Archives de catégorie : Normandie / Normandy

Le GRR EuroSoc a également pour objectif de valoriser la recherche normande et dispose pour cela d’une catégorie particulière pour cette région.

Le mouvement ouvrier à Cherbourg, 1890-1958. Dynamiques des organisations ouvrières et de la conflictualité sociale.

Le mouvement ouvrier à Cherbourg, 1890-1958. Dynamiques des organisations ouvrières et de la conflictualité sociale.

Nous publions ici le résumé de thèse de Nicolas VABRE qui a soutenu sa thèse le 25 mars 2015 portant sur Le mouvement ouvrier à Cherbourg – Dynamiques des organisations et de la conflictualité sociale (1890 – 1958), devant un jury composé de CAZALS Remy (Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2), Nicolas MARIOT (Directeur de recherche au CNRS – Centre européen de sociologie et de science politique – UMR 8209), Xavier VIGNA (Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, Habilité à diriger des recherches), Michel PIGENET (Professeur d’histoire à l’université Paris 1), John BARZMAN (Professeur d’histoire à l’université du Havre), Christian CHEVANDIER (directeur de thèse et Professeur d’histoire à l’université du Havre).

Carte postale illustrant une vue du port cherbourgeois vers 1900.

L’agglomération de Cherbourg se distingue des autres ports de la Manche par la présence d’un port militaire et d’un arsenal adossés à la plus grande rade artificielle d’Europe, héritage d’une époque où les dirigeants français organisaient leurs efforts militaires en prévision d’un affrontement avec la Grande-Bretagne. À la fin du 19ème siècle, des organisations politiques et syndicales dont la colonne vertébrale se recrute parmi les ouvriers du chantier naval apparaissent et constituent rapidement un des bastions du mouvement ouvrier bas-normand.

Il n’existe pas beaucoup d’ouvrages universitaires prenant Cherbourg comme cadre de leur étude, et, si des érudits locaux ou des journalistes ont apporté leur éclairage qui sur une entreprise, qui sur une page de l’histoire locale, pratiquement rien n’a été écrit sur le mouvement ouvrier. Cette thèse comble donc un manque dans le champ de la connaissance monographique de l’agglomération. Précisons en effet tout de suite qu’il ne s’agit pas de limiter notre étude à la seule commune de Cherbourg, mais de l’étendre aux « communes suburbaines », pour reprendre l’expression en usage en 1890, liées à Cherbourg par la logique spatiale d’un bassin d’emploi certes dominé par la Marine, mais cependant pas limité à ses activités propres ou même induites.

Cette thèse noue deux fils problématiques. Le premier explique la relative longue durée de ce travail. Il s’agit d’examiner les dynamiques de flux et reflux à l’œuvre au sein du mouvement ouvrier cherbourgeois, à la fois sur un plan exogène dans son rapport au reste de la société, dans la place qu’il y prend, et sur un plan endogène, celui des rapports de force qui se nouent entre ses composantes. Car, à l’image de ce qui se passe dans le reste de la France, nous postulons l’existence à Cherbourg de trois « courants » – socialiste, chrétien, communiste – dans le mouvement ouvrier cherbourgeois. Ils coexistent, collaborent ou s’affrontent tour à tour, et se recomposent mutuellement.

Le deuxième axe de la problématique consiste à ne pas limiter l’expression « mouvement ouvrier » aux organisations ouvrières, même prises dans une acception large (partis, syndicats, associations) et à inclure une autre de ses dimensions, celle des luttes menées tout ou partie par la classe ouvrière. Cette double définition de l’expression « mouvement ouvrier » permet en effet d’interroger les rapports entre les organisations, leurs dirigeants, leurs militants et les milieux plus larges des simples adhérents voire des travailleurs se tenant en marge des organisations. Rapports d’adhésion, marqués par le respect de la hiérarchie et la discipline syndicales, mais aussi rapports de défiance, qu’il s’agisse de bouder les convocations du secrétaire ou bien au contraire de passer à l’action sans attendre ses consignes. En ce sens, on peut dire que les principaux protagonistes de cette histoire sont les ouvriers de la Marine, les dockers, les métallurgistes ou les travailleurs du bâtiment. Les salariés au sens large, tels les agents des banques, les cheminots, les instituteurs ou les gaziers et électriciens, les rejoignent au fil du temps ou ponctuellement. Ils sont imités plus rarement par les membres de catégories sociales liées à la classe ouvrière par d’autres liens que l’appartenance au monde du salariat ou même du travail, comme les ménagères ou les équipages de la flotte de guerre.

