Archives de catégorie : éléments bibliographiques / bibliography

Elément bibliographique

John Barzman, Dockers, métallos, ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1913). Publications des universités de Rouen et du Havre, 1997, 423 p.

Dans cet ouvrage issu d’une thèse réalisée à l’Université du Havre en 1987 sous le titre (PhD) Labour and Politics in France : Le Havre 1913-1923, l’historien américain John Barzman livre une puissante histoire des ouvriers havrais dans leur combat social. L’originalité de cette étude réside dans le choix de l’échelle urbaine avec la ville du Havre. Grâce à l’exploration de diverses sources primaires (archives nationales, départementales, municipales, témoignages émanant de protagonistes directs, etc.), ce travail met en évidence les spécificités du mouvement ouvrier havrais : la force du syndicalisme révolutionnaire et la faiblesse de l’emprise socialiste, l’implantation d’un courant politique radical et sa préoccupation des revendications ouvrières, l’importance des dockers malgré leur relatif effacement des conflits sociaux après la Grande Guerre, la bipolarité réformisme-révolution et surtout les « formes d’action collective choisies par des groupes qui se reconnaissent dans une culture commune » (p.12). « Ces pratiques ouvrières et populaires – comme les syndicats, les partis, le vote, les manifestations, les coopératives… – manifestent leur cohérence dans un contexte historique particulier, celui de vagues de luttes » (p.12). A travers ces pratiques, l’auteur s’emploie à identifier les pôles de modérantisme et de radicalité du mouvement ouvrier havrais au cours des années 1912-1923. Cette périodisation se caractérise par la succession de cycles de radicalisation ouvrière.

L’auteur commence par la présentation des tendances du mouvement ouvrier havrais avant la Première Guerre mondiale. L’année 1912 correspond à l’affaire Jules Durand et représente « la fin d’un cycle de mobilisation populaire au cours duquel les organisations ouvrières ont grandi et les idéologies se sont affirmées » (p.19). Les cultures militantes du petit peuple havrais se développent en interaction avec les élites (la vie politique est alors dominée par les républicains de gauche) et dans des conditions matérielles précises (l’auteur dresse un aperçu des quartiers et des établissements où la population vit et travaille). La variété des pratiques et des organisations de cette population met en lumière l’apparition et la différenciation de courants modérés et radicaux : l’auteur distingue les pratiques de l’action collective qui visent à améliorer les circonstances immédiates – action corporative des syndicats dans les différentes branches professionnelles : marins, dockers, ouvriers du bâtiment et terrassiers, métallos, cheminots – de celles qui visent à des changements de gouvernement ou de société – action électorale par la pratique du vote. Cette dernière pratique permet à l’auteur d’insister sur l’influence du courant politique radical dans la classe ouvrière havraise où « les relations locales des candidats et les questions locales comptent plus que les positionnements dans la politique nationale » (p.74). Par ailleurs, l’auteur s’emploie à montrer l’imbrication du social et du politique au cœur de cette action collective à travers l’exemple de la Journée Internationale des Travailleurs impulsée par l’Union syndicale du Havre.

John Barzman analyse ensuite brillamment le mouvement ouvrier havrais face à l’épreuve de la Grande Guerre, marqué tout d’abord par une certaine atonie puis par le redressement et les recompositions internes. Lors des deux premières années de la guerre, « la plupart des dirigeants syndicaux havrais ne cherchent pas à maintenir même les fonctions les plus routinières de leur syndicat » (p.151). La population havraise est mobilisée par l’effort de guerre tant au front que dans l’industrie d’armement, les femmes constituant par ailleurs une main d’œuvre nombreuse. Puis à partir de 1916, les luttes reprennent avec des traits anciens et nouveaux : « on retrouve les mêmes structures syndicales, les protestations sur les marchés et les organisations politiques. Mais les cheminots, et surtout les métallos, ont remplacé le bâtiment au centre de l’action » (p.152). Dans ce contexte vont ainsi apparaître deux pôles, l’un modéré qui « apparaît plus attaché à la négociation salariale, au parti radical et à l’aile modérée du parti socialiste, à l’intervention de l’Etat dans l’économie, et à la puissance internationale de la France » et l’autre, radical, qui « se distingue par la mobilisation conflictuelle (grèves, « bras croisés », actions sur les marchés), la méfiance des parlementaires, de l’armée et des ministères, l’aspiration à la grève générale et le rejet de la puissance militaire française » (p.152). Ainsi, cette bipolarité qui oppose modérantisme et radicalité est une nouveauté au sein du mouvement et antérieure à la fin de la guerre.

