Archives par mot-clé : Pierre Alayrac

A First Assessment of the EUROSOC Project/April 2017 (Shanghai, April 2017)

A First Assessment of the EUROSOC Project/April 2017 (Shanghai,  Academy of Social Sciences CASS – Institut of Chinese Marxism, 28 April 2017)

 Second to the left : Professor Fang Songhua (director of Institut of Marxism), then Jean-Numa Ducange, Serge Wolikow, Xu Juezai (director of the journal Yearbook of World Socialism), Chen Xianqing, Ma Lyia. 

Launched in February 2016, the EUROSOC project set several objectives, the first of which was to establish a network of researchers on the history of socialisms for the period 1870-1914, without excluding an interest for a broader chronology. From its early stages, the project has developed links with diverse university structures and foundations  sharing a strong interest for this object. In addition to the colleagues from the University of Rouen and Le Havre, colleagues from foreign universities (Denmark, Italy, Germany, and China predominately) and from other French universities (Dijon, Strasbourg, EHESS[1], Paris 1 among others) participated in several meetings and seminar sessions. The Jean-Jaurès and Gabriel-Péri Foundations supported several initiatives. The Consortium Mondes Contemporains (Consortium “Archives of the contemporary worlds”) also intensively supported the project, particularly for the document digitization projects; we shall return to this point later. It is worth noting that the project was enhanced within the framework of the seminar for Master students called “French revolution, Revolutions of the 19th-21th centuries” coorganized by Michel Biard and myself at the University of Rouen and where, for example, Emmanuel Jousse – the author of a noteworthy thesis on the history of reformist socialism in France – took part in it. The seminar also hosted a full-day session dedicated to historian Georges Haupt and his archives.

The EUROSOC notebook

Here, I shall already underline several concrete implementations. First, the EUROSOC online notebook has been regularly supplied with high-quality posts, published almost every week and covering the various aspects of the project : bibliography, historiography, information content (publications of books on the topic), brief reports of speeches coming from study days, reports of research studies defences (master, thesis), etc. Most of the posts are in French but a significant number of them were translated in English for the sake of internationalisation. The general coordination of this notebook, which will soon lead to the creation of a denser and stronger website, was entrusted to Frank-Olivier Chauvin, a doctoral student since September 1st 2016 under Michel Biard’s and my supervision.

Master’s degrees and doctorates

Several students were able to write their Master’s thesis in relation to this project (among the most active ones were Alexandre Riou on the history of Czech socialism and Frank-Olivier Chauvin on the revolutionary tradition in the Ottoman Empire). Other ongoing and upcoming Master’s theses, as well as several theses projects under development, are within the project’s perspective. Doctoral students and doctors are now already part of the EUROSOC project. This is evidenced, for example, by the publication of several posts by Andrea Benedetti, a doctoral student at the university of Strasbourg, or Elisa Marcobelli, doctor of the EHESS. Lastly, it should be noted that Pierre Alayrac took part in our activities – Pierre Alayrac is the 2016 Jean-Jaurès Foundation award recipient and the author of a Master’s thesis on the 1896 London Congress which he defended at the École Normale Supérieure under Blaise Wilfert-Portal’s and my supervision.

Digitization

In terms of document digitization, two archival fonds were treated thanks to the EUROSOC funds. The first one is a part of the Pierre Renaudel fonds (kept at the Jean-Jaurès Foundation) which contains unpublished archives on the establishment of socialism in Normandy for the period 1899-1905, particularly on the history of the French Socialist Party. The richness of this fonds has already been emphasized and is currently being exploited by Florent Godguin, history and geography teacher and collaborator of the EUROSOC project. This exploitation will soon lead to a university Master’s thesis.

The other digitized fonds corresponds to the international vocation of EUROSOC: the fonds of Romanian historian Georges Haupt. It contains numerous original documents from the Socialist International (The Second International before 1914) and notably a part of the correspondence of the International Socialist Bureau that Haupt had recovered from Camille Huysmans. Its scientific promotion is ongoing, notably thanks to Lucie Guesnier, doctor from the University of Paris 1 and author of a noteworthy thesis on the history of Romanian socialism before the First World War.

Translation

On this matter, regarding the successful cooperation, I wish to underline the active participation of our colleagues from the Institute of Marxism of the Shanghai Academy of Social Sciences. A letter written by Hardling and addressed to Huysmans about the early developments of socialism in China – a letter in English in the Haupt fonds – was translated in Chinese and published in the Yearbook of socialism (Shanghai) in 2016, as part of the partnership established by EUROSOC. This letter was partially quoted by Haupt himself – a letter he thus possessed – in La Deuxième Internationale et l’Orient (The Second International and the East, cowritten with Madeleine Rebérioux in 1967) but had remained in its entirety completely unpublished. Ma Lyia, a colleague of the Academy, has published in the journal Austriaca (edited by Rouen Press University) a very interesting article about the reception of Otto Bauer’s theory in China.

