Archives de catégorie : Le fonds Pierre Renaudel / Pierre Renaudel collection

Vous trouverez ici tous les articles directement liés au fonds Pierre Renaudel

L’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

L’Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure (3/3)

Première partie

Seconde partie

Après avoir présenté brièvement Sébastien Faure et quelqu’un.e.s des contribut.rices.eurs en tentant de renvoyer autant que faire se peut à la littérature grise existante, l’Encyclopédie anarchiste de Faure sera ici confrontée à une œuvre, beaucoup plus connue, issue d’un autre courant des socialismes français parue quelques années auparavant. Cette œuvre sous la direction du guesdiste Adéodat Compère-Morel est établie au cours de l’année 1912 et offre un terreau d’analyse intéressant à l’étude du mouvement socialiste. Néanmoins, un tel examen comparé ne saurait être exhaustif compte-tenu du format imparti par le carnet de recherche. Cependant et dans la continuité des premières parties, sera proposée une vue générale permettant de synthétiser et regrouper les ressources disponibles sur le sujet tout en offrant quelques perspectives de recherches[1].

Adéodat Compère-Morel : de Guesde à Jaurès

L’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière est publiée entre 1912 et 1921 sous la direction technique de Compète-Morel[2] avec la collaboration de Charles Rappoport, Paul-Louis, Hubert Rouger[3], Jean Longuet[4], Sixte-Quenin, Jean-Baptiste Séverac, Pierre Brizon et Ernest Poisson[5]. La trajectoire d’Adéodat Compère-Morel demeure assez classique : il adhère très vite au Parti ouvrier de Guesde jusqu’à la scission qui conduit à la création du Parti communiste. Bien que longtemps guesdiste, Compère-Morel demeure fidèle à la S.F.I.O. Publiciste, Compère-Morel est également un député inamovible puisqu’il est (ré)élu à son poste sept fois sans discontinuer du 25 avril 1909 au 31 mai 1936[6]. Après avoir rejoint la S.F.I.O., il rejoint l’éphémère Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (1933-1935) fondé entre autres par le normand Pierre Renaudel ancien proche de Jaurès qui fut exclu de la S.F.I.O[7]. La constance de Sébastien Faure tranche ici avec le parcours de Compère-Morel et illustre le hiatus entre réforme et révolution entre ces deux grands courants du socialisme français : entre la participation à l’Etat bourgeois et le rejet de la participation à la chose publique.

Extrait de l’entée « anarchiste » issue du Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924. p39.

 

Socialisme & anarchisme, deux voies politiques, un moyen : la propagande par l’édition

La première distinction tient dès le titre de l’Encyclopédie socialiste qui s’affiche le plus inclusif possible. Là où l’Encyclopédie de Faure n’est suivie que de l’épithète du courant politique, celle de Compère-Morel agrège l’ensemble des voies et méthodes politiques possibles qui traversent le socialisme d’alors et plus particulièrement celle d’une partie issue du courant guesdiste. Madeleine Rebérioux qualifie d’ailleurs cette entreprise comme n’étant pas « exclusivement guesdiste, mais, chez les guesdistes, d’une tentative hégémonique conçue et exercée dans le cadre d’une plus vaste offensive »[8] que Vincent Chambarlhac nuance par le concours de Jean Longuet[9], qui, au moment de sa participation a déjà embrassé le socialisme jaurésien[10]. Cette Encyclopédie socialiste est d’ailleurs postérieure au Dictionnaire du socialisme de Charles-Gabriel Vérecque[11] et s’inscrit dans cette nécessité de « propagande » des idées socialistes[12]. Là où Faure doit faire face à une « balkanisation » du mouvement anarchiste, la S.F.I.O. est forte d’une structuration bien établie sur l’ensemble du territoire et supportée par de nombreux militants.

Conclusion

S’agissant d’un projet collaboratif dans lequel Sébastien Faure tente de travailler avec l’ensemble des courants libertaires. L’Encyclopédie n’apparaît pas véritablement homogène et certaines notices semblent davantage relever d’une vision discursive que d’un véritable travail scientifique. Néanmoins, Là n’était pas le but premier de Faure qui souhaitait faire œuvre-utile dans la droite ligne de son engagement de vulgarisateur en proposant une encyclopédie dont l’utilisation soit simple et malgré certaines entrées au ton volontairement polémiques, l’ensemble témoigne d’un travail passionnant et passionné par les acteurs eux-mêmes de la transformation sociale et il s’agit là d’un apport conséquent à l’historiographie du mouvement libertaire. Mais la véritable force de cette Encyclopédie est à porter au crédit de son initiateur qui se révèle ici en véritable homme-orchestre et homme de réseau du mouvement libertaire français. Cela pourrait d’ailleurs donner lieu à des travaux intéressants, à la seule lecture de cette Encyclopédie et de ses contribut.eurs.trices à l’aide de la boîte à outils des sciences sociales, l’on pourrait aisément modéliser la porosité entre certains contributeurs de l’Encyclopédie de Faure et celle de Compère-Morel et mériterait par ailleurs une attention supplémentaire à travers une étude comparée entre ces deux encyclopédies et le Dictionnaire de Compère-Morel.

