surtout dans les régions havraise et rouennaise. Les socialistes manifestent leur défiance et leur hostilité à l’égard des gouvernements qui se succèdent comme ceux de Georges Clémenceau et d’Aristide Briand. En témoigne l’analyse faite par Ernest Poisson au sujet du discours programme de Briand à Périgueux : « Des mots enfilés les uns au bout des autres comme des perles, des lieux communs renoués depuis l’origine du monde, des couplets fatals comme la Marseillaise à la fin des banquets et voilà tout ce que l’on trouve… » [4] Cette attitude n’est pas contradictoire avec la promotion de l’action parlementaire. En effet, cette question est l’objet de débats entre les socialistes de Seine-Inférieure. Par exemple, les socialistes havrais considèrent le parlementarisme comme imparfait mais nécessaire car l’action des syndicats et des coopératives, dont ils sont partisans, n’est pas suffisante[5]. Au sujet de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes adoptée le 31 mars 1910 [6], sur laquelle socialistes et syndicalistes ont des vues divergentes [7], Pierre Renaudel reproche à certains de ne vouloir aboutir à rien, de vouloir « déshonorer toute action parlementaire ». Sur le plan électoral, les socialistes connaissent une progression en nombre de voix qui en font une force politique émergente à l’échelle départementale. Pour les élections législatives des 26 avril et 10 mai 1914, les socialistes présentent des candidats dans chacune des circonscriptions du département : Waroquier (Rouen, 1ère), Tilloy (Rouen, 2ème), Poisson (Rouen, 3ème), Bazire (Rouen, 4ème), Le Chapelain (Le Havre, 1ère), Lartigue (Le Havre, 2ème), Richard (Le Havre, 3ème), Leymarie (Dieppe, 1ère), Gicquel (Dieppe, 2ème), Delaville (Neufchâtel) et Caumont (Yvetot). Selon l’auteur, la progression de l’audience électorale des socialistes est liée au renforcement de l’activité militante : à la veille de la Grande Guerre, la Seine-Inférieure compte 29 sections.

Liste des sections socialistes dans le département en 1914 – Annexe XXX, p.234.

 

Même si la Seine-Inférieure demeure un département de faible implantation militante, le nombre de cotisants progresse de manière continue : il passe de 350 en 1909 à 800 en 1913. Les ouvriers sont les plus nombreux à fournir les rangs socialistes, comme ceux de la métallurgie au Havre et à Sotteville (ajusteurs, tourneurs, fraiseurs…) et ceux du textile à Bolbec, Darnétal et dans la vallée du Cailly. Malgré des efforts de pénétration, l’audience socialiste dans les campagnes demeure limitée voire inexistante. Les employés – chemins de fer à Sotteville et postes au Havre – ainsi que les instituteurs occupent eux aussi une place importante au sein de la fédération. L’auteur termine son étude par la « crainte de la guerre » qui est croissante chez les socialistes du département et conclut avec un constat presque implacable : « les socialistes de Seine-Inférieure comme beaucoup d’autres socialistes français ont cru à la puissance dissuasive de la classe ouvrière organisée pour empêcher la guerre. Comme les autres, sur ce point, ils se sont trompés ».

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

La bibliographie, les sources et les archives utilisées par l’auteur pour la réalisation de ce mémoire sont mises à disposition :

[1] Après le congrès de Lyon de mai 1901, deux partis socialistes sont crées : le Parti socialiste  de France, dominé par Jules Guesde, et le Parti socialiste français, dominé par Jean Jaurès.

[2] La Dépêche, n° du 2 mai 1904.

[3] Le Progrès, n°26 du 1er juillet 1907.

[4] Le Semeur, n°119 du 16 octobre 1909.

[5] Le Progrès, n°5 du 5 février 1909.

[6] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61057346/f11.image.r=.langFR

[7] Bruno DUMONS, Gilles POLLET. Les socialistes français et la question des retraites (1880-1914). In Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°38, avril-juin 1993. pp. 34-46.

