Georges HAUPT, L’historien et le mouvement social, Paris, Maspero, coll. « Bibliothèque socialiste », 1980.

Georges HAUPT, L’historien et le mouvement social, Paris, Maspero, coll. « Bibliothèque socialiste », 1980.

 

gh-maspero

 

Nous publions ici un résumé de l’ouvrage de Georges Haupt, L’historien et le mouvement social, sous la forme d’un compte-rendu précis de lecture par Florent Godguin, professeur d’histoire-géographie et collaborateur d’EUROSOC. L’ouvrage réunit une série d’articles de l’historien, regroupés sous la forme d’un livre publié deux ans après sa mort en 1980.

Ce billet permet d’introduire la journée d’étude consacrée à l’historien qui se tiendra le mercredi 7 décembre à l’Université de Rouen dans le cadre des séminaires proposés dans l’axe 4 du laboratoire GRHis en partenariat avec EuroSoc.

 

Le premier chapitre de l’ouvrage est un essai méthodologique dans lequel Georges Haupt critique avec vigueur la vision traditionnelle de l’histoire du mouvement ouvrier.[1] D’après l’auteur, loin de se réduire « à une histoire des idées, des institutions, des dirigeants » (p.21) ou pire, « à une épopée héroïque remaniée sans cesse pour les besoins des joutes idéologiques » (p.21), l’histoire du mouvement ouvrier doit trouver les voies de l’émancipation afin de « saisir la complexité des images transmises et des réalités cachées d’un parti ». L’historien s’emploie à présenter les différentes manières d’écrire l’histoire du mouvement ouvrier en lien avec son propre développement : il met en évidence les enjeux idéologiques de cette écriture jusque dans les années 1960 avant de constater la faiblesse d’intérêt pour la dimension internationale du mouvement ouvrier. Selon lui, cette orientation de la recherche permet d’aborder l’évolution du socialisme. Georges Haupt nous livre ainsi un vif plaidoyer pour « mettre un terme à l’hypertrophie de l’histoire idéologique, en terminer avec ce montage des événements auquel se prête la soi-disant histoire du parti » (p. 43) et souhaite emprunter des voies nouvelles pour faire une « histoire ouvrière résolument sociale » (p.44).

Dans le second texte, l’historien roumain expose son analyse d’un phénomène qui a durablement marqué – au moins jusqu’à la révolution d’octobre 1917 – la tradition du mouvement ouvrier et socialiste : la Commune de Paris.[2] D’après l’auteur, « à la fois par sa réalité et par son image, la Commune est partie organique du patrimoine du mouvement ouvrier ; elle est incorporée solidement dans le développement théorique de celui-ci, dans ses traditions, ses mythes, sa conscience historique, son système de références, et malheureusement dans ses divergences et ses désaccords idéologiques fondamentaux » (p.46). Ainsi, pour les générations de révolutionnaires qui lui succèdent, la Commune sert à la fois de « symbole » et d’« exemple ». L’historien distingue en effet ces deux notions : son image attire « telle qu’elle s’est enracinée dans les souvenirs et les mentalités collectives, ou telle qu’elle a été transfigurée par les idéologies » (p.49) mais elle constitue aussi tous « les efforts multiples pour mettre une expérience à profit, pour tirer des conclusions théoriques des évènements, pour dégager de nouvelles idées directrices en vue de l’action » (p.49).

Dans son article « De Marx au marxisme »[3], Georges Haupt étudie rigoureusement l’apparition et la diffusion des termes « marxiste » et « marxisme » dans le cadre de la Première et de la Deuxième Internationale mais aussi à l’intérieur de la social-démocratie allemande, dominée sur le plan théorique par Friedrich Engels et Karl Kautsky après la mort de Karl Marx. D’abord utilisés par les adversaires, ces termes rendent compte d’une sensibilisation des militants qui y voient un moyen de distinction et d’identification. Ce phénomène va dans le sens d’une diffusion du marxisme au sein du mouvement ouvrier après la fondation de la Deuxième Internationale. Georges Haupt propose ainsi de saisir comment se construit à différents niveaux et de manière chronologique cette référence politique au marxisme, des années 1850 grâce au rayonnement de l’autorité personnelle de Marx jusqu’à la revue théorique Neue Zeit (qui commence à paraître en 1883) de Karl Kautsky. D’après ce dernier, ces dénominations ont valeur de programme et sont des instruments de combat idéologique. Le marxisme est ainsi considéré comme une pensée toujours en action.

