Archives de catégorie : lectures/comptes rendus/ reviews

ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE

DUCANGE Jean-Numa, Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

Sortie il y a quelques mois déjà, la biographie de Jules Guesde de l’historien Jean-Numa Ducange a été remarquée par le philosophe Serge Audier et fait partie des « coups de cœur » du « Monde des Livres » pour l’été.

Jean-Numa Ducange revient sur la trajectoire de cette figure qui contribua, aux côtés de Jean Jaurès, à la création de la S.F.I.O. Figure certes centrale dans la construction du socialisme français mais qui demeurait jusque-là assez méconnue. L’entretien conduit par Gilles Candar peut être retrouvé ici.

Retrouvez l’ouvrage sur le site de l’éditeur

DUCANGE Jean-Numa, Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969. (1/2)

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969.

Première partie

Dans la préface, Georges Haupt expose les raisons et la démarche scientifique d’un projet global de collecte de la documentation du Bureau Socialiste International (BSI), organe de direction de l’Internationale Socialiste depuis le Congrès de Paris de 1900. Le projet initial prévoyait la publication de quatre volumes : trois consacrés à la collection des documents produits par le BSI et se rapportant à son activité (de 1900 à 1907 ; de 1907 à 1914 ; de 1914 à 1918), ainsi qu’un quatrième proposant une étude d’ensemble sur l’histoire du BSI. La mort de Haupt, le 15 mars 1978, mis fin à ce vaste projet et seul le premier volume fut publié, recueillant les documents du BSI de 1900 à 1907.

D’abord, pourquoi un tel projet de collecte des documents du BSI ? L’intention de Haupt est de contribuer à l’essor des études sur l’histoire de l’Internationale Socialiste, qui se multiplient dans les années 1960, tout en leur fournissant une base scientifique rigoureuse via la publication des sources majeures. Son projet se veut une réponse à l’appel formulé en ce sens en 1965 par la Commission internationale d’histoire des faits et des mouvements sociaux. Haupt veut combler des lacunes scientifiques et des retards qui affectaient le travail des historiens de l’Internationale Socialiste : il prend notamment l’exemple des historiens de la Première Internationale (AIT) qui avaient déjà procédé à la publication de sources primaires[1]. Pour ce qui est des sources de l’Internationale Socialiste, Haupt reconnait que le problème principal n’est pas la carence de documentation mais son volume, qui impose une hiérarchisation de la part de l’historien. Un deuxième problème est celui de l’éparpillement des sources : les quelques travaux d’éditions sont restés souvent partiels, alors que la plupart des documents inédits se trouvent dans des archives divers (partis affiliés, dirigeants, militants, presse), parfois en exemplaire unique et/ou en état de détérioration.

Ensuite, pourquoi cet intérêt particulier pour les documents du BSI ? Haupt estime que les archives du BSI constituent une catégorie de sources toute particulière, sorte d’exception dans cette carence d’archives internes aux organisations ouvrières et socialistes. Si les archives des militants sont nombreuses, celles des organisations en tant que telles sont plus rares et sont souvent confondues avec les premières. Si la documentation du BSI fait exception, c’est grâce à l’œuvre de Camille Huysmans (1871-1968), nommé secrétaire du BSI en 1905. Huysmans, en effet, a non seulement mis en exécution la résolution du Congrès de Paris préconisant la création d’archives internationales du mouvement ouvrier et socialiste ; il a également sauvé une grande partie de documents mis en péril par les deux guerres mondiales. La documentation qui reste est donc, selon Haupt, largement suffisante pour « connaître de manière précise le fonctionnement de la Deuxième Internationale, le rôle du BSI, ses compétences, la portée de ses initiatives, les limites de son influence, la nature, l’esprit et l’orientation de ses préoccupations et de son activité »[2]. À travers l’étude des documents du BSI il est donc possible de retracer à la fois une histoire « externe » de l’Internationale, en tant qu’organisation politique visant à renforcer la coopération et la solidarité entre les socialistes à l’échelle mondiale, et une histoire « interne » de l’Internationale, par l’évolution des institutions dont elle se dote, leurs pratiques de travail, de prises de décisions, de communications, et leurs méthodes d’intervention.

