Archives par mot-clé : Max Nettlau

LE PARTI SOCIALISTE OUVRIER ESPAGNOL 1870-1914 (3/3)

La première partie peut être retrouvée ici

La seconde partie peut être retrouvée ici

 

Le socialisme en Espagne (1870-1914)

Bibliographie

 

A) Journaux, textes
  • El Socialista, 1886-1914
  • La Lucha de Clases 1894-1914
  • La Nueva Era (ed. Pérez Ledesma, Manuel), Pensamiento socialista español a comienzos de sigloMaría del Carmen, Ediciones del Centro, 1975.
  • Fundacion Pablo Iglesias, Cien años de socialismo en España (Bibliografía), ed. Pablo Iglesias, Madrid, 1979.
  • Engels F.-Lafargue P. et L., Correspondance, Éditions Sociales, Paris, 1956, t. I, II et III.
  • Friedrich Engels, José Mesa, Pablo Iglesias, Paul Lafargue y otros, in Santiago Castillo (editor), Construyendo el futuro. Correspondencia política (1870-1895), ed. Trotta, Madrid, 1998.
  • Orígenes del Partido Socialista Obrero Español, Actes initiaux édités par Arbeloa, V. Manuel, ed. ZYX, Madrid, 1972.
  • Primer Congreso Obrero Español. Barcelona 1870, édité par Arbeloa, V. Manuel, ed. ZYX, Madrid, 1972.
  • Iglesias, Pablo, Escritos, ed. Ayuso, Madrid, 1975, 2 vols.
  • Iglesias, Pablo, Cien cartas inéditas de Pablo Iglesias a Isidoro de Acevedo, ed. Hispamerca, Madrid, 1975.
  • Iglesias, Pablo, Escritos y discursos. Antología crítica, (Moral Sandoval, Enrique, édit.), ed. Sálvora, Madrid, 1984
  • Vera, Jaime, Ciencia y proletariado (Escritos escogidos de Jaime Vera), Juan José Castillo, prólogo y selección), ed. Cuadernos para el diálogo, Madrid, 1973.

B) Espagne : mouvement ouvrier et pensée politique
  • Antón, Joan, Caminal, Miquel, Pensamiento político en la España contemporánea. 1800-1950, ed. Teide, Barcelone, 1992
  • Artola, Miguel, Partidos y programas políticos 1808-1939, ed. Aguilar, Madrid, 1974, 2 vols.
  • Balcells, Albert, (édit.) Teoría y práctica del movimiento obrero en España (1900-1936), ed. Fernando Torres, Valencia, 1977.
  • Elorza, Antonio, Iglesias, María del Carmen, Burgueses y Proletarios. Clase obrera y reforma social en la Restauración, ed. Laia, Barcelona, 1973.
  • Elorza, Antonio, Ralle, Michel, Serrano,Carlos (direc.), « Mouvements ouvriers et questions nationales. 1868-1936 », Le Mouvement Social, n° 128.
  • Nettlau, Max, La Première Internationale en Espagne. 1868-1888, (Lamberet, Renée, éditrice), Reidel Publishing Company, Dordrecht, 1968.
  • Tuñón de Lara, Manuel, El movimiento obrero en la historia de España, ed. Taurus, Madrid, 1972.
  • Vilar, Pierre, « Le socialisme espagnol des origines à 1917 » in Droz, Jacques, Histoire générale du socialisme, PUF, Paris, 1974, tome 2, pp. 279-320.

 

