Le parti socialiste ouvrier espagnol 1870-1914 (1/3)

Le parti socialiste ouvrier espagnol 1870-1914

Formellement fondé en 1879, le parti socialiste ouvrier espagnol, futur PSO puis PSOE, est donc un des partis ouvriers qui se sont constitués le plus tôt. Assez vite, et en grande partie parce que la sensibilité anarchisante dominait largement en Espagne, il a pu s’y présenter comme la seule intervention politique de la classe. Mais jusqu’au début du XX° siècle son impact et son implantation sont restés marginaux –son premier député n’a été élu qu’en 1910. Le parti venait alors de rejoindre, non sans réticences, l’opposition républicaine et démocratique au conservatisme autoritaire de Antonio Maura. C’était une inflexion plus nette que lorsque, au tournant du siècle, il n’avait plus considéré comme illusoire l’inscription dans la loi de mesures sociales –cela n’avait pas encore été le cas en Espagne. Sa perspective politique demeurait celle du remplacement de l’État du capital par une organisation strictement ouvrière. Cette longue rigidité a été très souvent attribuée à l’influence primordiale du guesdisme. Les premiers et rares militants du socialisme espagnol avaient eu des liens directs, dès les années 1870, avec des personnalités de cette version française de parti ouvrier. Ainsi, lors du passage de Lafargue en Espagne, en 1871-1872, un groupe s’était formé autour de lui et il avait été ensuite en contact avec le Guesde de L’Égalité. Par ces proximités géographiques et idéologiques l’influence de cette orientation paraissait aller de soi. Ses succès relatifs, suivis de plus près que ceux des autres partis ouvriers, semblaient bien une première réponse au large écho des thématiques et des initiatives anarchisantes dans le pays.

Pablo Iglesias (au centre), fondateur du Parti socialiste ouvrier Espagnol

Bien que la majorité des textes étrangers publiés avant 1914 par le socialisme espagnol soient venus de cette variante française, celui-ci n’a pas fait que la reproduire. Alors que vers 1890 elle s’insérait dans les débats politiques nationaux, le PSO n’envisageait encore qu’une conquête sans partage du pouvoir politique que n’aideraient en rien des mesures sociales et les libertés républicaines. La rigidité du petit groupe « marxiste » initial était donc antérieure à la fondation du parti et donc, aussi, à l’émergence du guesdisme. Un élément longtemps central dans la stratégie des socialistes espagnols, la priorité donnée à la consolidation de l’organisation même aux dépens de la mobilisation sociale des ouvriers, a un précédent plus éloigné et plus paradoxal, puisqu’elle a été établie et assumée par la fédération espagnole (FRE) de l’AIT, à la belle activité publique entre 1870 et 1874 –on sait que la presque totalité de ses composantes avaient approuvé son cours franchement anti-autoritaire. C’est donc aussi par rapport aux élaborations auxquelles a donné lieu la première fédération nationale d’ouvriers qu’il convient d’évaluer la portée du guesdisme dans l’histoire du premier socialisme espagnol.

Entre  influences guesdistes et cultures ouvrières antiautoritaires.

C’est en rappelant les contacts des fondateurs que les premiers récits militants de l’histoire du socialisme espagnol ont fourni la première occurrence de la thèse de l’influence presque exclusive du guesdisme –ils ont aussi signalé la rigidité de ses positions. Les historiens qui ont relevé, plus tard, la présence d’élaborations idéologiques et d’initiatives venues de la FRE dans le socialisme espagnol n’y ont vu souvent que des prémisses qui n’avaient pris sens qu’à partir de la reproduction de l’orientation du parti ouvrier français. Ils en attribuaient souvent une grande part aux retards économiques et politiques de l’Espagne : l’industrialisation, notamment dans son implantation territoriale, n’y avait été que fragmentaire et la formation, très conflictuelle, de l’État libéral avait été longtemps freinée par les refus de la monarchie dynastique, de l’Église et de l’« oligarchie » d’admettre de nouveaux cadres institutionnel, même s’ils n’étaient parlementaires qu’en apparence. La version très simplifiée du marxisme du PSO a donc privilégié l’opposition frontale entre ouvriers et capitalistes et qui faisait peu de cas des représentations politiques. On la retrouve dans l’analyse moralisante de la société espagnole par son fondateur, Pablo Iglesias, et dans ses dénonciations de la subordination des salariés et de la pauvreté des prolétaires.

