Archives par mot-clé : Georges Haupt

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969. (2/2)

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969.

La première partie peut-être retrouvée ici

Table des matières de l’ouvrage Bureau Socialiste International, op. cit.

Parmi les documents reproduits, présentés par ordre strictement chronologique, nous en trouvons de différentes typologies : comptes-rendus officiels des réunions plénières, manifestes rédigés au nom de l’ensemble du BSI, circulaires traitant de sujets d’intérêt général envoyées par le BSI à l’ensemble des partis affiliés, rapports d’activité du BSI, etc. Comme dit auparavant, Haupt choisit de présenter exclusivement des documents officiels émanant directement du BSI assumant le choix de ne pas reproduire toute une autre vaste série de documents. Ce qui manque alors ce sont les documents relatant la multitude d’échanges bilatéraux entre les membres du BSI (entre ses délégués en général et entre les membres de son Comité exécutif)[1], ainsi qu’entre les membres du BSI et les divers partis affiliés, les divers protagonistes du mouvement ouvrier et socialiste international (militants politiques, syndicalistes, coopératives, presse, élus), les divers militants des mouvements pacifistes, anti-militaristes, etc. Manquent aussi tous les documents relatant les résolutions de l’Internationale d’avant 1900, ainsi que les débats en son sein, quant aux motivations qui ont portées à la création d’un organe exécutif ; ou encore les discussions et résolutions de l’Internationale qui traitent de la place du BSI en son sein après 1900.

Le recueil se structure en deux parties. Une première partie intitulée « Documents » et une deuxième intitulée « Annexes. Rapports mensuels du Secrétariat du BSI. 1905-1907 ».

La première partie exprime davantage la grande variété de documents produits par le BSI. Malgré la présentation chronologique, plusieurs axes thématiques sont identifiables et servent de dénominateur commun à de nombreux textes. Nous avons d’abord les documents « internes » au BSI, qui concernent son fonctionnement, telle la circulaire annonçant sa création et la définition des tâches les plus urgentes (doc. 1), les documents de préparation des travaux du BSI et des congrès socialistes internationaux tant au niveau technique que politique (docs. 5, 8.2, 13, 38, 42, 43, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 54, 56), les comptes rendus des réunions plénières du BSI (docs. 10, 14, 19, 22, 24, 27, 57, 66, 69), la circulaire annonçant la nomination de Huysmans (doc. 29), les comptes rendus des réunions de la Commission Interparlementaire Socialiste (docs. 62, 71).

Nous avons ensuite des documents qui traitent des préoccupations politiques majeures du socialisme international à l’époque – documents qui sont destinés parfois à l’usage interne (BSI, partis affiliés) et parfois à l’usage externe (presse, gouvernements, société civile) -, telle la documentation sur la situation des socialistes en Russie entre fragmentation et répression (docs. 3, 12, 16.1, 18, 28, 30, 31, 32, 35, 36, 39, 41, 44, 45, 46, 53, 55, 59, 60, 61, 63, 64, 65, 67, 70), les circulaires sur l’unité socialiste en France (docs. 6, 26, 34), les protestations contre la politique coloniale et impérialiste (docs. 2, 7, 8.1, 9, 15, 33), dont la crise marocaine (docs. 37.1, 40) et la question macédonienne (doc. 68), les protestations dénonçant la situation des Noirs américains (docs. 20, 21), les manifestes apportant un soutien international aux différentes grèves (docs. 16.2, 25, 37.2), les appels annuels pour la Journée internationale des travailleurs du 1er Mai (docs. 4, 11, 17, 23, 58).

