Archives par mot-clé : l’Humanité

La Fondation Jean Jaurès et le fonds Renaudel

English version below

 

Billet 06. Brochure de présentation de la Conférence par Jean Jaurès à Rouen le samedi 2 juillet 1904.

Billet d’entrée de la Conférence par Jean Jaurès à Rouen le samedi 2 juillet 1904.  (Archives Pierre Renaudel – collection Fondation Jean-Jaurès)

C’est un vendredi après-midi, le 28 mars 2014, que les archives de Pierre Renaudel  (1871-1935) sont réapparues. Alors que l’exposition Jaurès venait d’ouvrir aux Archives nationales et que la Fondation Jean-Jaurès entamait une « année Jaurès 2014 » riche d’événements[1], la petite-fille de Pierre Renaudel, Monique Bonnier Pitts nous contacta pour nous proposer dans un premier temps des manuscrits de Jaurès et un buste de son grand-père. Le lundi suivant, au cours de rangements dans le week-end, c’est tout un ensemble de boîtes d’archives et d’ouvrages qu’elle avait mis au jour et qu’il fut possible de découvrir dès le lendemain.

Pierre Renaudel, dont le parcours est présenté dans le billet de Gilles Candar eut un fils et une fille, Thérèse, qui épousa en 1923 Claude Bonnier, compagnon de la Libération, décédé en 1944[2]. Le couple eut deux enfants, Nicole, décédée à Paris le 20 janvier 2015, et Monique. Cette dernière se maria avec un Américain et vit depuis lors aux Etats-Unis. Thérèse Renaudel, décédée en 1991, vécut avec sa fille Nicole dans l’appartement familial près du Bois de Boulogne, conservant les souvenirs de ces deux hommes, Pierre Renaudel et Claude Bonnier. Ce sont ces souvenirs, objets, archives et ouvrages, comme réunis et figés dans le temps depuis plus de 60 ans, qui réapparurent au printemps 2014 et furent confiés à la Fondation Jean-Jaurès.

Depuis 1999, la Fondation veille à la préservation et à la valorisation des archives du Parti socialiste et de ses militants, et développe et coordonne des projets favorisant l’étude et la recherche historique sur le mouvement socialiste, des origines à aujourd’hui. De nombreux documents sont consultables gratuitement en ligne sur un site Internet dédié ouvert en 2014. C’est donc naturellement que les archives de Pierre Renaudel ont rejoint quelques jours après les contacts avec ses descendants les 1500 mètres linéaires de documents conservés. Rapidement, il fut facile d’isoler les pièces relatives à Jean Jaurès que Renaudel a trouvé dans le bureau de l’Humanité en août 1914, ou dans le casier parlementaire de Jaurès comme l’indique une mention sur une chemise. Année 2014 oblige, quelques objets ont intégré très vite l’exposition Jaurès contemporain au Panthéon comme les lunettes ou le porte-plume de Jaurès. Les manuscrits, pour certains visiblement inédits, vont faire l’objet de publications commentées[3]. En Juin 2014, une interview dans L’Express de Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès fut l’occasion de dévoiler ces « trésors »[4].

Parallèlement, le nettoyage, le reconditionnement et le récolement du fonds d’archives principal commença, l’inventaire est actuellement en cours. Quelques grands ensembles se détachent, et il est nécessaire de souligner la richesse du fonds par déjà tout simplement la période chronologique couverte, de la dernière décennie du XIXe siècle à 1935 : c’est un fonds d’archives unique pour un responsable socialiste face au devenir des archives des organisations partisanes précédant 1905 puis celles de la SFIO[5]. Renaudel était un homme de presse, et une part des photographies, des dessins, des collections de journaux conservées ou des brouillons d’articles en témoignent, que ce soient pour la Vie socialiste ou l’Humanité. Au total, le fonds d’archives représente  54 boîtes soit environ 250 dossiers, auxquels il faut ajouter l’ensemble des livres et des brochures de sa bibliothèque. L’historien trouvera notamment de riches séries de correspondance et des notes personnelles prises lors de réunions, que ce soient lors de comités de rédaction, des séances de la commission Armée de la Chambre des députés entre 1914 et 1919 ou pendant des réunions internationales dès 1918 puis de l’Internationale ouvrière socialiste après 1923. L’inventaire définitif affinera ces trop brèves remarques.