L’insistance sur le rôle du guesdisme a donc éloigné les regards des composantes de la culture ouvrière sociale et politique, et assez spécifique, des secteurs salariés espagnols dans la deuxième moitié du XIX° siècle. Elles ont été d’autant moins insignifiantes que les formes de défense économique et les modèles d’organisation de la FRE ont été aussi celles de la première présence du courant libertaire. Dans leur longue confrontation, les antiautoritaires et les futurs socialistes ont affirmé, chacun de leur côté, en être les meilleurs continuateurs. Les premiers, poussés par le noyau bakouniniste, n’y ont vraiment mis fin que dans les années 1880. Cette hésitation est significative de la portée du modèle de la FRE selon lequel une fédération de sections ouvrières suffisait à transformer les rapports sociaux –il y ajoutait une forme très organisée de grève. Ces propositions étaient en décalage avec celles de l’Alliance bakouniniste dont les membres espagnols avaient pourtant été décisifs dans la mise sur pied d’une fédération de sociétés de résistance. Ces militants radicaux avaient participé à une construction qui présentait l’activité d’organisation comme un moyen à la fois fondamental et suffisant de transformation de la société. Elle était donc quelque chose de plus que la masse prolétaire que les militants « conscients » de l’Alliance entraîneraient dans le choc social d’où sortirait l’émancipation de la société. Ce n’est pas seulement parce qu’ils pouvaient insinuer quelques allusions à la « liquidation sociale » qu’ils s’étaient effacés derrière les modalités d’organisation et les argumentaires de la FRE. Ils s’étaient aussi accommodés d’un fonctionnement dont la logique, en établissant un espace exclusivement social, éludait les conflits sociaux et les possibilités, fortement attendues, de les étendre parce qu’il écartait les adhérents des affrontements politiques, bourgeois par nature, et qu’il enlevait ainsi une partie de leur base ouvrière au courant républicain et à un éventuel parti ouvrier. Certains militants n’étaient pas forcément convaincus par cette compensation, jusqu’au point de mettre parfois en garde contre l’oubli des potentialités révolutionnaires des affrontements sociaux. De fait, il avait été pratiquement impossible de refuser un projet de substitution de la vieille société par une fédération de sociétés puisque c’est lui qui avait poussé la plupart des sections de la FRE à la rejoindre.

L’idéalisation de l’association, qui induit, de fait, une mise à l’écart de la politique, n’a pas été effacée du socialisme espagnol par l’accentuation du processus de socialisation de celle-ci entre 1900 et 1914. Il s’est accompagné, en effet, d’une extension des espaces qui revendiquaient fortement une identité ouvrière et qui voulaient montrer les capacités considérables de l’action de s’associer. On la trouve aussi bien dans les sociétés de secours mutuel, dont la croissance est importante, que dans celles d’éducation, voire de formation professionnelle ou de loisir. Le PSO, comme aussi la sensibilité libertaire, ont vu le parti à tirer de ces lieux de sociabilité. Ceux qui les installaient apportaient la preuve de leur appartenance à l’identité ouvrière –les « maisons du peuple » (Casas del Pueblo) allaient devenir emblématiques du socialisme espagnol. L’évolution, commencée tôt, du rapport à la politique des secteurs populaires et ouvriers semble bien rendre compte du maintien des élaborations idéologiques portées par ces initiatives. Leur défiance à l’égard d’un mouvement républicain qui leur apparaissait trop préoccupé par des changements seulement institutionnels s’est assez vite accrue après la « révolution » de septembre 1868. L’association est d’autant plus apparue comme une perspective que le premier exemple de solidarité internationale des ouvriers venait de donner un prolongement aux implications portées par l’associationnisme ouvrier dans l’Espagne des année 1860. La réception de thèmes proudhoniens par le courant fédéraliste, à la sensibilité très « décentralisatrice », a conforté les thématiques d’exaltation de l’association d’abord portées par les pratiques de défense de secteurs ouvriers traditionnels.

