Archives par mot-clé : Jules Guesde

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

L’Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

Première partie

Seconde partie

Après avoir présenté brièvement Sébastien Faure et quelqu’un.e.s des contribut.rices.eurs en tentant de renvoyer autant que faire se peut à la littérature grise existante, l’Encyclopédie anarchiste de Faure sera ici confrontée à une œuvre, beaucoup plus connue, issue d’un autre courant des socialismes français parue quelques années auparavant. Cette œuvre sous la direction du guesdiste Adéodat Compère-Morel est établie au cours de l’année 1912 et offre un terreau d’analyse intéressant à l’étude du mouvement socialiste. Néanmoins, un tel examen comparé ne saurait être exhaustif compte-tenu du format imparti par le carnet de recherche. Cependant et dans la continuité des premières parties, sera proposée une vue générale permettant de synthétiser et regrouper les ressources disponibles sur le sujet tout en offrant quelques perspectives de recherches[1].

Adéodat Compère-Morel : de Guesde à Jaurès

L’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière est publiée entre 1912 et 1921 sous la direction technique de Compète-Morel[2] avec la collaboration de Charles Rappoport, Paul-Louis, Hubert Rouger[3], Jean Longuet[4], Sixte-Quenin, Jean-Baptiste Séverac, Pierre Brizon et Ernest Poisson[5]. La trajectoire d’Adéodat Compère-Morel demeure assez classique : il adhère très vite au Parti ouvrier de Guesde jusqu’à la scission qui conduit à la création du Parti communiste. Bien que longtemps guesdiste, Compère-Morel demeure fidèle à la S.F.I.O. Publiciste, Compère-Morel est également un député inamovible puisqu’il est (ré)élu à son poste sept fois sans discontinuer du 25 avril 1909 au 31 mai 1936[6]. Après avoir rejoint la S.F.I.O., il rejoint l’éphémère Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (1933-1935) fondé entre autres par le normand Pierre Renaudel ancien proche de Jaurès qui fut exclu de la S.F.I.O[7]. La constance de Sébastien Faure tranche ici avec le parcours de Compère-Morel et illustre le hiatus entre réforme et révolution entre ces deux grands courants du socialisme français : entre la participation à l’Etat bourgeois et le rejet de la participation à la chose publique.

Extrait de l’entée « anarchiste » issue du Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924. p39.

 

Socialisme & anarchisme, deux voies politiques, un moyen : la propagande par l’édition

La première distinction tient dès le titre de l’Encyclopédie socialiste qui s’affiche le plus inclusif possible. Là où l’Encyclopédie de Faure n’est suivie que de l’épithète du courant politique, celle de Compère-Morel agrège l’ensemble des voies et méthodes politiques possibles qui traversent le socialisme d’alors et plus particulièrement celle d’une partie issue du courant guesdiste. Madeleine Rebérioux qualifie d’ailleurs cette entreprise comme n’étant pas « exclusivement guesdiste, mais, chez les guesdistes, d’une tentative hégémonique conçue et exercée dans le cadre d’une plus vaste offensive »[8] que Vincent Chambarlhac nuance par le concours de Jean Longuet[9], qui, au moment de sa participation a déjà embrassé le socialisme jaurésien[10]. Cette Encyclopédie socialiste est d’ailleurs postérieure au Dictionnaire du socialisme de Charles-Gabriel Vérecque[11] et s’inscrit dans cette nécessité de « propagande » des idées socialistes[12]. Là où Faure doit faire face à une « balkanisation » du mouvement anarchiste, la S.F.I.O. est forte d’une structuration bien établie sur l’ensemble du territoire et supportée par de nombreux militants.

