Archives par mot-clé : Charles Rappoport

Retour sur le séminaire « Socialisme et révolution russe »

Le 11 septembre au département de “Lingue Letterature e Culture Straniere” de l’université de Bergame, qui participe au réseau EuroSoc, un séminaire s’est deroulé en continuité avec celui très important tenu  au mois de décembre à l’université de Rouen. Le thème : Georges Haupt et ses archives, la Grande guerre, l’Orient, les révolutions.

On a voulu revenir sur Georges Haupt historien novateur et sur ses archives en tant que sources  de ce renouveau et aussi de la biographie  d’un historien et d’un intellectuel engagé.

C’était un séminaire de discussion et de présentation de travaux en cours. Plutôt que diffuser ce débat  sous forme d’enregistrements, on a donc  préféré proposer à la revue italienne “Rivista Storica del Socialismo” nuova serie de publier ces textes – à un stade d’élaboration bien plus avancé – dans un des prochains numéros dont on diffusera ensuite la publication.

Ici nous publions les compte-rendus des interventions qui on été introduites et commentées par Maria Grazia Meriggi qui introduira aussi le numéro de la revue qu’on vient de citer.

Avant tout Michel Dreyfus – qui avait déjà rencontré Haupt dans son jury de thèse quelques semaines avant sa disparition si précoce – souligne le caractère novateur de la démarche méthodologique et des sujets de recherche de ce grand historien du socialisme. Il résume une situation historiographique française où le prestige des moments de ruptures, des dates glorieuses du mouvement social – de juin 1848 aux grèves de 1936 – a souvent poussé les historiens à ne pas se pencher sur les moments, les institutions et les pratiques de la négociation et de la médiation. Haupt a donc été novateur par son intérêt pour les mouvements nationaux, les réseaux internationaux, les institutions qui ont permis non seulement la croissance de partis socialistes de masse mais une circulation “d’en bas” de militants, de pratiques et de cultures. La Deuxième Internationale, son centre d’intérêt principal, lui a permis d’étudier le réformisme en profondeur. Georges Haupt fit bientôt la rencontre de Camille Huysmans ; ce dernier avait été comme on le sait, responsable du Bureau socialiste internationale de la Seconde Internationale. Cette rencontre fut sans doute décisive dans la vie de Georges Haupt dans la mesure où elle orienta très fortement ses recherches et lui a permis d’être lui même un passeur .  Il a été novateur aussi par sa recherche incessante de sources, de brochures, de publications d’accès difficile et a été un éditeur important dont les publications ont permis la circulations d’idées et d’expériences même minoritaires mais qui ont enrichi le mouvement ouvrier : son rapport avec Colette Chambelland le témoigne. L’intervention de Michel Dreyfus ouvre aussi sur des thèmes qui seront développés par les autres chercheurs présents au séminaire.

Lucie Guesnier, spécialiste du mouvement socialiste roumain dans ses nombreux et différents problèmes, a rencontré Georges Haupt, évidemment – Michel Dreyfus l’avait déjà évoqué – comme un des historiens qui ont élargi l’étude des socialismes, de ses organisations et ses cultures, à «l’Orient», au monde des Balkans et du Moyen-Orient avec des recherches et des publications qu’il avait partagées avec Michael Loewy et Claudie Weill. Guesnier a aussi souligné les caractéristiques du parcours de Haupt dans l’historiographie « de régime » de son pays et les raisons de son départ pour la France. Haupt – comme Lucie Guesnier l’avait aussi expliqué dans sa thèse – avait souligné les parcours et les réseaux de militants russes en Roumanie et les rapports entre ces socialistes et le mouvement socialiste roumain. Il s’agit tout simplement d’une reconstitution historique riche ouverte en direction de la prosopographie qui allait dans ces mêmes années manifester sa richesse dans le Maitron. Mais pour l’historiographie roumaine après le tournant nationaliste du régime l’entreprise de Haupt devint oppositionnelle : son départ pour l’Occident s’insère aussi dans ce contexte. Guesnier explique aussi son intention d’approfondir la recherche en direction des archives de la police politique roumaine.  Son intervention ouvre – comme l’avait déjà fait Michel Dreyfus – aussi sur un thème qui est au centre du séminaire, c’est-à-dire Haupt historien des bolcheviques – dont les biographies il a publié avec Jean-Jacques Marie – des années de crise de l’Internationale, de Zimmerwald et des premières expériences de la Troisième Internationale. Lucie Guesnier a aussi évoqué l’intérêt de Georges Haupt – qui aurait pu déboucher sur une biographie – pour un personnage contradictoire et tragique tel que Christian  Rakovsky.