Michel RALLE
Professeur émérite de civilisation espagnole contemporaine à l’Université de Paris-Sorbonne

ÉLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

Jean-Jacques BECKER et Gilles CANDAR (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, la Découverte, coll. « L’Espace de l’Histoire », 2004, 2 volumes, 584 p. et 776 p.

 

Véritable œuvre encyclopédique, l’Histoire des gauches en France apparaît comme la référence bibliographique incontournable pour tout historien, chercheur, étudiant, militant ou simple lecteur curieux sur le sujet. La parution en 2004 de ces deux tomes chronologiques permet le rassemblement de connaissances issues de nombreux travaux et contributions scientifiques d’historiens expérimentés et de jeunes chercheurs sous la direction de deux éminents historiens du politique, Jean-Jacques Becker et Gilles Candar. L’ouvrage offre ainsi au lecteur une analyse pluridisciplinaire des gauches, « étudiée dans leur unité, dans leur diversité dans leur profondeur mentale » (p.13) : historiens mais aussi politistes, sociologues, littéraires et philosophes contribuent à ce travail qui apporte un profond renouvellement historiographique[1], qui s’est révélé particulièrement fécond en ce qui concerne la droite[2].

Le premier volume est dédié à « l’héritage du XIXème siècle ». Il se caractérise par la formation de la gauche qui est confrontée aux problèmes de la société : « cette première partie s’interroge sur les origines de la gauche, analyse la naissance de ses traditions, détermine ses acquis et les débats auxquels elle doit s’affronter, dont deux prééminents, la question sociale et la question nationale » (p.15). Les premières contributions donnent le ton : Michel Vovelle et Maurice Agulhon questionnent la filiation entre les Lumières et la Révolution, période durant laquelle on assiste à la « naissance d’une notion » (p.50) avec la gauche politique et parlementaire au XIXème siècle. Au cours de cette période fondatrice, la gauche participe activement à des conquêtes pour notre société politique contemporaine. Le premier des combats mené est celui de la réalisation de la République. Ces combats sont tout d’abord marqués par des échecs, sous les monarchies censitaires (Nicolas Bourguinat) où « les gauches se caractérisent avant tout par la frustration que leur inspirent les institutions ou les autorités en place, et par le projet qui en découle de les renverser ou de les faire évoluer, comme si elles n’étaient qu’une étape transitoire de la marche à la liberté » (p.67). C’est à la fin du siècle qu’apparaît le moment où « la société française apprend dès lors à distinguer une conception large de la gauche, qui joue pour la défense de la République, et une conception plus exigeante qui attend que la République soit vraiment sociale » (p.129). La lutte pour le suffrage universel (Christine Guionnet), la liberté de la presse (Dominique Kalifa) ou encore l’instruction publique (Jean-François Chanet) sont autant de conquêtes qui ne s’obtinrent pas sans heurts ; d’où l’importance que tiennent la barricade et l’insurrection (Marianne Cayatte et Philippe Oulmont). Par ses conquêtes mais aussi ses traditions et ses sociabilités, comme les banquets et les enterrements (Emmanuel Fureix) qui furent des moments d’ « apprentissage de la démocratie concrète » (p.197), la gauche s’est donc progressivement intégrée à la société politique.