C) Histoire du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol
  • Arostegui, Julio, Largo Caballero. El tesón y la quimera, ed. Debate, Madrid, 2012
  • Ayer n° 54 (2004-2), « A los 125 años de la fundación del PSOE. Las primeras políticas y organizaciones socialistas »
  • Biglino, Paloma, El socialismo español y la cuestión agraria (1890-1936), ed. Ministerio de Trabajo, Madrid, 1986.
  • Castillo, Santiago, Historia del socialismo español (dir. Manuel Tuñón de Lara), vol 1 1870-1909, ed. Conjunto, Barcelona, 1989
  • Castillo, Santiago, Historia de la UGT, ed. Publicaciones Unión, Madrid, 1998, vol. 1.
  • Castillo, Santiago, Trabajadores, ciudadanía y reforma social en España : Juan José Morato (1864-1938), ed. Siglo XXI, Madrid, 2005, 2 vols.
  • Castillo, Santiago, Castillo, Juan José, « José Mesa y Leompart (1831-1904) y el socialismo español » in Revista de Estudios Sociales, n° 14-15, pp.77-126.
  • Cuesta Bustillo, Josefina, Francisco Largo Caballero : su compromiso internacional, ed. Fundación Largo Caballero, Madrid, 1997.
  • Elorza, Antonio, Ralle, Michel, La formación del PSOE, ed. Crítica, Barcelona, 1989.
  • Forcadell, Carlos, Parlamentarismo y bolchevización. El movimiento obrero español 1914-1918, ed. Crítica, Barcelona, 1978.
  • Gillespie, Richard, The Spanish Socialist Party, Oxford  University Press, 1988 (traduc. Historia del Partido Socialista Obrero Español, Alianza Editorial, Madrid, 1990).
  • Gómez Llorente, Luis, Aproximación a la historia del socialismo español, ed. Cuadernos para el diálogo, Madrid, 1972.
  • González Quintana, Antonio, Martín Nájera, Aurelio, Gómez Bravo, Gutmaro : Juventudes socialistas. 100 años. Protagonistas del Cambio,  Fundación Tomás Meabe, Madrid, 2006.
  • Heywood, Paul, Marxism and the failure of organised socialism in Spain, 1879-1936, Cambridge University Press, 1990 (traduc. El marxismo y el fracaso del socialismo organizado en España 1879-1936, ed. Universidad de Cantabria, Santander 1993).
  • Juliá, Santos, Los socialistas en la política española. 1879-1982, ed. Taurus, Madrid 1997.
  • Martín Ramos, José Luis, Historia del socialismo español (dir. Manuel Tuñón de Lara), vol 2 1909-1931, ed. Conjunto, Barcelona, 1989
  • Mora, Francisco, Historia del socialismo obrero español desde sus primeras manifestaciones hasta nuestros días, Madrid, 1902.
  • Moral Sandoval, Enrique, Castillo, Santiago, Juliá, Santos, Construyendo la modernidad : obra y pensamiento de Pablo Iglesias, ed. Fundación Pablo Iglesias, Madrid 2002.
  • Morato, Juan José, El partido socialista obrero, Madrid, 1918, (rééd. ed. Ayuso, Madrid, 1976)
  • Morato, Juan José, Historia de la sección española de la Internacional (1868-1874), Madrid, 1930 (rééd. ed. Fundación Largo Caballero, Madrid, 2010).
  • Morato, Juan José, Pablo Iglesias. Educador de muchedumbres, Madrid, 1931 (rééd. ed. Ariel, Madrid, 1968).
  • Morato, Juan José, Líderes del movimiento obrero español (1868-1921), (ed. Arbeloa, V. Manuel), ed. Cuadernos para el diálogo, Madrid, 1972.
  • Pérez, Ledesma, Manuel, El obrero consciente, Alianza editorial, Madrid, 1987.
  • Rosal, Amaro del, Historia de la UGT de España. 1901-1939, ed. Grijalbo, Barcelona, 1977, 2 vols, t. 1.
  • Saborit, Andrés, Pablo Iglesias y su tiempo. Apuntes históricos (edición de Abdón Mateos), ed. Pablo Iglesias, Madrid, 2009
  • Serrallonga, Joan, Pablo Iglesias. Socialista, obrero y español, ed. Edhasa, Barcelona, 2007.
  • Sistema, n° 11, « Número monográfico sobre Pablo Iglesias en el cincuenta aniversario de su muerte ».
  • Zugazagoitia, Julián, Pablo Iglesias, una vida heroica, Madrid, 1925 (edición J. Pablo Fusi con cartas inéditas de P. Iglesias à Enrique Francisco), Akal editor, 1976).
D) Mouvement ouvrier et socialisme dans diverses aires espagnoles
  • Castells, Luis, Los trabajadores en el País Vasco (1876-1923), ed. Siglo Veintiuno,Madrid, 1993.
  • Elorza, Antonio, « El socialismo oportunista en España : la ideología de El Obrero (1880-1891) », dans Estudios de Historia Social, n° 1, pp. 263-370.
  • Elorza, Antonio, « La formación de la prensa obrera en Madrid » in Prensa obrera en Madrid, ed. Revista Alfoz, Madrid, 1987, pp. 61-104.
  • Fusi, Juan Pablo, Política obrera en el País Vasco, ed. Tuner, Madrid, 1975.
  • Ibañez, Norberto, Pérez, José Antonio, Facundo Perezagua : el primer leader obrero de Bizkaia (1860-1935), ed. BBK, Bilbao, 2003.
  • Morato, Juan-José, La cuna de un gigante : Historia de la Asociación General del Arte de Imprimir, Madrid, 1925 (rééd. Castillo, Santiago, ed. Ministerio de Trabajo y de Seguridad Social, Madrid, 1984).
  • Olabarri Gortazar, Ignacio, Relaciones laborales en Vizcaya (1890-1936), ed. Leopoldo Zugaza, Durango, 1978.
  • Ralle, Michel, « Escribir desde la capital » : la prensa obrera madrileña bajo la Restauración (1881-1902) in Prensa obrera en Madrid, ed. Revista Alfoz, Madrid, 1987, pp. 154-166.
  • Reig, Ramir, Obrers i ciutadans. Blasquisme i moviment obrer, ed. Institució Alfons el Magnànim, Valencia, 1982.
  • Sánchez Pérez, Francisco, La protesta de un pueblo. Acción colectiva y organización obrera en Madrid, ed. Cinca, Madrid, 2005.

