Archives par mot-clé : Parti Ouvrier Français

L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 2/2

La première partie de ce billet peut-être retrouvée ici.

Ces deux conditions permettent au cours de la décennie 1890, le passage progressif d’un noyau groupusculaire essentiellement localisé dans le chef-lieu Troyes à une structure partisane à l’échelle départementale.  De multiples groupes voient le jour à partir de l’agglomération troyenne, composés de jeunes militants révolutionnaires locaux présents avant 1889 puis de nouvelles forces conséquentes rejoignent le Parti ouvrier. La méthode relève d’un schéma identique : réunions publiques régulières, constitution d’un noyau militant puis d’un groupe solide, ensuite subdivision du groupe si l’effectif et l’assiduité militante la permettent. Géographiquement, le mouvement socialiste s’implante, s’affirme et s’impose électoralement dans l’ouest et le sud-ouest aubois (Troyes, le Pays d’Othe, le Barséquanais) qui si l’on regarde les résultats des autres forces politiques sont des terres foncièrement républicaines. En 1900, près de 800 cotisants sont recensés.

Sur le plan électoral, le recueil des voix s’effectue pour l’essentiel dans les bourgs textiles de cet espace dont Romilly-sur-Seine apparaît le plus important puisque les guesdistes y gagnent la municipalité. En sus de Romilly, une commune industrieuse de l’agglomération troyenne, Sainte-Savine, tombe dans l’escarcelle du parti dès 1896. L’espace rural n’est toutefois pas totalement hermétique aux idées socialistes. Les vignerons de la région des Riceys fournissent bon nombre des voix rurales du guesdisme. La municipalité est enlevée en 1896 et conservée en 1900. Toutefois les résultats demeurent bien maigres en proportion du nombre important de « tournées de propagande » dans les campagnes.Il faut cependant attendre la période postérieure à l’unité pour percevoir des indicateurs incontestables du succès de l’implantation. Les effectifs fédéraux avoisinent le millier de militants et des socialistes sont élus à la Chambre : Léandre Nicolas (1906, 1910) et Célestin Philbois en 1914. A la veille du premier conflit mondial, ils sont par ailleurs aux portes de la mairie de Troyes.

  1. Léandre Nicolas (1844-1915), premier député socialiste aubois en 1906, réélu en 1914. Membre de la commission de l’agriculture, il participe par ses contributions à la Chambre à la délimitation de la Champagne viticole et à la reconnaissance des vins de Champagne.

L’examen de la culture politique socialiste locale, a mis en lumière sa coloration fortement libre-penseuse donnant au guesdisme aubois une tonalité originale. En effet, contrairement à l’idée répandue selon laquelle il s’agit du courant socialiste s’intéressant le moins à la question religieuse, les dirigeants assimilent la lutte contre « l’exploitation capitaliste » au combat contre les « oppresseurs cléricaux » parfois au grand regret de Jules Guesde. Au quotidien, cette coloration se traduit alors par des conférences anticléricales mais aussi des baptêmes et enterrements civils mis en place dans les municipalités conquises.

            Justement, la pratique électorale par les socialistes participe de l’élaboration de leur culture politique.  La question du rapport à la République s’est ainsi posée régulièrement notamment à travers les liens avec les radicaux. La progression de l’audience socialiste sur la scène électorale fait de la fédération une force politique incontournable du jeu républicain. De plus, alors que la S.F.I.O auboise est toujours dominée par les guesdistes, elle devient partisane du régime parlementaire qu’elle veut améliorer en militant pour la représentation proportionnelle dans les années 1910.

« LE » guesdisme se révèle donc dans notre cas fortement influencé par le terreau socioculturel sur lequel il se greffe. Et si, est régulièrement souligné sa rigidité doctrinale dans les études à grands traits, l’exemple aubois démontre qu’à hauteur d’hommes la chose n’est pas si simple.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 1/2

Abstract

The French department of the Aube is no longer a land favourable towards the Socialist Party. However, at the beginning of the Third French Republic, the establishment of Socialism was a success to such an extent that the local federation became a bastion of Jules Guesde’s party.