Billet. 06 Extrait des groupes adhérents à la Fédération Socialiste Révolutionnaire de Seine-Inférieure adressé à Briand

Extrait des groupes adhérents à la Fédération Socialiste Révolutionnaire de Seine-Inférieure adressé à Briand (Archives Pierre Renaudel – collection Fondation Jean-Jaurès)

La Fondation Jean-Jaurès et son secteur Histoire et archives noue depuis 1999 des partenariats, avec des institutions publiques comme les Archives nationales, l’INA ou le Service interministériel des archives de France, avec des centres de recherches comme le Centre d’histoire de Sciences PO, le Centre d’histoire sociale du XXe siècle à l’université Paris I et au-delà avec de nombreux universitaires étudiant l’histoire du mouvement socialiste, et avec des associations comme l’Institut François Mitterrand, L’OURS et la Société d’études jaurésiennes, ou regroupées en réseau comme le Codhos. Le partenariat avec Eurosoc s’inscrit dans cette dynamique, et visera à valoriser plus spécifiquement la « partie normande » du fonds d’archives Renaudel. L’objectif est de numériser les archives repérées, naturellement pour les préserver des manipulations rendues délicates par l’état de certains documents, et plus largement de les mettre plus rapidement à la disposition des chercheurs pour en favoriser l’analyse historique. Ces sources, pour l’historien, seront naturellement à croiser avec les fonds que les archives municipales ou départementales de Normandie peuvent conserver sur les premières années de l’implantation du socialisme, Pierre Renaudel se détournant de ses terres d’origine en 1909 pour s’implanter dans le Var. les correspondances de Pierre Renaudel précisent le développement des groupes socialistes dès la fin du XIXe siècle et éclairent probablement d’un regard nouveau par leurs détails et leurs précisions les élections législatives en 1902 ou les municipales de Rouen en 1904, et au-delà,  les hommes, les réseaux et les dynamiques propres au socialisme en Normandie de 1896 à 1907. Les échanges et les futures contributions scientifiques des historiens intégrés à Eurosoc vont permettre l’étude de ces archives et l’apport de réflexions nouvelles.

Thierry Mérel

Directeur secteur Histoire et Archives de la Fondation Jean-Jaurès

[1] La Fondation Jean-Jaurès a publié en 2015 une brochure reprenant les initiatives de « 2014, année Jaurès » http://www.jean-jaures.org/Publications/Livres/Revivez-Jaures-2014

[2] Une biographie de Claude Bonnier est disponible sur le site Internet du Musée de l’Ordre de la Libération http://www.ordredelaliberation.fr/fr/les-compagnons/116/claude-bonnier

[3] Un premier manuscrit, « Monsieur de Bismarck et la démocratie » a été commenté par Emmanuel Jousse http://www.jean-jaures.org/Publications/Notes/Bismarck-et-les-elections-allemandes-de-1887/(language)/fre-FR

[4] http://www.lexpress.fr/actualite/politique/gilles-finchelstein-hollande-est-fidele-a-l-esprit-de-jaures_1552545.html

[5] Frédéric Cépède, « L’Office universitaire de recherche socialiste (OURS), 45 ans d’histoire (et) d’archives socialistes », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 24, septembre-décembre 2014 [en ligne, www.histoire-politique.fr]

ENGLISH VERSION

The archives of Pierre Renaudel (1871-1935), reappeared on March 28th 2014, it was a Friday afternoon. While the Jean Jaurès exhibition had just opened at the National Archives and the Jaurès Foundation had started an eventful year devoted to him in 2014[1], Monique Bonnier Pitts – Pierre Renaudel’s granddaughter – contacted us in a first phase to offer us manuscripts by Jaurès and a bust of his grandfather. The following Monday, after having tidied up archives in the weekend, she had uncovered a whole set of archives boxes and books that we were able to access the very next day.

