Archives par mot-clé : Florent Godguin

ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE – Georges Haupt, l’historien et le mouvement social

Georges HAUPT, L’historien et le mouvement social, Paris, Maspero, coll. « Bibliothèque socialiste », 1980.

 

gh-maspero

 

Nous publions ici un résumé de l’ouvrage de Georges Haupt, L’historien et le mouvement social, sous la forme d’un compte-rendu précis de lecture par Florent Godguin, professeur d’histoire-géographie et collaborateur d’EUROSOC. L’ouvrage réunit une série d’articles de l’historien, regroupés sous la forme d’un livre publié deux ans après sa mort en 1980.

Ce billet permet d’introduire la journée d’étude consacrée à l’historien qui se tiendra le mercredi 7 décembre à l’Université de Rouen dans le cadre des séminaires proposés dans l’axe 4 du laboratoire GRHis en partenariat avec EuroSoc.

 

Le premier chapitre de l’ouvrage est un essai méthodologique dans lequel Georges Haupt critique avec vigueur la vision traditionnelle de l’histoire du mouvement ouvrier.[1] D’après l’auteur, loin de se réduire « à une histoire des idées, des institutions, des dirigeants » (p.21) ou pire, « à une épopée héroïque remaniée sans cesse pour les besoins des joutes idéologiques » (p.21), l’histoire du mouvement ouvrier doit trouver les voies de l’émancipation afin de « saisir la complexité des images transmises et des réalités cachées d’un parti ». L’historien s’emploie à présenter les différentes manières d’écrire l’histoire du mouvement ouvrier en lien avec son propre développement : il met en évidence les enjeux idéologiques de cette écriture jusque dans les années 1960 avant de constater la faiblesse d’intérêt pour la dimension internationale du mouvement ouvrier. Selon lui, cette orientation de la recherche permet d’aborder l’évolution du socialisme. Georges Haupt nous livre ainsi un vif plaidoyer pour « mettre un terme à l’hypertrophie de l’histoire idéologique, en terminer avec ce montage des événements auquel se prête la soi-disant histoire du parti » (p. 43) et souhaite emprunter des voies nouvelles pour faire une « histoire ouvrière résolument sociale » (p.44).

Dans le second texte, l’historien roumain expose son analyse d’un phénomène qui a durablement marqué – au moins jusqu’à la révolution d’octobre 1917 – la tradition du mouvement ouvrier et socialiste : la Commune de Paris.[2] D’après l’auteur, « à la fois par sa réalité et par son image, la Commune est partie organique du patrimoine du mouvement ouvrier ; elle est incorporée solidement dans le développement théorique de celui-ci, dans ses traditions, ses mythes, sa conscience historique, son système de références, et malheureusement dans ses divergences et ses désaccords idéologiques fondamentaux » (p.46). Ainsi, pour les générations de révolutionnaires qui lui succèdent, la Commune sert à la fois de « symbole » et d’« exemple ». L’historien distingue en effet ces deux notions : son image attire « telle qu’elle s’est enracinée dans les souvenirs et les mentalités collectives, ou telle qu’elle a été transfigurée par les idéologies » (p.49) mais elle constitue aussi tous « les efforts multiples pour mettre une expérience à profit, pour tirer des conclusions théoriques des évènements, pour dégager de nouvelles idées directrices en vue de l’action » (p.49).

Dans son article « De Marx au marxisme »[3], Georges Haupt étudie rigoureusement l’apparition et la diffusion des termes « marxiste » et « marxisme » dans le cadre de la Première et de la Deuxième Internationale mais aussi à l’intérieur de la social-démocratie allemande, dominée sur le plan théorique par Friedrich Engels et Karl Kautsky après la mort de Karl Marx. D’abord utilisés par les adversaires, ces termes rendent compte d’une sensibilisation des militants qui y voient un moyen de distinction et d’identification. Ce phénomène va dans le sens d’une diffusion du marxisme au sein du mouvement ouvrier après la fondation de la Deuxième Internationale. Georges Haupt propose ainsi de saisir comment se construit à différents niveaux et de manière chronologique cette référence politique au marxisme, des années 1850 grâce au rayonnement de l’autorité personnelle de Marx jusqu’à la revue théorique Neue Zeit (qui commence à paraître en 1883) de Karl Kautsky. D’après ce dernier, ces dénominations ont valeur de programme et sont des instruments de combat idéologique. Le marxisme est ainsi considéré comme une pensée toujours en action.

