Archives de catégorie : Normandie / Normandy

Le GRR EuroSoc a également pour objectif de valoriser la recherche normande et dispose pour cela d’une catégorie particulière pour cette région.

Elément bibliographique

John Barzman, Dockers, métallos, ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1913). Publications des universités de Rouen et du Havre, 1997, 423 p.

Dans cet ouvrage issu d’une thèse réalisée à l’Université du Havre en 1987 sous le titre (PhD) Labour and Politics in France : Le Havre 1913-1923, l’historien américain John Barzman livre une puissante histoire des ouvriers havrais dans leur combat social. L’originalité de cette étude réside dans le choix de l’échelle urbaine avec la ville du Havre. Grâce à l’exploration de diverses sources primaires (archives nationales, départementales, municipales, témoignages émanant de protagonistes directs, etc.), ce travail met en évidence les spécificités du mouvement ouvrier havrais : la force du syndicalisme révolutionnaire et la faiblesse de l’emprise socialiste, l’implantation d’un courant politique radical et sa préoccupation des revendications ouvrières, l’importance des dockers malgré leur relatif effacement des conflits sociaux après la Grande Guerre, la bipolarité réformisme-révolution et surtout les « formes d’action collective choisies par des groupes qui se reconnaissent dans une culture commune » (p.12). « Ces pratiques ouvrières et populaires – comme les syndicats, les partis, le vote, les manifestations, les coopératives… – manifestent leur cohérence dans un contexte historique particulier, celui de vagues de luttes » (p.12). A travers ces pratiques, l’auteur s’emploie à identifier les pôles de modérantisme et de radicalité du mouvement ouvrier havrais au cours des années 1912-1923. Cette périodisation se caractérise par la succession de cycles de radicalisation ouvrière.

L’auteur commence par la présentation des tendances du mouvement ouvrier havrais avant la Première Guerre mondiale. L’année 1912 correspond à l’affaire Jules Durand et représente « la fin d’un cycle de mobilisation populaire au cours duquel les organisations ouvrières ont grandi et les idéologies se sont affirmées » (p.19). Les cultures militantes du petit peuple havrais se développent en interaction avec les élites (la vie politique est alors dominée par les républicains de gauche) et dans des conditions matérielles précises (l’auteur dresse un aperçu des quartiers et des établissements où la population vit et travaille). La variété des pratiques et des organisations de cette population met en lumière l’apparition et la différenciation de courants modérés et radicaux : l’auteur distingue les pratiques de l’action collective qui visent à améliorer les circonstances immédiates – action corporative des syndicats dans les différentes branches professionnelles : marins, dockers, ouvriers du bâtiment et terrassiers, métallos, cheminots – de celles qui visent à des changements de gouvernement ou de société – action électorale par la pratique du vote. Cette dernière pratique permet à l’auteur d’insister sur l’influence du courant politique radical dans la classe ouvrière havraise où « les relations locales des candidats et les questions locales comptent plus que les positionnements dans la politique nationale » (p.74). Par ailleurs, l’auteur s’emploie à montrer l’imbrication du social et du politique au cœur de cette action collective à travers l’exemple de la Journée Internationale des Travailleurs impulsée par l’Union syndicale du Havre.

John Barzman analyse ensuite brillamment le mouvement ouvrier havrais face à l’épreuve de la Grande Guerre, marqué tout d’abord par une certaine atonie puis par le redressement et les recompositions internes. Lors des deux premières années de la guerre, « la plupart des dirigeants syndicaux havrais ne cherchent pas à maintenir même les fonctions les plus routinières de leur syndicat » (p.151). La population havraise est mobilisée par l’effort de guerre tant au front que dans l’industrie d’armement, les femmes constituant par ailleurs une main d’œuvre nombreuse. Puis à partir de 1916, les luttes reprennent avec des traits anciens et nouveaux : « on retrouve les mêmes structures syndicales, les protestations sur les marchés et les organisations politiques. Mais les cheminots, et surtout les métallos, ont remplacé le bâtiment au centre de l’action » (p.152). Dans ce contexte vont ainsi apparaître deux pôles, l’un modéré qui « apparaît plus attaché à la négociation salariale, au parti radical et à l’aile modérée du parti socialiste, à l’intervention de l’Etat dans l’économie, et à la puissance internationale de la France » et l’autre, radical, qui « se distingue par la mobilisation conflictuelle (grèves, « bras croisés », actions sur les marchés), la méfiance des parlementaires, de l’armée et des ministères, l’aspiration à la grève générale et le rejet de la puissance militaire française » (p.152). Ainsi, cette bipolarité qui oppose modérantisme et radicalité est une nouveauté au sein du mouvement et antérieure à la fin de la guerre.