Conclusion

S’agissant d’un projet collaboratif dans lequel Sébastien Faure tente de travailler avec l’ensemble des courants libertaires. L’Encyclopédie n’apparaît pas véritablement homogène et certaines notices semblent davantage relever d’une vision discursive que d’un véritable travail scientifique. Néanmoins, Là n’était pas le but premier de Faure qui souhaitait faire œuvre-utile dans la droite ligne de son engagement de vulgarisateur en proposant une encyclopédie dont l’utilisation soit simple et malgré certaines entrées au ton volontairement polémiques, l’ensemble témoigne d’un travail passionnant et passionné par les acteurs eux-mêmes de la transformation sociale et il s’agit là d’un apport conséquent à l’historiographie du mouvement libertaire. Mais la véritable force de cette Encyclopédie est à porter au crédit de son initiateur qui se révèle ici en véritable homme-orchestre et homme de réseau du mouvement libertaire français. Cela pourrait d’ailleurs donner lieu à des travaux intéressants, à la seule lecture de cette Encyclopédie et de ses contribut.eurs.trices à l’aide de la boîte à outils des sciences sociales, l’on pourrait aisément modéliser la porosité entre certains contributeurs de l’Encyclopédie de Faure et celle de Compère-Morel et mériterait par ailleurs une attention supplémentaire à travers une étude comparée entre ces deux encyclopédies et le Dictionnaire de Compère-Morel.

Ces quelques critiques, somme toute assez formelles ne peuvent prétendre à jeter l’opprobre sur une œuvre devenue incontournable à l’étude des mouvements anarchistes et libertaires[13]. Cette Encyclopédie anarchiste, dont les liens avec celle étudiée au travers ce bref exposé a finalement jeté les bases de l’œuvre de Jean Maitron devenue indispensable à l’histoire du mouvement social[14].

Frank-Olivier CHAUVIN
Doctorant Université Rouen-Normandie

Billet complet au format.pdf

___________________________________________________________________________

[1] L’article de Bruno Groppo, chercheur au centre d’histoire sociale du XXe siècle a d’ailleurs déjà consacré un article dont ne pouvons pas faire l’économie. GROPPO Bruno, « Les dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier : analyse comparée d’un genre scientifique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 4/2011 (N° 104-105), p. 6-15.

[2] Nous aurions d’ailleurs pu porter notre comparaison avec le Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international du même Compère-Morel mais l’accueil de l’Encyclopédie socialiste ayant rencontré un plus grand écho, choix a été fait de ne sélectionner qu’une seule œuvre.  COMPERE-MOREL, Adéodat, Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924, 1057p.

[3] ROUGER Hubert, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; La France socialiste. Tome 1, Paris, A. Quillet, 1912. Disponible en ligne, URL :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63272485 (consulté le 5 avril 2017).

[4] LONGUET Jean, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; Le mouvement socialiste international, Paris, A. Guillet, 1913. disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327286v (consulté le 5 avril 2017).

[5] BRIZON Pierre et POISSON Ernest, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, Paris, A. Quillet, 1913. Disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327288p (consulté le 7 avril 2017).

[6] La fiche de député de Compère-Morel est disponible sur le site de l’Assemblée nationale, URL : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/%28num_dept%29/1934#bio (consulté le 9 avril 2017).

[7] Cette exclusion de sept députés intervient le 5 novembre 1933 lors d’un Conseil national de la S.F.I.O. le 8 courant, Un groupe parlementaire est formé réunissant les nouveaux exclus et démissionnaires. Une structure politique va être créée afin d’accompagner cette nouvelle expression politique lors du Congrès fondateur le 3 décembre 1933.

[8] REBERIOUX Madeleine, « Guesdisme et culture politique : recherches sur l’Encyclopédie socialiste de Compère-Morel », Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Paris, Les Éditions ouvrières, 1976, pp. 211-227. Cette contribution

[9] CHAMBARLHAC Vincent, « L’orthodoxie marxiste de la SFIO : à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 07 avril 2017.  Disponible en ligne, URL : http://chrhc.revues.org/2215

[10] CANDAR Gilles, Jean Longuet : Un internationaliste à l’épreuve de l’histoire. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, consulté le 08 avril 2017). Disponible en ligne, URL : (http://books.openedition.org/pur/6318 ).

[11] VERECQUE Charles, Dictionnaire du socialisme, Paris, 1911.

[12] Jean-Lorris « L’Encyclopédie socialiste comme réponse à la nécessité de la propagande », préface au tome 1 de l’Encyclopédie socialiste, Paris, Quillet, 1912. L’on reverra à cette notion de propagande au travers l’article de Fabrice d’Almeida, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique [En ligne], 69 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2008, consulté le 08 avril 2017. Disponible en ligne, URL : http://mots.revues.org/10673

[13] L’on indiquera au lecteur que cette encyclopédie a bénéficié d’une réimpression papier mais est également disponible en ligne.