Le quatrième chapitre de l’ouvrage aborde le problème des relations entre les bolcheviks et la Deuxième Internationale par le prisme de la figure de Lénine[4], qui fut longtemps absent des recherches des historiens notamment en raison d’un accès aux archives impossible et du caractère lacunaire d’une multitude de documents, comme les dossiers du Bureau Socialiste International. Après avoir fait une mise au point historiographique, l’auteur expose les temps forts de ces relations. Une première période de 1900 à 1911 peut être distinguée : elle est successivement caractérisée par l’indifférence, l’hostilité puis la confiance entre les bolcheviks et la Deuxième Internationale. La question de l’unité russe auprès du B.S.I est un tournant dans les relations entre les deux parties : Lénine refuse l’unification de la social-démocratie russe et affirme sa préférence pour des perspectives révolutionnaires alors que l’Internationale emprunte une voie résolument réformiste. Enfin, à la veille de la Première Guerre mondiale, l’isolement et la faible audience des bolcheviks dans les rangs du socialisme européen, même auprès de l’aile gauche de l’Internationale, ainsi que les préoccupations différentes des deux parties – l’avènement d’une nouvelle révolution pour les bolcheviks et la montée des périls pour l’Internationale – révèlent une crise latente qui éclate avec le déclenchement du conflit mondial.

Le chapitre suivant est consacré à une étude sur le rayonnement de la social-démocratie allemande dans le Sud-Est européen[5], dénomination imprécise qui définit à la fois une entité étatique (l’Autriche-Hongrie) et un ensemble géographique (les Balkans). Georges Haupt discute les thèses de Robert Michels et affirme que « l’autorité puis le rôle hégémonique du S.P.D sont acquis dans la période de la création de la IIème Internationale » (p.152). Cette période est marquée « par le processus de formation des principaux partis ouvriers européens et par l’expansion du marxisme » (p.152). Privilégiant l’analyse historique, l’auteur explique que « la question de l’influence prédominante exercée par la social-démocratie allemande dans IIème Internationale ne se pose pas en termes de modèle ou de greffe » (p.153) mais celle-ci doit être envisagée « comme l’élément majeur dans le système de rapports établis entre les divers partis de la IIème Internationale autour du noyau marxiste, à une époque où les liens internationaux entre les partis socialistes et ouvriers ne se bornent pas aux organisations et aux instances internationales » (p.153). Georges Haupt mesure donc cette influence en termes concrets : la circulation des hommes et la diffusion de la presse sont des instruments de pénétration des idées social-démocrates dans cette partie de l’Europe, qui assurent notamment au S.P.D son rôle de « parti-guide », sa suprématie et son autorité internationale.

Dans un texte intitulé « Guerre ou révolution ? L’Internationale et l’Union sacrée en août 1914 »[6], Georges Haupt se place sur le terrain de l’histoire pour comprendre le mécanisme de la défaite et propose une méthodologie qui vise à « découper le temps » et « délimiter les étapes ». Il évoque la manière dont les socialistes, contrairement à novembre 1912 lors du congrès de Bâle, sont passés du statut de sujets à objets de leur propre histoire : « ce revirement des sentiments des masses socialistes, point capital, reste obscur » (p.209). Après avoir fait un exposé méthodologique brillant, l’auteur conclut en affirmant que l’effondrement de l’Internationale ne peut pas s’expliquer uniquement par l’impuissance, un revirement soudain ou une trahison mais que « la guerre concrétise une démission de longue date » (p.235) qui contraint l’Internationale à faire face à ses contradictions qui la conduisent à une impasse.