Enfin, pourquoi un premier volume de 1900 à 1907 ? La réponse exige quelques précisions supplémentaires quant à l’histoire du Bureau Socialiste International. Crée suite aux résolutions adoptées au 5ème Congrès socialiste international (Paris, 23-27 septembre 1900), visant à fournir une instance exécutive à l’Internationale pour pérenniser ses travaux d’un congrès à l’autre. Le BSI a une existence problématique lors de ses quatre premières années pour plusieurs raisons : les tâches définies dans les résolutions explicitant son mandat sont à la fois limitées dans la portée et imprécises quant aux moyens concrets avec lesquels les mettre en œuvre ; les limites entre la souveraineté du BSI et celles des congrès de l’Internationale restent indéfinies ; nombre de partis socialistes tardent à rentrer dans la dynamique nouvelle inaugurée par le BSI, n’envoyant donc ni de contributions sur les questions politiques les plus urgentes ni de délégués au Bureau ; les pratiques de travail de ce dernier demeurent dans une phase d’expérimentation et certaines lacunes perturbent régulièrement son travail. C’est seulement avec la nomination de Camille Huysmans au poste de Secrétaire du BSI (« Secrétariat Socialiste International »), en 1905, que commence un véritable renforcement de ce dernier, prenant la place d’envergure qui était la sienne au sein du mouvement socialiste international. Le processus d’affirmation du BSI atteint son apogée en 1907 lorsque son Règlement et les Statuts de la Commission Interparlementaire Socialiste sont approuvés au 7ème Congrès socialiste international (Stuttgart, 18-24 août 1907). Le BSI franchit alors un cap, passant d’un simple exécutif à un véritable organisme de direction et impulsion de l’Internationale ; son contrôle sur d’autres institutions, telles la Commission Interparlementaire et la Commission des Journalistes Socialistes, en sort également renforcé. C’est ce qui explique le choix de Haupt de conclure le premier volume de collecte de documents du BSI à la veille du Congrès de Stuttgart. Pour ce qui est de sa structure interne, malgré des évolutions dans la dénomination de certaines instances ainsi que des changements quantitatifs et qualitatifs dans sa composition, le BSI fonctionne de manière hiérarchique avec des réunions plénières, un Comité exécutif et un Secrétariat (seul poste rémunéré). Les langues de travail sont trois : le français, l’anglais et l’allemand. De 1905 à 1914, le siège du BSI est à la Maison du Peuple de Bruxelles, salle 6.

Quant au contenu de l’ouvrage, Haupt nous explique les critères de sélection adoptés. Tous les documents contenant des redites ou traitant des questions purement techniques ont été écartés. Pour les comptes rendus des réunions plénières, plusieurs variantes existaient et Haupt a privilégié la reproduction des versions établies officiellement par le Secrétariat du BSI, écartant celles établies par la presse ou par les divers délégués. Les textes reproduits sont pour la plupart les originaux français des documents, ou la traduction effectuée à l’époque par le BSI lui-même.

Andrea BENEDETTI
Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] FREYMOND (Jacques), LANGFELDT (Knut), BURGELIN (Henri), MOLNÁR (Miklós), La Première Internationale, Genève, Droz, 1962, 2 vol.

[2] HAUPT (Georges), Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969, p.16.

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

L’Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

Première partie

Seconde partie

Après avoir présenté brièvement Sébastien Faure et quelqu’un.e.s des contribut.rices.eurs en tentant de renvoyer autant que faire se peut à la littérature grise existante, l’Encyclopédie anarchiste de Faure sera ici confrontée à une œuvre, beaucoup plus connue, issue d’un autre courant des socialismes français parue quelques années auparavant. Cette œuvre sous la direction du guesdiste Adéodat Compère-Morel est établie au cours de l’année 1912 et offre un terreau d’analyse intéressant à l’étude du mouvement socialiste. Néanmoins, un tel examen comparé ne saurait être exhaustif compte-tenu du format imparti par le carnet de recherche. Cependant et dans la continuité des premières parties, sera proposée une vue générale permettant de synthétiser et regrouper les ressources disponibles sur le sujet tout en offrant quelques perspectives de recherches[1].