[14] Tout comme le fut auparavant l’Encyclopédie socialiste dans laquelle Madeleine Rebérioux voit « une œuvre qui, à certains égards, pourrait apparaitre comme « le premier Maitron. ». voir note 8.

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (1/3)

Antérieure à l’historien du mouvement social dont nous avons récemment rappelé l’héritage lors de la journée du Printemps du Maitron qui s’est déroulée en Sorbonne, l’oeuvre de Sébastien Faure est complémentaire à la lecture du Dictionnaire des anarchistes.

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (1/3)

Ce billet s’inscrit dans la dynamique du projet EuroSoc avec l’intention de présenter quelques ouvrages parfois singuliers, parfois marginalisés mais présentant tous un intérêt scientifique. Le projet entend également porter son attention sur l’ensemble des courants socialistes notamment les mouvements anarchistes et libertaires que le présent billet inaugure. A terme, la catégorie inaugurée par le billet de Florent Godguin, permettra de proposer une bibliographie exhaustive.

Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-237

Sébastien Faure : de l’héritier bourgeois au militant libertaire

Sébastien Faure est l’un des rares militants du mouvement social français à avoir connu les évolutions et transformations progressives des socialismes. Né en 1858 et mort en 1952 c’est donc sur presque un siècle et autant d’événements marquants pour l’action sociale que la vie de Sébastien Faure va se dérouler. Né dans un milieu bourgeois, qui le destine aux ordres religieux, Sébastien Faure abandonne ses vœux afin de se consacrer à sa famille, respectant ainsi le souhait de son père qui venait de subir quelques déconvenues financières. Les années 1880 marquent vraisemblablement un tournant puisqu’il substitue sa foi religieuse à un engagement socialiste et se présente aux élections législatives de 1885 pour le Parti Ouvrier de Jules Guesde[1]. L’engagement communiste et la confrontation aux différents courants vont l’amener en 1887 à s’intéresser à la pensée libertaire à travers les écrits de Kropotkine et Elisée Reclus[2]. S’il demeure fidèle au mouvement anarchiste et libertaire, Sébastien Faure n’hésite pas à se servir des outils définis par Karl Marx pour résoudre les problèmes économiques[3]. Tout comme Guesde, il ne peut être considérer comme un théoricien de la pensée et se voit davantage comme un vulgarisateur, un éducateur. Néanmoins, la rupture avec Jules Guesde est consommée dès l’affaire Dreyfus, dans laquelle Faure s’engage relativement vite pour la défense de l’officier militaire. Conscient que le seul travail de vulgarisation ne peut suffire à l’avènement de la société qu’il défend[4], Faure ouvre une école, La Ruche, sur ses fonds propres et dans laquelle les formateurs dispensent l’enseignement dans la voie tracée par le communisme qui accueillera jusqu’à quarante enfants orphelins ou en situations précaires[5]. L’événement qui met un terme à l’aide internationale socialiste en 1914 et voit les socialistes voter les crédits de guerre dans leurs pays respectifs, poussa Sébastien Faure à être marginalisé encore un peu plus. Profond pacifiste, il n’aura de cesse que d’appeler à la paix les socialistes, syndicalistes et anarchistes mais ses appels resteront vains voire seront étouffés[6]. Toute sa vie durant, Sébastien Faure entretient un lien indissociable entre le mouvement social et la diffusion des idées progressistes, notamment en fondant ou en participant à différents journaux et différentes revues[7].

L’œuvre inachevée de Sébastien Faure : l’Encyclopédie anarchiste.

Dans les années 1930, Sébastien Faure, âgé de soixante-six ans et jouissant d’une certaine aura dans le mouvement anarchiste et libertaire va impulser la rédaction de ce qui devait originellement être conçue comme une œuvre exhaustive sur le mouvement anarchiste composée de quatre parties. Cette pluralité d’expressions et de courants se retrouve dans la centaine de contributeurs et contributrices de pays et d’horizons différents pour près de 1650 entrées[8]. Ainsi seront représentés quelques-uns des courants suivants : « naturien », ceux issus du « communisme libertaire », « individualiste », « futuriste », « moderniste », « organisateur », « plateformiste », « anarcho-syndicaliste »… Cela constitue à la fois la richesse de cette encyclopédie mais en dessine également les limites : si certaines entrées font preuves d’un travail soigné adoptant une démarche rigoureusement scientifique, d’autres vont davantage relever du registre militant. Cependant, telle était la volonté de Sébastien Faure : ne pas circonscrire ce travail commun aux seul.e.s intellectuel.le.s[9].