Cette étude analyse les rapports entre guerre et révolution dans la pensée et la stratégie de Lénine[7]. L’auteur s’attache à savoir quelle place occupe la guerre en tant que frein ou germe d’une stratégie révolutionnaire. On peut ainsi constater que Lénine ne lui attribue aucune place fixe : jusqu’en 1914, la guerre est en effet une variable subordonnée. D’après Georges Haupt, « Lénine n’élabore ni des préceptes, ni un modèle stratégique, ni une théorie fondée sur la dialectique guerre-révolution » (p.239). Il rend compte de la pensée du leader bolchevik pour qui « le déclenchement de la Première Guerre mondiale qui précipita la faillite de la IIème Internationale marque un grand tournant, une nouvelle étape dans le développement du socialisme » (p.238). En s’inscrivant dans le courant de réflexion initié par Engels et Kautsky, Lénine cherche à tirer bénéfice de cette nouvelle donne dans la construction de sa stratégie de révolution. Tout d’abord, il considère que la guerre apparaît comme la continuité de la politique menée en temps de paix et que l’objectif majeur de celle-ci est d’empêcher l’éclatement de la révolution. Georges Haupt met en évidence l’évolution de la pensée de Lénine à la lumière de faits nouveaux : la guerre est ensuite envisagée comme une crise violente du capitalisme à son stade monopolistique. La Première Guerre mondiale est ainsi replacée dans un cycle de crises qui devront se traduire par de nouvelles guerres et de nouvelles situations révolutionnaires. La stratégie de Lénine n’est alors « plus centrée sur la Russie mais sur le système mondial de l’impérialisme, l’enchevêtrement des liens et des rapports de l’édifice capitaliste » (p.266).

Le texte sur les « groupes dirigeants » internationaux du mouvement ouvrier[8] fait appel à ce concept gramscien – qui apparaît en opposition à l’image traditionnelle du chef social-démocrate – et développe une méthode pour faire l’histoire du socialisme. La définition du terme consiste à étudier le phénomène « comme un produit du processus historico-social de la structuration et de la métamorphose du mouvement ouvrier qui le secrète et le façonne aux diverses phases de son développement » (p.271). L’histoire des Internationales, dont l’auteur est l’un des plus éminents spécialistes, est indispensable pour comprendre « la fixation de la notion de dirigeant international dans le mouvement ouvrier au fur et à mesure que se cristallise sur le plan et dans les cadres nationaux la réalité des groupes dirigeants » (p.273). Au-delà d’une démarche institutionnelle, Georges Haupt souligne l’apport de l’approche biographique et de l’initiative de Jean Maitron avec le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier, « où les dirigeants sont situés dans le milieu ambiant des militants » (p.280). Il accorde tout autant d’importance au « facteur personnel » situé dans un cadre plus large, en mettant en évidence le poids de certaines personnalités comme Karl Kautsky et Victor Adler au sein de la IIème Internationale.

Dans le dernier texte du recueil, Georges Haupt cherche à « situer la démarche de Rosa Luxemburg dans le long et difficile processus de décryptage » (p.294) de la question nationale au sein de la pensée marxiste[9]. Selon l’historien, le développement de la théorie marxiste dans le domaine national est liée aux « circonstances » mais est aussi le fruit « d’une recherche collective où la clarification et la progression de la problématique passent par des divergences profondes d’interprétation, des confrontations violentes entre le dynamisme et le conservatisme de l’idéologie » (p.294). La conceptualisation de cette question s’est aussi faite sur le terrain de l’histoire : c’est en effet « dans une confrontation avec le réel (…) que la pensée marxiste (…) finit par lui accorder une place et un statut théorique autonomes dans le corpus même du marxisme » (p.294). Georges Haupt met en évidence la participation de Rosa Luxemburg à cette conceptualisation : la fin du XIXème siècle qui correspond au début de la réflexion, la révolution russe de 1905 comme tournant, et enfin la veille de la Première Guerre mondiale, où la question nationale dépasse « le creuset organisationnel et tactique pour se placer dans la perspective de la dynamique des mouvements nationaux et de ses rapports avec la révolution socialiste »[10] (p.295).

