Elément bibliographique

John Barzman, Dockers, métallos, ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1913). Publications des universités de Rouen et du Havre, 1997, 423 p.

Dans cet ouvrage issu d’une thèse réalisée à l’Université du Havre en 1987 sous le titre (PhD) Labour and Politics in France : Le Havre 1913-1923, l’historien américain John Barzman livre une puissante histoire des ouvriers havrais dans leur combat social. L’originalité de cette étude réside dans le choix de l’échelle urbaine avec la ville du Havre. Grâce à l’exploration de diverses sources primaires (archives nationales, départementales, municipales, témoignages émanant de protagonistes directs, etc.), ce travail met en évidence les spécificités du mouvement ouvrier havrais : la force du syndicalisme révolutionnaire et la faiblesse de l’emprise socialiste, l’implantation d’un courant politique radical et sa préoccupation des revendications ouvrières, l’importance des dockers malgré leur relatif effacement des conflits sociaux après la Grande Guerre, la bipolarité réformisme-révolution et surtout les « formes d’action collective choisies par des groupes qui se reconnaissent dans une culture commune » (p.12). « Ces pratiques ouvrières et populaires – comme les syndicats, les partis, le vote, les manifestations, les coopératives… – manifestent leur cohérence dans un contexte historique particulier, celui de vagues de luttes » (p.12). A travers ces pratiques, l’auteur s’emploie à identifier les pôles de modérantisme et de radicalité du mouvement ouvrier havrais au cours des années 1912-1923. Cette périodisation se caractérise par la succession de cycles de radicalisation ouvrière.

L’auteur commence par la présentation des tendances du mouvement ouvrier havrais avant la Première Guerre mondiale. L’année 1912 correspond à l’affaire Jules Durand et représente « la fin d’un cycle de mobilisation populaire au cours duquel les organisations ouvrières ont grandi et les idéologies se sont affirmées » (p.19). Les cultures militantes du petit peuple havrais se développent en interaction avec les élites (la vie politique est alors dominée par les républicains de gauche) et dans des conditions matérielles précises (l’auteur dresse un aperçu des quartiers et des établissements où la population vit et travaille). La variété des pratiques et des organisations de cette population met en lumière l’apparition et la différenciation de courants modérés et radicaux : l’auteur distingue les pratiques de l’action collective qui visent à améliorer les circonstances immédiates – action corporative des syndicats dans les différentes branches professionnelles : marins, dockers, ouvriers du bâtiment et terrassiers, métallos, cheminots – de celles qui visent à des changements de gouvernement ou de société – action électorale par la pratique du vote. Cette dernière pratique permet à l’auteur d’insister sur l’influence du courant politique radical dans la classe ouvrière havraise où « les relations locales des candidats et les questions locales comptent plus que les positionnements dans la politique nationale » (p.74). Par ailleurs, l’auteur s’emploie à montrer l’imbrication du social et du politique au cœur de cette action collective à travers l’exemple de la Journée Internationale des Travailleurs impulsée par l’Union syndicale du Havre.

John Barzman analyse ensuite brillamment le mouvement ouvrier havrais face à l’épreuve de la Grande Guerre, marqué tout d’abord par une certaine atonie puis par le redressement et les recompositions internes. Lors des deux premières années de la guerre, « la plupart des dirigeants syndicaux havrais ne cherchent pas à maintenir même les fonctions les plus routinières de leur syndicat » (p.151). La population havraise est mobilisée par l’effort de guerre tant au front que dans l’industrie d’armement, les femmes constituant par ailleurs une main d’œuvre nombreuse. Puis à partir de 1916, les luttes reprennent avec des traits anciens et nouveaux : « on retrouve les mêmes structures syndicales, les protestations sur les marchés et les organisations politiques. Mais les cheminots, et surtout les métallos, ont remplacé le bâtiment au centre de l’action » (p.152). Dans ce contexte vont ainsi apparaître deux pôles, l’un modéré qui « apparaît plus attaché à la négociation salariale, au parti radical et à l’aile modérée du parti socialiste, à l’intervention de l’Etat dans l’économie, et à la puissance internationale de la France » et l’autre, radical, qui « se distingue par la mobilisation conflictuelle (grèves, « bras croisés », actions sur les marchés), la méfiance des parlementaires, de l’armée et des ministères, l’aspiration à la grève générale et le rejet de la puissance militaire française » (p.152). Ainsi, cette bipolarité qui oppose modérantisme et radicalité est une nouveauté au sein du mouvement et antérieure à la fin de la guerre.