Le département de l’Aube n’est plus depuis longtemps une terre favorable au Parti socialiste. Pourtant, dans la France de la IIIe République, le socialisme y réussit son implantation à tel point que la fédération locale devient un bastion du Parti Ouvrier Français de Jules Guesde et du guesdisme.

L’étude de l’implantation du socialisme guesdiste dans l’Aube a permis de mettre en lumière les ressorts de celle-ci, qui, jusqu’à présent, étaient expliquée exclusivement par des facteurs socio-économiques (industrialisation, concentration industrielle, « prolétarisation » des ouvriers du textile) à travers la focale du déterminisme marxiste. Or ce prisme ne permettait pas de comprendre comment le guesdisme avait réussi une percée dans certaines parties rurales du département. Aussi qu’avaient en commun l’ouvrier bonnetier d’usine d’un faubourg troyen, le bûcheron de la forêt de Géraudot et le vigneron de la Côte des Bars ? Une analyse de la culture politique des guesdistes aubois, tant de sa genèse que de ses manifestations quotidiennes, a solutionné ce problème et fait ressortir une spécificité au sein de cette « école » du socialisme français d’avant 1914 qui était loin d’être monolithique.


1. Carte administrative du département de l’Aube (fin XIXe – début du XXe)

La période courant de 1876 au début des années 1890 correspond à aux balbutiements d’un mouvement sur le plan local comprenant chambres syndicales et groupes politiques. Le département n’est pas exempt de ce qui peut paraître a posteriori comme des « guerres picrocholines » entre socialistes. Autant ce moment peut nous sembler dérisoire, autant en y regardant de plus près, les thématiques privilégiées par les militants sont révélatrices notamment du fond commun philosophique de chacun de ses groupes : anticlérical et libre penseur. Là où Claude Willard dans sa thèse présentait la libre-pensée comme un simple canal d’implantation locale au début du siècle nous montrons que ce courant de pensée est consubstantiel au « milieu écologique » aubois. Le guesdisme vient se greffer sur un terreau de militants avant tout « mangeurs de curés » qui font leur, la « question sociale ». Sur ce premier temps, chacun choisit ses orientations à l’occasion de la tenue des conférences publiques des meneurs venant de Paris. Un événement et une personnalité jouent le rôle de catalyseur dans l’histoire du guesdisme aubois : le congrès de Troyes d’envergure nationale en 1888 et l’arrivée d’un « meneur » charismatique du département voisin de la Marne, Etienne Pédron.

2. Etienne Pédron (1849-1931), tract à l’occasion des législatives de 1900. Arrivé dans le département en 1889 à la demande de Jules Guesde. Surnommé le « Juif errant du socialisme », son aura dans le milieu militant local lui permet d’être candidat quatre ans après son départ pour Ivry.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

L’Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

Première partie

Seconde partie

Après avoir présenté brièvement Sébastien Faure et quelqu’un.e.s des contribut.rices.eurs en tentant de renvoyer autant que faire se peut à la littérature grise existante, l’Encyclopédie anarchiste de Faure sera ici confrontée à une œuvre, beaucoup plus connue, issue d’un autre courant des socialismes français parue quelques années auparavant. Cette œuvre sous la direction du guesdiste Adéodat Compère-Morel est établie au cours de l’année 1912 et offre un terreau d’analyse intéressant à l’étude du mouvement socialiste. Néanmoins, un tel examen comparé ne saurait être exhaustif compte-tenu du format imparti par le carnet de recherche. Cependant et dans la continuité des premières parties, sera proposée une vue générale permettant de synthétiser et regrouper les ressources disponibles sur le sujet tout en offrant quelques perspectives de recherches[1].