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Paru dans Georges HAUPT, L’Internazionale Socialista dalla Comune a Lenin, Torino, Einaudi, 1978.

[2] Paru dans La Commune de 1871, Actes du colloque de Paris, mai 1971, Ed. Ouvrières, 1972. (Ce volume a constitué originalement le numéro d’avril-juin 1972 du Mouvement social.)

[3] Paru dans Festschrift für Werner Philip, Berlin, 1978.

[4] Paru dans Cahiers du monde russe et soviétique, n°3, 1966.

[5] Paru dans Georges HAUPT, L’Internazionale Socialista dalla Comune a Lenin, Torino, Einaudi, 1978.

[6] Paru dans Les Temps modernes, 1969.

[7] Paru dans Revue française de sciences politiques, n°2, 1971.

[8] Paru dans Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Ed. Ouvrières, 1976.

[9] Paru dans Pluriel-Débat, n°11, 1977.

[10] Cf. G.HAUPT, M.LOWY et C.WEILL, Les Marxistes et la question nationale, Maspero, Paris, 1975.

ÉLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE – Cahiers Jaurès

Cahiers Jaurès 2016/1-2 (N° 219-220). 172 pages.

L’œuvre de Maurice Agulhon (1926-2014) a contribué, par bien des aspects, au renouvellement de l’histoire politique contemporaine, qu’il s’agisse de l’analyse des sociabilités et des formes de politisation en milieu populaire, ou encore de l’étude des symboles et de la symbolique républicaines. Le présent billet propose un résumé des différentes tables rondes organisées dans le cadre de la journée d’études qui a eu lieu en décembre 2015 à l’Université d’Avignon. Celle-ci est consacrée au rôle joué par les travaux de Maurice Agulhon dans les études menées autour de Jaurès et de l’insertion de ce dernier dans le contexte tertio-républicain. « L’enjeu plus général était d’interroger les modes d’appropriation actuels d’Agulhon par les historiens et la place qu’ils tiennent dans les voies nouvelles suivies à la fois par l’histoire du politique et de la République dans les dernières décennies » (p.4).

Historien spécialiste des gauches en France et co-auteur d’une biographie de Jean Jaurès qui fait référence[1], Gilles Candar entreprend une analyse du rapport de Jaurès à l’élection présidentielle entre 1885 et 1913 : le positionnement de l’artisan de l’unité socialiste est ainsi marqué par le « choix majoritaire dans deux cas sur trois, avec un progressif glissement à gauche » (p.6).

Alain Chatriot, professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Paris et auteur d’une biographie de Pierre Mendès France, propose quant à lui une réflexion sur les enjeux de la représentation politique à travers la production philatélique en France mais aussi à l’étranger. Il procède tout d’abord à une description des formes de politisation des choix de figuration philatélique puis il analyse les spécificités du cas français.

Vincent Duclert, historien du politique contemporain et spécialiste des engagements intellectuels, propose une relecture des travaux de Maurice Agulhon. Il revient notamment sur l’influence et l’inspiration que ce dernier, véritable pionnier d’une « histoire sensible et anthropologique de la République » (p.37) peut encore susciter chez les historiens qui tentent d’approcher la République, « non seulement par les institutions, les lois, les péripéties politiques, mais aussi par les symboles et les formes, les formes de vie collective en général qui ont permis peu à peu d’incarner l’expérience républicaine au cœur de la société française » (p.46).

Professeur d’histoire-géographie en lycée et doctorant à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) qui mène des recherches sur l’histoire du socialisme breton entre 1905 et 1940[2], Benoit Kermoal livre une réflexion sur la politisation au sein du socialisme breton avant 1914. Il explore les différents éléments constitutifs de ce processus d’apprentissage du politique (expression électorale, presse militante, intermédiaires culturels). Des vecteurs originaux de la politisation des masses comme la pratique du chant ou l’étude de l’onomastique des bateaux à Concarneau et au Guilvinec sont également mis en évidence comme grille de lecture du développement et de l’affirmation du socialisme en Bretagne dans le cadre de la République d’avant 1914.