Ce thème est au centre de l’intervention d’Andrea Panaccione, spécialiste des socialismes russes et allemands et de la société russe et soviétique. Il ouvre son intervention en reprenant certains aspects de celle de Lucie Guesnier, à partir du thème de l’exil comme expérience politique fondatrice. Il souligne l’importance de Haupt historien de la Deuxième Internationale mais il rappelle que Haupt devient aussi historien de sa crise, de Zimmerwald et de la Toisième Internationale à partir d’un jugement qu’il ne partage pas avec la plupart des historiens de son temps. Haupt ne croit pas qu’il faut parler de déroute ou d’échec de l’Internationale face à la guerre mais d’une crise face à des aspects nouveaux des guerres impérialistes – d’où sa recherche magistrale sur le congrès manqué – suivie par des réponses différentes aux problèmes des nations et des guerres et par des mouvements où un peut voir aussi des continuités. D’ailleurs Haupt avait publié la correspondance de Lénine avec Huysmans !

La relation de Panaccione renvoie ces intérêts de Georges Haupt à la “longue durée” de sa formation en Roumanie et en Urss.

Elle s’est concentrée surtout sur les travaux de Haupt concernant quatre thèmes qui seront développés dans la publication qu’on a déjà annoncée : la Grande guerre et les réactions si contrastées qu’elle suscite dans le socialisme international et les interprétations que les partis et surtout les courants donnent de la “paix sans annexions” ou de la “paix sans conditions ou la paix séparée” ; la signification et l’impact de la guerre pour Lénine ; les (auto)biographies des militants bolcheviques entre l’Europe et la Russie, où se situe son intérêt pour des militants à la frontière de lignes et de fidélités différentes, tels que Christian Rakovsky et Charles Rappoport ; les écrits sur les dissidents soviétiques et surtout sur les travaux de Roj Medvedev autour des caractères du système politique de l’URSS et de ses origines.

Tous ces thèmes seront développés dans la publication annoncée. En conclusion de la séance du matin Maria Grazia Meriggi a réfléchi – suivant ses recherches et intérêts – sur deux aspects de l’entreprise historiographique de Georges Haupt. Il a étudié sans trop de préalables méthodologiques les réseaux et les circuits entre partis, syndicats, groupes de travailleurs, militants particuliers qui se croisent dans l’activité du Bureau Socialiste International: il a fait en quelque manière l’histoire sociale de cette institution. En soulignant les moments de passage entre la Deuxième et la Troisième Internationale mais aussi la formation socialiste de tant de dirigeants socialistes russes ensuite bolcheviques et l’importance de Zimmerwald. Il a aidé les historiens à étudier les années 1918-1920 quand les pratiques de démocratie et la naissance d’institutions nouvelles de représentation dans les lieux de travail avaient concerné des travailleurs, des jeunes, des femmes de plusieurs fidélités politiques et aussi des “sans parti”.

Giovanni Scirocco – de l’université de Bergame – et Jacopo Perazzoli – de la fondation Einaudi – ont présenté des recherches en cours sur le débat surtout public des partis socialistes autour de la Révolution russe et des développements de l’URSS. Scirocco a surtout présenté les positions qui émergent de la lecture de la revue du courant réformiste, “Critica Sociale” (Filippo Turati, Claudio Treves, Rodolfo Mondolfo surtout). Comme l’a ensuite souligné Andrea Panaccione, les socialistes italiens – dont le groupe parlementaire était opposé à la guerre comme le groupe dirigeant du parti – grâce aussi à leur participation à Zimmerwald auraient donc pu jouer un rôle de médiation entre les courants . L’exposé de Jacopo Perazzoli illustre par contre le rôle que l’analyse historique mais aussi le mythe de la Révolution russe et de l’URSS ont joué dans un contexte très spécifique: le lien durable des partis socialiste et communiste jusqu’à la fin des années Cinquante – qui permet au PSI de ne pas participer aux répressions des mouvements sociaux qui ont impliqué la SFIO, par exemple – et la “guerre froide” .

Tous ces exposés seront l’objet d’élargissements et d’approfondissements dont on informera ensuite notre partenaire EuroSoc.