Adéodat Compère-Morel : de Guesde à Jaurès

L’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière est publiée entre 1912 et 1921 sous la direction technique de Compète-Morel[2] avec la collaboration de Charles Rappoport, Paul-Louis, Hubert Rouger[3], Jean Longuet[4], Sixte-Quenin, Jean-Baptiste Séverac, Pierre Brizon et Ernest Poisson[5]. La trajectoire d’Adéodat Compère-Morel demeure assez classique : il adhère très vite au Parti ouvrier de Guesde jusqu’à la scission qui conduit à la création du Parti communiste. Bien que longtemps guesdiste, Compère-Morel demeure fidèle à la S.F.I.O. Publiciste, Compère-Morel est également un député inamovible puisqu’il est (ré)élu à son poste sept fois sans discontinuer du 25 avril 1909 au 31 mai 1936[6]. Après avoir rejoint la S.F.I.O., il rejoint l’éphémère Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (1933-1935) fondé entre autres par le normand Pierre Renaudel ancien proche de Jaurès qui fut exclu de la S.F.I.O[7]. La constance de Sébastien Faure tranche ici avec le parcours de Compère-Morel et illustre le hiatus entre réforme et révolution entre ces deux grands courants du socialisme français : entre la participation à l’Etat bourgeois et le rejet de la participation à la chose publique.

Extrait de l’entée « anarchiste » issue du Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924. p39.

 

Socialisme & anarchisme, deux voies politiques, un moyen : la propagande par l’édition

La première distinction tient dès le titre de l’Encyclopédie socialiste qui s’affiche le plus inclusif possible. Là où l’Encyclopédie de Faure n’est suivie que de l’épithète du courant politique, celle de Compère-Morel agrège l’ensemble des voies et méthodes politiques possibles qui traversent le socialisme d’alors et plus particulièrement celle d’une partie issue du courant guesdiste. Madeleine Rebérioux qualifie d’ailleurs cette entreprise comme n’étant pas « exclusivement guesdiste, mais, chez les guesdistes, d’une tentative hégémonique conçue et exercée dans le cadre d’une plus vaste offensive »[8] que Vincent Chambarlhac nuance par le concours de Jean Longuet[9], qui, au moment de sa participation a déjà embrassé le socialisme jaurésien[10]. Cette Encyclopédie socialiste est d’ailleurs postérieure au Dictionnaire du socialisme de Charles-Gabriel Vérecque[11] et s’inscrit dans cette nécessité de « propagande » des idées socialistes[12]. Là où Faure doit faire face à une « balkanisation » du mouvement anarchiste, la S.F.I.O. est forte d’une structuration bien établie sur l’ensemble du territoire et supportée par de nombreux militants.

Conclusion

S’agissant d’un projet collaboratif dans lequel Sébastien Faure tente de travailler avec l’ensemble des courants libertaires. L’Encyclopédie n’apparaît pas véritablement homogène et certaines notices semblent davantage relever d’une vision discursive que d’un véritable travail scientifique. Néanmoins, Là n’était pas le but premier de Faure qui souhaitait faire œuvre-utile dans la droite ligne de son engagement de vulgarisateur en proposant une encyclopédie dont l’utilisation soit simple et malgré certaines entrées au ton volontairement polémiques, l’ensemble témoigne d’un travail passionnant et passionné par les acteurs eux-mêmes de la transformation sociale et il s’agit là d’un apport conséquent à l’historiographie du mouvement libertaire. Mais la véritable force de cette Encyclopédie est à porter au crédit de son initiateur qui se révèle ici en véritable homme-orchestre et homme de réseau du mouvement libertaire français. Cela pourrait d’ailleurs donner lieu à des travaux intéressants, à la seule lecture de cette Encyclopédie et de ses contribut.eurs.trices à l’aide de la boîte à outils des sciences sociales, l’on pourrait aisément modéliser la porosité entre certains contributeurs de l’Encyclopédie de Faure et celle de Compère-Morel et mériterait par ailleurs une attention supplémentaire à travers une étude comparée entre ces deux encyclopédies et le Dictionnaire de Compère-Morel.

