Archives par mot-clé : Lénine

Comment réexaminer le révisionnisme et le réformisme de la Deuxième Internationale ?

Comment réexaminer le révisionnisme et le réformisme de la Deuxième Internationale ?

 

English version.pdf
How to Review the Revisionism and the Reformism of the Second International?

Chinese version.pdf
如何看待第二国际的修正主义和改良主义问题? 

Nos collègues universitaires français viennent de parler de la révolution d’Octobre menée par Lénine, qui est une forme de révolution socialiste, mais existe-t-il une autre alternative de penser la transformation révolutionnaire ? Je veux maintenant poursuivre cette discussion en abordant certaines questions relatives à la Deuxième Internationale, lesquelles impliquent une révolution socialiste alternative et posent la question de la façon dont on peut réexaminer le « révisionnisme » et le réformisme.

Il fut autrefois longtemps interdit aux universitaires chinois d’étudier la Deuxième Internationale ; elle ne pouvait être traitée comme une véritable partie de l’histoire intellectuelle du marxisme. Sous l’influence de L’Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS, la Deuxième Internationale était considérée comme un « parti social-démocrate du type européen occidental, qui était né en des temps de paix, et dirigé par des opportunistes qui rêvaient de réforme sociale mais craignaient la révolution sociale », alors que le parti bolchévique était « un nouveau type de parti, un parti marxiste-léniniste, qui défendait la révolution sociale et pouvait entrainer le prolétariat à combattre la bourgeoisie et emmener la révolution prolétarienne à la victoire[1] ». Par conséquent, le contexte de l’histoire intellectuelle fut « kidnappé » par celui de l’idéologie.

À partir du début du vingtième siècle, en ce qui concerne le marxisme, l’attitude de la Chine connut de grands bouleversements. Du début du vingtième à la fin des années 1940, au cours du processus d’introduction du marxisme en Chine, Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht, Clara Zetkin, August Bebel, Paul Lafargue, Plekhanov et leurs travaux furent présentés dans notre pays et eurent une influence bénéfique. En ce sens, on peut dire que les chinois avaient alors une image positive du marxisme de la Deuxième Internationale.

Dans les années 1950, fortement influencée par le milieu universitaire soviétique, l’attitude de la Chine envers le marxisme de la Deuxième Internationale devint entièrement négative, l’étudier fut également interdit. Malgré cela, certains documents et travaux en lien avec la Deuxième Internationale furent, de manière épisodique, sélectionnés et traduits. Cependant, la plupart furent publiés comme documents en accès restreint, seuls quelques-uns furent diffusés publiquement mais toujours étiquetés comme documents à « usage critique », ou annotés d’observations critiques.

Dans les années 1980, poussé par le mouvement de libération idéologique, le monde universitaire commença à relire le marxisme de la Deuxième Internationale d’un point de vue académique et publia certains travaux de recherche qui partaient de problèmes spécifiques ou tournant autour d’importantes personnalités telles que Eduard Bernstein ou Karl Kautsky. Mais que ce soit en quantité ou en termes d’influence, ces travaux sont évidemment moindres comparativement à l’étude de la pensée de Marx et du marxisme occidental.

Pourquoi ? Cela n’a rien à voir avec le fait que le marxisme de la Deuxième Internationale ne mérite pas d’être étudié mais parce que son idéologie directrice a à voir avec le révisionnisme et le réformisme, pensés longtemps en opposition au marxisme. Nous devons dire qu’au début de la lutte menée par Lénine contre l’opportunisme de la Deuxième Internationale, le cadre idéologique s’était déjà constitué. Mais c’est seulement après que la Troisième Internationale ait été fondée que le contexte fut universellement accepté et eut certains effets sur les autres partis pour plus tard s’exprimer dans L’Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS. De plus, basé sur l’antagonisme idéologique, le marxisme-léninisme était jugé comme approprié au progrès historique, alors que les opportunistes de la Deuxième Internationale étaient considérés comme des personnes faisant régresser la théorie et transformant les principes en dogme. Avec de tels jugements, les conflits idéologiques servaient de postulats et de bases, ils décidaient si la théorie était vraie ou fausse. Pour cette raison, quand l’Union Soviétique critiqua une voie pacifique avec les idées de révolution et de guerre de la Troisième Internationale, la théorie de la Deuxième Internationale fut stigmatisée et catégorisée comme relevant du révisionnisme, de l’opportunisme, de l’idéalisme, du matérialisme mécanique, du vulgaire matérialisme, etc.

Par ailleurs, les fondateurs du marxisme occidental comme Antonio Gramsci, Karl Korsch et George Lukacs participèrent de ce contexte : tous étaient à la base des théoriciens marxistes de la Troisième Internationale. Idéologiquement, ils partageaient les idées de révolution et de guerre de la Troisième Internationale, défendaient la révolution socialiste et s’opposaient aux idées « pacifistes » de la Deuxième Internationale. Théoriquement, ils critiquaient les positions politiques de la théorie révolutionnaire de Lénine mais ils ne préconisaient pas une complète négation de la théorie marxiste. Par exemple, Korsch considérait sans aucun doute Franz Mehring et Rosa Luxemburg comme les précurseurs du marxisme occidental. Gramsci encensa Antonio Labriola pour « avoir transformé une interprétation générale de l’histoire en une philosophie générale et avoir donc ouvert une nouvelle direction pour le développement de la philosophie pratique[2] ».