Vue sur le quai Alexandre III et le bassin du Commerce de Cherbourg, 1890-1900.

Nos recherches nous ont permis de croiser des sources de différentes origines, qu’il s’agisse de rapports de police, d’articles de presse, syndicales, ou – mais plus rarement – patronales, dont le recoupement a permis de valider ou d’infirmer bon nombre d’hypothèses. La principale difficulté aura consisté à les utiliser de manière à tenter de déceler, derrière les paroles des chefs syndicaux ou les appréciations des policiers et en dépit des biais multiples que comportent ces sources, l’état d’esprit des travailleurs du rang. Notre démarche s’est aussi notablement appuyé sur une prosopographie empirique, nourrie notamment par les notices du Maîtron, dont l’objectif était de donner à voir la chair et le sang des courants autant que des luttes du mouvement ouvrier cherbourgeois. Incarnée dans des personnes, voire des personnages, notre étude plonge aussi ses racines dans un substrat urbain dont l’identité spatio-temporelle justifie le bornage chronologique retenu. Disons juste ici que le tissu urbain a connu davantage de mutations dans la décennie postérieure à notre période que du fait des destructions de la Deuxième Guerre mondiale, si bien que notre entreprise revient par moment à exhumer un monde englouti, à l’instar de la Maison du peuple bâtie pour partie des mains des militants du bâtiment et supplantée il y a 50 ans par des immeubles HLM.

Enfin, nous avons cherché tout au long de la thèse à interroger nos hypothèses en confrontant le cas cherbourgeois à ceux d’autres villes portuaires françaises. Cette démarche comparatiste s’est heurté de façon presque continuelle au manque de monographies consacrées aux villes d’arsenaux maritimes, et en tout cas à la faiblesse insigne des développements consacrés au mouvement ouvrier contemporain. C’est l’exemple du Havre qui s’est in fine imposé comme le contrepoint le plus utile. Aussi limitée dans sa portée ou sa continuité soit-elle, cette démarche nous paraissait un garde-fou indispensable contre l’étroitesse de vue qu’induit l’enquête monographique.

Nous ne pouvons que souhaiter que ce travail ouvre la voie à d’autres et contribue à élargir la compréhension des mouvements ouvriers des villes maritimes.

Nicolas Vabre
Docteur en histoire

Colloque international : Réseaux et solidarités internationales face à la répression dans les ports et en mer

Colloque international : Réseaux et solidarités internationales face à la répression dans les ports et en mer, à l’Université Le Havre – Normandie, organisé par le laboratoire IDEES-LE-HAVRE et en collaboration avec l’association des amis de Jules Durand.

Jules Durand

Jeudi 24 novembre 2016
Amphithéâtre Jules Durand

9 h 30 à 10 h : Ouverture
Avec Françoise Dumont, Présidente de la Ligue des Droits de l’Homme
10 h à 12 h 30 : De l’Affaire Jules Durand à la solidarité portuaire
Séance présidée par Ryad Bendif, Association des Amis de Jules Durand

Jean-Pierre Castelain
Jules Durand dans l’ombre d’archives disparues

Christiane Delpech
Jules Durand mon grand-père

Dominique Noguères
L’Affaire Durand : machination et erreur judiciaire

John Barzman
De Jules Durand aux réseaux et à la solidarité internationale dans les ports et en mer

Pause : 12 h 30 à 13 h 30

13 h 30 à 16 h : Echos de l’Affaire Durand en dehors du Havre
Séance présidée par Jean-Numa Ducange, Université de Rouen, EUROSOC

Nicolas Vabre
Cherbourg et Jules Durand

Juan Cristobal Marinello
Jules Durand dans la presse ouvrière espagnole

 