Le socialisme tchèque. Naissance et développement(s)

Le présent billet est issu de la communication d’Alexandre Riou lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici

Le socialisme tchèque. Naissance et développement(s)

 

alexandre_riou

Les mutations industrielles européennes du XIXe siècle touchèrent précocement le territoire bohémien. Ce phénomène entraîna l’exode rural massif des populations paysannes vers les villes, or dans le cas de la Bohême, région de l’Empire d’Autriche, puis de l’Autriche-Hongrie, ce mécanisme eut un double effet. Outre la création d’une classe ouvrière massive qui s’installa dans les centres urbains, un enjeu ethnique fut à noter avec des populations rurales slaves qui en migrant vers les villes jusqu’alors à majorité allemande, renversèrent la tendance et bouleversèrent les équilibres politiques ainsi que les compositions sociales et nationales. A l’enjeu ouvrier montant, émergea un enjeu national, au sein duquel la langue et la culture jouèrent un rôle crucial (Jacques Rupnik évoque le concept de « tchéquité ») [1]. De ce double terreau naquirent les prémices du socialisme tchèque. Il se manifesta en premier lieu sous la forme de « coopératives » d’aspirations proudhoniennes, anti-étatistes et nationalistes. Trois composantes qui s’inscrivirent dans l’identité propre de ce courant socialiste, et dont ils ne se départirent jamais totalement.

Le congrès de Neudörfl en 1874 marqua un tournant dans la mesure où pour la première fois se rassemblèrent des tchèques et des allemands d’Autriche afin d’harmoniser les orientations politiques en vue de former un parti unique. Au cours de ce congrès, la base programmatique du marxisme fut adoptée, tout comme la logique internationaliste, bien que le respect des particularités nationales s’inscrivit déjà comme une nécessité. Ce que nous pouvons retenir de ce congrès, outre le fait qu’il s’agit de la première tentative d’unifier les socialistes de Cisleithanie, est la victoire idéologique du marxisme, qui dès lors s’afficha comme le dogme de l’orthodoxie ouvrière. Le modèle idéologique du socialisme allemand avait triomphé.

Suite à la répression menée par le pouvoir impérial ce premier mouvement organisé ne put tenir et en 1878, un nouveau congrès fut convoqué, mais cette fois, à l’attention du mouvement ouvrier tchèque, dans le but de lui permettre une forte implantation politique en Bohême, tout en conservant les bases idéologiques adoptées quatre ans plus tôt, lors du congrès de Neudörfl. Naquit ainsi le ČSDSD (Parti social-démocrate ouvrier tchéco-slave). Sur la base de ce congrès, les tchèques revendiquèrent la primeur de la social-démocratie unifiée qui vit le jour, dix années plus tard.

Les années 1888-1889 furent une période charnière, davantage connue des historiens de la période dans la mesure où fut actée, sous l’impulsion de Viktor Adler, la naissance de la social-démocratie supranationale de Cisleithanie. Ce congrès tenu en présence de délégations de chaque nationalité et territoire de Cisleithanie permit l’unification sous une direction commune de tous les mouvements ouvriers.

Les socialistes de Cisleithanie, ayant adopté le cadre réformiste, se battirent donc pour le suffrage universel afin de rentrer au Conseil d’Empire, et pour pouvoir peser dans le jeu politique institutionnel. En 1897 ils accédèrent pour la première fois à la chambre, en obtenant 14 mandats. La même année, la social-démocratie supranationale éclata en 6 branches fédératives. Paradoxe s’il en est, depuis cette date, les sociaux-démocrates ne cessèrent de progresser à l’échelon impérial et, dans un parallélisme quasi parfait, les tensions internes, principalement entre tchèques et allemands d’Autriche s’exacerbèrent de manière flagrante [2]. Après 1905 [3], et le congrès de Vienne, les différentes branches cessèrent de se réunir, or en 1906, le suffrage universel fut acté, et en 1907, ils devinrent la seconde force politique de l’Empire, avec 87 mandats. En 1911, soit la dernière élection générale avant la 1e Guerre Mondiale [4], ils obtinrent 82 mandats. En outre, les archives électorales dépouillées ne laissent pas vraiment transparaître des conflits nationaux aussi exacerbés, du moins lors des grands enjeux électoraux [5]. Rappelons tout de même qu’il n’en fut pas de ainsi lors des élections aux Diètes provinciales où les socialistes tchèques n’hésitèrent pas à s’allier aux partis dits nationalistes.

Doit-on y voir une lecture des conflits nationaux largement influencée par l’éclatement et la recomposition du Conseil d’Empire lors de la 1e Guerre Mondiale ? Ou une volonté politique de la part des dirigeants de dépasser leurs différends au nom de l’unité socialiste ? Il conviendrait toutefois de relativiser la force du sentiment national, ne semblant pas se transcrire mathématiquement aux rendez-vous électoraux majeurs, tant aux vues des résultats, que de la propagande électorale précédant les scrutins [6].

Alexandre Riou

[1] Rupnik J., Histoire du Parti Communiste tchécoslovaque, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1981.