A partir de l’armistice et jusqu’en mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît son apogée. La croissance des effectifs syndicaux – notamment dans des secteurs qui étaient jusqu’alors peu organisés – , le changement de dirigeants, la montée des revendications ouvrières, l’évolution vers la gauche des socialistes havrais, l’annonce de grèves à dater du 1er mai (à partir de 1919), la multitude d’associations de quartier, la création de coopératives et de comités de consommateurs sont autant d’éléments qui caractérisent la refondation de la classe ouvrière havraise. Sur le plan politique, l’accession à la mairie de Léon Meyer, permise par le vote ouvrier, marque la fin de la domination du négoce havrais (mais aussi du pouvoir de l’armée durant la Grande Guerre). Après les rigueurs de la guerre, cette élection montre que « ces milieux populaires ne se tournent pas directement ou exclusivement vers les alternatives les plus radicales » (p.207) et « permettent ainsi à un pôle modéré de se consolider au sein du mouvement populaire » (p.207). Mais les élections ne font pas disparaître la combativité ouvrière : de nombreux mouvements sociaux se déroulent à partir de janvier 1920 (connaissant des succès et des échecs) et une volonté de coordination au sein des syndicats des différents branches professionnelles s’affirme. Au cours de cette troisième période distinguée par l’auteur, on assiste à une transformation des cultures militantes par rapport à l’avant-guerre : les pratiques et l’identité ouvrière s’ouvrent à des couches sociales plus larges – ouvriers des usines, employés (banque), techniciens (préparateurs en pharmacie) – et s’implantent en dehors du Havre, dans les banlieues comme Harfleur ou les petites villes industrielles comme Fécamp. Ces phénomènes d’élargissement et d’unification de l’identité ouvrière s’accompagnent de la progression de la bipolarisation au sein même des organisations (CGT, Parti socialiste unifié) qui s’accentue et se cristallise autour de quatre grandes questions : « la guerre et la politique de puissance de la France, l’esprit dans lequel les délégués des mouvements sociaux doivent participer aux organismes de concertation, les alliances électorales avec le parti radical, la révolution russe » (p.240).

Après la défaite de mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît une période de « métamorphose » (p.241) jusqu’en mars 1922. Dans un contexte de récession économique, la combativité ouvrière décline. Les luttes sont défensives et « les contours idéologiques des pôles opposés du mouvement social se précisent et débouchent sur des scissions organisationnelles[1] » (p.243). Dans cette quatrième partie de l’ouvrage, l’auteur montre que cette nouvelle bipolarité n’est pas aussi nette au Havre en raison de la place importante du parti radical, de la faiblesse des élus et des structures du parti socialiste, ou encore de l’unité corporative des dockers.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à la grève générale de 1922 qui suit celle des métallurgistes dans un contexte de reprise économique, de baisse du chômage (dans certains secteurs) mais aussi de cherté de la vie. John Barzman s’emploie à mettre en lumière la dynamique de la grève, ses formes d’organisation et les moments cruciaux où les décisions stratégiques sont prises. La fin de la grève des métaux vient clore le cycle d’action collective étudié.