A few major sets stand out but it is necessary to underscore the richness of the collection. First, the chronological period covered is simply tremendous: it goes from the last decade of the 19th century to 1935; this collection of archives therefore represents something unique for a socialist leader in the face of what will become of the partisan organizations’ archives before 1905 and then the archives of the French Section of the Worker’s International[2]. Renaudel was a newspaperman and part of the photographs, drawings, collections of newspapers kept or rough versions of articles bear witness to this, whether it be for La Vie Socialiste or L’Humanité. All in all, this collection of archives represents 54 boxes, approximately 250 files, to which must be added all the books and brochures of his library. Historians will notably find rich series of correspondence and personal notes taken during meetings, whether it be during editorial boards, sessions of the Chamber of Deputies’ Army Commission between 1914 and 1919 or during international meetings as early as 1918 and then during meetings of the Second International after 1923. The final inventory will refine those too brief comments.

The Jean-Jaurès Foundation and its field “History and archives” has been building partnerships with public institutions ever since 1999.

The partnership with Eurosoc participates in this dynamics and will aim more specifically to enhance the “Norman part” of the Renaudel collection of archives. The objective is to digitalize the identified archives in order to first, preserve them from manipulations (the state of some documents made them delicate to handle) and more broadly, to make them available more quickly to researchers in order to encourage their historical analysis. For historians, this material will naturally have to be cross-referenced with the collections that the municipal or departmental archives of Normandy may have preserved on the first years of the establishment of socialism – as Pierre Renaudel turned away from his homeland in 1909 to set himself up in the Var department. Renaudel’s correspondence explain the development of socialist groups at the end of the 19th century and, thanks to news details and precisions, probably shed new light on the legislative elections of 1912 or the municipal elections in Rouen in 1904 and, beyond that, shed new light on the men, networks and dynamics specific to socialism in Normandy from 1896 to 1907. The exchanges and future scientific contributions of the historians included in the Eurosoc project will allow the study of these archives and provide some new thinking.

[1] The Jean Jaurès Foundation published a brochure using the initiatives of “2014, année Jaurès” http://www.jean-jaures.org/Publications/Livres/Revivez-Jaures-2014

[2] Frédéric Cépède, « L’Office universitaire de recherche socialiste (OURS), 45 ans d’histoire (et) d’archives socialistes », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 24, September-December 2014 [available online, www.histoire-politique.fr]

Version française & English version.pdf

Pierre Renaudel de la Normandie à l’Internationale / Pierre Renaudel from Normandy to the Second International

English version below

pierre-renaudel-02

Le projet EUROSOC s’implique dans la valorisation de la partie du fonds de Pierre Renaudel relatif à l’histoire du socialisme en Normandie, fonds conservée à la Fondation Jean-Jaurès.

Né à Morgny-la-Pommeraye le 19 décembre 1871, fils d’instituteurs, lui-même vétérinaire diplômé de l’École nationale d’Alfortville (Seine), Pierre Renaudel s’investit tôt dans le socialisme. À l’origine blanquiste, c’est-à-dire membre d’une tendance très anticléricale et attachée aux traditions révolutionnaires françaises, de 1793 à la Commune de Paris (1871), il participe au rassemblement socialiste promu par Jaurès à l’occasion des remous de l’affaire Dreyfus. Il milite au sein du Parti Socialiste Français (1902-1905). Ce parti inséré dans le Bloc des gauches majoritaire est considéré comme « réformiste » face au Parti Socialiste De France qui se veut « révolutionnaire » et regroupe les « marxistes » emmenés par Jules Guesde et Paul Lafargue et les « blanquistes » d’Édouard Vaillant. Mais Renaudel occupe une position originale car il anime une aile gauche au sein du PSF, critique envers la participation ministérielle et les compromissions jugées trop droitières des parlementaires. Il n’hésite pas à affronter Jaurès lors des congrès, ce qui offre l’occasion pour les deux hommes de se connaître et de fonder une relation de confiance entre eux. Ce que comprend bien Rosa Luxemburg, évidemment plus critique, quand elle dénonce le rôle de cette opposition : non un « contrepoids » mais une « cuirasse » pour Jaurès, déclare-t-elle au congrès international d’Amsterdam (17 août 1904).