Le second volume est consacré au XXème siècle, où la gauche est « à l’épreuve de l’histoire ». Cette première épreuve est celle de l’expérience du pouvoir : en effet, les gauches doivent faire face à la question fondamentale « de leur expérimentation, à la gestion gouvernementale, à la politique des hommes et à l’administration des choses » (p.16). La Grande Guerre apparaît comme un tournant pour la gauche qui fait alors face à un « curieux paradoxe » (p.313). Le rapport de la gauche à la guerre, la nation et à la révolution fait l’objet d’un fil conducteur à travers de nombreuses contributions sur les deux guerres mondiales, la Libération, la guerre froide et la décolonisation. « La chair humaine » est également étudiée à travers les différentes familles politiques : les radicaux (Serge Berstein), les socialistes (Frédéric Sawicki) et les communistes (Bernard Pudal). Les partis politiques, les syndicalistes, les associations comme la Ligue des droits de l’Homme, côtoient d’autres courants de manière temporaire comme les gaullistes de gauche (Yves Billard). Les contributions qui expliquent les grands moments des gouvernements de gauche, du Bloc des gauches (Gilles Candar) à la gauche plurielle (Jean-Jacques Becker) en passant par le Front Populaire (Frédéric Monier) et l’Union de la gauche puis l’ère Mitterrand (Alain Bergounioux et Gérard Grunberg) invitent le lecteur à penser dans le temps long le rapport que la gauche entretient avec « l’exercice du pouvoir ». Les évolutions stratégiques (sur l’économie, l’Europe ou le rapport à l’Etat), les frontières idéologiques (notamment sur le marxisme) et les identités culturelles (l’anticléricalisme et la laïcité mais aussi les mœurs, les loisirs, l’art et la littérature) apparaissent comme des lignes de force qui résultent du nécessaire choix opéré par les auteurs de cette entreprise collective. Ainsi, Gilles Candar et Jean-Jacques Becker relèvent les thématiques absentes de l’ouvrage comme par exemple la gauche et l’étranger ou la gauche et les paysans. Ce livre est un acquis de la recherche et constitue une œuvre majeure qui ne demande qu’à être prolongée par l’inscription dans des ensembles plus vastes et faisant appel à d’autres cultures politiques et historiographiques.

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Nous nous limitons à citer ici : Jacques DROZ (dir.), Histoire générale du socialisme, 4 vol., Paris, P.U.F, 1972-1977.

Une présentation plus détaillée de l’historiographie des gauches et plus spécifiquement du socialisme fera l’objet d’un billet ultérieurement.

[2] René REMOND, La Droite en France, Paris, Montaigne, 1954 ; rééd. Les Droites en France, Paris, Aubier-Flammarion, Paris, 1982.

Jean-François SIRINELLI (dir.), Histoire des droites en France, 3 vol., Paris, Gallimard, 1992.

Nous tenons également à signaler la récente parution d’un ouvrage qui contribue à un profond renouvellement historiographique sur les droites : Gilles RICHARD, Histoire des droites en France, de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 2017.

A First Assessment of the EUROSOC Project/April 2017 (Shanghai, April 2017)

A First Assessment of the EUROSOC Project/April 2017 (Shanghai,  Academy of Social Sciences CASS – Institut of Chinese Marxism, 28 April 2017)

 Second to the left : Professor Fang Songhua (director of Institut of Marxism), then Jean-Numa Ducange, Serge Wolikow, Xu Juezai (director of the journal Yearbook of World Socialism), Chen Xianqing, Ma Lyia. 

Launched in February 2016, the EUROSOC project set several objectives, the first of which was to establish a network of researchers on the history of socialisms for the period 1870-1914, without excluding an interest for a broader chronology. From its early stages, the project has developed links with diverse university structures and foundations  sharing a strong interest for this object. In addition to the colleagues from the University of Rouen and Le Havre, colleagues from foreign universities (Denmark, Italy, Germany, and China predominately) and from other French universities (Dijon, Strasbourg, EHESS[1], Paris 1 among others) participated in several meetings and seminar sessions. The Jean-Jaurès and Gabriel-Péri Foundations supported several initiatives. The Consortium Mondes Contemporains (Consortium “Archives of the contemporary worlds”) also intensively supported the project, particularly for the document digitization projects; we shall return to this point later. It is worth noting that the project was enhanced within the framework of the seminar for Master students called “French revolution, Revolutions of the 19th-21th centuries” coorganized by Michel Biard and myself at the University of Rouen and where, for example, Emmanuel Jousse – the author of a noteworthy thesis on the history of reformist socialism in France – took part in it. The seminar also hosted a full-day session dedicated to historian Georges Haupt and his archives.