Donald Weber
Anvers et Jules Durand

16 h à 18 h : La grève des dockers de Liverpool de 1995 et ses suites

Raquel Varela
L’International Dockworkers Council (IDC) et la « grève européenne » des dockers de 2014

Mike Carden
L’histoire de la grève des dockers de Liverpool et la solidarité

John Lynch
Aujourd’hui, 20 ans après

Johann Fortier
Les dockers du Havre et l’internationalisme

18 h à 18 h 30 Départ vers les docks
18 h 30 à 20 h 30 : Cinéma Gaumont, Centre commercial Docks Vauban, Ouvert au public, entrée gratuite
Séance présidée par John Barzman

Aubéri Edler, réalisatrice
« La classe. Ouvrière » et l’œuvre de Ken Loach »

Ken Loach (sous réserve)
lauréat de deux Palmes d’or du Festival de Cannes, présente son film « Les dockers de Liverpool » (« A Flickering Flame » , 55 minutes, 1997, Roches Noires Production)

Débat

Vendredi 25 novembre 2016
Amphithéâtre Jules Durand

 

9 h 30 à 12 h 30 : Comparaisons
Séance présidée par Donald Weber, Université de Gand

Lucie Guesnier
Le port de Braïla et Panait Istrati à l’époque de Jules Durand

Jesper Hamark
Arthur Nilsson, docker de Malmö condamné et héros du monde du travail suédois

Christine Cornet
Loin d’André Malraux : les conflits à Shanghai dans les années 1920

Jean-François Klein
Comparaison Europe Asie

Débat

Eric Saunier
Retour sur les réseaux de diffusion de l’information et de solidarité dans les milieux maritimes à la lumière de la mutinerie des esclaves de l’Amistad (1839)

Pause 12 h 30 à 13 h 30

13 h 30 h à 14 h : Visite de l’exposition « Vie et combats de Jules Durand, docker charbonnier 1880-1926 »
Hall de l’amphi Jules Durand exposition présentée du lundi 21 au vendredi 25 novembre
14 h à 14 h 30 : Deux livres récents sur Jules Durand
Séance présidée par Yoland Simon auteur et animateur radiophonique

Mako, Le roman graphique de Roger Martin et Mako, Les docks assassinés : l’affaire Jules Durand, 2016

Le livre collectif sous la direction de John Barzman et Jean-Pierre Castelain, Jules Durand, un crime social et judiciaire, 2015

14 h 30 à 16 h 30 : Réseaux et solidarité internationale
Séance présidée par Dominique Noguères

Reiner Tosstorff
L’ITF (International Transport Workers Federation) et la solidarité internationale antifasciste 1921-1939

Peter Waterman
L’expérience de la Coordinadora Internacional de Barcelone dans les années 1980 et les formes de la solidarité internationale aujourd’hui

Arnaud Le Marchand
Une forme de répression ? Le travail forcé dans les ports européens et l’action des ONG humanitaires

Débat

16 h 30 à 17 h : Conclusions
John Barzman et Jean-Pierre Castelain

Les lettres de prison de Jules Durand, Lecture par la Compagnie « Les mots à dire » Aline Flaux, Daniel Lesur, Rémi Picard

Remerciements et clôture

Programme complet.pdf

Compte-rendu de lecture

John Barzman, Dockers, métallos, ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1913). Publications des universités de Rouen et du Havre, 1997, 423 p.

Dans cet ouvrage issu d’une thèse réalisée à l’Université du Havre en 1987 sous le titre (PhD) Labour and Politics in France : Le Havre 1913-1923, l’historien américain John Barzman livre une puissante histoire des ouvriers havrais dans leur combat social. L’originalité de cette étude réside dans le choix de l’échelle urbaine avec la ville du Havre. Grâce à l’exploration de diverses sources primaires (archives nationales, départementales, municipales, témoignages émanant de protagonistes directs, etc.), ce travail met en évidence les spécificités du mouvement ouvrier havrais : la force du syndicalisme révolutionnaire et la faiblesse de l’emprise socialiste, l’implantation d’un courant politique radical et sa préoccupation des revendications ouvrières, l’importance des dockers malgré leur relatif effacement des conflits sociaux après la Grande Guerre, la bipolarité réformisme-révolution et surtout les « formes d’action collective choisies par des groupes qui se reconnaissent dans une culture commune » (p.12). « Ces pratiques ouvrières et populaires – comme les syndicats, les partis, le vote, les manifestations, les coopératives… – manifestent leur cohérence dans un contexte historique particulier, celui de vagues de luttes » (p.12). A travers ces pratiques, l’auteur s’emploie à identifier les pôles de modérantisme et de radicalité du mouvement ouvrier havrais au cours des années 1912-1923. Cette périodisation se caractérise par la succession de cycles de radicalisation ouvrière.

