Archives par mot-clé : Jules Guesde

Le parti socialiste ouvrier espagnol 1870-1914 (1/3)

Le parti socialiste ouvrier espagnol 1870-1914

Formellement fondé en 1879, le parti socialiste ouvrier espagnol, futur PSO puis PSOE, est donc un des partis ouvriers qui se sont constitués le plus tôt. Assez vite, et en grande partie parce que la sensibilité anarchisante dominait largement en Espagne, il a pu s’y présenter comme la seule intervention politique de la classe. Mais jusqu’au début du XX° siècle son impact et son implantation sont restés marginaux –son premier député n’a été élu qu’en 1910. Le parti venait alors de rejoindre, non sans réticences, l’opposition républicaine et démocratique au conservatisme autoritaire de Antonio Maura. C’était une inflexion plus nette que lorsque, au tournant du siècle, il n’avait plus considéré comme illusoire l’inscription dans la loi de mesures sociales –cela n’avait pas encore été le cas en Espagne. Sa perspective politique demeurait celle du remplacement de l’État du capital par une organisation strictement ouvrière. Cette longue rigidité a été très souvent attribuée à l’influence primordiale du guesdisme. Les premiers et rares militants du socialisme espagnol avaient eu des liens directs, dès les années 1870, avec des personnalités de cette version française de parti ouvrier. Ainsi, lors du passage de Lafargue en Espagne, en 1871-1872, un groupe s’était formé autour de lui et il avait été ensuite en contact avec le Guesde de L’Égalité. Par ces proximités géographiques et idéologiques l’influence de cette orientation paraissait aller de soi. Ses succès relatifs, suivis de plus près que ceux des autres partis ouvriers, semblaient bien une première réponse au large écho des thématiques et des initiatives anarchisantes dans le pays.

Pablo Iglesias (au centre), fondateur du Parti socialiste ouvrier Espagnol

Bien que la majorité des textes étrangers publiés avant 1914 par le socialisme espagnol soient venus de cette variante française, celui-ci n’a pas fait que la reproduire. Alors que vers 1890 elle s’insérait dans les débats politiques nationaux, le PSO n’envisageait encore qu’une conquête sans partage du pouvoir politique que n’aideraient en rien des mesures sociales et les libertés républicaines. La rigidité du petit groupe « marxiste » initial était donc antérieure à la fondation du parti et donc, aussi, à l’émergence du guesdisme. Un élément longtemps central dans la stratégie des socialistes espagnols, la priorité donnée à la consolidation de l’organisation même aux dépens de la mobilisation sociale des ouvriers, a un précédent plus éloigné et plus paradoxal, puisqu’elle a été établie et assumée par la fédération espagnole (FRE) de l’AIT, à la belle activité publique entre 1870 et 1874 –on sait que la presque totalité de ses composantes avaient approuvé son cours franchement anti-autoritaire. C’est donc aussi par rapport aux élaborations auxquelles a donné lieu la première fédération nationale d’ouvriers qu’il convient d’évaluer la portée du guesdisme dans l’histoire du premier socialisme espagnol.

Entre  influences guesdistes et cultures ouvrières antiautoritaires.

C’est en rappelant les contacts des fondateurs que les premiers récits militants de l’histoire du socialisme espagnol ont fourni la première occurrence de la thèse de l’influence presque exclusive du guesdisme –ils ont aussi signalé la rigidité de ses positions. Les historiens qui ont relevé, plus tard, la présence d’élaborations idéologiques et d’initiatives venues de la FRE dans le socialisme espagnol n’y ont vu souvent que des prémisses qui n’avaient pris sens qu’à partir de la reproduction de l’orientation du parti ouvrier français. Ils en attribuaient souvent une grande part aux retards économiques et politiques de l’Espagne : l’industrialisation, notamment dans son implantation territoriale, n’y avait été que fragmentaire et la formation, très conflictuelle, de l’État libéral avait été longtemps freinée par les refus de la monarchie dynastique, de l’Église et de l’« oligarchie » d’admettre de nouveaux cadres institutionnel, même s’ils n’étaient parlementaires qu’en apparence. La version très simplifiée du marxisme du PSO a donc privilégié l’opposition frontale entre ouvriers et capitalistes et qui faisait peu de cas des représentations politiques. On la retrouve dans l’analyse moralisante de la société espagnole par son fondateur, Pablo Iglesias, et dans ses dénonciations de la subordination des salariés et de la pauvreté des prolétaires.