Nous pouvons dire que de telles recherches à propos du marxisme de la Deuxième Internationale ouvrirent une brèche dans le contexte d’une Union Soviétique puissante et fortement marquée idéologiquement. Ceux qui ont véritablement étudié le marxisme de la Deuxième Internationale comme une partie de l’histoire intellectuelle sont Leszek Kolakowski et Predrag Vranicki. Ils n’ont pas seulement utilisé le concept de la Deuxième Internationale dans leurs travaux sur l’histoire du marxisme mais l’ont également appelé « l’âge d’or du marxisme » et ont dédié un nombre important d’articles à relater la lutte intellectuelle et les pensées des personnalités représentatives, notamment leurs contributions pour le développement de la théorie du socialisme scientifique et la création de la théorie de l’impérialisme. De leurs points de vue, les théories de Marx furent universellement acceptées durant la période de la Deuxième Internationale et se développèrent au cœur de violents débats théoriques.

En ce qui me concerne, je considère que bien que la Deuxième Internationale ait pris la théorie de Marx et d’Engels comme son point de départ théorique, elle n’est pas absolument une simple copie de ce que disaient les auteurs classiques. Elle connut les mutations capitalistes de l’Europe occidentale et les nouveaux développements du mouvement ouvrier à partir de la fin du dix-neuvième siècle jusqu’au début du vingtième siècle et posa des questions qui étaient significatives à leur époque. Il existe bien une ligne de démarcation entre la Deuxième Internationale et l’époque de Marx et Engels, et cela nous permet de réfléchir au contexte propre à l’Europe occidentale, de la naissance du révisionnisme et la signification de son existence. Nous devons analyser la controverse théorique de la Deuxième Internationale au niveau épistémologique, mettre au jour ses caractéristiques propres à l’Europe occidentale et à celles de son temps, ses principes méthodologiques. Nous devons trouver le mécanisme expliquant que le marxisme change et parvienne à résoudre le mystère du conflit entre le marxisme oriental et occidental, chose qui n’a pas été résolue depuis longtemps. Nous devons réfléchir à la structure théorique de la Deuxième Internationale et ses contributions au matérialisme historique, ouvrant ainsi une nouvelle perspective sur l’étude de la théorie marxiste, permettant un nouveau développement du marxisme.

Nous savons qu’après la mort d’Engels, Eduard Bernstein, ayant assisté au développement capitaliste en Europe occidentale, pensait que le développement capitaliste moderne avait crée un système de crédit moderne, un système de communication et des organisations d’industriels montrant que le système capitaliste générait de nouvelles fonctions et pouvait s’adapter au développement de forces productives, dépasser sa propre crise et générer de plus en plus d’éléments socialistes. Par conséquent, les prédictions de Marx sur la chute du capitalisme et les principes de révolution prolétarienne ne s’appliquaient plus ; le prolétaire pouvait envisager le socialisme grâce au syndicalisme et la réforme sociale.

Les développements ultérieurs ont montré que ses positions n’étaient pas dénuées de sens. Le problème était qu’il alla au-delà de la simple critique pour verser dans la polémique, doutant des fondements même de la philosophie marxiste. En ce sens, il avait tort.

Mais concernant la voie de la révolution prolétarienne, tenant compte de l’énorme succès du SPD aux élections parlementaires, Bernstein pensait que dans les pays développés avec une démocratie parlementaire saine, le prolétaire pouvait emprunter « la voie pacifique vers le socialisme » à travers le suffrage universel et le système parlementaire. Quant à la question du bien fondé ou non du révisionnisme, nous pourrions éluder la question car l’histoire n’a pas prouvé ce que devrait être la voie de la révolution socialiste dans les pays capitalistes développés. Mais du simple fait qu’il vit le marxisme d’un point de vue de la transformation historique et proposa de nouvelles perspectives, il mérite d’être redécouvert.

Cette idée de « voie pacifique vers le socialisme » déclencha de vifs débats au sein de la Deuxième Internationale. En ce qui concerne les débats, nous nous sommes précédemment concentrés sur la critique des erreurs de Bernstein mais avons rarement réfléchi au contexte de l’Europe occidentale au moment du phénomène Bernstein et à la signification des ses positions. En réalité, dans l’histoire intellectuelle, la raison pour laquelle un théoricien pouvait attirer une attention durable et engendrer des débats sur le long terme ne se trouve pas dans le fait qu’il tirait simplement une conclusion précieuse, mais aussi parce qu’il proposait une idée originale en son temps.

La signification de l’idée qu’avança Bernstein correspond à deux caractéristiques majeures. Premièrement, il posa la question de comment le socialisme devait s’accomplir dans une société capitaliste développée. Deuxièmement, il élabora les contours de la réalisation du socialisme au sein de la démocratie bourgeoise. Ainsi, une autre question se posa : dans une société capitaliste développée, quel genre d’idées devrait adopter le socialisme ? Les idées démocratiques et libérales de la bourgeoisie ou celles de Marx ? Si ces dernières sont choisies, alors dans des conditions historiques nouvelles, quels contenus et caractéristiques devraient-elles avoir ? Il n’est pas difficile de voir que les plus importantes controverses théoriques de la Deuxième Internationale trouvèrent toutes leurs origines dans le développement capitaliste de l’Europe occidentale, s’inspirant des idées liées au développement de la démocratie capitaliste. Elles possèdent donc des indéniables et évidentes caractéristiques d’Europe occidentale.