 

Maria Grazia Meriggi

 

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

L’Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

Première partie

Seconde partie

Après avoir présenté brièvement Sébastien Faure et quelqu’un.e.s des contribut.rices.eurs en tentant de renvoyer autant que faire se peut à la littérature grise existante, l’Encyclopédie anarchiste de Faure sera ici confrontée à une œuvre, beaucoup plus connue, issue d’un autre courant des socialismes français parue quelques années auparavant. Cette œuvre sous la direction du guesdiste Adéodat Compère-Morel est établie au cours de l’année 1912 et offre un terreau d’analyse intéressant à l’étude du mouvement socialiste. Néanmoins, un tel examen comparé ne saurait être exhaustif compte-tenu du format imparti par le carnet de recherche. Cependant et dans la continuité des premières parties, sera proposée une vue générale permettant de synthétiser et regrouper les ressources disponibles sur le sujet tout en offrant quelques perspectives de recherches[1].

Adéodat Compère-Morel : de Guesde à Jaurès

L’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière est publiée entre 1912 et 1921 sous la direction technique de Compète-Morel[2] avec la collaboration de Charles Rappoport, Paul-Louis, Hubert Rouger[3], Jean Longuet[4], Sixte-Quenin, Jean-Baptiste Séverac, Pierre Brizon et Ernest Poisson[5]. La trajectoire d’Adéodat Compère-Morel demeure assez classique : il adhère très vite au Parti ouvrier de Guesde jusqu’à la scission qui conduit à la création du Parti communiste. Bien que longtemps guesdiste, Compère-Morel demeure fidèle à la S.F.I.O. Publiciste, Compère-Morel est également un député inamovible puisqu’il est (ré)élu à son poste sept fois sans discontinuer du 25 avril 1909 au 31 mai 1936[6]. Après avoir rejoint la S.F.I.O., il rejoint l’éphémère Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (1933-1935) fondé entre autres par le normand Pierre Renaudel ancien proche de Jaurès qui fut exclu de la S.F.I.O[7]. La constance de Sébastien Faure tranche ici avec le parcours de Compère-Morel et illustre le hiatus entre réforme et révolution entre ces deux grands courants du socialisme français : entre la participation à l’Etat bourgeois et le rejet de la participation à la chose publique.

Extrait de l’entée « anarchiste » issue du Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924. p39.

 

Socialisme & anarchisme, deux voies politiques, un moyen : la propagande par l’édition

La première distinction tient dès le titre de l’Encyclopédie socialiste qui s’affiche le plus inclusif possible. Là où l’Encyclopédie de Faure n’est suivie que de l’épithète du courant politique, celle de Compère-Morel agrège l’ensemble des voies et méthodes politiques possibles qui traversent le socialisme d’alors et plus particulièrement celle d’une partie issue du courant guesdiste. Madeleine Rebérioux qualifie d’ailleurs cette entreprise comme n’étant pas « exclusivement guesdiste, mais, chez les guesdistes, d’une tentative hégémonique conçue et exercée dans le cadre d’une plus vaste offensive »[8] que Vincent Chambarlhac nuance par le concours de Jean Longuet[9], qui, au moment de sa participation a déjà embrassé le socialisme jaurésien[10]. Cette Encyclopédie socialiste est d’ailleurs postérieure au Dictionnaire du socialisme de Charles-Gabriel Vérecque[11] et s’inscrit dans cette nécessité de « propagande » des idées socialistes[12]. Là où Faure doit faire face à une « balkanisation » du mouvement anarchiste, la S.F.I.O. est forte d’une structuration bien établie sur l’ensemble du territoire et supportée par de nombreux militants.

Conclusion

S’agissant d’un projet collaboratif dans lequel Sébastien Faure tente de travailler avec l’ensemble des courants libertaires. L’Encyclopédie n’apparaît pas véritablement homogène et certaines notices semblent davantage relever d’une vision discursive que d’un véritable travail scientifique. Néanmoins, Là n’était pas le but premier de Faure qui souhaitait faire œuvre-utile dans la droite ligne de son engagement de vulgarisateur en proposant une encyclopédie dont l’utilisation soit simple et malgré certaines entrées au ton volontairement polémiques, l’ensemble témoigne d’un travail passionnant et passionné par les acteurs eux-mêmes de la transformation sociale et il s’agit là d’un apport conséquent à l’historiographie du mouvement libertaire. Mais la véritable force de cette Encyclopédie est à porter au crédit de son initiateur qui se révèle ici en véritable homme-orchestre et homme de réseau du mouvement libertaire français. Cela pourrait d’ailleurs donner lieu à des travaux intéressants, à la seule lecture de cette Encyclopédie et de ses contribut.eurs.trices à l’aide de la boîte à outils des sciences sociales, l’on pourrait aisément modéliser la porosité entre certains contributeurs de l’Encyclopédie de Faure et celle de Compère-Morel et mériterait par ailleurs une attention supplémentaire à travers une étude comparée entre ces deux encyclopédies et le Dictionnaire de Compère-Morel.