Marion Fontaine, historienne politique du sport, analyse le lien entre les sociabilités sportives et la politisation : l’auteur étudie le processus d’apprentissage du politique au prisme du sport à partir d’exemples comme la pratique de la gymnastique sous la Troisième République[3] et les sociétés de tir en Italie dans la seconde moitié du XIXème siècle[4]. Les relations entre sociabilités sportives et politique sont également mises en évidence à partir d’un cas précis dans le bassin minier du Nord au cours des années 1940[5].

Jacqueline Lalouette, auteur d’une thèse sur la libre pensée en France dirigée par Maurice Agulhon et publiée en 1997, s’inscrit dans la lignée des travaux du défunt historien sur la « statuomanie » de Jaurès et élargit ses travaux en s’intéressant aux représentations sculptées d’autres penseurs et leaders socialistes français ayant existé en place publique après la Première Guerre mondiale.

Frédéric Cépède (OURS[6]) et Eric Lafon (Musée de l’Histoire vivante) dressent un inventaire et proposent une typologie des photographies de Jean Jaurès. Celles-ci sont associées à des grands moments de ses combats comme en témoigne la photographie prise le 25 mai 1913 lors du meeting au Pré Saint-Gervais contra la loi des trois ans. Les auteurs insistent sur le rôle de ces images (108 photographies recensées à ce jour) qui participent à la construction de son histoire et de sa mémoire posthume.

Pour conclure, Jonathan Barbier et Bruno Bertherat s’intéressent à la place des masques mortuaires (d’après un répertoire de 30 masques) dans l’histoire politique de la République à travers trois dimensions : leurs origines, leurs usages et leur postérité tout en intégrant une chronologie qui tient compte de leur essor et de leur déclin. Ce nouvel objet de recherche, qui propose des pistes nouvelles à explorer, témoigne de la vitalité du renouvellement des études sur l’histoire de la République.

Compte-rendu de lecture par
Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Gilles CANDAR et Vincent DUCLERT, Jean Jaurès, Paris, Fayard, 2014, 688 p.

[2] https://enklask.hypotheses.org

[3] Pierre ARNAUD (dir.), Les athlètes de la République, Gymnastique, sport et idéologie républicaine, 1870-1914, Toulouse, Privat, 1897.

[4] Gilles PECOUT, « Les sociétés de tir dans l’Italie unifiée de la seconde moitié du XIXème siècle », MFER, 102, 1990, 2, pp. 533-576.

[5] Marion FONTAINE, Le Racing Club de Lens et les « Gueules Noires ». Essai d’histoire sociale, Paris, Les Indes Savantes, coll. « La Boutique de l’histoire », 2010.

[6] Office Universitaire de Recherche Socialiste.

Billet complet.pdf

Elément bibliographique

John Barzman, Dockers, métallos, ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1913). Publications des universités de Rouen et du Havre, 1997, 423 p.

Dans cet ouvrage issu d’une thèse réalisée à l’Université du Havre en 1987 sous le titre (PhD) Labour and Politics in France : Le Havre 1913-1923, l’historien américain John Barzman livre une puissante histoire des ouvriers havrais dans leur combat social. L’originalité de cette étude réside dans le choix de l’échelle urbaine avec la ville du Havre. Grâce à l’exploration de diverses sources primaires (archives nationales, départementales, municipales, témoignages émanant de protagonistes directs, etc.), ce travail met en évidence les spécificités du mouvement ouvrier havrais : la force du syndicalisme révolutionnaire et la faiblesse de l’emprise socialiste, l’implantation d’un courant politique radical et sa préoccupation des revendications ouvrières, l’importance des dockers malgré leur relatif effacement des conflits sociaux après la Grande Guerre, la bipolarité réformisme-révolution et surtout les « formes d’action collective choisies par des groupes qui se reconnaissent dans une culture commune » (p.12). « Ces pratiques ouvrières et populaires – comme les syndicats, les partis, le vote, les manifestations, les coopératives… – manifestent leur cohérence dans un contexte historique particulier, celui de vagues de luttes » (p.12). A travers ces pratiques, l’auteur s’emploie à identifier les pôles de modérantisme et de radicalité du mouvement ouvrier havrais au cours des années 1912-1923. Cette périodisation se caractérise par la succession de cycles de radicalisation ouvrière.