D’un point de vue du développement théorique, la révision de Bernstein de la théorie de Marx pose aussi le questionnement de sa pertinence à son époque. Ce questionnement donna à juste titre une nouvelle signification à la controverse de la Deuxième Internationale et constitue un nouveau départ pour l’élaboration théorique. En dehors de la nécessité de défendre sa vision d’une « voie pacifique vers le socialisme », Bernstein divisait le matérialisme historique en deux étapes : la première insistait sur le principe que la base économique détermine la superstructure, sur l’inévitabilité des lois historiques et la violente révolution du socialisme ; dans cette étape, le matérialisme historique était immature. Alors que la deuxième insistait sur la moralité, le droit, l’idéologie ; dans cette étape, le matérialisme historique était mature. Selon ce point de vue, le matérialisme historique devrait développer sa forme mature tout en écartant les caractéristiques immatures parmi lesquelles les plus importantes étaient les impuretés de la dialectique de Hegel. Parallèlement Bernstein se référa au récit écrit par Engels en 1895 (l’introduction du livre de Marx, Les Luttes de classes en France) pour défendre ses positions réformistes.

En ce qui concerne le combat juridique et la transition pacifique, les positions des écrivains marxistes classiques sont bien connues. Simplement parce que Bernstein et d’autres s’étaient rapprochés de la démocratie capitaliste et la voie parlementaire et s’opposaient à la révolution violente, partout les gens critiquèrent la théorie de la transition pacifique comme du révisionnisme. Durant les décennies qui suivirent la révolution d’Octobre, le terme « révisionnisme » fut continuellement utilisé et, en général, il s’appliquait à tous ceux qui révisaient ou amendaient les parties désuètes de la théorie classique et les remplaçaient par de nouvelles conclusions adaptées à la situation de chaque pays. Tous ceux qui s’opposaient à « l’interprétation, au centre, au modèle » étaient considérés comme des trahisons des théories classiques. Les faits ont montré qu’après la Seconde Guerre Mondiale, les critiques internationales du révisionnisme yougoslave, du révisionnisme de l’Union Soviétique ou d’autres formes de révisionnisme était toutes inappropriées. Quant à la Chine, qui est passée d’une position qui visait à éviter l’émergence du révisionnisme à la lutte contre le révisionnisme, de nombreux problèmes se sont posés. Non seulement de telles actions n’ont pas défendu le marxisme mais ont aussi nui à son développement et à son mouvement. C’est une leçon amère.

Le développement de l’histoire a montré qu’il y a de grandes différences dans la structure de classe, le système politique, le contexte culturel, la tradition nationale, la psychologie sociale et le style de vie oriental et occidental. Se basant sur ces différences, Lénine déclara que, au niveau de la démocratie, de la dictature et de la transformation socialiste, chaque nation devrait avoir sa propre caractéristique. Lénine explorait toujours la voie de la révolution prolétarienne à partir des caractéristiques politiques et économiques de la Russie et des pays orientaux dans le contexte de guerre impérialiste, tandis que Bernstein et d’autres pensaient toujours à la transition socialiste du point de vue des caractéristiques politiques et économiques des pays occidentaux en temps de paix. Les faits ont prouvé que la théorie de Lénine était applicable au pays orientaux mais le succès de la révolution d’Octobre comme révolution violente ne prouve pas que toutes les révolutions prolétariennes doivent passer par la violence. Il est à noter que Lénine n’écartait pas la possibilité d’une transition pacifique dans les États parlementaires, dans la lignée (sans le dire bien sûr) de la conception de Bernstein. Bien que le succès de cette voie soit encore à vérifier, il n’est évidemment pas scientifique de juger si un parti est marxiste ou révisionniste en se basant sur son opinion à propos de la voie vers le socialisme.

La question de la façon dont on doit juger le révisionnisme est toujours une question inévitable dans l’histoire du marxisme et de la théorie socialiste. En 2005, un académicien russe de l’Académie Russe des sciences, Osyelman, a publié un ouvrage nommé In Defense of Revisionism (« En défense du révisionnisme »). Dans ce livre, il a démontré le processus de dogmatisation du marxisme dans l’ancienne Union Soviétique et a déclaré que nous devrions « rendre justice historique au bernsteinisme », ce qui a eu pour conséquences de déclencher un nombre important de débats et réactions dans les cercles intellectuels russes. La revue russe Philosophical problem a même organisé un séminaire auquel ont participé des chercheurs confirmés des milieux universitaires russes. De leurs points de vue, le révisionnisme devrait être considéré comme une façon de perpétuer la critique scientifique, de s’opposer au dogmatisme et d’examiner les règles universitaires. Cela démontre un degré d’ouverture et de création au sein de la tradition académique.