The acquisition of works

At the bibliographical level, the fonds led to the acquisition of rare journals and books related to the history of socialism. Examples include several volumes of the collection “Historical materialism” published by Brill or the last copies of the journal Beiträge Zur Marx-Engels Forschung. It is a journal devoted to Marx and the marxisms and which contains important historical input on the history of the archival centers related to the socialist movement.

2017-1018

In anticipation, the EUROSOC project intends to continue its activities in the same fields by diversifying the places of its seminar sessions and holding them in several sites. The document digitization will continue in order to further enhance regional and international resources that are still hard to access for researchers. On this matter, the cooperation between the archival centers will have to be strengthened. At the end of the project, EUROSOC will organize in September-October 2018 a symposium which should emphasize the different levels of integration of the project; various historians from several countries will for instance be invited. Publications are also under study, along with the possibilities to perpetuate the project.

[1] The School for Advanced Studies in the Social Sciences (French: École des hautes études en sciences sociales).

Un an de recherche : bilan et perspectives

Ce premier bilan d’EUROSOC a été présenté par Jean-Numa Ducange dans le cadre d’un séminaire organisé par l’Académie des Sciences de Shanghai le 28 avril 2017, en présence notamment de Serge Wolikow (Consortium Mondes Contemporains), Xu Juezai (directeur de la revue Yearbook of World Socialism) et de Fang Songhua (directeur de l’Institut du marxisme qui a accueilli la conférence).  D’autres présentations issues de cette journée qui s’est tenue à Shanghai seront publiées sur le carnet d’EUROSOC.

 Affiche annonçant le séminaire en partenariat avec EUROSOC

ENGLISH VERSION FORTHCOMING

 

Premier bilan d’EUROSOC avril 2017

Lancé en février 2016, le projet EUROSOC s’est fixé plusieurs objectifs dont le premier fut de constituer un réseau de chercheurs sur l’histoire des socialismes pour la période 1870-1914, sans exclure un intérêt pour une chronologie plus large. Dès ses premiers pas, le projet s’est lié à diverses structures universitaires et Fondations (voir la liste des partenaires) ayant en commun un intérêt soutenu pour cet objet. Au cours de plusieurs rencontres et séances de séminaires ont participé, outre des collègues de l’Université de Rouen et du Havre, des collèges d’universités étrangères (Danemark, Italie, Allemagne, Chine principalement) et d’autres universités françaises (Dijon, Strasbourg, EHESS, Paris 1 entre autres). Les Fondations Jean-Jaurès et Gabriel-Péri ont soutenu plusieurs initiatives. Le Consortium Mondes Contemporains a également soutenu largement le projet, notamment pour les projets de numérisation documentaire, nous y reviendrons. À noter la valorisation du projet dans le cadre du séminaire de Master à l’Université de Rouen co-organisé par Michel Biard et moi-même : « Révolution française, révolutions des XIXe-XXIe siècles » où est intervenu par exemple Emmanuel Jousse, auteur d’une thèse remarquée sur l’histoire du socialisme réformiste en France ; le séminaire a accueilli également une séance sur une journée entière dédiée à l’historien Georges Haupt et ses archives.

Le carnet EUROSOC

Je soulignerai ici plusieurs réalisations concrètes. D’abord le carnet EUROSOC en ligne a été régulièrement alimenté par des billets de qualité, publiés presque chaque semaine, et couvrant les divers aspects du projets : bibliographie, historiographie, informatif (publications d’ouvrages sur le thème), brefs compte-rendus d’interventions issus de journée d’étude, compte-rendu de soutenance de travaux de recherche (master, thèse) etc. La plupart des billets sont en français mais un nombre significatif a été traduit en anglais par souci d’internationalisation. La coordination générale de ce carnet, qui va bientôt donner lieu à un site internet plus dense et solide, a été confiée à Frank-Olivier Chauvin, doctorant depuis le 1er octobre 2016 co-dirigé par Michel Biard et moi-même.

