Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)
(2/2)

 

Dans la deuxième partie de notre recherche, nous analysons ce qui se passait à l’échelle des partis socialistes des trois nations. Les représentants des trois partis furent les acteurs de la naissance d’un sentiment internationaliste, indépendamment de ce qui se passait au niveau de l’Internationale. Si l’on analyse comment les débats circulaient parmi les trois pays, quel poids les questions de la guerre et de la paix avaient dans ces débats et comment les socialistes les traitaient à l’intérieur des frontières de leurs pays, il peut être observé que l’internationalisme n’avait pas été imposé par les institutions de l’Internationale, mais que des réseaux internationaux se formaient également au niveau des échanges ponctuels entre les représentants socialistes des différents pays.

Cette étude des deux niveaux d’internationalisme est indispensable pour montrer comment cet internationalisme a par la suite évolué, quand la situation diplomatique européenne fut troublée par des crises internationales – c’est ce que nous avons entrepris dans la troisième partie du travail.

Différents constats sont mis en lumière. La capacité de réaction de l’Internationale face aux crises connait une limite : lors de la crise marocaine de 1905, quand la France ou l’Allemagne étaient directement impliquées dans la crise, la capacité de réaction de l’Internationale s’affaiblit et ralentit considérablement. Il en découle que les partis socialistes des différents pays nourrissaient parfois des doutes sur l’attitude de leurs camarades étrangers face aux entreprises belligérantes de leurs gouvernements respectifs.

Nonobstant cette limite, l’Internationale apprit au fil des années à réagir aux situations de danger. En 1912, par exemple, le congrès de Bâle et les différents meetings internationaux qui se tinrent presque au même moment dans les trois pays prouvèrent que l’Internationale avait désormais appris à donner de la voix à son opposition à la guerre. Cela était important dans la mesure où l’Internationale montra ainsi aux gouvernements qu’en cas de guerre, ils devraient prendre en considération la capacité de réaction du socialisme organisé. L’Internationale n’a donc pas échoué dans son opposition à la guerre, au contraire, elle a très bien fonctionné.

L’Internationale suivit une double temporalité : d’un côté, son engagement dans la protestation contre la guerre, né dans les années 1890, se développa de manière linaire au fil des années. De l’autre côté, les années 1911-1914 constituèrent un moment à part dans ce développement, il constitua pour ainsi dire son apogée. Pendant ces années, la scène du socialisme international fut constamment parsemée de manifestations de solidarité entre les socialismes des différents pays, qui avaient comme but de mettre en place une opposition conjointe contre le danger de guerre.

Notre étude se concentre sur les cas français, allemand et italien. Il nous a semblé significatif de choisir les deux partis qui avaient plus de poids en termes de nombre des délégués envoyés aux congrès de l’Internationale et des initiatives prises en commun (manifestes, manifestations conjointes) sur la scène du socialisme international. L’analyse de l’Italie nous a permis de mettre en relief l’importance de la France et de l’Allemagne dans l’Internationale. Elle nous permet par ailleurs de montrer que son implication (ou non) dans une crise internationale n’avait pas d’influence dans les entreprises accomplies par l’Internationale. Insérer l’Italie dans la recherche rend nécessaire de pousser les analyses jusqu’en 1915, jusqu’à l’entrée en guerre de ce pays, adoptant ainsi une chronologie différente de celles utilisées dans les études sur la IIe Internationale, qui se terminent normalement avec le début de la guerre en 1914.

A la lumière des considérations, il semble donc bien que la IIe Internationale n’a pas échoué : d’un côté, elle s’est développée autour d’une réelle défense de la paix, qui constituait une partie essentielle de son identité politique ; de l’autre, il peut difficilement être question d’échec, tant des formes de défiance entre partis socialistes nationaux empêchèrent le rapprochement autour d’un répertoire d’action concret pour éviter la guerre.

Elisa Marcobelli

Article complet.pdf

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)

Le billet que nous vous proposons est issu des travaux de la thèse d’Elisa Marcobelli, soutenue le 12 décembre 2015.
Vous trouverez la semaine prochaine, la suite du présent billet.