            Orateur et organisateur, Renaudel devient incontournable au sein du socialisme français. Sa tendance regroupe plus de 40 % des mandats au sein du PSF et joue un rôle de pivot dans le processus qui, après un dernier congrès du PSF tenu en mars 1905 à Rouen, conduit à la formation du Parti Socialiste, Section Française de l’Internationale Ouvrière (avril 1905). Renaudel délaisse vite les missions internes qui lui sont confiées (secrétaire-adjoint du parti, puis délégué permanent à la propagande), pour s’investir comme responsable de la rédaction de L’Humanité. Avec le havrais Philippe Landrieu, administrateur, il accompagne le développement du journal et en assure la gestion sous la houlette confiante de Jaurès. Il bataille à ses côtés, renforce les relations avec les milieux syndicalistes et garde l’œil sur les diverses manœuvres susceptibles de remettre en cause la prééminence du « patron ». Au congrès de Saint-Quentin (avril 1911), il assure son triomphe. Il suit de près les affaires du parti et assume pendant les premières années la représentation de la fédération de la Seine-Inférieure. Le centre du pouvoir étant toutefois alors au Palais-Bourbon, il tente de se faire élire député dans le Var et il y parvient en 1914.

            Pendant la Grande Guerre, il dirige L’Humanité, pratiquant une politique de « défense nationale » qu’il s’efforce de maintenir dans la fidélité aux principes. Il refuse les outrances nationalistes et, avec son ami Jean Longuet, rencontre le 12 avril 1915 à Berne, en territoire neutre, les sociaux-démocrates allemands, Haase et Kautsky. L’initiative est réitérée en août, mais elle ne débouche sur aucun résultat concret. Face à la minorité « pacifiste », Renaudel représente de plus en plus la majorité du parti. Pourtant très hostile en 1917 au gouvernement Clemenceau, de plus en plus contesté, il perd la direction de L’Humanité en octobre 1918 au profit de Marcel Cachin, naguère très « union sacrée » mais désormais « centriste » rallié à la nouvelle majorité.

            Toujours actif, Renaudel est marginalisé au sein du parti. Il pèse toujours au sein de l’Internationale. Il est l’homme des contacts avec les Géorgiens dont la république menchevik (1918-1921) est anéantie par les soviétiques, le correspondant de Kautsky et bien d’autres. À nouveau député du Var à partir de 1924, Renaudel anime une tendance, La Vie socialiste, située à la droite de la SFIO, favorable à une entente avec les radicaux qui l’amène à faire scission en 1932-1933 et à lancer un Parti Socialiste de France-Union Jean Jaurès fort disparate. Il ne faut pourtant pas caricaturer son action. Libre penseur, dirigeant de la Ligue des droits de l’homme, Renaudel mène campagne pour la grâce de Sacco et Vanzetti ou contre la peine de mort. Il soutient l’entreprise de Maghreb (1932-1935) pour des réformes coloniales associées à la promotion d’élites indigènes. Bref, comme le diront à sa mort (1er avril 1935) nombre de responsables socialistes (Bracke, Longuet…), le choix assumé d’une action réformiste se fait toujours dans la continuité des principes socialistes de sa jeunesse.

Gilles Candar

ENGLISH VERSION

Pierre Renaudel was born on December 19th 1871 in Morgny-la-Pommeraye. The son of schoolteachers, he graduated from l’École nationale d’Alfortville (Seine department) and became a veterinarian. He threw himself into socialism at a young age. Originally, he was a Blanquist, that is to say a member of a trend attached to the French revolutionary traditions – from 1793 to the Paris Commune in 1871 – and very anticlerical. He attended the socialist rally promoted by Jean Jaurès during the turmoil of the Alfred Dreyfus case and was an activist in the French Socialist Party (FSP, 1902-1905). This party was inserted in the Lefts Bloc and perceived as “reformist”, contrary to the Socialist Party of France which sought to be “revolutionary” and gathered together the “Marxists” led by Jules Guesde, Paul Lafargue and the “Blanquists” of Édouard Vaillant. However, Renaudel occupied a special position because he led the left wing of the FSP; a wing which was critical of ministerial involvement and the compromises of principles – that they considered going too far right – reached by the parliamentarians.  He did not hesitate to confront Jaurès during conventions; it gave them the opportunity to know each other and build a relationship based on mutual trust. This was perfectly understood by Rosa Luxemburg who was obviously more critical when she condemned the role of this conflict: Renaudel was not a “counterweight” but a “shield” for Jaurès, she said at the International Socialist Congress in Amsterdam (August 17th 1904).