Adéodat Compère-Morel : de Guesde à Jaurès

L’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière est publiée entre 1912 et 1921 sous la direction technique de Compète-Morel[2] avec la collaboration de Charles Rappoport, Paul-Louis, Hubert Rouger[3], Jean Longuet[4], Sixte-Quenin, Jean-Baptiste Séverac, Pierre Brizon et Ernest Poisson[5]. La trajectoire d’Adéodat Compère-Morel demeure assez classique : il adhère très vite au Parti ouvrier de Guesde jusqu’à la scission qui conduit à la création du Parti communiste. Bien que longtemps guesdiste, Compère-Morel demeure fidèle à la S.F.I.O. Publiciste, Compère-Morel est également un député inamovible puisqu’il est (ré)élu à son poste sept fois sans discontinuer du 25 avril 1909 au 31 mai 1936[6]. Après avoir rejoint la S.F.I.O., il rejoint l’éphémère Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (1933-1935) fondé entre autres par le normand Pierre Renaudel ancien proche de Jaurès qui fut exclu de la S.F.I.O[7]. La constance de Sébastien Faure tranche ici avec le parcours de Compère-Morel et illustre le hiatus entre réforme et révolution entre ces deux grands courants du socialisme français : entre la participation à l’Etat bourgeois et le rejet de la participation à la chose publique.

Extrait de l’entée « anarchiste » issue du Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924. p39.

 

Socialisme & anarchisme, deux voies politiques, un moyen : la propagande par l’édition

La première distinction tient dès le titre de l’Encyclopédie socialiste qui s’affiche le plus inclusif possible. Là où l’Encyclopédie de Faure n’est suivie que de l’épithète du courant politique, celle de Compère-Morel agrège l’ensemble des voies et méthodes politiques possibles qui traversent le socialisme d’alors et plus particulièrement celle d’une partie issue du courant guesdiste. Madeleine Rebérioux qualifie d’ailleurs cette entreprise comme n’étant pas « exclusivement guesdiste, mais, chez les guesdistes, d’une tentative hégémonique conçue et exercée dans le cadre d’une plus vaste offensive »[8] que Vincent Chambarlhac nuance par le concours de Jean Longuet[9], qui, au moment de sa participation a déjà embrassé le socialisme jaurésien[10]. Cette Encyclopédie socialiste est d’ailleurs postérieure au Dictionnaire du socialisme de Charles-Gabriel Vérecque[11] et s’inscrit dans cette nécessité de « propagande » des idées socialistes[12]. Là où Faure doit faire face à une « balkanisation » du mouvement anarchiste, la S.F.I.O. est forte d’une structuration bien établie sur l’ensemble du territoire et supportée par de nombreux militants.

Conclusion

S’agissant d’un projet collaboratif dans lequel Sébastien Faure tente de travailler avec l’ensemble des courants libertaires. L’Encyclopédie n’apparaît pas véritablement homogène et certaines notices semblent davantage relever d’une vision discursive que d’un véritable travail scientifique. Néanmoins, Là n’était pas le but premier de Faure qui souhaitait faire œuvre-utile dans la droite ligne de son engagement de vulgarisateur en proposant une encyclopédie dont l’utilisation soit simple et malgré certaines entrées au ton volontairement polémiques, l’ensemble témoigne d’un travail passionnant et passionné par les acteurs eux-mêmes de la transformation sociale et il s’agit là d’un apport conséquent à l’historiographie du mouvement libertaire. Mais la véritable force de cette Encyclopédie est à porter au crédit de son initiateur qui se révèle ici en véritable homme-orchestre et homme de réseau du mouvement libertaire français. Cela pourrait d’ailleurs donner lieu à des travaux intéressants, à la seule lecture de cette Encyclopédie et de ses contribut.eurs.trices à l’aide de la boîte à outils des sciences sociales, l’on pourrait aisément modéliser la porosité entre certains contributeurs de l’Encyclopédie de Faure et celle de Compère-Morel et mériterait par ailleurs une attention supplémentaire à travers une étude comparée entre ces deux encyclopédies et le Dictionnaire de Compère-Morel.