L’auteur commence par la présentation des tendances du mouvement ouvrier havrais avant la Première Guerre mondiale. L’année 1912 correspond à l’affaire Jules Durand et représente « la fin d’un cycle de mobilisation populaire au cours duquel les organisations ouvrières ont grandi et les idéologies se sont affirmées » (p.19). Les cultures militantes du petit peuple havrais se développent en interaction avec les élites (la vie politique est alors dominée par les républicains de gauche) et dans des conditions matérielles précises (l’auteur dresse un aperçu des quartiers et des établissements où la population vit et travaille). La variété des pratiques et des organisations de cette population met en lumière l’apparition et la différenciation de courants modérés et radicaux : l’auteur distingue les pratiques de l’action collective qui visent à améliorer les circonstances immédiates – action corporative des syndicats dans les différentes branches professionnelles : marins, dockers, ouvriers du bâtiment et terrassiers, métallos, cheminots – de celles qui visent à des changements de gouvernement ou de société – action électorale par la pratique du vote. Cette dernière pratique permet à l’auteur d’insister sur l’influence du courant politique radical dans la classe ouvrière havraise où « les relations locales des candidats et les questions locales comptent plus que les positionnements dans la politique nationale » (p.74). Par ailleurs, l’auteur s’emploie à montrer l’imbrication du social et du politique au cœur de cette action collective à travers l’exemple de la Journée Internationale des Travailleurs impulsée par l’Union syndicale du Havre.

John Barzman analyse ensuite brillamment le mouvement ouvrier havrais face à l’épreuve de la Grande Guerre, marqué tout d’abord par une certaine atonie puis par le redressement et les recompositions internes. Lors des deux premières années de la guerre, « la plupart des dirigeants syndicaux havrais ne cherchent pas à maintenir même les fonctions les plus routinières de leur syndicat » (p.151). La population havraise est mobilisée par l’effort de guerre tant au front que dans l’industrie d’armement, les femmes constituant par ailleurs une main d’œuvre nombreuse. Puis à partir de 1916, les luttes reprennent avec des traits anciens et nouveaux : « on retrouve les mêmes structures syndicales, les protestations sur les marchés et les organisations politiques. Mais les cheminots, et surtout les métallos, ont remplacé le bâtiment au centre de l’action » (p.152). Dans ce contexte vont ainsi apparaître deux pôles, l’un modéré qui « apparaît plus attaché à la négociation salariale, au parti radical et à l’aile modérée du parti socialiste, à l’intervention de l’Etat dans l’économie, et à la puissance internationale de la France » et l’autre, radical, qui « se distingue par la mobilisation conflictuelle (grèves, « bras croisés », actions sur les marchés), la méfiance des parlementaires, de l’armée et des ministères, l’aspiration à la grève générale et le rejet de la puissance militaire française » (p.152). Ainsi, cette bipolarité qui oppose modérantisme et radicalité est une nouveauté au sein du mouvement et antérieure à la fin de la guerre.