Frank-Olivier CHAUVIN
Doctorant Université Rouen-Normandie

La seconde partie de ce billet sera consacrée aux différents contributeurs de l’Encyclopédie. La troisième et ultime partie sera quant à elle consacrée à différentes entrées de ladite Encyclopédie.

___________________________________________________________________________

[1] A propos de Jules Guesde voir DUCANGE Jean-Numa, Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

[2] MAITRON Jean, « entrée Faure Auguste, Louis, Sébastien » in Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Tome XXVII quatrième partie : 1914-1939, lettres E – FEZ, Paris, Editions Ouvrières, 1986. pp246-249.

[3] FAURE Sébastien, Mon communisme, le bonheur universel, Edition du Groupe des Amis de Sébastien Faure, 1921, 365p.

[4] FAURE Sébastien, Propos d’éducateur : modeste traité d’éducation physique, intellectuelle et morale, Paris, Groupe de propagande par la brochure, 1933. Sur la question éducative voir : Écrits pédagogiques de Sébastien Faure, Paris, Ed. du Monde Libertaire, 1992. Disponible à cette adresse http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65096/

[5] LEWIN Roland, Sébastien Faure et “La Ruche” : un essai d’éducation libertaire, Thèse de 3e cycle, Histoire, Université Pierre-Mendès-France – Grenoble II, 1978. L’on renverra également vers DAUGUET Laurence & TARBOURIECH Laurent, « Sébastien Faure et la Ruche », Les Actes de Lecture, numéro 108, décembre 2009.

[6] Le NAOUR Jean-Yves, L’affaire Malvy: Le Dreyfus de la Grande Guerre, Paris, Hachette, 2007, 377 pages.

[7] Le Maîtron donne à titre indicatif et non-exhaustif : Le Libertaire, Le Journal du Peuple, Les Plébéiennes, Propos d’un solitaire, Le Quotidien. Parmi les brochures et ouvrages : La Douleur universelle, Paris, 1895 ; Mon communisme… op. cit.

[8] Sébastien Faure adresse sa préface aux « anarchistes Révolutionnaires de toutes tendances de tous pays » in L’Encyclopédie Anarchiste, op. cit. Néanmoins, la grande majorité des contributeurs sont français. Rares sont les contributeurs d’autres pays, mais l’intention est notable, compte-tenu des difficultés d’alors.

[9] « Immense utilité de cet ouvrage – les services qu’il rendra

Il s’agit d’un ouvrage destiné à embrasser, dans la mesure du possible, toutes les conceptions et toute la documentation se rapportant au mouvement anarchiste et, par extension, au mouvement social tout entier.

Le puissant intérêt de cet ouvrage consistera :
1° à grouper toutes les connaissances que peut et doit posséder un militant révolutionnaire ;
2° à les présenter dans un ordre méthodique, en conformité d’un plan général bien conçu et bien exécuté ;
3° à les exposer sous une forme simple, claire, précise, vivante, à la portée de tous ;
4° à les traduire en diverses langues, afin de les répandre à peu près partout. »
« Préface » à l’Encyclopédie Anarchiste, op. cit.

Billet en version format pdf

Pierre Renaudel de la Normandie à l’Internationale / Pierre Renaudel from Normandy to the Second International

English version below

pierre-renaudel-02

Le projet EUROSOC s’implique dans la valorisation de la partie du fonds de Pierre Renaudel relatif à l’histoire du socialisme en Normandie, fonds conservée à la Fondation Jean-Jaurès.