A partir de l’armistice et jusqu’en mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît son apogée. La croissance des effectifs syndicaux – notamment dans des secteurs qui étaient jusqu’alors peu organisés – , le changement de dirigeants, la montée des revendications ouvrières, l’évolution vers la gauche des socialistes havrais, l’annonce de grèves à dater du 1er mai (à partir de 1919), la multitude d’associations de quartier, la création de coopératives et de comités de consommateurs sont autant d’éléments qui caractérisent la refondation de la classe ouvrière havraise. Sur le plan politique, l’accession à la mairie de Léon Meyer, permise par le vote ouvrier, marque la fin de la domination du négoce havrais (mais aussi du pouvoir de l’armée durant la Grande Guerre). Après les rigueurs de la guerre, cette élection montre que « ces milieux populaires ne se tournent pas directement ou exclusivement vers les alternatives les plus radicales » (p.207) et « permettent ainsi à un pôle modéré de se consolider au sein du mouvement populaire » (p.207). Mais les élections ne font pas disparaître la combativité ouvrière : de nombreux mouvements sociaux se déroulent à partir de janvier 1920 (connaissant des succès et des échecs) et une volonté de coordination au sein des syndicats des différents branches professionnelles s’affirme. Au cours de cette troisième période distinguée par l’auteur, on assiste à une transformation des cultures militantes par rapport à l’avant-guerre : les pratiques et l’identité ouvrière s’ouvrent à des couches sociales plus larges – ouvriers des usines, employés (banque), techniciens (préparateurs en pharmacie) – et s’implantent en dehors du Havre, dans les banlieues comme Harfleur ou les petites villes industrielles comme Fécamp. Ces phénomènes d’élargissement et d’unification de l’identité ouvrière s’accompagnent de la progression de la bipolarisation au sein même des organisations (CGT, Parti socialiste unifié) qui s’accentue et se cristallise autour de quatre grandes questions : « la guerre et la politique de puissance de la France, l’esprit dans lequel les délégués des mouvements sociaux doivent participer aux organismes de concertation, les alliances électorales avec le parti radical, la révolution russe » (p.240).

Après la défaite de mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît une période de « métamorphose » (p.241) jusqu’en mars 1922. Dans un contexte de récession économique, la combativité ouvrière décline. Les luttes sont défensives et « les contours idéologiques des pôles opposés du mouvement social se précisent et débouchent sur des scissions organisationnelles[1] » (p.243). Dans cette quatrième partie de l’ouvrage, l’auteur montre que cette nouvelle bipolarité n’est pas aussi nette au Havre en raison de la place importante du parti radical, de la faiblesse des élus et des structures du parti socialiste, ou encore de l’unité corporative des dockers.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à la grève générale de 1922 qui suit celle des métallurgistes dans un contexte de reprise économique, de baisse du chômage (dans certains secteurs) mais aussi de cherté de la vie. John Barzman s’emploie à mettre en lumière la dynamique de la grève, ses formes d’organisation et les moments cruciaux où les décisions stratégiques sont prises. La fin de la grève des métaux vient clore le cycle d’action collective étudié.