A partir de l’armistice et jusqu’en mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît son apogée. La croissance des effectifs syndicaux – notamment dans des secteurs qui étaient jusqu’alors peu organisés – , le changement de dirigeants, la montée des revendications ouvrières, l’évolution vers la gauche des socialistes havrais, l’annonce de grèves à dater du 1er mai (à partir de 1919), la multitude d’associations de quartier, la création de coopératives et de comités de consommateurs sont autant d’éléments qui caractérisent la refondation de la classe ouvrière havraise. Sur le plan politique, l’accession à la mairie de Léon Meyer, permise par le vote ouvrier, marque la fin de la domination du négoce havrais (mais aussi du pouvoir de l’armée durant la Grande Guerre). Après les rigueurs de la guerre, cette élection montre que « ces milieux populaires ne se tournent pas directement ou exclusivement vers les alternatives les plus radicales » (p.207) et « permettent ainsi à un pôle modéré de se consolider au sein du mouvement populaire » (p.207). Mais les élections ne font pas disparaître la combativité ouvrière : de nombreux mouvements sociaux se déroulent à partir de janvier 1920 (connaissant des succès et des échecs) et une volonté de coordination au sein des syndicats des différents branches professionnelles s’affirme. Au cours de cette troisième période distinguée par l’auteur, on assiste à une transformation des cultures militantes par rapport à l’avant-guerre : les pratiques et l’identité ouvrière s’ouvrent à des couches sociales plus larges – ouvriers des usines, employés (banque), techniciens (préparateurs en pharmacie) – et s’implantent en dehors du Havre, dans les banlieues comme Harfleur ou les petites villes industrielles comme Fécamp. Ces phénomènes d’élargissement et d’unification de l’identité ouvrière s’accompagnent de la progression de la bipolarisation au sein même des organisations (CGT, Parti socialiste unifié) qui s’accentue et se cristallise autour de quatre grandes questions : « la guerre et la politique de puissance de la France, l’esprit dans lequel les délégués des mouvements sociaux doivent participer aux organismes de concertation, les alliances électorales avec le parti radical, la révolution russe » (p.240).

Après la défaite de mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît une période de « métamorphose » (p.241) jusqu’en mars 1922. Dans un contexte de récession économique, la combativité ouvrière décline. Les luttes sont défensives et « les contours idéologiques des pôles opposés du mouvement social se précisent et débouchent sur des scissions organisationnelles[1] » (p.243). Dans cette quatrième partie de l’ouvrage, l’auteur montre que cette nouvelle bipolarité n’est pas aussi nette au Havre en raison de la place importante du parti radical, de la faiblesse des élus et des structures du parti socialiste, ou encore de l’unité corporative des dockers.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à la grève générale de 1922 qui suit celle des métallurgistes dans un contexte de reprise économique, de baisse du chômage (dans certains secteurs) mais aussi de cherté de la vie. John Barzman s’emploie à mettre en lumière la dynamique de la grève, ses formes d’organisation et les moments cruciaux où les décisions stratégiques sont prises. La fin de la grève des métaux vient clore le cycle d’action collective étudié.

            Pour conclure, l’historien américain se livre à un examen de ses travaux en confrontant son étude – fruit d’un travail patient d’une quinzaine d’années – au champ historiographique, qui dépasse les travaux d’Annie Kriegel[2], d’une part, et des tenants d’une « nouvelle histoire ouvrière » anglo-saxonne[3]. John Barzman apporte une dimension nouvelle en privilégiant la notion de « moment » dans une chaine de transformations de la culture populaire pour le cas havrais au détriment de l’idée de « naissance » ou de « formation » de la classe ouvrière. Ce travail richement documenté grâce aux sources locales ouvre des perspectives de recherche comme l’implantation ouvrière du Parti radical entre les deux guerres à travers la pratique du clientélisme ou encore l’action collective des femmes en dehors du mouvement ouvrier et sur des thèmes non liés au travail – mouvement suffragiste et mobilisation des femmes des milieux populaires dans le quartier.

Compte-rendu de lecture par
Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] L’auteur fait ici référence au contexte politique et syndical national : la scission comme décision politique issue du vote majoritaire des participants au Congrès de Tours (décembre 1920) avec la création de la Section Française de l’Internationale Communiste et la naissance d’une nouvelle confédération syndicale : la CGTU.

[2] Annie KRIEGEL, Aux origines du communisme français, 1914-1920. Paris, Flammarion, 1969.

[3] E.P THOMPSON, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, coll. « Point Histoire », 2012.

L’ouvrage est disponible sur le site des PURH

Article complet.pdf

A few comments on the socialist short form

A few comments on the socialist short form.