E) Le Parti Socialisme Ouvrier. Son rapport aux marxismes et aux intellectuels.
  • Fernández, Eusebio, Marxismo y positivismo en el socialismo español, ed. Centro de estudios constitucionales, Madrid, 1981.
  • Gomez Molleda, D., El socialismo español y los intelectuales. Cartas de líderes del movimiento obrero a Miguel de Unamuno, ed. Universidad de Salamanca, Salamanca, 1980.
  • Ribas, Pedro, La introducción del marxismo en España (1869-1939), Ed. de la Torre, Madrid, 1981
  • Ribas, Pedro, Aproximación a la historia del marxismo en España (1869-1939), ed. Endymion, Madrid, 1990
  • Ralle, Michel,  « La réception du marxisme par le socialisme espagnol. Vulgarisation et continuité des cultures politiques anti-autoritaires », Revue d’histoire critique, n° 114,  janvier-mars 2011, « Réceptions de Marx en Europe avant 1914 », pp. 51-72
  • Ralle, Michel, « Die Kontinuität der Rezptionsbedingungen des Marxismus in Spanien : Von der Ersten zur Zweiten Internationale » in  Ribas,Pedro (coord.), Verbreitung und Rezeption der Werke von Marx und Engels in Spanien, Karl-Marx-Haus, Tier, 1994, pp. 65-96.
  • Unamuno, Miguel de, Escritos socialistas. Artículos inéditos, ed. Ayuso, Madrid, 1976.

 

F) Présence sociale et culturelle du Parti Socialiste Ouvrier
  • De Luis Martín, Francisco, Arias González, Luis, Las Casas del Pueblo socialistas en España, ed. Ariel Historia, Barcelona, 1997
  • Magnien, Brigitte (ed.) :  Hacia una literatura del pueblo. Del folletín a la novela ; ed. Anthropos; Barcelone, 1995.
  • Ralle, Michel, « L’orphéonisme socialiste dans la zone de Bilbao (1890-1910) » in « Sociétés musicales et chantantes en Espagne (XIX° et XX° siècles) « , Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne  n° 20, p. 128-140
  • Serrano Carlos, « Cutura popular/cultura obrera en España alrededor 1900 » in Historia Social, n° 4, pp. 21-31.

 

 

Michel RALLE
Professeur émérite de civilisation espagnole contemporaine à l’Université de Paris-Sorbonne

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (2/3)

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (2/3)

Ce billet s’inscrit dans la dynamique du projet EuroSoc avec l’intention de présenter quelques ouvrages parfois singuliers, parfois marginalisés mais présentant tous un intérêt scientifique. Le projet entend également porter son attention sur l’ensemble des courants socialistes notamment les mouvements anarchistes et libertaires que le présent billet inaugure. A terme, la catégorie inaugurée par le billet de Florent Godguin, permettra de proposer une bibliographie exhaustive.

La première partie du billet est disponible ici.