[2] Voir Ducange J-N., «  La question nationale et les sociaux-démocrates autrichiens : théories et pratiques », Austriaca n°73, 2011.

[3] Právo lidu Č. 299, 30 octobre 1905, « Říšský sjezd sociální demokracie v Rakousku ».

[4] Une élection partielle eut lieu en 1912.

[5] Nous avons principalement étudié les documents électoraux relatifs aux élections de 1897, 1907, et 1911.  Fonds n°70 des archives du Parti Social-Démocrate intitulé Českoslovanské sociálně demokratická strana dělnická (1874-1921). Feuillet 139 Volby do říšské rady 1897, feuillet 144 Volby do říšské rady 1907 et feuillet 148 Volby do říšské rady 1911.

[6] Mémoire de master soutenu sous la direction de Jean-Numa Ducange et Olivier Feiertag, Riou Alexandre, La social-démocratie tchèque et ses évolutions, de 1874 à 1911. Du coopérativisme au marxisme. Entre internationalisme et socialisme « national-démocrate », soit entre le maintien de l’Empire supranational et la tentation nationale accrue. Un aspect particulier de cette social-démocratie que l’on nomme autrichienne, Université de Rouen, septembre 2016.

Une nouvelle approche sur le Bureau Socialiste International

Le présent billet est issu de la communication d’Andrea Benedetti lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici

Une nouvelle approche sur le Bureau Socialiste International

 

andrea_benedetti

 

Quarante ans après la mort de Georges Haupt, ses travaux inachevés sur le Bureau Socialiste International (BSI) continuent à ouvrir de nouvelles perspectives pour l’étude du socialisme d’avant 1914. L’objet de la communication est de présenter comment nos travaux autour du BSI s’inscrivent à la fois dans la continuité de ceux de Haupt mais aussi en quoi l’approche que nous nous efforçons d’avancer est « nouvelle ». Il ne s’agit pas pour nous de compléter les travaux de Haupt, mais de partir de ses ouvrages ainsi que de la richesse de ses archives pour écrire une histoire organisationnelle et politique du BSI : étudier à la fois ses procédures internes dans leur dimension évolutive (modalités de mise en place, de réunion, de prise de décision, de communication, de financement…), ainsi que son action extérieure (relations avec les partis socialistes, le mouvement syndical et coopératif, les institutions étatiques et internationales…).

Plusieurs questions méthodologiques restent ouvertes. Nous voulons d’une part éviter une approche qui étudie le Bureau Socialiste comme un organe se développant de manière autonome, détaché du contexte et des acteurs politiques de son temps, et d’autre part éviter une étude du BSI qui le déclasserait au rang de simple appendice de la Deuxième Internationale. Au contraire, nous voulons établir à la fois une histoire du BSI « de l’intérieur à l’extérieur » (les relations du BSI avec le monde socialiste dans sa multiplicité), et inversement (l’intérêt porté au BSI et les différentes conceptions de son rôle de la part des acteurs du socialisme international ; la prise en compte de son action internationale par la presse et les gouvernements).

Étudier l’action de la Deuxième Internationale sans prendre en compte le rôle moteur du Bureau Socialiste serait impossible, l’efficacité et la massification de la première s’expliquant souvent par l’intensification du travail du deuxième. Pourtant, si les ouvrages de qualité sur la Deuxième Internationale ne manquent certainement pas, cela n’est pas le cas pour le Bureau Socialiste. Haupt lui-même le remarque déjà en 1964 [1] : « Les ouvrages d’ensemble sur la Deuxième Internationale n’accordent que peu de pages à l’histoire du BSI », et cela est encore le cas aujourd’hui. Les ouvrages qui traitent de la Deuxième Internationale se bornent à décrire la politique générale du BSI à des moments ponctuels (notamment sa création [2], sa relance grâce au changement de secrétaire [3], son action lors des crises marocaines et des guerre balkaniques, son « échec » à la veille de la Grande Guerre), sans prendre en compte l’existence du Bureau dans sa continuité et son évolution. Très peu de références sont faites à la place du BSI tant qu’acteur mondial ayant des relations avec d’autres instances telles que les premières associations internationales (quid de ses liens avec l’Union internationale pour la paix et l’arbitrage ?) ou certains gouvernements (quid de son rôle de médiation avec le gouvernement suédois pour l’aide alimentaire aux populations de Belgique pendant l’occupation allemande ?).