 

The following post originates from a short lecture delivered at a work group devoted to the short forms, from print to digital, that was held at the University of Burgundy on May 27th 2016. Involving the CGC (Centre Georges Chevrier/uBFC CNRS 7366), the CIMEOS (the information and communication science laboratory of the University of Burgundy/EA 4177 uBFC) and the GHRis (the history research group of the University of Rouen/EA 3831), this work group is the preparation to an eponymous symposium organized in Dijon on 16th and 17th March 2017.

EPSON scanner image

This post is about the socialist short form from the moment that it is turned into heritage (either indexed, archived, or possibly digitalized). Supposing the politicalness of this short form, we will take an interest in how it was used in the writings of the history of socialism.

The preservation process of these short forms is neither stationary nor frozen. It adopts two logics. The first one develops itself around the policing logic (the police records are brimming with short forms). The short form represents a clue, if not a proof. This characteristic opens the way toward the second logic: the memory-based logic of the activist or the party where the preservation of short forms – published as an anthology or available for consultation in libraries like the OURS in France (L’Office Universitaire de Recherche Socialiste) – is a resource for action, for history. For the historian, these preservation logics open the way toward a reflection on the militant arts of doing, invite in the aftermath to consider short forms as the graphical remains of a communication situation where a sense of discursive cacophony that should be ordered dominates.

This attribute characterizes the writing of history from the short form. The success of the collection “Archives”, founded by Pierre Nora, bears testament to this movement: the collection’s works were available by putting together/collaging multiples parts – where the short forms were particularly represented – behind which the historian stepped aside in a logic close to the New Wave.[1] Closer to us, the work of Philippe Artières and Dominique Kalifa on Vidal, le tueur de femmes[2] (Vidal, the women killer) uses the short form in a constrained epistemic framework (here the willingness to write a social biography) to produce a historical narrative thanks to montage. Worth noticing is the proximity of this practice with the one of socialist propagandists reunited around Adéodat Compère-Morel who used the encyclopedic form to organize the world of short forms.[3] When dealing with the corpuses of the short forms, any research is based on a rationale of the piece from which to recompose the object as a whole. The short forms can be interpreted within this horizon. This is established by the reflections on the appropriation of Marxism by the French socialist activists from the angle of the dissemination carried out in the framework of the GEME[4].[5] There is thus in the use of short forms by historians a theory of implicit brevity, a brevity as a whole. The short form would be the place from which, thanks to interpretation, it could be reconstructed or deconstructed.

The short forms taken as graphical remains of a communication situation are not a genre but create genres (stickers, leaflets, booklets, etc.) that form as many ways of doing politics. This is the place where one may ask questions about one’s relationship with orality, about the authorality of the short form, about the political gain of brevity in the study of the politicization from below – as well as from the top – phenomena. The materiality of short forms offers other leads to the historian of the labor movement: an editorial history of the movement, a graphical history, an epistemological questioning about the writing of this history in its first scientific age. Edouard Dolléans, and Georges Lefranc in particular, were originally journalists before being among the first historians of socialism of the first 20th century to devise the paradigms of the political and social history of the French labor movement.[6]

 Vincent Chambarlhac
CGC uBFC 7355

[1] Vincent Chambarlhac, « Georges Lefranc et l’écriture de « l’explosion sociale » » In Vincent Flauraud, Nathalie Ponsard, Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle, Nancy, L’Arbre bleu, 2013

[2] Philippe Artières, Dominique Kalifa, Vidal. Le tueur de femmes, une biographie sociale, Paris, Librairie académique Perrin, 2001,

[3] Vincent Chambarlhac, « L’Encyclopédie socialiste, une forme singulière pour une cause politique ? » Genèses, Décembre 2004.

[4] Grande Édition de Marx et d’Engels: A vast project of retranslation in French of all the works of Marx and Engels and their publication in both paper and digital form.

[5] Vincent Chambarlhac, « L’orthodoxie marxiste de la SFIO, à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire- Revue d’histoire critique, Janvier/Mars 2011.

[6] Fabrice d’Almeida, Histoire et politique, en France et en Italie : l’exemple des socialistes (1945-1983), Rome, Ecole française de Rome, 1998.

Full version.pdf

Quelques remarques sur la forme brève socialiste Seconde partie

La première partie est disponible à cette adresse.

Les FB, des restes graphiques ?