A partir de l’armistice et jusqu’en mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît son apogée. La croissance des effectifs syndicaux – notamment dans des secteurs qui étaient jusqu’alors peu organisés – , le changement de dirigeants, la montée des revendications ouvrières, l’évolution vers la gauche des socialistes havrais, l’annonce de grèves à dater du 1er mai (à partir de 1919), la multitude d’associations de quartier, la création de coopératives et de comités de consommateurs sont autant d’éléments qui caractérisent la refondation de la classe ouvrière havraise. Sur le plan politique, l’accession à la mairie de Léon Meyer, permise par le vote ouvrier, marque la fin de la domination du négoce havrais (mais aussi du pouvoir de l’armée durant la Grande Guerre). Après les rigueurs de la guerre, cette élection montre que « ces milieux populaires ne se tournent pas directement ou exclusivement vers les alternatives les plus radicales » (p.207) et « permettent ainsi à un pôle modéré de se consolider au sein du mouvement populaire » (p.207). Mais les élections ne font pas disparaître la combativité ouvrière : de nombreux mouvements sociaux se déroulent à partir de janvier 1920 (connaissant des succès et des échecs) et une volonté de coordination au sein des syndicats des différents branches professionnelles s’affirme. Au cours de cette troisième période distinguée par l’auteur, on assiste à une transformation des cultures militantes par rapport à l’avant-guerre : les pratiques et l’identité ouvrière s’ouvrent à des couches sociales plus larges – ouvriers des usines, employés (banque), techniciens (préparateurs en pharmacie) – et s’implantent en dehors du Havre, dans les banlieues comme Harfleur ou les petites villes industrielles comme Fécamp. Ces phénomènes d’élargissement et d’unification de l’identité ouvrière s’accompagnent de la progression de la bipolarisation au sein même des organisations (CGT, Parti socialiste unifié) qui s’accentue et se cristallise autour de quatre grandes questions : « la guerre et la politique de puissance de la France, l’esprit dans lequel les délégués des mouvements sociaux doivent participer aux organismes de concertation, les alliances électorales avec le parti radical, la révolution russe » (p.240).

Après la défaite de mai 1920, le mouvement ouvrier havrais connaît une période de « métamorphose » (p.241) jusqu’en mars 1922. Dans un contexte de récession économique, la combativité ouvrière décline. Les luttes sont défensives et « les contours idéologiques des pôles opposés du mouvement social se précisent et débouchent sur des scissions organisationnelles[1] » (p.243). Dans cette quatrième partie de l’ouvrage, l’auteur montre que cette nouvelle bipolarité n’est pas aussi nette au Havre en raison de la place importante du parti radical, de la faiblesse des élus et des structures du parti socialiste, ou encore de l’unité corporative des dockers.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à la grève générale de 1922 qui suit celle des métallurgistes dans un contexte de reprise économique, de baisse du chômage (dans certains secteurs) mais aussi de cherté de la vie. John Barzman s’emploie à mettre en lumière la dynamique de la grève, ses formes d’organisation et les moments cruciaux où les décisions stratégiques sont prises. La fin de la grève des métaux vient clore le cycle d’action collective étudié.

            Pour conclure, l’historien américain se livre à un examen de ses travaux en confrontant son étude – fruit d’un travail patient d’une quinzaine d’années – au champ historiographique, qui dépasse les travaux d’Annie Kriegel[2], d’une part, et des tenants d’une « nouvelle histoire ouvrière » anglo-saxonne[3]. John Barzman apporte une dimension nouvelle en privilégiant la notion de « moment » dans une chaine de transformations de la culture populaire pour le cas havrais au détriment de l’idée de « naissance » ou de « formation » de la classe ouvrière. Ce travail richement documenté grâce aux sources locales ouvre des perspectives de recherche comme l’implantation ouvrière du Parti radical entre les deux guerres à travers la pratique du clientélisme ou encore l’action collective des femmes en dehors du mouvement ouvrier et sur des thèmes non liés au travail – mouvement suffragiste et mobilisation des femmes des milieux populaires dans le quartier.

Compte-rendu de lecture par
Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] L’auteur fait ici référence au contexte politique et syndical national : la scission comme décision politique issue du vote majoritaire des participants au Congrès de Tours (décembre 1920) avec la création de la Section Française de l’Internationale Communiste et la naissance d’une nouvelle confédération syndicale : la CGTU.

[2] Annie KRIEGEL, Aux origines du communisme français, 1914-1920. Paris, Flammarion, 1969.

[3] E.P THOMPSON, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, coll. « Point Histoire », 2012.

L’ouvrage est disponible sur le site des PURH

Article complet.pdf