Le quatrième chapitre de l’ouvrage aborde le problème des relations entre les bolcheviks et la Deuxième Internationale par le prisme de la figure de Lénine[4], qui fut longtemps absent des recherches des historiens notamment en raison d’un accès aux archives impossible et du caractère lacunaire d’une multitude de documents, comme les dossiers du Bureau Socialiste International. Après avoir fait une mise au point historiographique, l’auteur expose les temps forts de ces relations. Une première période de 1900 à 1911 peut être distinguée : elle est successivement caractérisée par l’indifférence, l’hostilité puis la confiance entre les bolcheviks et la Deuxième Internationale. La question de l’unité russe auprès du B.S.I est un tournant dans les relations entre les deux parties : Lénine refuse l’unification de la social-démocratie russe et affirme sa préférence pour des perspectives révolutionnaires alors que l’Internationale emprunte une voie résolument réformiste. Enfin, à la veille de la Première Guerre mondiale, l’isolement et la faible audience des bolcheviks dans les rangs du socialisme européen, même auprès de l’aile gauche de l’Internationale, ainsi que les préoccupations différentes des deux parties – l’avènement d’une nouvelle révolution pour les bolcheviks et la montée des périls pour l’Internationale – révèlent une crise latente qui éclate avec le déclenchement du conflit mondial.

Le chapitre suivant est consacré à une étude sur le rayonnement de la social-démocratie allemande dans le Sud-Est européen[5], dénomination imprécise qui définit à la fois une entité étatique (l’Autriche-Hongrie) et un ensemble géographique (les Balkans). Georges Haupt discute les thèses de Robert Michels et affirme que « l’autorité puis le rôle hégémonique du S.P.D sont acquis dans la période de la création de la IIème Internationale » (p.152). Cette période est marquée « par le processus de formation des principaux partis ouvriers européens et par l’expansion du marxisme » (p.152). Privilégiant l’analyse historique, l’auteur explique que « la question de l’influence prédominante exercée par la social-démocratie allemande dans IIème Internationale ne se pose pas en termes de modèle ou de greffe » (p.153) mais celle-ci doit être envisagée « comme l’élément majeur dans le système de rapports établis entre les divers partis de la IIème Internationale autour du noyau marxiste, à une époque où les liens internationaux entre les partis socialistes et ouvriers ne se bornent pas aux organisations et aux instances internationales » (p.153). Georges Haupt mesure donc cette influence en termes concrets : la circulation des hommes et la diffusion de la presse sont des instruments de pénétration des idées social-démocrates dans cette partie de l’Europe, qui assurent notamment au S.P.D son rôle de « parti-guide », sa suprématie et son autorité internationale.

Dans un texte intitulé « Guerre ou révolution ? L’Internationale et l’Union sacrée en août 1914 »[6], Georges Haupt se place sur le terrain de l’histoire pour comprendre le mécanisme de la défaite et propose une méthodologie qui vise à « découper le temps » et « délimiter les étapes ». Il évoque la manière dont les socialistes, contrairement à novembre 1912 lors du congrès de Bâle, sont passés du statut de sujets à objets de leur propre histoire : « ce revirement des sentiments des masses socialistes, point capital, reste obscur » (p.209). Après avoir fait un exposé méthodologique brillant, l’auteur conclut en affirmant que l’effondrement de l’Internationale ne peut pas s’expliquer uniquement par l’impuissance, un revirement soudain ou une trahison mais que « la guerre concrétise une démission de longue date » (p.235) qui contraint l’Internationale à faire face à ses contradictions qui la conduisent à une impasse.

Cette étude analyse les rapports entre guerre et révolution dans la pensée et la stratégie de Lénine[7]. L’auteur s’attache à savoir quelle place occupe la guerre en tant que frein ou germe d’une stratégie révolutionnaire. On peut ainsi constater que Lénine ne lui attribue aucune place fixe : jusqu’en 1914, la guerre est en effet une variable subordonnée. D’après Georges Haupt, « Lénine n’élabore ni des préceptes, ni un modèle stratégique, ni une théorie fondée sur la dialectique guerre-révolution » (p.239). Il rend compte de la pensée du leader bolchevik pour qui « le déclenchement de la Première Guerre mondiale qui précipita la faillite de la IIème Internationale marque un grand tournant, une nouvelle étape dans le développement du socialisme » (p.238). En s’inscrivant dans le courant de réflexion initié par Engels et Kautsky, Lénine cherche à tirer bénéfice de cette nouvelle donne dans la construction de sa stratégie de révolution. Tout d’abord, il considère que la guerre apparaît comme la continuité de la politique menée en temps de paix et que l’objectif majeur de celle-ci est d’empêcher l’éclatement de la révolution. Georges Haupt met en évidence l’évolution de la pensée de Lénine à la lumière de faits nouveaux : la guerre est ensuite envisagée comme une crise violente du capitalisme à son stade monopolistique. La Première Guerre mondiale est ainsi replacée dans un cycle de crises qui devront se traduire par de nouvelles guerres et de nouvelles situations révolutionnaires. La stratégie de Lénine n’est alors « plus centrée sur la Russie mais sur le système mondial de l’impérialisme, l’enchevêtrement des liens et des rapports de l’édifice capitaliste » (p.266).