Masters et doctorats

Plusieurs étudiants ont pu réaliser leur master en rapport avec ce projet (citons parmi les plus actifs Alexandre Riou sur l’histoire du socialisme tchèque, Frank-Olivier Chauvin sur la tradition révolutionnaire dans l’empire ottoman) ; d’autres mémoires de masters en cours et à venir, ainsi que plusieurs projets de thèses en cours d’élaboration se situent dans la perspective du projet. D’ores et déjà des doctorants ou docteurs d’autres universités s’inscrivent désormais dans le cadre du projet EUROSOC, comme en témoigne par exemple la publication de plusieurs billets d’Andrea Benedetti, doctorant à l’université de Strasbourg ou encore d’Elisa Marcobelli, docteure de l’EHESS. À noter enfin la participation du lauréat du prix de la Fondation Jean-Jaurès 2016 à nos activités, Pierre Alayrac, auteur d’un mémoire sur le congrès de Londres de 1896 soutenu l’École Normale Supérieure (co-dirigé par Blaise Wilfert-Portal et moi-même).

Numérisation

Sur le plan de la numérisation documentaire, deux fonds ont été traités grâce aux crédits d’EUROSOC. Le premier est une partie du fonds de Pierre Renaudel (conservé à la Fondation Jean-Jaurès) qui contient des archives inédites sur l’implantation du socialisme en Normandie pour la période 1899-1905, notamment sur l’histoire du Parti socialiste français. La richesse de ce fonds a déjà été soulignée ; il est en cours d’exploitation par Florent Godguin, professeur d’histoire-géographie collaborateur du projet EUROSOC, bientôt dans le cadre d’un mémoire universitaire.

L’autre fonds numérisé correspond à la vocation internationale d’EUROSOC : le fonds de l’historien roumain Georges Haupt, contenant de nombreux documents originaux de l’Internationale socialiste (Deuxième Internationale avant 1914) notamment une partie des correspondances du Bureau Socialiste International que Haupt avait récupérée auprès de Camille Huysmans. Sa valorisation scientifique est en cours, en lien notamment avec Lucie Guesnier, docteure de l’université de Paris 1, auteure d’une thèse remarquée sur l’histoire du socialisme roumain avant la Première Guerre mondiale.

Traduction

À ce propos parmi les coopérations fructueuses, je tiens à souligner la participation active de nos collègues de l’Institut du marxisme de l’Académie des Sciences de Shanghai. Une lettre de Hardling adressée à Huysmans sur les premiers développements du socialisme en Chine, lettre en anglais dans le fonds Haupt, a été traduite en chinois et publiée dans le Yearbook of socialism (Shanghai) en 2016, dans le cadre du partenariat mis en place par EUROSOC. Cette lettre était citée partiellement par Haupt lui-même – qui disposait en donc  – dans La Deuxième Internationale et l’Orient (co-écrit avec Madeleine Rebérioux en 1967) mais était restée dans son intégralité totalement inédite. Je tiens également à souligner le travail de Ma Lyia issu d’une communication faite à Rouen en avril 2015, qui a débouché sur la publication d’un article dans la revue Austriaca. Cahiers universitaires d’informations sur l’Autriche à propos de la réception d’Otto Bauer en Chine.

Acquisition d’ouvrages

Au niveau bibliographique les fonds ont permis l’acquisition de revues et ouvrages rares relatifs à l’histoire du socialisme. Citons par exemple plusieurs volumes publiés par Brill de la collection « Historical materialism » ou encore les derniers exemplaires de la revue Beiträge Zur Marx-Engels Forschung revue consacrée à Marx et aux marxismes contenant d’importantes contributions historiques sur l’histoire des centres d’archives relatifs au mouvement socialiste.

2017-2018

En prévision, le projet EUROSOC entend continuer ses activités dans les mêmes domaines, en diversifiant les lieux de ses séances de séminaire notamment, en les tenant sur plusieurs sites. La numérisation documentaire se poursuivra, afin de valoriser encore des ressources régionales et internationales peu accessibles aux chercheurs. A ce propos la coopération avec des centres d’archives devra être renforcée. EUROSOC organisera en septembre-octobre 2018 un colloque à la fin du projet qui devrait souligner l’ancrage à différents niveaux du projet, en invitation notamment des historiens divers de plusieurs pays. Des publications sont également à l’étude, ainsi que les possibilités de pérenniser le projet.

Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste

Le présent billet est issu de la communication de Pierre Alayrac lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici.

Pierre Alayrac est Lauréat du Prix de la Fondation Jean Jaurès pour son mémoire L’Internationale au milieu du gué. Histoire pratique, sociale et transnationale de l’internationalisme socialiste au congrès de Londres (1896) de la Deuxième Internationale, mémoire du master Pratiques de l’interdisciplinarité en sciences sociales, ENS-EHESS, sous la direction de Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal.

Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste

 

 

En puisant dans les différentes boîtes à outils des sciences sociales, et à partir d’une étude du congrès de Londres (1896), cette intervention suggère trois pistes de travail pour renouveler l’histoire « classique » des congrès de la Deuxième Internationale et de l’internationalisme socialiste en Europe avant 1914. Il s’agit de proposer :

  1. Une histoire « pratique » des congrès de la Deuxième Internationale. Par ce label, on désigne une démarche qui symétrise l’importance accordée à toutes les pratiques, et en particulier qui traite la production doctrinale non comme le coeur des rassemblements étudiés, mais comme une de leur dimension, qu’il n’y a pas lieu de mettre spécialement en avant par rapport aux autres. Alors que la plupart des travaux classiques proposent, en guise d’histoire des congrès, une synthèse (habilement) articulée des principaux échanges qui s’y sont tenus, on suggère ici de reprendre les archives qui leur ont servies, pour en montrer la richesse inexploitée, et analyser ce que nous révèle la « forme congrès ». Sous ce jour, l’internationalisme socialiste performé à Londres apparaît comme une structure articulée à deux dimensions : l’une internationale, l’autre nationale.
  2. Une histoire sociale des congrès de la Deuxième Internationale, armée par les statistiques. Si certains historiens quantitativistes ont parfois recours à la technique importée de la sociologie qu’est l’Analyse des Correspondances Multiples (A.C.M.), les travaux sur l’histoire du socialisme européen avant 1914 n’en font pas usage. On essaye ici d’en souligner à la fois l’intérêt pour souligner les polarités sociales qui conditionnèrent et éclatèrent les expériences des congressistes de 1896 dans la capitale britannique, et les difficultés méthodologiques. Ainsi, on souligne que l’expérience internationale n’avait pas du tout la même épaisseur selon que l’on considère l’élite du mouvement socialiste européen, coutumière des échanges et visites internationales, les militants en exils, ou encore ceux qui franchissaient pour la première fois les frontières de leurs pays. Ces propositions appellent à des comparaisons avec d’autres congrès pour mettre en lumière les transformations du profil sociologique des militants socialistes présents dans ces internationaux.
  3. Une histoire transnationale des congrès de la Deuxième Internationale, qui déplie échelles d’analyse et temporalités. Ce n’est qu’à condition de remarquer que ces congrès pouvaient n’être investis que comme des arènes supplémentaires pour des luttes nationales, ou en remarquant que les mobilisations qu’ils occasionnaient ne sont pas perceptibles avec les oeillères du nationalisme méthodologique, que l’on peut rendre compte pleinement de la variété des activités militantes qu’ils abritaient. Le prisme de l’histoire transnationale permet non seulement de mieux comprendre comment les congrès de l’Internationale étaient préparés et investis, mais aussi la façon dont, en retour, ils étaient le lieu où s’orchestraient les troublantes synchronies dans l’histoire des socialismes nationaux. Mais à nouveau, gare au tropisme doctrinal : ce n’étaient pas que les idées qui circulaient à ces occasions, mais aussi leurs porteurs, et à Londres comme dans les autres congrès, il faut suivre ces connexions et déconnexions entre militants pour mettre en lumière ce que leur internationalisme a été et a fait aux socialismes « nationaux » — c’est ce que nous esquissons rapidement à partir du cas de Tom Mann.

Ces pistes de travail, modestement développées ici à propos du congrès de Londres, sont autant de moyens de prolonger le projet — malheureusement resté inachevé — de Georges Haupt. En effet, malgré plusieurs travaux récents brillants, l’historiographie des congrès de la Deuxième Internationale demeure largement à portée des critiques formulées par Haupt dès 1964[1], et en particulier deux d’entre elles :

« Au fond, la plupart [des] travaux sur la IIe Internationale postulent dès l’abord la primauté des doctrines comme élément fondamental pour la compréhension de toute étude historique du socialisme et du mouvement ouvrier. »

« (…) considérée dans la seule perspective des Congrès internationaux, ou réduite à une juxtaposition des histoires des divers partis socialistes nationaux, l’histoire de la IIe Internationale n’offre en vérité qu’un très médiocre intérêt. Comment donc expliquer que, malgré de nombreux efforts, nous n’ayons pas d’histoire de l’Internationale qui soit une véritable histoire du socialisme, dans ses dimensions mondiales ? »

Pierre Alayrac

[1] Georges Haupt, La Deuxième Internationale 1889 – 1914. Étude critique des sources. Essai bibliographique, Paris, Éditions Mouton, 1964, p. 64 pour les extraits.