Né à Morgny-la-Pommeraye le 19 décembre 1871, fils d’instituteurs, lui-même vétérinaire diplômé de l’École nationale d’Alfortville (Seine), Pierre Renaudel s’investit tôt dans le socialisme. À l’origine blanquiste, c’est-à-dire membre d’une tendance très anticléricale et attachée aux traditions révolutionnaires françaises, de 1793 à la Commune de Paris (1871), il participe au rassemblement socialiste promu par Jaurès à l’occasion des remous de l’affaire Dreyfus. Il milite au sein du Parti Socialiste Français (1902-1905). Ce parti inséré dans le Bloc des gauches majoritaire est considéré comme « réformiste » face au Parti Socialiste De France qui se veut « révolutionnaire » et regroupe les « marxistes » emmenés par Jules Guesde et Paul Lafargue et les « blanquistes » d’Édouard Vaillant. Mais Renaudel occupe une position originale car il anime une aile gauche au sein du PSF, critique envers la participation ministérielle et les compromissions jugées trop droitières des parlementaires. Il n’hésite pas à affronter Jaurès lors des congrès, ce qui offre l’occasion pour les deux hommes de se connaître et de fonder une relation de confiance entre eux. Ce que comprend bien Rosa Luxemburg, évidemment plus critique, quand elle dénonce le rôle de cette opposition : non un « contrepoids » mais une « cuirasse » pour Jaurès, déclare-t-elle au congrès international d’Amsterdam (17 août 1904).

            Orateur et organisateur, Renaudel devient incontournable au sein du socialisme français. Sa tendance regroupe plus de 40 % des mandats au sein du PSF et joue un rôle de pivot dans le processus qui, après un dernier congrès du PSF tenu en mars 1905 à Rouen, conduit à la formation du Parti Socialiste, Section Française de l’Internationale Ouvrière (avril 1905). Renaudel délaisse vite les missions internes qui lui sont confiées (secrétaire-adjoint du parti, puis délégué permanent à la propagande), pour s’investir comme responsable de la rédaction de L’Humanité. Avec le havrais Philippe Landrieu, administrateur, il accompagne le développement du journal et en assure la gestion sous la houlette confiante de Jaurès. Il bataille à ses côtés, renforce les relations avec les milieux syndicalistes et garde l’œil sur les diverses manœuvres susceptibles de remettre en cause la prééminence du « patron ». Au congrès de Saint-Quentin (avril 1911), il assure son triomphe. Il suit de près les affaires du parti et assume pendant les premières années la représentation de la fédération de la Seine-Inférieure. Le centre du pouvoir étant toutefois alors au Palais-Bourbon, il tente de se faire élire député dans le Var et il y parvient en 1914.

            Pendant la Grande Guerre, il dirige L’Humanité, pratiquant une politique de « défense nationale » qu’il s’efforce de maintenir dans la fidélité aux principes. Il refuse les outrances nationalistes et, avec son ami Jean Longuet, rencontre le 12 avril 1915 à Berne, en territoire neutre, les sociaux-démocrates allemands, Haase et Kautsky. L’initiative est réitérée en août, mais elle ne débouche sur aucun résultat concret. Face à la minorité « pacifiste », Renaudel représente de plus en plus la majorité du parti. Pourtant très hostile en 1917 au gouvernement Clemenceau, de plus en plus contesté, il perd la direction de L’Humanité en octobre 1918 au profit de Marcel Cachin, naguère très « union sacrée » mais désormais « centriste » rallié à la nouvelle majorité.

            Toujours actif, Renaudel est marginalisé au sein du parti. Il pèse toujours au sein de l’Internationale. Il est l’homme des contacts avec les Géorgiens dont la république menchevik (1918-1921) est anéantie par les soviétiques, le correspondant de Kautsky et bien d’autres. À nouveau député du Var à partir de 1924, Renaudel anime une tendance, La Vie socialiste, située à la droite de la SFIO, favorable à une entente avec les radicaux qui l’amène à faire scission en 1932-1933 et à lancer un Parti Socialiste de France-Union Jean Jaurès fort disparate. Il ne faut pourtant pas caricaturer son action. Libre penseur, dirigeant de la Ligue des droits de l’homme, Renaudel mène campagne pour la grâce de Sacco et Vanzetti ou contre la peine de mort. Il soutient l’entreprise de Maghreb (1932-1935) pour des réformes coloniales associées à la promotion d’élites indigènes. Bref, comme le diront à sa mort (1er avril 1935) nombre de responsables socialistes (Bracke, Longuet…), le choix assumé d’une action réformiste se fait toujours dans la continuité des principes socialistes de sa jeunesse.