Le texte sur les « groupes dirigeants » internationaux du mouvement ouvrier[8] fait appel à ce concept gramscien – qui apparaît en opposition à l’image traditionnelle du chef social-démocrate – et développe une méthode pour faire l’histoire du socialisme. La définition du terme consiste à étudier le phénomène « comme un produit du processus historico-social de la structuration et de la métamorphose du mouvement ouvrier qui le secrète et le façonne aux diverses phases de son développement » (p.271). L’histoire des Internationales, dont l’auteur est l’un des plus éminents spécialistes, est indispensable pour comprendre « la fixation de la notion de dirigeant international dans le mouvement ouvrier au fur et à mesure que se cristallise sur le plan et dans les cadres nationaux la réalité des groupes dirigeants » (p.273). Au-delà d’une démarche institutionnelle, Georges Haupt souligne l’apport de l’approche biographique et de l’initiative de Jean Maitron avec le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier, « où les dirigeants sont situés dans le milieu ambiant des militants » (p.280). Il accorde tout autant d’importance au « facteur personnel » situé dans un cadre plus large, en mettant en évidence le poids de certaines personnalités comme Karl Kautsky et Victor Adler au sein de la IIème Internationale.

Dans le dernier texte du recueil, Georges Haupt cherche à « situer la démarche de Rosa Luxemburg dans le long et difficile processus de décryptage » (p.294) de la question nationale au sein de la pensée marxiste[9]. Selon l’historien, le développement de la théorie marxiste dans le domaine national est liée aux « circonstances » mais est aussi le fruit « d’une recherche collective où la clarification et la progression de la problématique passent par des divergences profondes d’interprétation, des confrontations violentes entre le dynamisme et le conservatisme de l’idéologie » (p.294). La conceptualisation de cette question s’est aussi faite sur le terrain de l’histoire : c’est en effet « dans une confrontation avec le réel (…) que la pensée marxiste (…) finit par lui accorder une place et un statut théorique autonomes dans le corpus même du marxisme » (p.294). Georges Haupt met en évidence la participation de Rosa Luxemburg à cette conceptualisation : la fin du XIXème siècle qui correspond au début de la réflexion, la révolution russe de 1905 comme tournant, et enfin la veille de la Première Guerre mondiale, où la question nationale dépasse « le creuset organisationnel et tactique pour se placer dans la perspective de la dynamique des mouvements nationaux et de ses rapports avec la révolution socialiste »[10] (p.295).

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Paru dans Georges HAUPT, L’Internazionale Socialista dalla Comune a Lenin, Torino, Einaudi, 1978.

[2] Paru dans La Commune de 1871, Actes du colloque de Paris, mai 1971, Ed. Ouvrières, 1972. (Ce volume a constitué originalement le numéro d’avril-juin 1972 du Mouvement social.)

[3] Paru dans Festschrift für Werner Philip, Berlin, 1978.

[4] Paru dans Cahiers du monde russe et soviétique, n°3, 1966.

[5] Paru dans Georges HAUPT, L’Internazionale Socialista dalla Comune a Lenin, Torino, Einaudi, 1978.

[6] Paru dans Les Temps modernes, 1969.

[7] Paru dans Revue française de sciences politiques, n°2, 1971.

[8] Paru dans Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Ed. Ouvrières, 1976.

[9] Paru dans Pluriel-Débat, n°11, 1977.

[10] Cf. G.HAUPT, M.LOWY et C.WEILL, Les Marxistes et la question nationale, Maspero, Paris, 1975.

Colloque international : Réseaux et solidarités internationales face à la répression dans les ports et en mer

Colloque international : Réseaux et solidarités internationales face à la répression dans les ports et en mer, à l’Université Le Havre – Normandie, organisé par le laboratoire IDEES-LE-HAVRE et en collaboration avec l’association des amis de Jules Durand.