Mais en réalité le développement d’une théorie scientifique ne peut être dissocié de sa révision. La révision est une réinterprétation du marxisme selon des changements capitalistes spécifiques, historiques, contemporains et futurs. C’est pourquoi une telle révision n’est pas une négation de toute la théorie mais un ajustement de ces principes marxistes devenus dogmatiques et inappropriés à la réalité contemporaine. Si nous considérons le marxisme comme une idéologie, alors les positions marxistes seront vénérées comme des dogmes classiques et toute volonté d’examen sera considérée comme une attaque contre un symbole religieux et donc inacceptable. À leurs yeux, le marxisme ne peut avoir le monopole sur la vérité, ou selon les mots de Karl Popper, aucune théorie n’est ultime, il ne faut donc jamais proposer une vérité ultime. Donc, si la révision doit seulement ajouter à la force libératrice du marxisme et ne change pas l’aspiration à construire une société qui est libre et égale pour tous, alors non seulement une telle révision ne réfute pas Marx mais le défend d’une façon particulière.

 

Xu Juezai
Enseignant-chercheur à l’Académie des Sciences Sociales de Shanghai

 

Discours prononcé à l’occasion du colloque des universitaires chinois et français le 28 avril 2017 à l’Académie de Sciences de Shanghai, en partenariat avec EUROSOC

____________________________________________________________________________________________________

[1]《联共(布)党史简明教程》,人民出版社1975年版,第388.(The Communist Party of the Soviet Union (Bolshevik) concise course, people’s Publishing House, 1975, p. 388)

[2] A.葛兰西:《狱中札记》,中国社会科学出版社2000年版,第302-303。(A. Gramsci, Prison notes, Social Science Press of China, 2000, pp. 302-303)

Synthèse pour une historiographie de l’histoire socialiste italienne Version complète

ENGLISH VERSION

 

portrait d'Alessandro

portrait d’Alessandro Schiavi par Gianfranco Campestrini, Raccolte d’arte dell’Ospedale Maggiore, Milan

Une bibliographie raisonnée des recherches sur le socialisme italien et international de la période de la II Internationale écrite par des historiens italiens aurait été sans doute très riche si l’on tenait compte surtout des années 1950-1980. Les années suivantes ont en effet été marquées par un certain « refoulement » de l’intérêt pour ces sujets.

Un peu partout en Europe mais en Italie surtout il y a eu une sorte de superposition mutuelle entre l’histoire du socialisme et les histoires du syndicalisme et des mondes du travail. Or à plusieurs occasions on a pu constater un retour des historiens de la dernière génération aux histoires des mondes du travail et des migrations, histoires qui ont permis la naissance d’une association (à laquelle je participe), la SISLav, Associazione italiana degli sorici del lavoro.

Mais après les années 1970 traversées par des historiens passionnés des luttes ouvrières et de leurs histoires politiques, aujourd’hui les jeunes historiens des mondes du travail sont plutôt méfiants envers ces croisements. La plupart des publications historiques relatives aux socialismes sont plutôt consacrées à l’histoire « républicaine », aux vicissitudes des partis socialistes jusqu’à la crise provoquée par le secrétariat de Bettino Craxi et les procès pour corruption qui ont frappé les partis italiens de gouvernement. Je ne cite que quelques noms : le grand historien et maître Enzo Collotti, Luciano Marrocu, Leonardo Rapone, Andrea Panaccione – notre meilleur spécialiste des socialistes menchéviques et des socialistes russes en général – Mario Telò. Mais il y quand même aussi un retour aux histoires des socialistes des années qui nous intéressent ici, avec un considérable renouveau méthodologique.

Quelques fois ce renouveau est évident, d’autres fois il est « caché » dans de travaux apparemment plus traditionnels, biographiques. Mais dans tous les cas l’orientation de ces recherches ne s’intéresse pas à mettre en lumière le débat d’idées et la restitution des lignes théoriques – révolutionnaires ou réformistes. Ces recherches tendent à dessiner une histoire sociale des socialismes en Europe, et, par le biais de la biographie, la prosopographie d’un réseau de sociabilités.

Deux entreprises peuvent être citées ici. La publication des œuvres complètes de Giacomo Matteotti (1885-1924), dirigée par l’historien florentin Stefano Caretti qui les a complétées avec des essais qui présentent ce dirigeant en dehors de son image mythique de martyr du fascisme, en expliquant ses rapports avec toute une série de pratiques et de réflexions théoriques qu’il partage avec les socialistes européens. Très enraciné dans les problèmes des ouvriers agricoles précaires de son territoires (les « braccianti » du delta du Po), Matteotti avait su aussi se confronter avec des problèmes de traduction des réformes sociales au moment du renversement des rapports de pouvoir dans une société : l’imposition fiscale, l’administration des municipalités et leurs rapports avec les coopératives et les syndicats agricoles, une opposition à la guerre rigoureuse et acharnée ; autant de problèmes proches de ceux qui sont au centre des débats internationaux, même encore dans le socialisme d’entre-deux-guerres.