As a speaker and organizer, Renaudel became essential to French socialism. His orientation gathered together more than 40% of the mandates within the FSP and played a pivotal role in the process which, after the last congress of the FSP held in March 1905 in Rouen, led to the formation of the Socialist Party: the French Section of the Workers’ International (SFIO, April 1905). Renaudel quickly abandoned the internal missions he was entrusted with – he served as Assistant Secretary of the party and then as permanent delegate for propaganda – to invest himself in fulfilling his role as editor-in-chief of L’Humanité. With Philippe Landrieu – from Le Havre and administrator of L’Humanité – he supported the development of the newspaper and ensured its management under the leadership and with the trust of Jaurès. He fought alongside him, strengthened the relationships with the trade union milieu and kept an eye on the various manoeuvres which may have challenged the supremacy of “the boss”. At the Congress of Saint Quentin (April 1911), he ensured his triumph. He closely monitored the party’s internal affairs and took on the representation of the federation of the Seine-Inférieure department in the early years. However, as the center of power was at the National Assembly, he tried to get elected as Member of Parliament (MP) for the Var department and succeeded in becoming one in 1914.

During the Great War, he ran the newspaper L’Humanité and practiced an editorial policy based on “national defense” that he strived to preserve while being loyal to its principles. He refused to give in to nationalist excesses and met, with his friend Jean Longuet, the German Social Democrats Haase and Kautsky in neutral territory on April 12th 1915 in Bern. They met again in August but this initiative produced no concrete results. Against the “pacifist” minority, Renaudel increasingly represented the views of the party’s majority. Although he was very much opposed to the government led by Georges Clemenceau, he was more and more challenged and ended up losing his job as editor-in-chief of L’Humanité in favour of Marcel Cachin – A MP formerly very much in favour of “L’union sacrée” who became a “centrist” and joined the new majority – in October 1918.

Still active, Renaudel was marginalized within the party but his opinion still carried a lot of weight in the SFIO. Moreover, he was the one who came into contact with the Georgian Mensheviks whose Democratic Republic (1918-1921) was wiped out by Soviet Russia and was also the pen friend of Kautsky and many other people. He got elected as MP representing Var once again in 1924 and founded the socialist weekly publication, La Vie Socialiste, whose orientation represented the right wing of the SFIO and supported an arrangement with the radicals. This led him to split from the SFIO in 1932-1933 and launch The Socialist Party of France – Jean Jaurès Union; a party whose members varied a great deal. Yet, his work must not be caricaturized: he was a free thinker; he was at the head of the Human Rights League and campaigned for the pardon of Sacco and Vanzetti or against the death penalty. He supported the initiative of the Moroccan nationalist journal Maghreb (1932-1935) in favour of colonial reforms combined with the promotion of indigenous elites. In short, as many socialist leaders (Bracke, Longuet, etc.) said when he died on April 1st 1935: he consciously chose to be in favour of a reformist action and this choice was always consistent with the socialist principles of his youth.

Gilles Candar

Version française .pdf

English version .pdf

Cite this article as: "Pierre Renaudel de la Normandie à l’Internationale / Pierre Renaudel from Normandy to the Second International," in EUROSOC Normandie, 13/03/2016, http://eurosoc.hypotheses.org/311.

Compte-rendu de la réunion de lancement du projet EUROSOC du 15 février 2016 / Launching session review of feb 15th.

English version below

photo 15 fev

La journée de lancement d’EUROSOC s’est tenue à l’IRIHS (Normandie Université) le 15 février 2016 de 10 h à 17 h. Les partenaires présents ont discuté du projet tel qu’il a été présenté puis accepté.

Steffi Marung (Université Leipzig) a évoqué la pertinence de l’application de la méthodologie transnationale à l’histoire du socialisme et Bertel Nygaard (Université d’Aarhus) le cas particulier du socialisme au Danemark. Thierry Hohl (Université de Bourgogne) a quant à lui exposé ses recherches en cours sur le socialisme à l’échelle régionale à travers le cas de la fédération de l’Yonne avant 1914.

Parmi les projets évoqués, deux fonds d’archives ont particulièrement suscité l’attention.