            Pour conclure, l’historien américain se livre à un examen de ses travaux en confrontant son étude – fruit d’un travail patient d’une quinzaine d’années – au champ historiographique, qui dépasse les travaux d’Annie Kriegel[2], d’une part, et des tenants d’une « nouvelle histoire ouvrière » anglo-saxonne[3]. John Barzman apporte une dimension nouvelle en privilégiant la notion de « moment » dans une chaine de transformations de la culture populaire pour le cas havrais au détriment de l’idée de « naissance » ou de « formation » de la classe ouvrière. Ce travail richement documenté grâce aux sources locales ouvre des perspectives de recherche comme l’implantation ouvrière du Parti radical entre les deux guerres à travers la pratique du clientélisme ou encore l’action collective des femmes en dehors du mouvement ouvrier et sur des thèmes non liés au travail – mouvement suffragiste et mobilisation des femmes des milieux populaires dans le quartier.

Compte-rendu de lecture par
Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] L’auteur fait ici référence au contexte politique et syndical national : la scission comme décision politique issue du vote majoritaire des participants au Congrès de Tours (décembre 1920) avec la création de la Section Française de l’Internationale Communiste et la naissance d’une nouvelle confédération syndicale : la CGTU.

[2] Annie KRIEGEL, Aux origines du communisme français, 1914-1920. Paris, Flammarion, 1969.

[3] E.P THOMPSON, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, coll. « Point Histoire », 2012.

L’ouvrage est disponible sur le site des PURH

Article complet.pdf

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)
(2/2)

 

Dans la deuxième partie de notre recherche, nous analysons ce qui se passait à l’échelle des partis socialistes des trois nations. Les représentants des trois partis furent les acteurs de la naissance d’un sentiment internationaliste, indépendamment de ce qui se passait au niveau de l’Internationale. Si l’on analyse comment les débats circulaient parmi les trois pays, quel poids les questions de la guerre et de la paix avaient dans ces débats et comment les socialistes les traitaient à l’intérieur des frontières de leurs pays, il peut être observé que l’internationalisme n’avait pas été imposé par les institutions de l’Internationale, mais que des réseaux internationaux se formaient également au niveau des échanges ponctuels entre les représentants socialistes des différents pays.

Cette étude des deux niveaux d’internationalisme est indispensable pour montrer comment cet internationalisme a par la suite évolué, quand la situation diplomatique européenne fut troublée par des crises internationales – c’est ce que nous avons entrepris dans la troisième partie du travail.

Différents constats sont mis en lumière. La capacité de réaction de l’Internationale face aux crises connait une limite : lors de la crise marocaine de 1905, quand la France ou l’Allemagne étaient directement impliquées dans la crise, la capacité de réaction de l’Internationale s’affaiblit et ralentit considérablement. Il en découle que les partis socialistes des différents pays nourrissaient parfois des doutes sur l’attitude de leurs camarades étrangers face aux entreprises belligérantes de leurs gouvernements respectifs.

Nonobstant cette limite, l’Internationale apprit au fil des années à réagir aux situations de danger. En 1912, par exemple, le congrès de Bâle et les différents meetings internationaux qui se tinrent presque au même moment dans les trois pays prouvèrent que l’Internationale avait désormais appris à donner de la voix à son opposition à la guerre. Cela était important dans la mesure où l’Internationale montra ainsi aux gouvernements qu’en cas de guerre, ils devraient prendre en considération la capacité de réaction du socialisme organisé. L’Internationale n’a donc pas échoué dans son opposition à la guerre, au contraire, elle a très bien fonctionné.

L’Internationale suivit une double temporalité : d’un côté, son engagement dans la protestation contre la guerre, né dans les années 1890, se développa de manière linaire au fil des années. De l’autre côté, les années 1911-1914 constituèrent un moment à part dans ce développement, il constitua pour ainsi dire son apogée. Pendant ces années, la scène du socialisme international fut constamment parsemée de manifestations de solidarité entre les socialismes des différents pays, qui avaient comme but de mettre en place une opposition conjointe contre le danger de guerre.