Quant à la deuxième partie, Haupt nous présente vingt documents reproduisant les Rapports mensuels du Secrétariat du BSI pour la période de février 1905 à août 1907. La pratique de rédaction de ces Rapports mensuels est l’une des nouveautés inaugurées suite à la nomination de Huysmans au poste de Secrétaire. Ils répondent à l’exigence de celui-ci de renforcer le Bureau par une hiérarchisation encore plus poussée : à travers la lecture des rapports, nous nous apercevons progressivement de comment le Comité exécutif et le Secrétariat prennent le dessus sur les réunions plénières du BSI dans un souci d’efficacité. Les rapports sont aussi l’occasion pour Huysmans d’exposer sa démarche et ses premiers succès dans la constitution d’archives internationales du mouvement ouvrier et socialiste, ainsi que dans la constitution d’un Inventaire de tous les documents du Bureau. Les rapports contiennent également des parties classées « confidentielles » avec nombre d’informations sur l’état des finances du BSI : Huysmans établit de manière de plus en plus régulière et schématique un compte financier, présentant les cotisations reçues ainsi que l’avancement des collectes des fonds répondant aux divers appels à souscription lancés par le Bureau (pour soutenir les socialistes victimes de répression, les grévistes, mais surtout le fonds de soutien aux révolutionnaires russes). L’inégalité de participation aux charges du fonctionnement du Bureau de la part des partis affiliés émerge de l’étude des comptes financiers. Pour le reste, les rapports traitent une grande variété de questions, à la fois « internes » tels l’avancement des travaux ordinaires du BSI et des demandes d’affiliations à celui-ci, et « externes » telles que la présentation des notes, rapports et propositions reçues de la part des partis affiliés.

Andrea BENEDETTI
Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] Haupt publiera néanmoins deux recueils dédiés à ces échanges bilateraux : HAUPT (Georges), Correspondance entre Lénine et Camille Huysmans, 1905-1914, Paris/La Haye, Mouton, 1963 ; HAUPT (Georges), HOWORTH (Jolyon), « Edouard Vaillant, délégué au Bureau socialiste international : correspondance avec le Secrétariat international (1900-1915) », dans Annali della Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, n.17, Milan, Feltrinelli, 1976, pp.219-305.

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969. (1/2)

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969.

Première partie

Dans la préface, Georges Haupt expose les raisons et la démarche scientifique d’un projet global de collecte de la documentation du Bureau Socialiste International (BSI), organe de direction de l’Internationale Socialiste depuis le Congrès de Paris de 1900. Le projet initial prévoyait la publication de quatre volumes : trois consacrés à la collection des documents produits par le BSI et se rapportant à son activité (de 1900 à 1907 ; de 1907 à 1914 ; de 1914 à 1918), ainsi qu’un quatrième proposant une étude d’ensemble sur l’histoire du BSI. La mort de Haupt, le 15 mars 1978, mis fin à ce vaste projet et seul le premier volume fut publié, recueillant les documents du BSI de 1900 à 1907.

D’abord, pourquoi un tel projet de collecte des documents du BSI ? L’intention de Haupt est de contribuer à l’essor des études sur l’histoire de l’Internationale Socialiste, qui se multiplient dans les années 1960, tout en leur fournissant une base scientifique rigoureuse via la publication des sources majeures. Son projet se veut une réponse à l’appel formulé en ce sens en 1965 par la Commission internationale d’histoire des faits et des mouvements sociaux. Haupt veut combler des lacunes scientifiques et des retards qui affectaient le travail des historiens de l’Internationale Socialiste : il prend notamment l’exemple des historiens de la Première Internationale (AIT) qui avaient déjà procédé à la publication de sources primaires[1]. Pour ce qui est des sources de l’Internationale Socialiste, Haupt reconnait que le problème principal n’est pas la carence de documentation mais son volume, qui impose une hiérarchisation de la part de l’historien. Un deuxième problème est celui de l’éparpillement des sources : les quelques travaux d’éditions sont restés souvent partiels, alors que la plupart des documents inédits se trouvent dans des archives divers (partis affiliés, dirigeants, militants, presse), parfois en exemplaire unique et/ou en état de détérioration.

Ensuite, pourquoi cet intérêt particulier pour les documents du BSI ? Haupt estime que les archives du BSI constituent une catégorie de sources toute particulière, sorte d’exception dans cette carence d’archives internes aux organisations ouvrières et socialistes. Si les archives des militants sont nombreuses, celles des organisations en tant que telles sont plus rares et sont souvent confondues avec les premières. Si la documentation du BSI fait exception, c’est grâce à l’œuvre de Camille Huysmans (1871-1968), nommé secrétaire du BSI en 1905. Huysmans, en effet, a non seulement mis en exécution la résolution du Congrès de Paris préconisant la création d’archives internationales du mouvement ouvrier et socialiste ; il a également sauvé une grande partie de documents mis en péril par les deux guerres mondiales. La documentation qui reste est donc, selon Haupt, largement suffisante pour « connaître de manière précise le fonctionnement de la Deuxième Internationale, le rôle du BSI, ses compétences, la portée de ses initiatives, les limites de son influence, la nature, l’esprit et l’orientation de ses préoccupations et de son activité »[2]. À travers l’étude des documents du BSI il est donc possible de retracer à la fois une histoire « externe » de l’Internationale, en tant qu’organisation politique visant à renforcer la coopération et la solidarité entre les socialistes à l’échelle mondiale, et une histoire « interne » de l’Internationale, par l’évolution des institutions dont elle se dote, leurs pratiques de travail, de prises de décisions, de communications, et leurs méthodes d’intervention.