Gilles Candar

ENGLISH VERSION

Pierre Renaudel was born on December 19th 1871 in Morgny-la-Pommeraye. The son of schoolteachers, he graduated from l’École nationale d’Alfortville (Seine department) and became a veterinarian. He threw himself into socialism at a young age. Originally, he was a Blanquist, that is to say a member of a trend attached to the French revolutionary traditions – from 1793 to the Paris Commune in 1871 – and very anticlerical. He attended the socialist rally promoted by Jean Jaurès during the turmoil of the Alfred Dreyfus case and was an activist in the French Socialist Party (FSP, 1902-1905). This party was inserted in the Lefts Bloc and perceived as “reformist”, contrary to the Socialist Party of France which sought to be “revolutionary” and gathered together the “Marxists” led by Jules Guesde, Paul Lafargue and the “Blanquists” of Édouard Vaillant. However, Renaudel occupied a special position because he led the left wing of the FSP; a wing which was critical of ministerial involvement and the compromises of principles – that they considered going too far right – reached by the parliamentarians.  He did not hesitate to confront Jaurès during conventions; it gave them the opportunity to know each other and build a relationship based on mutual trust. This was perfectly understood by Rosa Luxemburg who was obviously more critical when she condemned the role of this conflict: Renaudel was not a “counterweight” but a “shield” for Jaurès, she said at the International Socialist Congress in Amsterdam (August 17th 1904).

As a speaker and organizer, Renaudel became essential to French socialism. His orientation gathered together more than 40% of the mandates within the FSP and played a pivotal role in the process which, after the last congress of the FSP held in March 1905 in Rouen, led to the formation of the Socialist Party: the French Section of the Workers’ International (SFIO, April 1905). Renaudel quickly abandoned the internal missions he was entrusted with – he served as Assistant Secretary of the party and then as permanent delegate for propaganda – to invest himself in fulfilling his role as editor-in-chief of L’Humanité. With Philippe Landrieu – from Le Havre and administrator of L’Humanité – he supported the development of the newspaper and ensured its management under the leadership and with the trust of Jaurès. He fought alongside him, strengthened the relationships with the trade union milieu and kept an eye on the various manoeuvres which may have challenged the supremacy of “the boss”. At the Congress of Saint Quentin (April 1911), he ensured his triumph. He closely monitored the party’s internal affairs and took on the representation of the federation of the Seine-Inférieure department in the early years. However, as the center of power was at the National Assembly, he tried to get elected as Member of Parliament (MP) for the Var department and succeeded in becoming one in 1914.

During the Great War, he ran the newspaper L’Humanité and practiced an editorial policy based on “national defense” that he strived to preserve while being loyal to its principles. He refused to give in to nationalist excesses and met, with his friend Jean Longuet, the German Social Democrats Haase and Kautsky in neutral territory on April 12th 1915 in Bern. They met again in August but this initiative produced no concrete results. Against the “pacifist” minority, Renaudel increasingly represented the views of the party’s majority. Although he was very much opposed to the government led by Georges Clemenceau, he was more and more challenged and ended up losing his job as editor-in-chief of L’Humanité in favour of Marcel Cachin – A MP formerly very much in favour of “L’union sacrée” who became a “centrist” and joined the new majority – in October 1918.

Still active, Renaudel was marginalized within the party but his opinion still carried a lot of weight in the SFIO. Moreover, he was the one who came into contact with the Georgian Mensheviks whose Democratic Republic (1918-1921) was wiped out by Soviet Russia and was also the pen friend of Kautsky and many other people. He got elected as MP representing Var once again in 1924 and founded the socialist weekly publication, La Vie Socialiste, whose orientation represented the right wing of the SFIO and supported an arrangement with the radicals. This led him to split from the SFIO in 1932-1933 and launch The Socialist Party of France – Jean Jaurès Union; a party whose members varied a great deal. Yet, his work must not be caricaturized: he was a free thinker; he was at the head of the Human Rights League and campaigned for the pardon of Sacco and Vanzetti or against the death penalty. He supported the initiative of the Moroccan nationalist journal Maghreb (1932-1935) in favour of colonial reforms combined with the promotion of indigenous elites. In short, as many socialist leaders (Bracke, Longuet, etc.) said when he died on April 1st 1935: he consciously chose to be in favour of a reformist action and this choice was always consistent with the socialist principles of his youth.

Gilles Candar

Version française .pdf

English version .pdf

Cite this article as: "Pierre Renaudel de la Normandie à l’Internationale / Pierre Renaudel from Normandy to the Second International," in EUROSOC Normandie, 13/03/2016, https://eurosoc.hypotheses.org/311.