Jules Durand

Jeudi 24 novembre 2016
Amphithéâtre Jules Durand

9 h 30 à 10 h : Ouverture
Avec Françoise Dumont, Présidente de la Ligue des Droits de l’Homme

10 h à 12 h 30 : De l’Affaire Jules Durand à la solidarité portuaire
Séance présidée par Ryad Bendif, Association des Amis de Jules Durand

Jean-Pierre Castelain
Jules Durand dans l’ombre d’archives disparues

Christiane Delpech
Jules Durand mon grand-père

Dominique Noguères
L’Affaire Durand : machination et erreur judiciaire

John Barzman
De Jules Durand aux réseaux et à la solidarité internationale dans les ports et en mer

Pause : 12 h 30 à 13 h 30

13 h 30 à 16 h : Echos de l’Affaire Durand en dehors du Havre
Séance présidée par Jean-Numa Ducange, Université de Rouen, EUROSOC

Nicolas Vabre
Cherbourg et Jules Durand

Juan Cristobal Marinello
Jules Durand dans la presse ouvrière espagnole

 

Donald Weber
Anvers et Jules Durand

16 h à 18 h : La grève des dockers de Liverpool de 1995 et ses suites

Raquel Varela
L’International Dockworkers Council (IDC) et la « grève européenne » des dockers de 2014

Mike Carden
L’histoire de la grève des dockers de Liverpool et la solidarité

John Lynch
Aujourd’hui, 20 ans après

Johann Fortier
Les dockers du Havre et l’internationalisme

18 h à 18 h 30 Départ vers les docks

18 h 30 à 20 h 30 : Cinéma Gaumont, Centre commercial Docks Vauban, Ouvert au public, entrée gratuite
Séance présidée par John Barzman

Aubéri Edler, réalisatrice
« La classe. Ouvrière » et l’œuvre de Ken Loach »

Ken Loach (sous réserve)
lauréat de deux Palmes d’or du Festival de Cannes, présente son film « Les dockers de Liverpool » (« A Flickering Flame » , 55 minutes, 1997, Roches Noires Production)

Débat

Vendredi 25 novembre 2016
Amphithéâtre Jules Durand

 

9 h 30 à 12 h 30 : Comparaisons
Séance présidée par Donald Weber, Université de Gand

Lucie Guesnier
Le port de Braïla et Panait Istrati à l’époque de Jules Durand

Jesper Hamark
Arthur Nilsson, docker de Malmö condamné et héros du monde du travail suédois

Christine Cornet
Loin d’André Malraux : les conflits à Shanghai dans les années 1920

Jean-François Klein
Comparaison Europe Asie

Débat

Eric Saunier
Retour sur les réseaux de diffusion de l’information et de solidarité dans les milieux maritimes à la lumière de la mutinerie des esclaves de l’Amistad (1839)

Pause 12 h 30 à 13 h 30

13 h 30 h à 14 h : Visite de l’exposition « Vie et combats de Jules Durand, docker charbonnier 1880-1926 »
Hall de l’amphi Jules Durand exposition présentée du lundi 21 au vendredi 25 novembre
14 h à 14 h 30 : Deux livres récents sur Jules Durand
Séance présidée par Yoland Simon auteur et animateur radiophonique

Mako, Le roman graphique de Roger Martin et Mako, Les docks assassinés : l’affaire Jules Durand, 2016

Le livre collectif sous la direction de John Barzman et Jean-Pierre Castelain, Jules Durand, un crime social et judiciaire, 2015

14 h 30 à 16 h 30 : Réseaux et solidarité internationale
Séance présidée par Dominique Noguères

Reiner Tosstorff
L’ITF (International Transport Workers Federation) et la solidarité internationale antifasciste 1921-1939

Peter Waterman
L’expérience de la Coordinadora Internacional de Barcelone dans les années 1980 et les formes de la solidarité internationale aujourd’hui

Arnaud Le Marchand
Une forme de répression ? Le travail forcé dans les ports européens et l’action des ONG humanitaires

Débat

16 h 30 à 17 h : Conclusions
John Barzman et Jean-Pierre Castelain

Les lettres de prison de Jules Durand, Lecture par la Compagnie « Les mots à dire » Aline Flaux, Daniel Lesur, Rémi Picard

Remerciements et clôture

Programme complet.pdf

Présentation de la revue : Annales de recherches sur le socialisme dans le monde / Presentation of the Journal: Yearbook of Socialism / 刊物介绍:《世界社会主义年鉴》

English version below
Chinese version below

 

Le partenaire chinois d’EUROSOC présente ici son travail mensuel et annuel de publication. La revue présentée ici a déjà traduit et publié par exemple :

Paul Lafargue Une singulière histoire d’archives socialistes du PCF, Fondation Jean-Jaurès / Fondation Gabriel Péri / Archives départementales de Seine-Saint-Denis (avec Pierre Boichu).