L’auteur commence par la présentation des tendances du mouvement ouvrier havrais avant la Première Guerre mondiale. L’année 1912 correspond à l’affaire Jules Durand et représente « la fin d’un cycle de mobilisation populaire au cours duquel les organisations ouvrières ont grandi et les idéologies se sont affirmées » (p.19). Les cultures militantes du petit peuple havrais se développent en interaction avec les élites (la vie politique est alors dominée par les républicains de gauche) et dans des conditions matérielles précises (l’auteur dresse un aperçu des quartiers et des établissements où la population vit et travaille). La variété des pratiques et des organisations de cette population met en lumière l’apparition et la différenciation de courants modérés et radicaux : l’auteur distingue les pratiques de l’action collective qui visent à améliorer les circonstances immédiates – action corporative des syndicats dans les différentes branches professionnelles : marins, dockers, ouvriers du bâtiment et terrassiers, métallos, cheminots – de celles qui visent à des changements de gouvernement ou de société – action électorale par la pratique du vote. Cette dernière pratique permet à l’auteur d’insister sur l’influence du courant politique radical dans la classe ouvrière havraise où « les relations locales des candidats et les questions locales comptent plus que les positionnements dans la politique nationale » (p.74). Par ailleurs, l’auteur s’emploie à montrer l’imbrication du social et du politique au cœur de cette action collective à travers l’exemple de la Journée Internationale des Travailleurs impulsée par l’Union syndicale du Havre.

John Barzman analyse ensuite brillamment le mouvement ouvrier havrais face à l’épreuve de la Grande Guerre, marqué tout d’abord par une certaine atonie puis par le redressement et les recompositions internes. Lors des deux premières années de la guerre, « la plupart des dirigeants syndicaux havrais ne cherchent pas à maintenir même les fonctions les plus routinières de leur syndicat » (p.151). La population havraise est mobilisée par l’effort de guerre tant au front que dans l’industrie d’armement, les femmes constituant par ailleurs une main d’œuvre nombreuse. Puis à partir de 1916, les luttes reprennent avec des traits anciens et nouveaux : « on retrouve les mêmes structures syndicales, les protestations sur les marchés et les organisations politiques. Mais les cheminots, et surtout les métallos, ont remplacé le bâtiment au centre de l’action » (p.152). Dans ce contexte vont ainsi apparaître deux pôles, l’un modéré qui « apparaît plus attaché à la négociation salariale, au parti radical et à l’aile modérée du parti socialiste, à l’intervention de l’Etat dans l’économie, et à la puissance internationale de la France » et l’autre, radical, qui « se distingue par la mobilisation conflictuelle (grèves, « bras croisés », actions sur les marchés), la méfiance des parlementaires, de l’armée et des ministères, l’aspiration à la grève générale et le rejet de la puissance militaire française » (p.152). Ainsi, cette bipolarité qui oppose modérantisme et radicalité est une nouveauté au sein du mouvement et antérieure à la fin de la guerre.