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)
(1/2)

Les événements de l’été 1914 qui ont conduit tant les socialistes français que les sociaux-démocrates allemands à cautionner de facto l’entrée en guerre de leur pays respectif, sont restés dans les mémoires et ont été analysés historiquement comme un « échec » ou une « trahison » de la nouvelle Internationale : « trahison » des dirigeants socialistes à l’égard de leurs propres militants, « échec » de l’esprit même de l’Internationale qui était née pour renforcer les principes de solidarité transnationale au sein de la classe ouvrière et l’aider à construire des combats communs. Ces termes d’« échec » et de « trahison » furent d’ailleurs directement employés par les membres des partis socialistes immédiatement après le déclenchement de la guerre[1], avant d’être ensuite confirmés par les historiens[2].

Il est cependant nécessaire d’étudier l’existence de la IIe Internationale indépendamment de ce qui s’est passé en 1914[3], en réintégrant son combat contre la guerre dans l’histoire même de son développement, alors qu’elle était encore en vie[4]. De ce point de vue, on ne saurait parler de son échec, mais plutôt de sa réussite à créer un sentiment commun reposant sur la volonté de s’opposer à la guerre et la capacité à répondre aux situations internationales dangereuses. Néanmoins, l’analyse des réactions de l’Internationale et des différents partis socialistes qui la composaient face aux crises diplomatiques internationales du temps[5] révèle certaines limites.

Pour cela faire, nous procédons en trois phases. Dans un premier moment, nous démontrons la capacité croissante de l’Internationale à se donner une visibilité sur la scène internationale, en organisant sa lutte contre la guerre. À sa naissance, l’opposition à la guerre n’était pas le but de cette institution. D’ailleurs, les premiers congrès de la II Internationale ne portèrent qu’une d’attention limitée aux questions de la guerre et de la paix, comme on peut le lire dans leurs comptes rendus et dans les articles de presse les concernant. Cela changea cependant au cours de la décennie 1890. L’intérêt de l’Internationale pour les questions de guerre et d’opposition à la guerre commença à augmenter. Les congrès de Zurich (1893) et de Londres (1896) témoignent déjà de la nouvelle attention portée à ces sujets. Au cours de ce dernier congrès, on décida définitivement que la manifestation du 1er mai aurait aussi pour but d’afficher publiquement l’opposition du mouvement ouvrier à la guerre.

Foto (August 1893)Von links nach rechts: Dr. Simon (Bebels Schwiegersohn), Frieda Simon, Clara Zetkin, Friedrich Engels, Julie Bebel, August Bebel, Ernst Schaffer, Regine Bernstein, Eduard Bernstein.Aufnahmeort: Bendlikon (bei Z¸rich)Systematik: Kulturgeschichte / Sozialistische Bewegung / Kongresse
Photo d’août 1893. De gauche à droite : Dr. Simon, Frieda SImon, Clara Zetkin, Friedrich Engels, Julie Bebel, August Bebel, Ernest Schaffer, Regine Bernstein, Eduard Bernstein.

 

Avec le temps, l’Internationale commença à mettre en place toute une série de pratiques qui devaient « créer » son internationalisme. Il s’agissait de manifestations, rituels particuliers à l’occasion des congrès, meetings et toute une série de publications (tracts, pamphlets, manifestes et, à partir de 1909, les Bulletins du BSI) qui circulaient entre les pays. Nous avons résumé ces phénomènes, en référence à l’historien Kevin J. Callahan, avec le terme « demonstration culture ». La constitution de la « demonstration culture » est étroitement liée à l’opposition à la guerre de l’Internationale. Les différentes manifestations publiques de l’Internationale devinrent petit à petit l’expression d’une opposition à la guerre et celle-ci en était leur raison d’être. Au fur et à mesure que les crises internationales se suivaient, l’Internationale apprit à réagir aux situations de danger. Elle gérait mieux la temporalité des crises, et parvint à donner une réponse à ce qui se passait au niveau international.

[1] Voir Lénine Vladimir Illitch‘ Oulianov, Le socialisme et la guerre, Paris, Éditions Sociales, 1952 [1915] et Kautsky, Karl, Sozialisten und Krieg: Ein Beitrag zur Ideengeschichte des Sozialismus von den Hussiten bis zum Völkerbund, Prague, Orbis, 1937.

[2] Joll James, The Second International, 1889-1914, Londres, 1955, Weidenfeld & Nicolson, p. 184 ; Kriegel, Annie, Aux origines du communisme français, Paris, Imprimerie nationale, 1964, p. 31 ; Becker, Jean-Jacques, « La IIe Internationale et la guerre », in École française de Rome (dir.), Les Internationales et le problème de la guerre au XXe siècle : actes du colloque, Rome, École française de Rome, 1984, p. 9-25 ; Droz Jacques (dir.), Histoire générale du socialisme, vol. 2, de 1875 à 1914, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 583 ; Kruse Wolfgang, Krieg und nationale Integration. Eine Neuinterpretation des sozialdemokratischen Burgfriedensschlusses 1914/15, Esse, Klartext, 1993, p. 29.