S’agissant d’un projet n’ayant jamais pu parvenir à son terme, le lecteur ne pourra profiter que du premier volume publié en quatre tomes dont le dernier sera publié par Etienne Rivet, ancien secrétaire adjoint de la Bourse du Travail et éditeur de brochures et formes brèves des milieux communistes et anarchistes[1]. L’Encyclopédie permet de faire côtoyer des définitions aussi diverses que variées où le lecteur trouvera la définition du gredin ou du soleil entre celles de l’impôt et du gouvernement. Avant de continuer plus avant dans la présentation desdites entrées, il semble opportun d’introduire certain.e.s des contribut.rices.eurs. Trois groupes, relativement homogènes mais perméables, apparaissent à la lecture des différentes entrées et une étude de leurs parcours et trajectoires singuliers.

  1. Piotr Andreïevitch Archinov est l’auteur de la Plate-forme d’organisation de l’union générale des anarchistes (projet) qui provoquera la discorde au sein du mouvement libertaire. Il s’exile par la suite en France où il s’oppose notamment à Sébastien Faure et Voline, le premier étant l’initiateur de l’Encyclopédie, le second se trouve être le traducteur de son Projet et contributeur de cette même Encyclopédie[2]. Virgilio Gozzoli[3] est le seul anarchiste italien à avoir participé à la rédaction de l’Encyclopédie mais derrière sa contribution l’on devine l’influence de son compatriote Rivoluzio Gilioli également exilé en France avec lequel il fonde de nombreux journaux. Marcel Dieu, de nationalité belge, grand pacifiste et éditorialiste prolixe, participe également à l’Encyclopédie. Max Nettlau, autrichien, fait ses études en Allemagne et prépare sa thèse en Angleterre où il entre en contact avec un groupe anarchiste. L’héritage de son père lui permet une assise financière confortable qu’il met à profit pour rédiger l’histoire de l’anarchie parue en 1897[4]. Eugen Relgis, roumain, voyage très tôt en Grèce et en Turquie, il s’oppose dès les premiers signes à la guerre de laquelle il est exempté pour cause de surdité, il est l’un des premiers introducteurs de l’anarchisme en Roumanie. Ses nombreux articles, traduits en diverses langues, le feront connaître auprès de Sébastien Faure. Frédéric Stackelberg est également l’un des contributeurs étrangers qui participe largement participe à l’Encyclopédie. Né en Estonie, il voyage à travers l’Europe où il se noue avec de nombreux cercles libertaires. Ses séjours en France à la fin du dix-neuvième siècle font l’objet d’une surveillance particulière notamment suite à l’attentat de Vaillant[5]. Sa maîtrise des langues et ses innombrables voyages lui permettent de collaborer à de nombreuses revues[6]. La figure la plus connue de ce premier groupe est vraisemblablement Voline. D’origine Russe, il émigre en France à la demande de Sébastien Faure et traduit notamment la Plate-Forme d’Archinov avec lequel il aura de nombreuses oppositions théoriques. Il est de ceux qui contribuent majoritairement à l’Encyclopédie par les nombreuses entrées rédigées[7].
  1. Lucien Bardette, est l’un des principaux contributeurs en ce qui concerne la philosophie ou l’histoire. Grand érudit, diplômé sur le tard, il enseigne la philosophie et contribue à la presse des milieux anarchiques à travers laquelle il rencontre différents contributeurs de l’Encyclopédie[8]. D’autres figures comme Louis Bertoni, peuvent être rapprochées à celle de Bardette pour leurs apports théoriques ou de vulgarisation[9]. Les instituteurs sont d’ailleurs nombreux à participer à l’Encyclopédie c’est le cas notamment de Gabriel Giroud, de Gérard de Lacaze-Duthiers, de Stanislas Masset, de CGT-SRCGT-SR, et partagent pour la plupart un point commun : celui d’avoir rédigé des traités et articles sur l’éducation et l’enseignement libertaire.
  1. Georges Bastien, souligne une autre facette des contributeurs au projet initié par Faure, plus militante que celles et ceux qui ont contribué à l’Encyclopédie : bon orateur, inlassable syndicaliste, se rapproche de la CGT, il demeure l’une des chevilles ouvrières du mouvement libertaire en participant à de nombreux congrès anarchiques, il est de ceux qui eurent à passer à de nombreuses reprises en Prison du fait de son antimilitarisme revendiqué[10]. Camillo Berneri est l’une des figures à avoir le plus voyagé dans les pays limitrophes : Suisse, Italie, Espagne dans lesquels il tissera de nombreux liens. Malgré son jeune âge, ses relations lui permettent de présenter à Faure d’autres anarchistes[11]. Une autre figure, militante, est celle de Pierre Besnard connu notamment pour avoir été le fondateur de la CGT-Syndicaliste révolutionnaire à laquelle il se voit notamment opposer Georges Bastien[12]. Jules Chazanoff est l’une des figures marquantes du mouvement libertaire principalement pour ses actions lors de la Deuxième Guerre mondiale. Il embrasse dès sa prime jeunesse les idées anarchistes qui les conduisent à rejoindre la Plate-Forme d’Archinov[13]. Là encore, un élément commun fédère cette grande majorité de figures « constructrices » puisqu’elles proviennent essentiellement de l’industrie typographique.