The EUROSOC notebook

Here, I shall already underline several concrete implementations. First, the EUROSOC online notebook has been regularly supplied with high-quality posts, published almost every week and covering the various aspects of the project : bibliography, historiography, information content (publications of books on the topic), brief reports of speeches coming from study days, reports of research studies defences (master, thesis), etc. Most of the posts are in French but a significant number of them were translated in English for the sake of internationalisation. The general coordination of this notebook, which will soon lead to the creation of a denser and stronger website, was entrusted to Frank-Olivier Chauvin, a doctoral student since September 1st 2016 under Michel Biard’s and my supervision.

Master’s degrees and doctorates

Several students were able to write their Master’s thesis in relation to this project (among the most active ones were Alexandre Riou on the history of Czech socialism and Frank-Olivier Chauvin on the revolutionary tradition in the Ottoman Empire). Other ongoing and upcoming Master’s theses, as well as several theses projects under development, are within the project’s perspective. Doctoral students and doctors are now already part of the EUROSOC project. This is evidenced, for example, by the publication of several posts by Andrea Benedetti, a doctoral student at the university of Strasbourg, or Elisa Marcobelli, doctor of the EHESS. Lastly, it should be noted that Pierre Alayrac took part in our activities – Pierre Alayrac is the 2016 Jean-Jaurès Foundation award recipient and the author of a Master’s thesis on the 1896 London Congress which he defended at the École Normale Supérieure under Blaise Wilfert-Portal’s and my supervision.

Digitization

In terms of document digitization, two archival fonds were treated thanks to the EUROSOC funds. The first one is a part of the Pierre Renaudel fonds (kept at the Jean-Jaurès Foundation) which contains unpublished archives on the establishment of socialism in Normandy for the period 1899-1905, particularly on the history of the French Socialist Party. The richness of this fonds has already been emphasized and is currently being exploited by Florent Godguin, history and geography teacher and collaborator of the EUROSOC project. This exploitation will soon lead to a university Master’s thesis.

The other digitized fonds corresponds to the international vocation of EUROSOC: the fonds of Romanian historian Georges Haupt. It contains numerous original documents from the Socialist International (The Second International before 1914) and notably a part of the correspondence of the International Socialist Bureau that Haupt had recovered from Camille Huysmans. Its scientific promotion is ongoing, notably thanks to Lucie Guesnier, doctor from the University of Paris 1 and author of a noteworthy thesis on the history of Romanian socialism before the First World War.

Translation

On this matter, regarding the successful cooperation, I wish to underline the active participation of our colleagues from the Institute of Marxism of the Shanghai Academy of Social Sciences. A letter written by Hardling and addressed to Huysmans about the early developments of socialism in China – a letter in English in the Haupt fonds – was translated in Chinese and published in the Yearbook of socialism (Shanghai) in 2016, as part of the partnership established by EUROSOC. This letter was partially quoted by Haupt himself – a letter he thus possessed – in La Deuxième Internationale et l’Orient (The Second International and the East, cowritten with Madeleine Rebérioux in 1967) but had remained in its entirety completely unpublished. Ma Lyia, a colleague of the Academy, has published in the journal Austriaca (edited by Rouen Press University) a very interesting article about the reception of Otto Bauer’s theory in China.

The acquisition of works

At the bibliographical level, the fonds led to the acquisition of rare journals and books related to the history of socialism. Examples include several volumes of the collection “Historical materialism” published by Brill or the last copies of the journal Beiträge Zur Marx-Engels Forschung. It is a journal devoted to Marx and the marxisms and which contains important historical input on the history of the archival centers related to the socialist movement.

2017-1018

In anticipation, the EUROSOC project intends to continue its activities in the same fields by diversifying the places of its seminar sessions and holding them in several sites. The document digitization will continue in order to further enhance regional and international resources that are still hard to access for researchers. On this matter, the cooperation between the archival centers will have to be strengthened. At the end of the project, EUROSOC will organize in September-October 2018 a symposium which should emphasize the different levels of integration of the project; various historians from several countries will for instance be invited. Publications are also under study, along with the possibilities to perpetuate the project.

[1] The School for Advanced Studies in the Social Sciences (French: École des hautes études en sciences sociales).

European Socialism | Socialisme européen