Notre étude se concentre sur les cas français, allemand et italien. Il nous a semblé significatif de choisir les deux partis qui avaient plus de poids en termes de nombre des délégués envoyés aux congrès de l’Internationale et des initiatives prises en commun (manifestes, manifestations conjointes) sur la scène du socialisme international. L’analyse de l’Italie nous a permis de mettre en relief l’importance de la France et de l’Allemagne dans l’Internationale. Elle nous permet par ailleurs de montrer que son implication (ou non) dans une crise internationale n’avait pas d’influence dans les entreprises accomplies par l’Internationale. Insérer l’Italie dans la recherche rend nécessaire de pousser les analyses jusqu’en 1915, jusqu’à l’entrée en guerre de ce pays, adoptant ainsi une chronologie différente de celles utilisées dans les études sur la IIe Internationale, qui se terminent normalement avec le début de la guerre en 1914.

A la lumière des considérations, il semble donc bien que la IIe Internationale n’a pas échoué : d’un côté, elle s’est développée autour d’une réelle défense de la paix, qui constituait une partie essentielle de son identité politique ; de l’autre, il peut difficilement être question d’échec, tant des formes de défiance entre partis socialistes nationaux empêchèrent le rapprochement autour d’un répertoire d’action concret pour éviter la guerre.

Elisa Marcobelli

Article complet.pdf

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)

Le billet que nous vous proposons est issu des travaux de la thèse d’Elisa Marcobelli, soutenue le 12 décembre 2015.
Vous trouverez la semaine prochaine, la suite du présent billet.

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)
(1/2)

Les événements de l’été 1914 qui ont conduit tant les socialistes français que les sociaux-démocrates allemands à cautionner de facto l’entrée en guerre de leur pays respectif, sont restés dans les mémoires et ont été analysés historiquement comme un « échec » ou une « trahison » de la nouvelle Internationale : « trahison » des dirigeants socialistes à l’égard de leurs propres militants, « échec » de l’esprit même de l’Internationale qui était née pour renforcer les principes de solidarité transnationale au sein de la classe ouvrière et l’aider à construire des combats communs. Ces termes d’« échec » et de « trahison » furent d’ailleurs directement employés par les membres des partis socialistes immédiatement après le déclenchement de la guerre[1], avant d’être ensuite confirmés par les historiens[2].

Il est cependant nécessaire d’étudier l’existence de la IIe Internationale indépendamment de ce qui s’est passé en 1914[3], en réintégrant son combat contre la guerre dans l’histoire même de son développement, alors qu’elle était encore en vie[4]. De ce point de vue, on ne saurait parler de son échec, mais plutôt de sa réussite à créer un sentiment commun reposant sur la volonté de s’opposer à la guerre et la capacité à répondre aux situations internationales dangereuses. Néanmoins, l’analyse des réactions de l’Internationale et des différents partis socialistes qui la composaient face aux crises diplomatiques internationales du temps[5] révèle certaines limites.

Pour cela faire, nous procédons en trois phases. Dans un premier moment, nous démontrons la capacité croissante de l’Internationale à se donner une visibilité sur la scène internationale, en organisant sa lutte contre la guerre. À sa naissance, l’opposition à la guerre n’était pas le but de cette institution. D’ailleurs, les premiers congrès de la II Internationale ne portèrent qu’une d’attention limitée aux questions de la guerre et de la paix, comme on peut le lire dans leurs comptes rendus et dans les articles de presse les concernant. Cela changea cependant au cours de la décennie 1890. L’intérêt de l’Internationale pour les questions de guerre et d’opposition à la guerre commença à augmenter. Les congrès de Zurich (1893) et de Londres (1896) témoignent déjà de la nouvelle attention portée à ces sujets. Au cours de ce dernier congrès, on décida définitivement que la manifestation du 1er mai aurait aussi pour but d’afficher publiquement l’opposition du mouvement ouvrier à la guerre.