D’une part le fonds Pierre Renaudel, figure importante de l’histoire du Parti socialiste qui succéda à Jean Jaurès à la tête de l’Humanité le lendemain de son assassinat en août 1914.  Ce fonds d’archives présente un intérêt tout particulier pour EUROSOC puisque Renaudel a été un responsable du Parti Socialiste Français (1902-1905) puis de la Section française de l’Internationale ouvrière (fondée en 1905) en Seine-inférieure. Son fonds personnel d’archives est riche en archives sur l’histoire du socialisme à Rouen et de sa région, alors même que les archives nationales et régionales sur la SFIO d’avant 1914 sont extrêmement rares. Le projet EUROSOC aidera à la numérisation de cette partie du fonds Renaudel, ainsi qu’à l’indexation de sa bibliothèque qui contient un ensemble représentatif de livres et brochures du socialisme d’avant guerre. Cet ensemble constitue un fonds susceptible d’être exploité pour de nouvelles recherches. Gilles Candar et Thierry Merel présenteront sur notre carnet ce fonds dans les semaines à venir.

D’autre part, les archives de Georges Haupt, historien d’origine roumaine exilé en France en 1957, grand spécialiste de l’histoire de l’Internationale socialiste d’avant 1914, qui avait notamment récupéré une partie importante du fonds de la direction de l’Internationale (le Bureau Socialiste International), dont de nombreux documents très peu connus voire inédits. Ses archives viennent d’être mises à disposition à la bibliothèque de la FMSH. Le projet EUROSOC organisera un séminaire autour de ces archives en 2016-2017 et se fixe l’objectif d’impulser des recherches autour de ce fonds, qu’il souhaite également rendre accessible sous une forme numérique. Déjà deux étudiants de Master sciences historiques de l’Université de Normandie ont consulté ce fonds pour leur recherche et nos collègues de l’Académie de Sciences de Shanghai ont déjà engagé une traduction en mandarin pour leur Yearbook on socialism un extrait de correspondance inédit relatif à l’histoire de la naissance du socialisme en Chine au début du vingtième siècle.


ENGLISH VERSION

The EUROSOC project was launched on February 15th from 10 a.m to 7 p.m at the Institut de Recherches Interdisciplinaires Homme et Société (IRIHS, Normandy University). The partners present at that meeting discussed the project as it was presented and then accepted.

Steffi Marung (Leipzig University) mentioned the relevance of applying the transnational methodology to the history of socialism and Bertel Nygaard (Aarhus University) mentioned the specific case of Denmark. As for Thierry Hohl (University of Burgundy), he presented us his ongoing research on socialism at the regional level in the case of the socialist federation of the Yonne department before 1914.

Among the projects that were brought up, two collections of archives attracted particular attention.

On the one hand, the Pierre Renaudel collection; Pierre Renaudel was a major figure of the Socialist Party history and succeeded Jean Jaurès as editor of the daily newspaper L’Humanité the day after his assassination in August 1914. This collection of archives is of particular interest to the EUROSOC project since Renaudel was an official of the French Socialist Party (1902-1905) and then became one of the leaders of the French Section of the Workers’ International (SFIO, founded in 1905) in the Seine-Inférieure department. His personal collection of archives is rich in archives on the history of socialism in Rouen and its region even though the national and regional archives on the SFIO before 1914 are extremely rare. The EUROSOC project will help to digitalize this part of the Renaudel collection and will also help to index its library as it contains a representative set of books and brochures on pre-war socialism. This package represents a collection that may be used for future research. Gilles Candar and Thierry Merel will present this collection on our research notebook in the weeks to come.

On the other hand, we also selected the archives of Georges Haupt – a historian of Romanian origin who went into exile in France in 1957. He was a leading expert on the history of the Second International before 1914 and had notably retrieved an important part of the International leadership collection of archives (the International Socialist Bureau), including many very little known or even unpublished documents. His archives have just been made available at the Fondation Maison des sciences de l’homme library (FMSH) in Paris. The EUROSOC project will hold a seminar on these archives in 2016-2017 with the goal of initiating research around this collection and also wish to make it accessible in digital form. Two Master students in historical sciences (Normandy University) have already consulted this collection for their research and our colleagues of the Shanghai Academy of Social Sciences have already started to translate in Mandarin an unpublished extract of correspondence related to the history of the emergence of socialism in China at the beginning of the 20th century for their yearbook on socialism.

Version française .pdf

English version .pdf

Cite this article as: "Compte-rendu de la réunion de lancement du projet EUROSOC du 15 février 2016 / Launching session review of feb 15th.," in EUROSOC Normandie, 10/03/2016, http://eurosoc.hypotheses.org/249.