Enfin, pourquoi un premier volume de 1900 à 1907 ? La réponse exige quelques précisions supplémentaires quant à l’histoire du Bureau Socialiste International. Crée suite aux résolutions adoptées au 5ème Congrès socialiste international (Paris, 23-27 septembre 1900), visant à fournir une instance exécutive à l’Internationale pour pérenniser ses travaux d’un congrès à l’autre. Le BSI a une existence problématique lors de ses quatre premières années pour plusieurs raisons : les tâches définies dans les résolutions explicitant son mandat sont à la fois limitées dans la portée et imprécises quant aux moyens concrets avec lesquels les mettre en œuvre ; les limites entre la souveraineté du BSI et celles des congrès de l’Internationale restent indéfinies ; nombre de partis socialistes tardent à rentrer dans la dynamique nouvelle inaugurée par le BSI, n’envoyant donc ni de contributions sur les questions politiques les plus urgentes ni de délégués au Bureau ; les pratiques de travail de ce dernier demeurent dans une phase d’expérimentation et certaines lacunes perturbent régulièrement son travail. C’est seulement avec la nomination de Camille Huysmans au poste de Secrétaire du BSI (« Secrétariat Socialiste International »), en 1905, que commence un véritable renforcement de ce dernier, prenant la place d’envergure qui était la sienne au sein du mouvement socialiste international. Le processus d’affirmation du BSI atteint son apogée en 1907 lorsque son Règlement et les Statuts de la Commission Interparlementaire Socialiste sont approuvés au 7ème Congrès socialiste international (Stuttgart, 18-24 août 1907). Le BSI franchit alors un cap, passant d’un simple exécutif à un véritable organisme de direction et impulsion de l’Internationale ; son contrôle sur d’autres institutions, telles la Commission Interparlementaire et la Commission des Journalistes Socialistes, en sort également renforcé. C’est ce qui explique le choix de Haupt de conclure le premier volume de collecte de documents du BSI à la veille du Congrès de Stuttgart. Pour ce qui est de sa structure interne, malgré des évolutions dans la dénomination de certaines instances ainsi que des changements quantitatifs et qualitatifs dans sa composition, le BSI fonctionne de manière hiérarchique avec des réunions plénières, un Comité exécutif et un Secrétariat (seul poste rémunéré). Les langues de travail sont trois : le français, l’anglais et l’allemand. De 1905 à 1914, le siège du BSI est à la Maison du Peuple de Bruxelles, salle 6.

Quant au contenu de l’ouvrage, Haupt nous explique les critères de sélection adoptés. Tous les documents contenant des redites ou traitant des questions purement techniques ont été écartés. Pour les comptes rendus des réunions plénières, plusieurs variantes existaient et Haupt a privilégié la reproduction des versions établies officiellement par le Secrétariat du BSI, écartant celles établies par la presse ou par les divers délégués. Les textes reproduits sont pour la plupart les originaux français des documents, ou la traduction effectuée à l’époque par le BSI lui-même.

Andrea BENEDETTI
Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] FREYMOND (Jacques), LANGFELDT (Knut), BURGELIN (Henri), MOLNÁR (Miklós), La Première Internationale, Genève, Droz, 1962, 2 vol.

[2] HAUPT (Georges), Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969, p.16.

Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste

Le présent billet est issu de la communication de Pierre Alayrac lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici.

Pierre Alayrac est Lauréat du Prix de la Fondation Jean Jaurès pour son mémoire L’Internationale au milieu du gué. Histoire pratique, sociale et transnationale de l’internationalisme socialiste au congrès de Londres (1896) de la Deuxième Internationale, mémoire du master Pratiques de l’interdisciplinarité en sciences sociales, ENS-EHESS, sous la direction de Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal.

Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste

 

 

En puisant dans les différentes boîtes à outils des sciences sociales, et à partir d’une étude du congrès de Londres (1896), cette intervention suggère trois pistes de travail pour renouveler l’histoire « classique » des congrès de la Deuxième Internationale et de l’internationalisme socialiste en Europe avant 1914. Il s’agit de proposer :

  1. Une histoire « pratique » des congrès de la Deuxième Internationale. Par ce label, on désigne une démarche qui symétrise l’importance accordée à toutes les pratiques, et en particulier qui traite la production doctrinale non comme le coeur des rassemblements étudiés, mais comme une de leur dimension, qu’il n’y a pas lieu de mettre spécialement en avant par rapport aux autres. Alors que la plupart des travaux classiques proposent, en guise d’histoire des congrès, une synthèse (habilement) articulée des principaux échanges qui s’y sont tenus, on suggère ici de reprendre les archives qui leur ont servies, pour en montrer la richesse inexploitée, et analyser ce que nous révèle la « forme congrès ». Sous ce jour, l’internationalisme socialiste performé à Londres apparaît comme une structure articulée à deux dimensions : l’une internationale, l’autre nationale.
  2. Une histoire sociale des congrès de la Deuxième Internationale, armée par les statistiques. Si certains historiens quantitativistes ont parfois recours à la technique importée de la sociologie qu’est l’Analyse des Correspondances Multiples (A.C.M.), les travaux sur l’histoire du socialisme européen avant 1914 n’en font pas usage. On essaye ici d’en souligner à la fois l’intérêt pour souligner les polarités sociales qui conditionnèrent et éclatèrent les expériences des congressistes de 1896 dans la capitale britannique, et les difficultés méthodologiques. Ainsi, on souligne que l’expérience internationale n’avait pas du tout la même épaisseur selon que l’on considère l’élite du mouvement socialiste européen, coutumière des échanges et visites internationales, les militants en exils, ou encore ceux qui franchissaient pour la première fois les frontières de leurs pays. Ces propositions appellent à des comparaisons avec d’autres congrès pour mettre en lumière les transformations du profil sociologique des militants socialistes présents dans ces internationaux.
  3. Une histoire transnationale des congrès de la Deuxième Internationale, qui déplie échelles d’analyse et temporalités. Ce n’est qu’à condition de remarquer que ces congrès pouvaient n’être investis que comme des arènes supplémentaires pour des luttes nationales, ou en remarquant que les mobilisations qu’ils occasionnaient ne sont pas perceptibles avec les oeillères du nationalisme méthodologique, que l’on peut rendre compte pleinement de la variété des activités militantes qu’ils abritaient. Le prisme de l’histoire transnationale permet non seulement de mieux comprendre comment les congrès de l’Internationale étaient préparés et investis, mais aussi la façon dont, en retour, ils étaient le lieu où s’orchestraient les troublantes synchronies dans l’histoire des socialismes nationaux. Mais à nouveau, gare au tropisme doctrinal : ce n’étaient pas que les idées qui circulaient à ces occasions, mais aussi leurs porteurs, et à Londres comme dans les autres congrès, il faut suivre ces connexions et déconnexions entre militants pour mettre en lumière ce que leur internationalisme a été et a fait aux socialismes « nationaux » — c’est ce que nous esquissons rapidement à partir du cas de Tom Mann.

Ces pistes de travail, modestement développées ici à propos du congrès de Londres, sont autant de moyens de prolonger le projet — malheureusement resté inachevé — de Georges Haupt. En effet, malgré plusieurs travaux récents brillants, l’historiographie des congrès de la Deuxième Internationale demeure largement à portée des critiques formulées par Haupt dès 1964[1], et en particulier deux d’entre elles :

« Au fond, la plupart [des] travaux sur la IIe Internationale postulent dès l’abord la primauté des doctrines comme élément fondamental pour la compréhension de toute étude historique du socialisme et du mouvement ouvrier. »

« (…) considérée dans la seule perspective des Congrès internationaux, ou réduite à une juxtaposition des histoires des divers partis socialistes nationaux, l’histoire de la IIe Internationale n’offre en vérité qu’un très médiocre intérêt. Comment donc expliquer que, malgré de nombreux efforts, nous n’ayons pas d’histoire de l’Internationale qui soit une véritable histoire du socialisme, dans ses dimensions mondiales ? »

Pierre Alayrac

[1] Georges Haupt, La Deuxième Internationale 1889 – 1914. Étude critique des sources. Essai bibliographique, Paris, Éditions Mouton, 1964, p. 64 pour les extraits.