Depuis 2007 jusqu’à 2013, Carlo de Maria, historien formé à l’université de Bologne et très actif dans le réseau des instituts d’histoire de la Résistance, a dirigé avec d’autres collaborateurs la publication des œuvres d’Alessandro Schiavi (1872-1965) et en 2008 lui a consacré une biographie qui se rapproche plutôt de la prosopographie (Alessandro Schiavi. Dal riformismo municipale alla federazione europea dei comuni. Una biografia: 1872-1965, Clueb, Bologne 2008). Dans cette vaste recherche, que De Maria a complété avec un volume collectif consacré à Andrea Costa (Andrea Costa e il governo della città (brossura), la ed., Reggio Emilia, Diabasis, 2010), ce qui est mis en lumière c’est tout un réseau de sociabilités, de connaissances et de pratiques qui montrent, bien au-delà de l’opposition des courants au sein du Parti Socialiste Italien, un enracinement dans l’aspiration à l’auto-organisation des couches populaires italiennes.

D’autre côté une entreprise mérite d’être signalé, qu’on peut consulter à l’adresse suivante.

Elle émane d’un groupe d’historiens extérieurs à l’université et qu’on peut définir comme « militants », mais il s’agit d’une entreprise tout à fait scientifique, dont le modèle évident mais jamais cité est le dictionnaire biographique du mouvement ouvriers français dirigé par Jean Maitron : ce sont des biographies sans hiérarchie rigoureuse entre les dirigeants nationaux et les militants ponctuels de l’histoire du mouvement ouvrier en Italie. Plusieurs volumes y sont rattachés, d’Emilio Gianni, et vont de l’émergence d’un parti socialiste soi-disant marxiste mais influencé par les cultures du positivisme, du radicalisme démocratique et du municipalisme. Ce dictionnaire complète et intègre celui dirigé dans les années 1970 par Franco Andreucci et Tommaso Detti pour les Editori Riuniti de Rome, où les biographies (presque toutes tirées du Casellario politico centrale, le fonds consacré aux opposants politiques au fascisme) privilégiaient les dirigeants politiques communistes, suivant une approche linéaire allant « de l’utopie à la science ».

Les Annali de la Fondation Gian Giacomo Feltrinelli, autrefois un des principaux lieux d’élaboration de l’histoire des mouvements ouvriers et des organisations politiques des gauches, ont dans les dernières vingt années consacré seulement un volume à un sujet proche de celui qui nous intéresse. Ce numéro a été dirigé par Maurizio Ridolfi, un historien spécialiste des cultures démocratiques et radicales du XIXe siècle. Les problèmes évoqués dans ce volume tournent autour de la question du rapport entre les idées et les réseaux démocratiques d’un côté, et le rapport à la nation et à l’accès aux responsabilités gouvernementales de l’autre.

Pour les thèmes qui nous intéressent ici, il faut surtout souligner que parmi les documents tirés des riches archives de la Fondation, outre des papiers tirés des fonds de Macchi, Cavallotti, Gnocchi Viani, William Linton, le directeur de la publication a souhaité également publier des papiers d’Eugène Varlin, le militant qui incarne les moments de la Commune de Paris les plus liés à l’expérience de l’organisation des classes ouvrières, dimension qui ouvre vers les organisations socialistes. Ce rapprochement permet notamment de souligner le rôle des associations démocratiques et mutualistes pour la formation d’une conscience et des formes d’organisations dites « de classe ».

Samuel et Simon Wajsbrot

Samuel et Simon Wajsbrot posent avec d’autres ouvriers dans un atelier de casquettiers situé rue des Francs-Bourgeois à Paris, 4e arrt, le 15 avril 1926 © Mémorial de la Shoah/C.D.J.C./M.J.P./Coll. Jean Lescot

À la toute fin du XXe siècle une histoire du socialisme a aussi été publiée, écrite par Renato Zangheri, un historien des mondes paysans et du passage de l’agriculture traditionnelle du XVIII siècle au capitalisme agraire en Italie. Ancien dirigeant du parti communiste, maire de Bologne, Zangheri a (surtout lors de colloques) dit être persuadé que la nouvelle composition des classes travailleuses – la précarité, l’introduction de l’organisation du travail dite World Class Manufacturing, la diffusion du travail intellectuel et « relationnel » – avait provoqué la désagrégation du monde du travail en tant que classe. Son analyse peut conduire aussi à des conclusions opposées, qu’on ne peut pas développer ici. Zangheri dessine donc le tableau d’un mouvement ouvrier qui va vers sa fin. Les deux volumes qui sont sortis avant sa disparition, écrits avec Attilio Zanichelli, un ouvrier de l’entreprise de verre industriel Bormioli et poète original, suivent un parcours qui démarre avec l’activité de groupes isolés animés par les exemples français de Carlo Pisacane, jusqu’aux premiers internationalistes parfois d’origine mazzinienne. Ensuite et surtout son texte retrace l’histoire des rapports entre le socialisme italien et l’histoire nationale. Les socialistes, qui enracinent leurs cultures mais surtout leurs réseaux d’organisation dans l’histoire du républicanisme démocratique et du mutualisme, sont plus intéressés que les classes dirigeantes à une unité à laquelle ils contribuent avec leurs luttes et surtout avec leur organisation qui  représentent un formidable processus d’auto-émancipation. Son ouvrage indique aussi l’unité possible entre le puissant processus d’organisation dans le Nord industriel, celui du monde des ouvriers agricoles de la vallée du Po et l’expérience démocratique des « Fasci Siciliani » dont la répression voulue par Francesco Crispi produit des effets de très longue durée pour les rapports entre le prolétariat méridional et le crime organisée.