Ces quelques critiques, somme toute assez formelles ne peuvent prétendre à jeter l’opprobre sur une œuvre devenue incontournable à l’étude des mouvements anarchistes et libertaires[13]. Cette Encyclopédie anarchiste, dont les liens avec celle étudiée au travers ce bref exposé a finalement jeté les bases de l’œuvre de Jean Maitron devenue indispensable à l’histoire du mouvement social[14].

Frank-Olivier CHAUVIN
Doctorant Université Rouen-Normandie

Billet complet au format.pdf

___________________________________________________________________________

[1] L’article de Bruno Groppo, chercheur au centre d’histoire sociale du XXe siècle a d’ailleurs déjà consacré un article dont ne pouvons pas faire l’économie. GROPPO Bruno, « Les dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier : analyse comparée d’un genre scientifique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 4/2011 (N° 104-105), p. 6-15.

[2] Nous aurions d’ailleurs pu porter notre comparaison avec le Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international du même Compère-Morel mais l’accueil de l’Encyclopédie socialiste ayant rencontré un plus grand écho, choix a été fait de ne sélectionner qu’une seule œuvre.  COMPERE-MOREL, Adéodat, Grand dictionnaire socialiste du mouvement politique et économique national et international, Paris, Publications sociales, 1924, 1057p.

[3] ROUGER Hubert, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; La France socialiste. Tome 1, Paris, A. Quillet, 1912. Disponible en ligne, URL :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63272485 (consulté le 5 avril 2017).

[4] LONGUET Jean, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière ; Le mouvement socialiste international, Paris, A. Guillet, 1913. disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327286v (consulté le 5 avril 2017).

[5] BRIZON Pierre et POISSON Ernest, Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, Paris, A. Quillet, 1913. Disponible en ligne, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327288p (consulté le 7 avril 2017).

[6] La fiche de député de Compère-Morel est disponible sur le site de l’Assemblée nationale, URL : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/%28num_dept%29/1934#bio (consulté le 9 avril 2017).

[7] Cette exclusion de sept députés intervient le 5 novembre 1933 lors d’un Conseil national de la S.F.I.O. le 8 courant, Un groupe parlementaire est formé réunissant les nouveaux exclus et démissionnaires. Une structure politique va être créée afin d’accompagner cette nouvelle expression politique lors du Congrès fondateur le 3 décembre 1933.

[8] REBERIOUX Madeleine, « Guesdisme et culture politique : recherches sur l’Encyclopédie socialiste de Compère-Morel », Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Paris, Les Éditions ouvrières, 1976, pp. 211-227. Cette contribution

[9] CHAMBARLHAC Vincent, « L’orthodoxie marxiste de la SFIO : à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 07 avril 2017.  Disponible en ligne, URL : http://chrhc.revues.org/2215

[10] CANDAR Gilles, Jean Longuet : Un internationaliste à l’épreuve de l’histoire. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, consulté le 08 avril 2017). Disponible en ligne, URL : (http://books.openedition.org/pur/6318 ).

[11] VERECQUE Charles, Dictionnaire du socialisme, Paris, 1911.

[12] Jean-Lorris « L’Encyclopédie socialiste comme réponse à la nécessité de la propagande », préface au tome 1 de l’Encyclopédie socialiste, Paris, Quillet, 1912. L’on reverra à cette notion de propagande au travers l’article de Fabrice d’Almeida, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique [En ligne], 69 | 2002, mis en ligne le 14 mai 2008, consulté le 08 avril 2017. Disponible en ligne, URL : http://mots.revues.org/10673

[13] L’on indiquera au lecteur que cette encyclopédie a bénéficié d’une réimpression papier mais est également disponible en ligne.

[14] Tout comme le fut auparavant l’Encyclopédie socialiste dans laquelle Madeleine Rebérioux voit « une œuvre qui, à certains égards, pourrait apparaitre comme « le premier Maitron. ». voir note 8.

Élément bibliographique – Les socialistes en Seine-Inférieure de 1900 à 1914

Jean-Marie CAHAGNE, Les socialistes en Seine-Inférieure de 1900 à 1914, mémoire de maitrise sous la direction de Jean Vidalenc et Marcel Boivin, Université de Rouen, 1975, 251 p.