Frank-Olivier CHAUVIN
Doctorant Université Rouen-Normandie

La troisième partie permettra d’introduire une autre Encyclopédie issue du mouvement socialiste et antérieure à celle présentée ici. Cet angle comparatif permettra, au moyen d’une mise en perspective, de faire ressortir divergences et convergences et, peut-être, éclairera un peu plus la vision du mouvement anarchiste.

___________________________________________________________________________

[1] Né le 21 décembre 1884 au Vigen, mort le 28 juin 1969 ; typographe puis imprimeur ; militant syndicaliste de Limoges. Il publia de nombreuses brochures et ouvrages communistes et anarchistes. Il continua son travail d’imprimeur sous l’occupation pour le Parti Communiste. A noter qu’Etienne Rivet ne se contente pas uniquement de publier mais contribuera à la rédaction de certaines entrées. Voir la notice en ligne http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article129076, notice RIVET Étienne, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 3 mars 2017

[2] Notice ARCHINOV Piotr [Piotr Marine, dit] [Dictionnaire des anarchistes] par Sylvain Boulouque, Guillaume Davranche, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article153673, version mise en ligne le 30 mars 2014, dernière modification le 21 mai 2014.

[3] Notice GOZZOLI, Virgilio (dit Vir, Iconoclasta, etc.) [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article156409, version mise en ligne le 5 mars 2014, dernière modification le 12 mars 2014.

[4] NETTLAU Max, Bibliographie de l’Anarchie, Bruxelles, Temps nouveaux, 1897. Voir également l’entée Max Nettlau, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article155228, notice NETTLAU Max [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 27 mars 2014, dernière modification le 10 mars 2015.

[5] BEZIAS Jean-Rémy, « Frédéric Stackelberg (1852-1934) ou la révolution importée » in: Cahiers de la Méditerranée, n°55, 1, 1997. Destins niçois [Actes du colloque de Nice, 13-14 décembre 1996] pp. 31-41.

[6] Notice STACKELBERG Frédéric [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Marianne Enckell, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article156129, version mise en ligne le 9 mars 2014, dernière modification le 9 mars 2014.

[7] Notice VOLINE [EICHENBAUM Vsévolod Mikhaïlovitch dit] par Sylvain Boulouque, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article135041, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 1er décembre 2010.

[8] Notice BARBEDETTE Lucien, Émile, François [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, Rolf Dupuy, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article156006, version mise en ligne le 27 mars 2014, dernière modification le 27 mars 2014.

[9] Notice BERTONI Louis [Luigi] [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article155371, version mise en ligne le 19 avril 2014, dernière modification le 24 décembre 2015.

[10] Notice BASTIEN Georges, Gaston. Pseudonyme : MORDINE par Yves Le Maner, Jean Maitron, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156151, version mise en ligne le 19 octobre 2010, dernière modification le 11 avril 2013.

[11] STIFFONI Giovanni, Camillo Berneri (1897-1937) : Mythes, racines et réalités d’un intellectuel anarchiste. Thèse en Histoire, Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 2012. Francais. Disponible en ligne sur https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00812425 lien consulté le 12 mars 2017. Une notice en ligne est également disponible sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155630&id_mot=28

[12] Notice BESNARD Pierre [BESNARD Eugène, Pierre] par Jean Maitron, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article904, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 11 août 2009.

[13] Notice CHAZANOFF Jules [dit Chazoff] [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche, Rolf Dupuy et Édouard Sill, http://maitron­en­ligne.univ­paris1.fr/spip.php?article153853, version mise en ligne le 9 mars 2014, dernière modification le 31 juillet 2016.