L’insistance sur le rôle du guesdisme a donc éloigné les regards des composantes de la culture ouvrière sociale et politique, et assez spécifique, des secteurs salariés espagnols dans la deuxième moitié du XIX° siècle. Elles ont été d’autant moins insignifiantes que les formes de défense économique et les modèles d’organisation de la FRE ont été aussi celles de la première présence du courant libertaire. Dans leur longue confrontation, les antiautoritaires et les futurs socialistes ont affirmé, chacun de leur côté, en être les meilleurs continuateurs. Les premiers, poussés par le noyau bakouniniste, n’y ont vraiment mis fin que dans les années 1880. Cette hésitation est significative de la portée du modèle de la FRE selon lequel une fédération de sections ouvrières suffisait à transformer les rapports sociaux –il y ajoutait une forme très organisée de grève. Ces propositions étaient en décalage avec celles de l’Alliance bakouniniste dont les membres espagnols avaient pourtant été décisifs dans la mise sur pied d’une fédération de sociétés de résistance. Ces militants radicaux avaient participé à une construction qui présentait l’activité d’organisation comme un moyen à la fois fondamental et suffisant de transformation de la société. Elle était donc quelque chose de plus que la masse prolétaire que les militants « conscients » de l’Alliance entraîneraient dans le choc social d’où sortirait l’émancipation de la société. Ce n’est pas seulement parce qu’ils pouvaient insinuer quelques allusions à la « liquidation sociale » qu’ils s’étaient effacés derrière les modalités d’organisation et les argumentaires de la FRE. Ils s’étaient aussi accommodés d’un fonctionnement dont la logique, en établissant un espace exclusivement social, éludait les conflits sociaux et les possibilités, fortement attendues, de les étendre parce qu’il écartait les adhérents des affrontements politiques, bourgeois par nature, et qu’il enlevait ainsi une partie de leur base ouvrière au courant républicain et à un éventuel parti ouvrier. Certains militants n’étaient pas forcément convaincus par cette compensation, jusqu’au point de mettre parfois en garde contre l’oubli des potentialités révolutionnaires des affrontements sociaux. De fait, il avait été pratiquement impossible de refuser un projet de substitution de la vieille société par une fédération de sociétés puisque c’est lui qui avait poussé la plupart des sections de la FRE à la rejoindre.

L’idéalisation de l’association, qui induit, de fait, une mise à l’écart de la politique, n’a pas été effacée du socialisme espagnol par l’accentuation du processus de socialisation de celle-ci entre 1900 et 1914. Il s’est accompagné, en effet, d’une extension des espaces qui revendiquaient fortement une identité ouvrière et qui voulaient montrer les capacités considérables de l’action de s’associer. On la trouve aussi bien dans les sociétés de secours mutuel, dont la croissance est importante, que dans celles d’éducation, voire de formation professionnelle ou de loisir. Le PSO, comme aussi la sensibilité libertaire, ont vu le parti à tirer de ces lieux de sociabilité. Ceux qui les installaient apportaient la preuve de leur appartenance à l’identité ouvrière –les « maisons du peuple » (Casas del Pueblo) allaient devenir emblématiques du socialisme espagnol. L’évolution, commencée tôt, du rapport à la politique des secteurs populaires et ouvriers semble bien rendre compte du maintien des élaborations idéologiques portées par ces initiatives. Leur défiance à l’égard d’un mouvement républicain qui leur apparaissait trop préoccupé par des changements seulement institutionnels s’est assez vite accrue après la « révolution » de septembre 1868. L’association est d’autant plus apparue comme une perspective que le premier exemple de solidarité internationale des ouvriers venait de donner un prolongement aux implications portées par l’associationnisme ouvrier dans l’Espagne des année 1860. La réception de thèmes proudhoniens par le courant fédéraliste, à la sensibilité très « décentralisatrice », a conforté les thématiques d’exaltation de l’association d’abord portées par les pratiques de défense de secteurs ouvriers traditionnels.

Michel RALLE
Professeur émérite de civilisation espagnole contemporaine à l’Université de Paris-Sorbonne

L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 2/2

La première partie de ce billet peut-être retrouvée ici.

Ces deux conditions permettent au cours de la décennie 1890, le passage progressif d’un noyau groupusculaire essentiellement localisé dans le chef-lieu Troyes à une structure partisane à l’échelle départementale.  De multiples groupes voient le jour à partir de l’agglomération troyenne, composés de jeunes militants révolutionnaires locaux présents avant 1889 puis de nouvelles forces conséquentes rejoignent le Parti ouvrier. La méthode relève d’un schéma identique : réunions publiques régulières, constitution d’un noyau militant puis d’un groupe solide, ensuite subdivision du groupe si l’effectif et l’assiduité militante la permettent. Géographiquement, le mouvement socialiste s’implante, s’affirme et s’impose électoralement dans l’ouest et le sud-ouest aubois (Troyes, le Pays d’Othe, le Barséquanais) qui si l’on regarde les résultats des autres forces politiques sont des terres foncièrement républicaines. En 1900, près de 800 cotisants sont recensés.

Sur le plan électoral, le recueil des voix s’effectue pour l’essentiel dans les bourgs textiles de cet espace dont Romilly-sur-Seine apparaît le plus important puisque les guesdistes y gagnent la municipalité. En sus de Romilly, une commune industrieuse de l’agglomération troyenne, Sainte-Savine, tombe dans l’escarcelle du parti dès 1896. L’espace rural n’est toutefois pas totalement hermétique aux idées socialistes. Les vignerons de la région des Riceys fournissent bon nombre des voix rurales du guesdisme. La municipalité est enlevée en 1896 et conservée en 1900. Toutefois les résultats demeurent bien maigres en proportion du nombre important de « tournées de propagande » dans les campagnes.Il faut cependant attendre la période postérieure à l’unité pour percevoir des indicateurs incontestables du succès de l’implantation. Les effectifs fédéraux avoisinent le millier de militants et des socialistes sont élus à la Chambre : Léandre Nicolas (1906, 1910) et Célestin Philbois en 1914. A la veille du premier conflit mondial, ils sont par ailleurs aux portes de la mairie de Troyes.