Voir à cette adresse la version chinoise :

http://www.shekebao.com.cn/shekebao/2012skb/rw/userobject1ai6889.html

Un prochain billet présentera d’autres publications de cette revue

front-cover12-15

Présentation de la revue : Annales de recherches sur le socialisme dans le monde

(Académie des Sciences Sociales – Shanghai)

L’institut des études marxistes chinoises est un éminent groupe de réflexion et de recherches, principalement dévolu à l’étude des théories et de l’histoire marxiste et particulièrement du marxisme chinois, du socialisme européen et de l’étude marxiste comparée chinoises et occidentale. L’Institut des études marxistes chinoises dispense également des diplômes de master et doctorat sur l’histoire du Marxisme.

L’institut et le Centre International des Etudes Socialistes publient Les recherches sur le socialisme dans le monde tous les mois depuis 2008, axé sur les tendances de la recherche du socialisme au niveau mondial. La revue occupe une place centrale dans la recherche académique de ces dernières années. De ces publications mensuelles, l’Institut publie le les Annales de recherches sur le socialisme dans le monde depuis 2012. L’ouvrage revient sur les recherches de l’année académique précédente concernant le socialisme mondial avec pour caractéristique principale d’offrir des annexes illustrées et uniques. Les annexes incluent une section New Books revenant sur les publications récentes, environ 60 ouvrages en chinois et en anglais tous les ans, ainsi qu’une section Chronicles of Events, qui revient sur les principaux événements concernant le socialisme mondial. La dernière publication (2016) est revenue sur les classiques de la littérature socialiste, les principaux problèmes du capitalisme à l’ère de la mondialisation, sur le 70eme anniversaire de la Deuxième Guerre mondiale, le statuquo des gauches dans le monde, les problèmes théoriques majeurs du socialisme, sur les documents étrangers déclassifiés, etc.

front-cover2015


ENGLISH VERSION

Presentation of the Journal: Yearbook of Socialism

(Academy of Social Sciences – Shanghai)

 

 

The Social Sciences of Shanghai Academy is a leading Chinese think tank and research institution, and it’s Institute of Chinese Marxism Studies is mainly specialized in the research on theories and history of Marxism, especially Chinese Marxism, European socialism and comparative studies of Chinese and Western Marxism. The Institute of Chinese Marxism Studies also provides PHD and master degree curricula on history of Marxism.

The Institute of Chinese Marxism Studies and the Center for International Socialism Studies has published The Research on World Socialism every month since 2008, which focuses on the trends of the research on world socialism. The journal is always one of the focus in Chinese academia these years. Based on the journal, the institute has published Yearbook of socialism since 2012. The book focuses on last year’s academic research about world socialism, its most important feature is informative illustrated and unique appendixes. The appendixes includes New Books, which introduces about 60 newly published books on socialism in Chinese and English each year, as well as a Chronicle of Events which records the latest important events about world socialism each year. The last issues of the book (2016) focused on the subjects such as socialism classic literature, the deep problems of capitalism in the era of globalization, 70th anniversary of World War II, the status quo of Leftism all over the world, major theoretical problems of socialism, foreign declassified documents, etc.


CHINESE VERSION

刊物介绍:《世界社会主义年鉴》
上海社会科学院

 

上海社会科学院是中国目前一家前沿性的智库和研究机构,该院的中国马克思主义研究所主要从事马克思主义的理论和历史研究,尤其是中国马克思主义、欧洲社会主义和中西马克思主义比较等方面的研究,该所下设硕士和博士两个学位点,教授硕博士课程。

中国马克思主义研究所和该院的世界社会主义研究中心从2008年起共同出版《社会主义研究动态》月刊,这是一份关注世界社会主义动态的研究性刊物,该刊一直是中国学术界的关注焦点之一。在这份刊物的基础上,研究所从2012年起开始出版《世界社会主义年鉴》,该年鉴主要致力于研究上一年度的世界社会主义运动,这份年鉴的最突出的特征就是丰富的插图和一系列独特的附录:如新书架,主要是关于世界社会主义研究的60本该年度出版的代表性著作的中英文简介;又如大事记,主要是记录该年度关于世界社会主义运动的重要事件。最近一期年鉴(2016年度)主要聚焦于诸如社会主义经典文献、全球化时代的资本主义问题、二战70周年纪念、西方左翼运动现状、社会主义重大理论问题,以及相关国外文件解密等主题。

 

Version française / English version & Chinese Version.pdf

European Socialism | Socialisme européen