            Pour conclure, l’historien américain se livre à un examen de ses travaux en confrontant son étude – fruit d’un travail patient d’une quinzaine d’années – au champ historiographique, qui dépasse les travaux d’Annie Kriegel[2], d’une part, et des tenants d’une « nouvelle histoire ouvrière » anglo-saxonne[3]. John Barzman apporte une dimension nouvelle en privilégiant la notion de « moment » dans une chaine de transformations de la culture populaire pour le cas havrais au détriment de l’idée de « naissance » ou de « formation » de la classe ouvrière. Ce travail richement documenté grâce aux sources locales ouvre des perspectives de recherche comme l’implantation ouvrière du Parti radical entre les deux guerres à travers la pratique du clientélisme ou encore l’action collective des femmes en dehors du mouvement ouvrier et sur des thèmes non liés au travail – mouvement suffragiste et mobilisation des femmes des milieux populaires dans le quartier.

Compte-rendu de lecture par
Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] L’auteur fait ici référence au contexte politique et syndical national : la scission comme décision politique issue du vote majoritaire des participants au Congrès de Tours (décembre 1920) avec la création de la Section Française de l’Internationale Communiste et la naissance d’une nouvelle confédération syndicale : la CGTU.

[2] Annie KRIEGEL, Aux origines du communisme français, 1914-1920. Paris, Flammarion, 1969.

[3] E.P THOMPSON, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, coll. « Point Histoire », 2012.

L’ouvrage est disponible sur le site des PURH

Article complet.pdf

Élément bibliographique

Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXème siècle en France, Paris, La Découverte, 2016, 353 p.