Foto (August 1893)Von links nach rechts: Dr. Simon (Bebels Schwiegersohn), Frieda Simon, Clara Zetkin, Friedrich Engels, Julie Bebel, August Bebel, Ernst Schaffer, Regine Bernstein, Eduard Bernstein.Aufnahmeort: Bendlikon (bei Z¸rich)Systematik: Kulturgeschichte / Sozialistische Bewegung / Kongresse
Photo d’août 1893. De gauche à droite : Dr. Simon, Frieda SImon, Clara Zetkin, Friedrich Engels, Julie Bebel, August Bebel, Ernest Schaffer, Regine Bernstein, Eduard Bernstein.

 

Avec le temps, l’Internationale commença à mettre en place toute une série de pratiques qui devaient « créer » son internationalisme. Il s’agissait de manifestations, rituels particuliers à l’occasion des congrès, meetings et toute une série de publications (tracts, pamphlets, manifestes et, à partir de 1909, les Bulletins du BSI) qui circulaient entre les pays. Nous avons résumé ces phénomènes, en référence à l’historien Kevin J. Callahan, avec le terme « demonstration culture ». La constitution de la « demonstration culture » est étroitement liée à l’opposition à la guerre de l’Internationale. Les différentes manifestations publiques de l’Internationale devinrent petit à petit l’expression d’une opposition à la guerre et celle-ci en était leur raison d’être. Au fur et à mesure que les crises internationales se suivaient, l’Internationale apprit à réagir aux situations de danger. Elle gérait mieux la temporalité des crises, et parvint à donner une réponse à ce qui se passait au niveau international.

[1] Voir Lénine Vladimir Illitch‘ Oulianov, Le socialisme et la guerre, Paris, Éditions Sociales, 1952 [1915] et Kautsky, Karl, Sozialisten und Krieg: Ein Beitrag zur Ideengeschichte des Sozialismus von den Hussiten bis zum Völkerbund, Prague, Orbis, 1937.

[2] Joll James, The Second International, 1889-1914, Londres, 1955, Weidenfeld & Nicolson, p. 184 ; Kriegel, Annie, Aux origines du communisme français, Paris, Imprimerie nationale, 1964, p. 31 ; Becker, Jean-Jacques, « La IIe Internationale et la guerre », in École française de Rome (dir.), Les Internationales et le problème de la guerre au XXe siècle : actes du colloque, Rome, École française de Rome, 1984, p. 9-25 ; Droz Jacques (dir.), Histoire générale du socialisme, vol. 2, de 1875 à 1914, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 583 ; Kruse Wolfgang, Krieg und nationale Integration. Eine Neuinterpretation des sozialdemokratischen Burgfriedensschlusses 1914/15, Esse, Klartext, 1993, p. 29.

[3] Sortant ainsi de ce que l’historien William Mulligan appelle le « teleological tunnel », cf. Mulligan William, The Origins of First World War, Cambridge, Paperback, 2010, p. 227. Georges Haupt, dans sa recherche sur le congrès « manqué » de Vienne, exhortait l’historiographie à libérer l’histoire de la IIe Internationale de cette épée de Damoclès que constitue son échec présumé, Cf. Haupt Georges, Le congrès manqué : l’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale, Paris, F. Maspero, 1965.

[4] Comme l’a souligné Arndt Weinrich, il s’agit d’une tendance assez répandue de l’historiographie la plus récente sur les origines de la guerre, qui met en avant la question du comment on a pu arriver à 1914, plutôt que du pourquoi. Cf. Weinrich Arndt, « ,,Großer Krieg’’ große Ursachen ? Aktuelle Forschungen zu den Ursachen des Ersten Weltkrieges », Sonderdruck aus Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, nº 40, 2013.

[5] Crise de Fachoda (1898), guerre russo-japonaise (1904-1905), première et seconde crise marocaine (1905 et 1911), guerre en Tripolitaine (1911) et les deux guerres balkaniques (1912-1913).

La seconde partie sera publié sur ce carnet le 26 courant.

European Socialism | Socialisme européen