  1. Léandre Nicolas (1844-1915), premier député socialiste aubois en 1906, réélu en 1914. Membre de la commission de l’agriculture, il participe par ses contributions à la Chambre à la délimitation de la Champagne viticole et à la reconnaissance des vins de Champagne.

L’examen de la culture politique socialiste locale, a mis en lumière sa coloration fortement libre-penseuse donnant au guesdisme aubois une tonalité originale. En effet, contrairement à l’idée répandue selon laquelle il s’agit du courant socialiste s’intéressant le moins à la question religieuse, les dirigeants assimilent la lutte contre « l’exploitation capitaliste » au combat contre les « oppresseurs cléricaux » parfois au grand regret de Jules Guesde. Au quotidien, cette coloration se traduit alors par des conférences anticléricales mais aussi des baptêmes et enterrements civils mis en place dans les municipalités conquises.

            Justement, la pratique électorale par les socialistes participe de l’élaboration de leur culture politique.  La question du rapport à la République s’est ainsi posée régulièrement notamment à travers les liens avec les radicaux. La progression de l’audience socialiste sur la scène électorale fait de la fédération une force politique incontournable du jeu républicain. De plus, alors que la S.F.I.O auboise est toujours dominée par les guesdistes, elle devient partisane du régime parlementaire qu’elle veut améliorer en militant pour la représentation proportionnelle dans les années 1910.

« LE » guesdisme se révèle donc dans notre cas fortement influencé par le terreau socioculturel sur lequel il se greffe. Et si, est régulièrement souligné sa rigidité doctrinale dans les études à grands traits, l’exemple aubois démontre qu’à hauteur d’hommes la chose n’est pas si simple.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 1/2

Abstract

The French department of the Aube is no longer a land favourable towards the Socialist Party. However, at the beginning of the Third French Republic, the establishment of Socialism was a success to such an extent that the local federation became a bastion of Jules Guesde’s party.

Le département de l’Aube n’est plus depuis longtemps une terre favorable au Parti socialiste. Pourtant, dans la France de la IIIe République, le socialisme y réussit son implantation à tel point que la fédération locale devient un bastion du Parti Ouvrier Français de Jules Guesde et du guesdisme.

L’étude de l’implantation du socialisme guesdiste dans l’Aube a permis de mettre en lumière les ressorts de celle-ci, qui, jusqu’à présent, étaient expliquée exclusivement par des facteurs socio-économiques (industrialisation, concentration industrielle, « prolétarisation » des ouvriers du textile) à travers la focale du déterminisme marxiste. Or ce prisme ne permettait pas de comprendre comment le guesdisme avait réussi une percée dans certaines parties rurales du département. Aussi qu’avaient en commun l’ouvrier bonnetier d’usine d’un faubourg troyen, le bûcheron de la forêt de Géraudot et le vigneron de la Côte des Bars ? Une analyse de la culture politique des guesdistes aubois, tant de sa genèse que de ses manifestations quotidiennes, a solutionné ce problème et fait ressortir une spécificité au sein de cette « école » du socialisme français d’avant 1914 qui était loin d’être monolithique.


1. Carte administrative du département de l’Aube (fin XIXe – début du XXe)

La période courant de 1876 au début des années 1890 correspond à aux balbutiements d’un mouvement sur le plan local comprenant chambres syndicales et groupes politiques. Le département n’est pas exempt de ce qui peut paraître a posteriori comme des « guerres picrocholines » entre socialistes. Autant ce moment peut nous sembler dérisoire, autant en y regardant de plus près, les thématiques privilégiées par les militants sont révélatrices notamment du fond commun philosophique de chacun de ses groupes : anticlérical et libre penseur. Là où Claude Willard dans sa thèse présentait la libre-pensée comme un simple canal d’implantation locale au début du siècle nous montrons que ce courant de pensée est consubstantiel au « milieu écologique » aubois. Le guesdisme vient se greffer sur un terreau de militants avant tout « mangeurs de curés » qui font leur, la « question sociale ». Sur ce premier temps, chacun choisit ses orientations à l’occasion de la tenue des conférences publiques des meneurs venant de Paris. Un événement et une personnalité jouent le rôle de catalyseur dans l’histoire du guesdisme aubois : le congrès de Troyes d’envergure nationale en 1888 et l’arrivée d’un « meneur » charismatique du département voisin de la Marne, Etienne Pédron.

2. Etienne Pédron (1849-1931), tract à l’occasion des législatives de 1900. Arrivé dans le département en 1889 à la demande de Jules Guesde. Surnommé le « Juif errant du socialisme », son aura dans le milieu militant local lui permet d’être candidat quatre ans après son départ pour Ivry.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.