Michèle Riot-Sarcey Le procès de la liberté

Dans son dernier ouvrage paru aux éditions La Découverte et intitulé Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXème siècle en France, Michèle Riot-Sarcey réussit un pari audacieux en réalisant un plaidoyer historiographique qui veut « sortir de la continuité historique (…) qui écarte l’essentiel des événements non advenus ou encore inaccomplis » (p.8) et dont « la lecture discontinue du passé est la porte d’accès à la modernité créatrice du présent du passé dont l’écho éclaire notre propre actualité » (p.98). Inspirée par les travaux de Walter Benjamin, elle formule une critique globale de l’écriture de l’histoire dont la réflexion porte sur les « catégories subalternisées » (p.295) – sa démarche se situe dans le sillage des « subaltern studies » – appelées à devenir sujet de leur propre histoire. Sur un ton engagé, elle souhaite redonner toute leur place au surgissement des actions et des idées de liberté au XIXème siècle. De la Révolution française à la Commune de Paris en passant par les insurrections de 1830 et la révolution de 1848, l’auteur questionne dans ce livre toutes les expériences ouvrières et les révolutions sociales du XIXème siècle français jusqu’à l’écrasement de la résistance ouvrière peu avant la Première Guerre mondiale. Être libre pour les ouvriers des années 1830, 1848 et 1871 signifie être en mesure d’exprimer sa « capacité d’exister intellectuellement, socialement et politiquement » (p.77). Cette liberté a été oubliée et confisquée notamment au fur et à mesure de la progression de la Révolution industrielle. La liberté, au sens où l’entendent les insurgés du XIXème siècle, retrouve sa signification originelle comme étant un pouvoir d’agir à l’heure où « les utopies renaissent partout, dans les recoins les plus inattendus des sociétés mondialisées du XXIème siècle » (p.9). Michèle Riot-Sarcey s’emploie à montrer comment le pouvoir d’agir s’exerce notamment à travers les associations ouvrières, véritable lieu où les prises de parole et les expériences, de manière fragmentaire ou lors de moments spécifiques, ont façonné l’histoire même de la liberté au XIXème siècle. Le social et le politique sont alors indissociables et la possibilité d’une action concrète et collective incarne cette liberté. La première partie de l’ouvrage aborde la « révolution oubliée »[1] de 1848, à laquelle l’auteure a déjà consacré nombre de ses travaux. Elle explore ce « temps des possibles » à travers la mémoire des acteurs pour qui le passé inaccompli fut le moteur de l’insurrection. D’après la perception d’Albert Laponneraye, « la révolution de 1848 apparaît bien comme l’héritière directe de la révolution de 1830 (…) les pétitionnaires de 1848 ne cessent de se retourner du côté de Juillet afin de se réapproprier le pouvoir d’agir qui leur avait été confisqué » (p.109). La référence à 1789 est également récurrente dans l’analyse et l’explication de l’explosion sociale de 1848. Michèle Riot-Sarcey montre par ailleurs comment « l’historiographie républicaine se réjouit de restaurer en permanence une continuité fictionnelle dont la mise en œuvre repose sur le déni d’une historicité conflictuelle » (p.235). La charge émancipatrice de la liberté est ainsi effacée. De même, et la démarche est ici singulière, l’historienne revisite les œuvres d’Emile Zola – Germinal – et de Victor Hugo – Les Misérables – qui évacuent « l’horizon des possibles qu’introduit une discontinuité propre aux insurgés, sujets éphémères de leur propre histoire » (p.192). Cette liberté tant recherchée s’éloigne avec « la création paradoxale de l’Association Internationale des Travailleurs » (p.223) en 1864, qui selon l’auteur, ne peut pas remplacer la forme de coopération sociale et politique des salariés associés dans la voie de l’émancipation ; mais également par l’apprentissage de la république où la « question sociale » est toujours à l’horizon des peurs des possédants. La Commune de Paris apparaît comme la « résurgence de l’esprit de liberté » (p.246 »). Cet événement est une « actualisation des actions de 1848 laissées à l’initiative des contemporains ouvriers » (p.262) mais qui n’est pas intégrée au récit républicain. Après 1871, les républicains de l’ordre associent volonté populaire et insurrection. Dans les années 1880 et 1890, mises à distance de la période révolutionnaire, le mouvement ouvrier « s’éloigne de l’esprit des barricades pour se consacrer à la défense des revendications ouvrières dans les limites du cadre syndical » (p.271). Sur ce point, l’auteur relève l’importance du Congrès de Marseille (1879) qui aborde la question sociale et envisage, pour y répondre, une représentation ouvrière au Parlement. Celle-ci doit donner la priorité à « l’appropriation centrale des moyens de production et à l’organisation du travail » sur l’organisation des travailleurs. Ainsi sont reléguées au second plan les pratiques ouvrières acquises par les ouvriers eux-mêmes « qui doivent se conformer aux directives du futur parti » (p.276). En 1892, l’idée d’autonomie renait avec l’objectif de mettre fin à l’exploitation capitaliste sous l’impulsion de Fernand Pelloutier et des Bourses du Travail grâce à la grève générale et à l’indépendance du syndicalisme. Le « ralliement socialiste à la république civilisatrice » (p.286) est une étape qui permet l’organisation des masses laborieuses afin d’effacer les humiliations et les croyances trompeuses mais qui s’éloigne de l’aspiration à la liberté des associations de producteurs comme expression directe des travailleurs. Mais la résistance ouvrière est écrasée au nom de la République et « la délégation de pouvoir au sein du régime parlementaire, comme au cœur des organisations ouvrières, se substitue aux initiatives et à l’autonomie ouvrière » (p.291). Même s’il est nécessaire de retrouver cette liberté confisquée, il ne peut être occulté l’effort théorique et l’action des partis du mouvement ouvrier qui font pression sur l’Etat pour obtenir des concessions : par exemple, le Parti Ouvrier Français contribue à introduire la conception marxiste d’une crise finale du système capitaliste, victime d’une contradiction fondamentale entre le caractère social de la production et le caractère privé de l’appropriation. A travers cette conception, le rôle du prolétariat est moteur pour faire advenir une société nouvelle et promouvoir la libération de toute l’humanité, par le suffrage universel qui, cependant, ne peut se suffire à lui-même. Ces faits historiques, peu développés ici, auraient mérité d’être davantage discutés.

Compte-rendu de lecture par
Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Maurizio GRIBAUDI et Michèle RIOT-SARCEY, 1848, la révolution oubliée, La Découverte, Paris, 2008.

Compte-rendu complet.pdf