De 2007 à 2012 un groupe d’historiens italiens et français s’est intéressé aux rapports entre l’historiographie italienne et Madeleine Rebérioux (Cahiers Jaurès, « entre France et Italie: regards croisés » : nn.183-184, 2007, 1-2) et à un retour possible à l’étude des institutions et des réseaux internationaux du socialisme « dans les pas » – quoique cette formule puisse paraître un peu trop élogieuse – de Georges Haupt à l’occasion de l’anniversaire, après 30 ans, de sa mort. Ce numéro des Cahiers Jaurès, n. 203, Georges Haupt. L’Internationale pour méthode, n. 203, 1-2014 a rassemblé des témoins ayant connu Haupt et des historiens qui ont cherché ou se proposaient de chercher d’en utiliser la méthode. Comme j’avais écrit moi-même en présentant aux lecteurs ce numéro :

« il était temps de rouvrir un “dossier Haupt” bien au-delà de la mémoire, c’est à dire de présenter l’actualité d’une méthode sur des sujets qu’il avait déjà puissamment contribué à installer au centre de l’histoire et de la culture des sociétés européennes. Le sommaire de ce numéro l’atteste. D’une part, il présente des contributions « dans les pas » de Haupt, contributions qui montrent la vitalité de sa méthode (Bidussa, Candar, Ducange, Meriggi). D’autre part, il comprend des réflexions qui croisent l’évocation d’une personnalité et son rayonnement sur le travail de divers historiens (Dreyfus, Jemnitz, Löwy, Pa-naccione, Weill). Mariuccia Salvati de son côté revient, dans un texte passionnant, sur les rapports de Haupt avec Lelio Basso et sur les liens qui ont permis, entre autres, la naissance et le développement de la Fondation du même nom, ainsi que l’affirmation de son rôle au croisement de la politique et de la recherche. Dans les recherches de Haupt, le thème des échanges militants et intellectuels non seulement dans les pays capitalistes qui avaient vu naître les partis socialistes, mais aussi dans l’Europe centrale et orientale, était présent depuis ses débuts. Il a développé cette orientation dans de nombreux articles et livres collectifs. Cette démarche orientait aussi sa vie : il mettait constamment en relation hommes et femmes au croisement de la recherche et de la politique. Il est l’un des très rares historiens qui a souligné plutôt les continuités sociales que les coupures politiques entre les Deuxième et Troisième Internationales, comme l’atteste la publication de la correspondance entre Camille Huysmans et Lénine dont il s’occupa ».

« Dans les pas » de cette méthode j’ai publié moi-même une recherche encore in progress, cité dans la bibliographie suivante, L’Internazionale degli operai (2014). Elle cherche à tisser, avant et après la Grande guerre, un double réseau de relations. D’un côté les analyses des partis socialistes et du Bureau socialiste international autour des migrations et du colonialisme, impliquant aussi les rapports avec les travailleurs non européens. De l’autre côté la rencontre sur le marché du travail entre les travailleurs « autochtones » et les travailleurs étrangers.

Pour résumer dans une formule toutes ces tensions et les moyens employés par les acteurs sociaux et politiques, on pourrait dire que le marché du travail et la nécessité de s’organiser dans les lieux du travail quotidien ont imposé une tension constante entre les pôles opposés de la xénophobie et de l’internationalisme. Entre les deux on observe des comportements différents, parfois contradictoires, qui tendent tous à chercher à gouverner le marché du travail, à s’opposer à ses « lois » économiques.

groupe parlementaire

Groupe parlementaire socialiste aux élections de 1913. Carte postale tiré du site FB Associazione nazionale Sandro Pertini

La recherche autour de « l’Internationale des ouvriers » parcourt ces problèmes et fait appel à des sources parfois peu exploitées telles que les archives du Bureau Socialiste International et évidemment les sources sur les comportements ouvriers « xénophobes » ou « fraternels », des fonds Moscou aux Archives Nationales et des Archives de la Police de Paris. La France représente un lieu privilégié de ces tensions parce qu’elle héberge déjà avant la Grande guerre une immigration nombreuse et plurielle. Dans les comportements des mondes du travail – par exemple dans les chantiers qui couvrent Paris dans les années 1930 – observés à la loupe et dans les secteurs du textile, de la maroquinerie, de la fabrication des casquettes et des chapeaux, ni la xénophobie ni l’antisémitisme émergent sauf quelques manifestations isolées et surtout elles épargnent les immigrés plus disposés à se syndiquer, dont ceux d’origine juive. C’est le cas des protagonistes de premier plan de la Main d’œuvre immigrée au sein de la CGTU. Dans une période où les agents politiques de l’antisémitisme et de la xénophobie étaient très actifs, ce fait mérite d’être analysé et ce thème spécifique est l’objet d’un travail en cours de préparation. Il s’agit donc là d’un essai d’histoire sociale, aussi bien des comportements ouvriers que des institutions socialistes et syndicales.

Maria Grazia Meriggi

ENGLISH VERSION

Almost everywhere in Europe but especially in Italy, a deep bond existed between the history of socialism, the history of trade unionism and the history of the worlds of work. On several occasions, one has noted a return to the histories of the worlds of work and migrations by historians of the last generation.