A partir de l’armistice et jusqu’en mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît son apogée. La croissance des effectifs syndicaux – notamment dans des secteurs qui étaient jusqu’alors peu organisés – , le changement de dirigeants, la montée des revendications ouvrières, l’évolution vers la gauche des socialistes havrais, l’annonce de grèves à dater du 1er mai (à partir de 1919), la multitude d’associations de quartier, la création de coopératives et de comités de consommateurs sont autant d’éléments qui caractérisent la refondation de la classe ouvrière havraise. Sur le plan politique, l’accession à la mairie de Léon Meyer, permise par le vote ouvrier, marque la fin de la domination du négoce havrais (mais aussi du pouvoir de l’armée durant la Grande Guerre). Après les rigueurs de la guerre, cette élection montre que « ces milieux populaires ne se tournent pas directement ou exclusivement vers les alternatives les plus radicales » (p.207) et « permettent ainsi à un pôle modéré de se consolider au sein du mouvement populaire » (p.207). Mais les élections ne font pas disparaître la combativité ouvrière : de nombreux mouvements sociaux se déroulent à partir de janvier 1920 (connaissant des succès et des échecs) et une volonté de coordination au sein des syndicats des différents branches professionnelles s’affirme. Au cours de cette troisième période distinguée par l’auteur, on assiste à une transformation des cultures militantes par rapport à l’avant-guerre : les pratiques et l’identité ouvrière s’ouvrent à des couches sociales plus larges – ouvriers des usines, employés (banque), techniciens (préparateurs en pharmacie) – et s’implantent en dehors du Havre, dans les banlieues comme Harfleur ou les petites villes industrielles comme Fécamp. Ces phénomènes d’élargissement et d’unification de l’identité ouvrière s’accompagnent de la progression de la bipolarisation au sein même des organisations (CGT, Parti socialiste unifié) qui s’accentue et se cristallise autour de quatre grandes questions : « la guerre et la politique de puissance de la France, l’esprit dans lequel les délégués des mouvements sociaux doivent participer aux organismes de concertation, les alliances électorales avec le parti radical, la révolution russe » (p.240).

Après la défaite de mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît une période de « métamorphose » (p.241) jusqu’en mars 1922. Dans un contexte de récession économique, la combativité ouvrière décline. Les luttes sont défensives et « les contours idéologiques des pôles opposés du mouvement social se précisent et débouchent sur des scissions organisationnelles[1] » (p.243). Dans cette quatrième partie de l’ouvrage, l’auteur montre que cette nouvelle bipolarité n’est pas aussi nette au Havre en raison de la place importante du parti radical, de la faiblesse des élus et des structures du parti socialiste, ou encore de l’unité corporative des dockers.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à la grève générale de 1922 qui suit celle des métallurgistes dans un contexte de reprise économique, de baisse du chômage (dans certains secteurs) mais aussi de cherté de la vie. John Barzman s’emploie à mettre en lumière la dynamique de la grève, ses formes d’organisation et les moments cruciaux où les décisions stratégiques sont prises. La fin de la grève des métaux vient clore le cycle d’action collective étudié.

            Pour conclure, l’historien américain se livre à un examen de ses travaux en confrontant son étude – fruit d’un travail patient d’une quinzaine d’années – au champ historiographique, qui dépasse les travaux d’Annie Kriegel[2], d’une part, et des tenants d’une « nouvelle histoire ouvrière » anglo-saxonne[3]. John Barzman apporte une dimension nouvelle en privilégiant la notion de « moment » dans une chaine de transformations de la culture populaire pour le cas havrais au détriment de l’idée de « naissance » ou de « formation » de la classe ouvrière. Ce travail richement documenté grâce aux sources locales ouvre des perspectives de recherche comme l’implantation ouvrière du Parti radical entre les deux guerres à travers la pratique du clientélisme ou encore l’action collective des femmes en dehors du mouvement ouvrier et sur des thèmes non liés au travail – mouvement suffragiste et mobilisation des femmes des milieux populaires dans le quartier.

Compte-rendu de lecture par
Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] L’auteur fait ici référence au contexte politique et syndical national : la scission comme décision politique issue du vote majoritaire des participants au Congrès de Tours (décembre 1920) avec la création de la Section Française de l’Internationale Communiste et la naissance d’une nouvelle confédération syndicale : la CGTU.

[2] Annie KRIEGEL, Aux origines du communisme français, 1914-1920. Paris, Flammarion, 1969.

[3] E.P THOMPSON, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, coll. « Point Histoire », 2012.

L’ouvrage est disponible sur le site des PURH

Article complet.pdf