En ouverture, quelques interrogations quant à la FB considérée comme reste graphique. Deux questionnements peuvent-être portés :

Si les FB de l’imprimés ne constituent pas un genre, puisqu’elles se définissent davantage en creux –celui de l’impression et celui du non-livre (moins de 49 pages)- elles produisent des genres. Ceux-ci sont le lieu et l’expression de savoir-faire spécifique. Partant de la politicité des FB, on peut évoquer dans l’épaisseur du journal, les brèves des rubriques propagander. On peut aussi rappeler le papillon, genre donnée là par la forme et non l’objet de la communication. La FB fait genre par le bref, propriété qui lui est étroitement corrélée. Ce genre est celui d’une pratique discursive qui, avant de se questionner en termes de réception, doit s’interroger en terme d’auctorialité. Qui parle dans les FB ?  L’interrogation ne se résume pas à la signature. L’interrogation foucaldienne sur l’auteur trouve ici un lieu, mais celui-ci, dès-lors que l’on considère que l’historicité de ses formes se comprend toujours en rapport, participe d’une interrogation plus vaste sur l’infra-culturel, la dissémination, la contiguïté, des expressions d’une politisation par le bas comme par le haut, s’inspirant des travaux de Dupuy sur la politique du peuple[1], comme du travail de d’EP. Thompson[2]. Quand la brochure socialiste, dans son ordinaire, se donne comme le grain de la voix du tribun, il importe de questionner le rôle de ce passage à l’écrit par l’imprimé, et l’évidente familiarité de l’oral qu’il se prête alors même qu’il se drape dans l’écrit. A contrario, quand un propagandiste écrit, au seuil d’une brochure qu’il rédige, « ce n’est pas l’auteur qui parle[3] », l’affirmation, dans sa simplicité, dit ce que parfois la FB procure à la politisation contre le livre : le sens commun d’une forme reconnue mineure, donc vouée à l’anonymat, contre l’autorité de l’auteur. Soit la force d’un locuteur reconnu collectif dans l’instant même de sa lecture individuelle.

La matérialité des FB autorise d’autres investigations. Au ras du genre consacré des brochures, c’est une histoire éditoriale du mouvement ouvrier que l’on peut tenter[4]. Une histoire matérielle (le format, la série, le prix, les réseaux de diffusion…) plutôt qu’une histoire des idées qui fut longtemps le premier usage par l’historien des FB. Une histoire graphique des FB reste à écrire[5]. Cette histoire appelle l’histoire des bibliothèques militantes, lieu de conservation de ces formes. Ces dispositifs comme le Musée du soir de Gustave Geffroy[6], la Bibliothèque marxiste, l’OURS etc., en tant que tels mérite que l’on s’y attarde, ne serait-ce qu’en regard de la patrimonialisation des FB. Une part de la première génération des historiens de l’IFHS, d’autres plus solitaires comme Georges Lefranc[7], ont construit leurs travaux scientifiques à partir de leur activité passée de polygraphes militants (Maurice Dommanget, Edouard Dolléans[8]…). Les brochures, réutilisées, ré-encodées par un dispositif historiographique, constituent l’un des lieux de ce passage. On voit là comment une dynamique militante trouve, après la césure de la seconde guerre mondiale et de la guerre froide, un second souffle scientifique, participant de l’établissement du paradigme français d’histoire sociale[9].

Vincent Chambarlhac,
CGC uBFC 7366

[1] Roger Dupuy, La politique du peuple. Racines, permanences et ambigüités du populisme, Paris, Albin Michel, 2002.

[2] Cf. l’introduction de François Jarrige à la réédition de l’ouvrage d’EP Thompson, La formation de la classe ouvrière (Seuil (Points), Paris, 2012).

[3] Il s’agit de Jean Lorris dans Les vérités de Pierre Mathurin (https://pandor.u-bourgogne.fr/img-viewer/BMP/brb2158/iipviewer.html?base=mets&np=brb2158_001.jpg&n). Cf Vincent Chambarlhac, « ce n’est pas l’auteur qui parle. Un pari éditorial de la SFIO en 1908 », à paraître.

[4] Frédéric Cépède, Les maisons d’édition du parti socialiste SFIO (1905-1969), Mémoire de maitrise sous la direction de D. Tartakowsky, 1995-1996, Paris I

[5] Zvonir Novak en brosse les linéaments pour l’extrême droite, cf. Tricolores. Une histoire visuelle de l’extrême droite, Paris, L’Echappée, 2011. Un projet identique fait défaut au mouvement socialiste.

[6] Voir l’introduction de Bertrand Tillier à Gustave Geffroy, Un musée du soir aux quartiers ouvriers, 1895, In Neil Mac William, Catherine Méneux et Julie Ramos, L’Art social, de la Révolution à la Grande Guerre, Paris, INHA, 2014.

[7] Vincent Chambarlhac, « Georges Lefranc ou la construction d’une position historiographique », Recherche socialiste, n° 37, mars 2007.

[8] Xavier Vigna,, L’histoire d’un échec : Édouard Dolléans et l’Institut français d’histoire sociale (1949-1960),  Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard [dir.], Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle. Enjeux et héritages, Nancy, Arbre bleu éditions, 2013, p 53-70.

[9] Fabrice d’Almeida, Histoire et politique, en France et en Italie : l’exemple des socialistes (1945-1983), Rome, Ecole française de Rome, 1998.

Article complet.pdf