Until the 1970s, historians were passionate about labor struggles and their political histories. Nowadays, young historians of the worlds of work are somewhat distrustful when it comes to mingling these themes. Most of the historical publications about socialisms are rather devoted to “republican” history, to the vicissitudes of socialist parties until the crisis caused with Bettino Craxi and the corruption trials which affected the government parties. I am only mentioning a few names here: the great historian and master Enzo Collotti, Luciano Marrocu, Leonardo Rapone, Andrea Panaccione – our leading expert in Menshevik socialists and Russian socialists at large – or even Mario Telò.

However, there is indeed a return to the history of the socialists of the period we are interested in, along with a major methodological renewal. Sometimes this renewal is obvious, but at other times, it is “hidden” in seemingly more traditional and biographical works. In all cases, the direction taken by this research is not interested in bringing to light the debate on ideas and the reconstruction of theoretical confrontations – whether they be revolutionary or reformist. This research rather tends to draw a social history of European socialisms and, through biography, the prosopography of a sociabilities network.

Two undertakings can be cited above all. The publication of the complete works of Giacomo Matteotti (1885-1924), edited by the Florentine historian Stefano Caretti who completed them with essays that at last allowed to understand this political leader out of his mythical image of martyr of fascism, explaining the relationships with a whole series of practices and theoretical reflections he shared with European socialists.

Since 2007 until 2013, Carlo de Mari – an historian educated at the University of Bologna who was very active in the network of historical institutes devoted to resistance – edited with other colleagues the publication of the works of Alessandro Schiavi (1872-1965) and wrote his biography in 2008: Alessandro Schiavi. Dal riformismo municipale alla federazione europea dei comuni. Una biografia: 1872-1965, Clueb, Bologne 2008. In this extensive research, that De Maria completed  with a collective volume dedicated to Andrea Costa (Andrea Costa e il governo della città, l’ed., Reggio Emilia, Diabasis, 2010), he brought into light a network of sociabilities, knowledge and practices that went far beyond the opposition between the internal trends within the Italian Socialist Party, showing the anchorage of italian working classes self-organization reflexes.

Another undertaking is noteworthy

This initiative comes from a group of historians external to the university and that one could characterize as “activists”, but this is a scientific undertaking whose model is the biographical dictionary of the french labor movement, edited by Jean Maitron.

From 2007 to 2012, a group of italian and french historians took an interest in the relationships between the italian historiography and Madeleine Rebérioux (Cahiers Jaurès, “entre France et Italie: régards croisés”: nn.183-184, 2007, 1-2) and encouraged the return to the study of institutions and international networks of socialism “following the footsteps” of Georges Haupt: the issue of the Cahiers Jaurès, n. 203, Georges Haupt. L’Internationale pour méthode, n. 203, 1-2014 gathered together witnesses and historians who sought to pursue his method.

“Following the footsteps” of this method, I myself published a research paper still in progress (see bibliography). It seeks to study – before and after the Great War – a double relationship network. On the one hand, it analyzes the socialist parties and the International Socialist Bureau around the notions of migrations and colonialism, which also implies relationships with non-European workers. On the other hand, it analyzes the meeting between “native” workers and foreign workers on the labor market and in the working sites.

Maria Grazia Meriggi

French & English full version

Synthèse pour une historiographie de l’histoire socialiste italienne Deuxième partie

Samuel et Simon Wajsbrot

Samuel et Simon Wajsbrot posent avec d’autres ouvriers dans un atelier de casquettiers situé rue des Francs-Bourgeois à Paris, 4e arrt, le 15 avril 1926 © Mémorial de la Shoah/C.D.J.C./M.J.P./Coll. Jean Lescot

À la toute fin du XXe siècle une histoire du socialisme a aussi été publiée, écrite par Renato Zangheri, un historien des mondes paysans et du passage de l’agriculture traditionnelle du XVIII siècle au capitalisme agraire en Italie. Ancien dirigeant du parti communiste, maire de Bologne, Zangheri a (surtout lors de colloques) dit être persuadé que la nouvelle composition des classes travailleuses – la précarité, l’introduction de l’organisation du travail dite World Class Manufacturing, la diffusion du travail intellectuel et « relationnel » – avait provoqué la désagrégation du monde du travail en tant que classe. Son analyse peut conduire aussi à des conclusions opposées, qu’on ne peut pas développer ici. Zangheri dessine donc le tableau d’un mouvement ouvrier qui va vers sa fin. Les deux volumes qui sont sortis avant sa disparition, écrits avec Attilio Zanichelli, un ouvrier de l’entreprise de verre industriel Bormioli et poète original, suivent un parcours qui démarre avec l’activité de groupes isolés animés par les exemples français de Carlo Pisacane, jusqu’aux premiers internationalistes parfois d’origine mazzinienne. Ensuite et surtout son texte retrace l’histoire des rapports entre le socialisme italien et l’histoire nationale. Les socialistes, qui enracinent leurs cultures mais surtout leurs réseaux d’organisation dans l’histoire du républicanisme démocratique et du mutualisme, sont plus intéressés que les classes dirigeantes à une unité à laquelle ils contribuent avec leurs luttes et surtout avec leur organisation qui  représentent un formidable processus d’auto-émancipation. Son ouvrage indique aussi l’unité possible entre le puissant processus d’organisation dans le Nord industriel, celui du monde des ouvriers agricoles de la vallée du Po et l’expérience démocratique des « Fasci Siciliani » dont la répression voulue par Francesco Crispi produit des effets de très longue durée pour les rapports entre le prolétariat méridional et le crime organisée.