Ces quelques critiques, somme toute assez formelles ne peuvent prétendre à jeter l’opprobre sur une œuvre devenue incontournable à l’étude des mouvements anarchistes et libertaires[13]. Cette Encyclopédie anarchiste, dont les liens avec celle étudiée au travers ce bref exposé a finalement jeté les bases de l’œuvre de Jean Maitron devenue indispensable à l’histoire du mouvement social[14].

Frank-Olivier CHAUVIN
Doctorant Université Rouen-Normandie

Billet complet au format.pdf

___________________________________________________________________________

[1] L’article de Bruno Groppo, chercheur au centre d’histoire sociale du XXe siècle a d’ailleurs déjà consacré un article dont ne pouvons pas faire l’économie. GROPPO Bruno, « Les dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier : analyse comparée d’un genre scientifique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 4/2011 (N° 104-105), p. 6-15.

[2] Nous aurions d’ailleurs pu porter notre comparaison avec le Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international du même Compère-Morel mais l’accueil de l’Encyclopédie socialiste ayant rencontré un plus grand écho, choix a été fait de ne sélectionner qu’une seule œuvre.  COMPERE-MOREL, Adéodat, Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924, 1057p.

[3] ROUGER Hubert, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; La France socialiste. Tome 1, Paris, A. Quillet, 1912. Disponible en ligne, URL :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63272485 (consulté le 5 avril 2017).

[4] LONGUET Jean, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; Le mouvement socialiste international, Paris, A. Guillet, 1913. disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327286v (consulté le 5 avril 2017).

[5] BRIZON Pierre et POISSON Ernest, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, Paris, A. Quillet, 1913. Disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327288p (consulté le 7 avril 2017).

[6] La fiche de député de Compère-Morel est disponible sur le site de l’Assemblée nationale, URL : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/%28num_dept%29/1934#bio (consulté le 9 avril 2017).

[7] Cette exclusion de sept députés intervient le 5 novembre 1933 lors d’un Conseil national de la S.F.I.O. le 8 courant, Un groupe parlementaire est formé réunissant les nouveaux exclus et démissionnaires. Une structure politique va être créée afin d’accompagner cette nouvelle expression politique lors du Congrès fondateur le 3 décembre 1933.

[8] REBERIOUX Madeleine, « Guesdisme et culture politique : recherches sur l’Encyclopédie socialiste de Compère-Morel », Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Paris, Les Éditions ouvrières, 1976, pp. 211-227. Cette contribution

[9] CHAMBARLHAC Vincent, « L’orthodoxie marxiste de la SFIO : à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 07 avril 2017.  Disponible en ligne, URL : http://chrhc.revues.org/2215

[10] CANDAR Gilles, Jean Longuet : Un internationaliste à l’épreuve de l’histoire. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, consulté le 08 avril 2017). Disponible en ligne, URL : (http://books.openedition.org/pur/6318 ).

[11] VERECQUE Charles, Dictionnaire du socialisme, Paris, 1911.

[12] Jean-Lorris « L’Encyclopédie socialiste comme réponse à la nécessité de la propagande », préface au tome 1 de l’Encyclopédie socialiste, Paris, Quillet, 1912. L’on reverra à cette notion de propagande au travers l’article de Fabrice d’Almeida, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique [En ligne], 69 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2008, consulté le 08 avril 2017. Disponible en ligne, URL : http://mots.revues.org/10673

[13] L’on indiquera au lecteur que cette encyclopédie a bénéficié d’une réimpression papier mais est également disponible en ligne.

[14] Tout comme le fut auparavant l’Encyclopédie socialiste dans laquelle Madeleine Rebérioux voit « une œuvre qui, à certains égards, pourrait apparaitre comme « le premier Maitron. ». voir note 8.