Dans notre nouvelle approche à l’étude du Bureau Socialiste nous voulons sortir d’une vision téléologique, qui a caractérisé nombre de recherches antérieures sur la Deuxième Internationale et qui se résume dans les propos de G. D. H. Cole [4] : « après la réunion de 1914 à Bruxelles, la Seconde Internationale cessa de fonctionner comme expression collective de la politique internationale socialiste ». Cette vision de « destinée manifeste » de l’échec du BSI face à la guerre mondiale est d’ailleurs sous-jacente à l’ouvrage de Haupt Le Congrès manqué : l’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale [5]. Une fois que la guerre mondiale se déclenche, les historiens décrètent la fin de la Deuxième Internationale et tout ce qui se passe dans le camp socialiste entre 1914 et 1918 est un prélude à l’inévitable avènement de l’Internationale Communiste (IC) ou de l’Internationale Ouvrière Socialiste (IOS). Très peu d’ouvrages s’intéressent à ce que devient le Bureau Socialiste pendant la guerre (O. H. Gankin & H. H. Fisher [6] le font de manière accessoire à une étude sur les bolcheviques pendant la guerre ; A. Donneur [7] fait de même pour une étude sur l’Union des Partis Socialistes pour l’Action Internationale). Certes, l’Internationale en tant que telle n’existe plus après le 4 août 1914 : ses congrès unitaires, qui sont ses moments souverains, sont suspendus… il devrait en découler que le BSI est suspendu également. Ce dernier pourtant existe encore et, après une phase de réorganisation [8], son Comité Exécutif agit au nom du socialisme international tout au long du conflit, s’appuyant sur les possibilités ouvertes par la reprise partielle des relations socialistes (conférences des socialistes des pays neutres [9], des socialistes inter-alliés [10], du mouvement de Zimmerwald [11]). La « fin » de la Deuxième Internationale ne correspond donc pas à la fin de l’action internationale de son organe de direction : gagnant d’abord de l’influence lors des conférences socialistes des pays neutres, le Comité Exécutif se retrouvera ensuite imbriqué dans les conférences des socialistes de l’Entente (et dans leur convergence progressive avec le nouveau modèle wilsonien des relations internationales) au fur et à mesure que la radicalisation de Zimmerwald préfigure une scission claire du socialisme international.

Andrea BENEDETTI

Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] HAUPT Georges, La Deuxième Internationale, 1899-1914. Étude critique des sources, Paris, Éditions de l’EHESS, 1964.

[2] Au cinquième congrès socialiste international, Paris 23-27 septembre 1900.

[3] En 1905 Camille Huysmans remplace Victor Serwy au secrétariat du BSI. Le septième congrès socialiste international, Stuttgart 18-24 août 1907, adopte les Statuts et le Règlement du BSI.

[4] George Douglas Howard COLE, « The Second International 1889-1914 », dans History of Socialist Thought, vol.III, part I, Londres, Macmillan and St. Martin’s Press, 1965.

[5] Georges HAUPT, Le Congrès manqué : l’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale, Paris, Maspero, 1965.

[6] Olga Hess GANKIN, Harold Henry FISHER, The Bolsheviks and the First World War: the Origins of the Third International, Stanford, Stanford University Press, 1940.

[7] DONNEUR (André), Histoire de l’union des partis socialistes pour l’action internationale (1920-1923), Thèse de Doctorat, Université de Genève IUHEI / Université Laurentienne de Sudbury, 1967.

[8] Le 19 décembre 1914 le secrétaire du BSI Camille Huysmans envoie une circulaire aux partis affiliés pour les mettre au courant que « le Comité Exécutif a transporté une partie du personnel du secrétariat à La Haye […] Son but a été de maintenir les relations entre partis affiliés […] Le Comité Exécutif, comme par le passé, continuera à gérer les affaires du Bureau, conformément à la délégation qui lui a été donnée par les Congrès et il ne manquera pas, comme il l’a fait dans le passé, de s’entourer en temps opportun des conseils des autres membres du Bureau. » cf. IIHS d’Amsterdam, BSI Archives, 27 « Circulaires du Comité Exécutif du BSI aux partis affiliés. Avec pièces annexes. 1914-1915. », Circulaire de Camille Huysmans aux partis affiliés (19.12.1914).

[9] Lugano 27 septembre 1914 ; Stockholm 11 octobre 1914 ; Copenhague 17-18 janvier 1915 ; La Haye 31 juillet 1916.

[10] Londres 14 février 1915 ; Londres 28-29 août 1917 ; Londres 20-24 février 1918 ; Londres 17-19 septembre 1918.

[11] Zimmerwald 5-8 septembre 1915 ; Kienthal 24-30 avril 1916 ; Stockholm 5-12 septembre 1917.

European Socialism | Socialisme européen