Ces quelques critiques, somme toute assez formelles ne peuvent prétendre à jeter l’opprobre sur une œuvre devenue incontournable à l’étude des mouvements anarchistes et libertaires[13]. Cette Encyclopédie anarchiste, dont les liens avec celle étudiée au travers ce bref exposé a finalement jeté les bases de l’œuvre de Jean Maitron devenue indispensable à l’histoire du mouvement social[14].

Frank-Olivier CHAUVIN
Doctorant Université Rouen-Normandie

Billet complet au format.pdf

___________________________________________________________________________

[1] L’article de Bruno Groppo, chercheur au centre d’histoire sociale du XXe siècle a d’ailleurs déjà consacré un article dont ne pouvons pas faire l’économie. GROPPO Bruno, « Les dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier : analyse comparée d’un genre scientifique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 4/2011 (N° 104-105), p. 6-15.

[2] Nous aurions d’ailleurs pu porter notre comparaison avec le Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international du même Compère-Morel mais l’accueil de l’Encyclopédie socialiste ayant rencontré un plus grand écho, choix a été fait de ne sélectionner qu’une seule œuvre.  COMPERE-MOREL, Adéodat, Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924, 1057p.

[3] ROUGER Hubert, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; La France socialiste. Tome 1, Paris, A. Quillet, 1912. Disponible en ligne, URL :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63272485 (consulté le 5 avril 2017).

[4] LONGUET Jean, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; Le mouvement socialiste international, Paris, A. Guillet, 1913. disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327286v (consulté le 5 avril 2017).

[5] BRIZON Pierre et POISSON Ernest, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, Paris, A. Quillet, 1913. Disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327288p (consulté le 7 avril 2017).

[6] La fiche de député de Compère-Morel est disponible sur le site de l’Assemblée nationale, URL : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/%28num_dept%29/1934#bio (consulté le 9 avril 2017).

[7] Cette exclusion de sept députés intervient le 5 novembre 1933 lors d’un Conseil national de la S.F.I.O. le 8 courant, Un groupe parlementaire est formé réunissant les nouveaux exclus et démissionnaires. Une structure politique va être créée afin d’accompagner cette nouvelle expression politique lors du Congrès fondateur le 3 décembre 1933.

[8] REBERIOUX Madeleine, « Guesdisme et culture politique : recherches sur l’Encyclopédie socialiste de Compère-Morel », Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Paris, Les Éditions ouvrières, 1976, pp. 211-227. Cette contribution

[9] CHAMBARLHAC Vincent, « L’orthodoxie marxiste de la SFIO : à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 07 avril 2017.  Disponible en ligne, URL : http://chrhc.revues.org/2215

[10] CANDAR Gilles, Jean Longuet : Un internationaliste à l’épreuve de l’histoire. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, consulté le 08 avril 2017). Disponible en ligne, URL : (http://books.openedition.org/pur/6318 ).

[11] VERECQUE Charles, Dictionnaire du socialisme, Paris, 1911.

[12] Jean-Lorris « L’Encyclopédie socialiste comme réponse à la nécessité de la propagande », préface au tome 1 de l’Encyclopédie socialiste, Paris, Quillet, 1912. L’on reverra à cette notion de propagande au travers l’article de Fabrice d’Almeida, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique [En ligne], 69 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2008, consulté le 08 avril 2017. Disponible en ligne, URL : http://mots.revues.org/10673

[13] L’on indiquera au lecteur que cette encyclopédie a bénéficié d’une réimpression papier mais est également disponible en ligne.

[14] Tout comme le fut auparavant l’Encyclopédie socialiste dans laquelle Madeleine Rebérioux voit « une œuvre qui, à certains égards, pourrait apparaitre comme « le premier Maitron. ». voir note 8.