Ces quelques critiques, somme toute assez formelles ne peuvent prétendre à jeter l’opprobre sur une œuvre devenue incontournable à l’étude des mouvements anarchistes et libertaires[13]. Cette Encyclopédie anarchiste, dont les liens avec celle étudiée au travers ce bref exposé a finalement jeté les bases de l’œuvre de Jean Maitron devenue indispensable à l’histoire du mouvement social[14].

Frank-Olivier CHAUVIN
Doctorant Université Rouen-Normandie

Billet complet au format.pdf

___________________________________________________________________________

[1] L’article de Bruno Groppo, chercheur au centre d’histoire sociale du XXe siècle a d’ailleurs déjà consacré un article dont ne pouvons pas faire l’économie. GROPPO Bruno, « Les dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier : analyse comparée d’un genre scientifique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 4/2011 (N° 104-105), p. 6-15.

[2] Nous aurions d’ailleurs pu porter notre comparaison avec le Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international du même Compère-Morel mais l’accueil de l’Encyclopédie socialiste ayant rencontré un plus grand écho, choix a été fait de ne sélectionner qu’une seule œuvre.  COMPERE-MOREL, Adéodat, Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924, 1057p.

[3] ROUGER Hubert, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; La France socialiste. Tome 1, Paris, A. Quillet, 1912. Disponible en ligne, URL :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63272485 (consulté le 5 avril 2017).

[4] LONGUET Jean, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; Le mouvement socialiste international, Paris, A. Guillet, 1913. disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327286v (consulté le 5 avril 2017).

[5] BRIZON Pierre et POISSON Ernest, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, Paris, A. Quillet, 1913. Disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327288p (consulté le 7 avril 2017).

[6] La fiche de député de Compère-Morel est disponible sur le site de l’Assemblée nationale, URL : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/%28num_dept%29/1934#bio (consulté le 9 avril 2017).

[7] Cette exclusion de sept députés intervient le 5 novembre 1933 lors d’un Conseil national de la S.F.I.O. le 8 courant, Un groupe parlementaire est formé réunissant les nouveaux exclus et démissionnaires. Une structure politique va être créée afin d’accompagner cette nouvelle expression politique lors du Congrès fondateur le 3 décembre 1933.

[8] REBERIOUX Madeleine, « Guesdisme et culture politique : recherches sur l’Encyclopédie socialiste de Compère-Morel », Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Paris, Les Éditions ouvrières, 1976, pp. 211-227. Cette contribution

[9] CHAMBARLHAC Vincent, « L’orthodoxie marxiste de la SFIO : à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 07 avril 2017.  Disponible en ligne, URL : http://chrhc.revues.org/2215

[10] CANDAR Gilles, Jean Longuet : Un internationaliste à l’épreuve de l’histoire. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, consulté le 08 avril 2017). Disponible en ligne, URL : (http://books.openedition.org/pur/6318 ).

[11] VERECQUE Charles, Dictionnaire du socialisme, Paris, 1911.

[12] Jean-Lorris « L’Encyclopédie socialiste comme réponse à la nécessité de la propagande », préface au tome 1 de l’Encyclopédie socialiste, Paris, Quillet, 1912. L’on reverra à cette notion de propagande au travers l’article de Fabrice d’Almeida, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique [En ligne], 69 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2008, consulté le 08 avril 2017. Disponible en ligne, URL : http://mots.revues.org/10673

[13] L’on indiquera au lecteur que cette encyclopédie a bénéficié d’une réimpression papier mais est également disponible en ligne.

[14] Tout comme le fut auparavant l’Encyclopédie socialiste dans laquelle Madeleine Rebérioux voit « une œuvre qui, à certains égards, pourrait apparaitre comme « le premier Maitron. ». voir note 8.