De 2007 à 2012 un groupe d’historiens italiens et français s’est intéressé aux rapports entre l’historiographie italienne et Madeleine Rebérioux (Cahiers Jaurès, « entre France et Italie: regards croisés » : nn.183-184, 2007, 1-2) et à un retour possible à l’étude des institutions et des réseaux internationaux du socialisme « dans les pas » – quoique cette formule puisse paraître un peu trop élogieuse – de Georges Haupt à l’occasion de l’anniversaire, après 30 ans, de sa mort. Ce numéro des Cahiers Jaurès, n. 203, Georges Haupt. L’Internationale pour méthode, n. 203, 1-2014 a rassemblé des témoins ayant connu Haupt et des historiens qui ont cherché ou se proposaient de chercher d’en utiliser la méthode. Comme j’avais écrit moi-même en présentant aux lecteurs ce numéro :

« il était temps de rouvrir un “dossier Haupt” bien au-delà de la mémoire, c’est à dire de présenter l’actualité d’une méthode sur des sujets qu’il avait déjà puissamment contribué à installer au centre de l’histoire et de la culture des sociétés européennes. Le sommaire de ce numéro l’atteste. D’une part, il présente des contributions « dans les pas » de Haupt, contributions qui montrent la vitalité de sa méthode (Bidussa, Candar, Ducange, Meriggi). D’autre part, il comprend des réflexions qui croisent l’évocation d’une personnalité et son rayonnement sur le travail de divers historiens (Dreyfus, Jemnitz, Löwy, Pa-naccione, Weill). Mariuccia Salvati de son côté revient, dans un texte passionnant, sur les rapports de Haupt avec Lelio Basso et sur les liens qui ont permis, entre autres, la naissance et le développement de la Fondation du même nom, ainsi que l’affirmation de son rôle au croisement de la politique et de la recherche. Dans les recherches de Haupt, le thème des échanges militants et intellectuels non seulement dans les pays capitalistes qui avaient vu naître les partis socialistes, mais aussi dans l’Europe centrale et orientale, était présent depuis ses débuts. Il a développé cette orientation dans de nombreux articles et livres collectifs. Cette démarche orientait aussi sa vie : il mettait constamment en relation hommes et femmes au croisement de la recherche et de la politique. Il est l’un des très rares historiens qui a souligné plutôt les continuités sociales que les coupures politiques entre les Deuxième et Troisième Internationales, comme l’atteste la publication de la correspondance entre Camille Huysmans et Lénine dont il s’occupa ».

« Dans les pas » de cette méthode j’ai publié moi-même une recherche encore in progress, cité dans la bibliographie suivante, L’Internazionale degli operai (2014). Elle cherche à tisser, avant et après la Grande guerre, un double réseau de relations. D’un côté les analyses des partis socialistes et du Bureau socialiste international autour des migrations et du colonialisme, impliquant aussi les rapports avec les travailleurs non européens. De l’autre côté la rencontre sur le marché du travail entre les travailleurs « autochtones » et les travailleurs étrangers.

Pour résumer dans une formule toutes ces tensions et les moyens employés par les acteurs sociaux et politiques, on pourrait dire que le marché du travail et la nécessité de s’organiser dans les lieux du travail quotidien ont imposé une tension constante entre les pôles opposés de la xénophobie et de l’internationalisme. Entre les deux on observe des comportements différents, parfois contradictoires, qui tendent tous à chercher à gouverner le marché du travail, à s’opposer à ses « lois » économiques.

groupe parlementaire

Groupe parlementaire socialiste aux élections de 1913. Carte postale tiré du site FB Associazione nazionale Sandro Pertini

La recherche autour de « l’Internationale des ouvriers » parcourt ces problèmes et fait appel à des sources parfois peu exploitées telles que les archives du Bureau Socialiste International et évidemment les sources sur les comportements ouvriers « xénophobes » ou « fraternels », des fonds Moscou aux Archives Nationales et des Archives de la Police de Paris. La France représente un lieu privilégié de ces tensions parce qu’elle héberge déjà avant la Grande guerre une immigration nombreuse et plurielle. Dans les comportements des mondes du travail – par exemple dans les chantiers qui couvrent Paris dans les années 1930 – observés à la loupe et dans les secteurs du textile, de la maroquinerie, de la fabrication des casquettes et des chapeaux, ni la xénophobie ni l’antisémitisme émergent sauf quelques manifestations isolées et surtout elles épargnent les immigrés plus disposés à se syndiquer, dont ceux d’origine juive. C’est le cas des protagonistes de premier plan de la Main d’œuvre immigrée au sein de la CGTU. Dans une période où les agents politiques de l’antisémitisme et de la xénophobie étaient très actifs, ce fait mérite d’être analysé et ce thème spécifique est l’objet d’un travail en cours de préparation. Il s’agit donc là d’un essai d’histoire sociale, aussi bien des comportements ouvriers que des institutions socialistes et syndicales.

Maria Grazia Meriggi

Deuxième partie.pdf