[3] Sortant ainsi de ce que l’historien William Mulligan appelle le « teleological tunnel », cf. Mulligan William, The Origins of First World War, Cambridge, Paperback, 2010, p. 227. Georges Haupt, dans sa recherche sur le congrès « manqué » de Vienne, exhortait l’historiographie à libérer l’histoire de la IIe Internationale de cette épée de Damoclès que constitue son échec présumé, Cf. Haupt Georges, Le congrès manqué : l’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale, Paris, F. Maspero, 1965.

[4] Comme l’a souligné Arndt Weinrich, il s’agit d’une tendance assez répandue de l’historiographie la plus récente sur les origines de la guerre, qui met en avant la question du comment on a pu arriver à 1914, plutôt que du pourquoi. Cf. Weinrich Arndt, « ,,Großer Krieg’’ große Ursachen ? Aktuelle Forschungen zu den Ursachen des Ersten Weltkrieges », Sonderdruck aus Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, nº 40, 2013.

[5] Crise de Fachoda (1898), guerre russo-japonaise (1904-1905), première et seconde crise marocaine (1905 et 1911), guerre en Tripolitaine (1911) et les deux guerres balkaniques (1912-1913).

La seconde partie sera publié sur ce carnet le 26 courant.

Journée d’étude autour de Georges Haupt et de ses archives : le socialisme européen et l’Internationale

Une journée d’étude autour de l’historien Georges Haupt se tiendra à l’Université de Rouen le 7 décembre 2016.

georges_haupt

La bibliothèque de la Fondation Maison des sciences de l’Homme (FMSH, Paris) vient de rendre public le fonds d’archives de l’historien Georges Haupt (1928-1978). Ce fonds comprend d’importantes ressources relatives à l’histoire du socialisme européen d’avant la Première Guerre mondiale, notamment sur l’Europe de l’Est et les Balkans. Georges Haupt avait conservé une partie significative des archives de Camille Huysmans, homme politique belge qui fut secrétaire du Bureau socialiste international, l’organe de direction de l’Internationale socialiste au début du XXe siècle fondée en 1900. Cette nouvelle documentation permet d’approfondir notre connaissance de l’histoire du socialisme et des débats qui le traversent avant 1914. Cette journée entend faire le point sur des recherches récentes sur le sujet, inspirées par les méthodes d’études proposées par Georges Haupt et par les renouveaux proposés par l’histoire transnationale.

Comme la journée de lancement du projet EUROSOC du 15 février 2016, cette journée s’organise en trois temps :

Méthodologie / Études de cas / Archives

Jean-Numa Ducange, MCF en Histoire contemporaine, coordinateur d’EUROSOC :
État d’avancement du projet EUROSOC

Élisa Marcobelli, docteure, EHESS :
Les socialistes français, italiens et allemands et la paix avant 1914

Etude de cas (1) sous la Présidence de Jean-Numa Ducange

Lucie Guesnier, docteure, Université de Paris 1 :
Le cas du socialisme roumain

Alexandre Riou, Master 2 sciences historiques à l’Université de Rouen :
Naissance et développement du socialisme tchèque

Frank-Olivier Chauvin, Master 3 sciences historiques à l’Université de Rouen :
Les socialistes ottomans et l’héritage révolutionnaire français

Etude de cas (2) sous la Présidence de Michel Biard directeur du GRHIS

Pierre Alayrac, Master 2, ENS Paris :
Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste

Andréa Benedetti, doctorant, Université de Strasbourg :
Le Bureau socialiste international : nouvelle approche

Présidence : Serge Wolikow, Consortium mondes contemporains avec la présence de Julien Pomart (Archiviste, FMSH), Maria Grazia Meriggi (Professeure, Université de Bergame), Michel Dreyfus (Directeur de recherches émérite, CNRS), Julien Hage (MCF, Université de Paris X-Nanterre)

Programme journée d’étude .pdf

Pour tout renseignement veuillez contacter :
jean-numa.ducange@univ-rouen.fr

European Socialism | Socialisme européen