 

Nous publions ici une présentation détaillée du mémoire de maitrise de Jean-Marie Cahagne, Les socialistes en Seine-Inférieure de 1900 à 1914, écrit sous la direction de Jean Vidalenc et avec les conseils de Marcel Boivin en 1975. Ce billet, rédigé par Florent Godguin, professeur d’histoire-géographie et collaborateur d’EUROSOC, rend compte du contenu des recherches de l’auteur puis donne à voir la bibliographie et les sources utilisées pour la réalisation de ce mémoire. Ce travail, qui mérite réexamen à partir de l’exploitation d’archives nouvelles, porte sur l’histoire de la fédération socialiste de Seine-Inférieure et de l’Eure entre 1900 et 1914. Ce billet s’inscrit dans la dynamique du projet EUROSOC à un double niveau : l’attention à l’histoire du socialisme avant 1914 à l’échelle régionale d’une part et la valorisation du fonds d’archives Pierre Renaudel d’autre part, sur lequel nous reviendrons bientôt sur ce carnet.

 

Table des matières

 

            La première partie du mémoire est consacrée aux débuts de la fédération socialiste de Seine-Inférieure (1900-1904), période durant laquelle elle est confrontée à plusieurs défis : sa structuration, la réalisation de son unité et le développement de son influence notamment électorale. Constituée de différents groupes et tendances, la fédération socialiste de Seine-Inférieure se structure véritablement lors du congrès du 15 août 1900 qui se déroule à la salle Franklin au Havre.

Liste des groupes et des syndicats ayant participé au congrès fédéral du Havre le 15 août 1900 – Document I, p.132.

Elle se dote d’un organe directeur, le conseil fédéral, et d’un journal qui assure la propagande de l’activité militante et diffuse les positions des socialistes sur l’actualité politique, Le Progrès, fondé par Hippolyte Hanriot en 1894 et qui parait sans interruption jusqu’en 1914. L’organisation de congrès fédéraux et le rôle des groupes, véritable cellule de base du parti, sont deux marqueurs de cette structuration. Les socialistes de « Seine-Inférieure et de l’Eure » (dénomination officielle à partir de 1903) s’engagent très tôt dans la dynamique unitaire à l’échelle départementale. Dans un contexte d’échec provisoire de l’unité socialiste au niveau national [1], l’élan unitaire se développe localement, par exemple lorsque les socialistes havrais décident de s’organiser en un seul groupe le 14 août 1902. Lors du congrès de Tours, la fédération départementale décide de se rattacher au Parti socialiste français : elle se positionne à la gauche de ce parti et y joue un rôle fondamental notamment par la voix de Pierre Renaudel, sollicité dès la fin de l’année 1900 pour représenter la Seine-Inférieure au Comité Général des organisations socialistes. Au cours de ces années qui précèdent l’unité, la fédération socialiste départementale prend part aux multiples débats qui rythment la vie politique nationale: la participation à un gouvernement bourgeois suite à l’affaire Millerand, le rapport aux radicaux, l’anticléricalisme et le problème de la séparation des Eglises et de l’Etat. Par ailleurs, les relations entre parti et syndicat sont questionnées lors des conflits sociaux dans le département : le soutien aux ouvriers en grève, notamment par la voie de la solidarité financière, est une constante dans l’attitude des socialistes de Seine-Inférieure. Ils affirment également leurs positions antimilitaristes lorsque Hanriot alerte sur les risques de guerre entre la Russie et le Japon dès 1901. L’influence des socialistes dans le département est mesurée par l’auteur à l’aune de trois indicateurs : les élections, les groupes et les moyens de propagande. Les socialistes de Seine-Inférieure sont faiblement représentés en ce qui concerne leur poids électoral lors de chaque scrutin entre 1901 et 1904. La méfiance à l’égard du suffrage universel et de la pratique du vote pour transformer la société capitaliste en société collectiviste est une position répandue. Les tentatives sont dans un premier temps un échec [2]. Les élections deviennent un moyen pour les socialistes de faire connaître leurs idées. Pour y parvenir, ils utilisent la presse avec deux journaux, Le Progrès dans la région havraise et Le Peuple dans la région rouennaise, les conférences – comme celle donnée par Aristide Briand à Sotteville sur la grève générale le 18 janvier 1902 -, les fêtes et les concerts mais aussi les coopératives de consommation.

            La deuxième partie du mémoire explore « le temps de l’unité » (1905-1908) qui revient au premier plan des préoccupations des socialistes de Seine-Inférieure, à l’échelle départementale et nationale. Du congrès international d’Amsterdam en août 1904 au congrès fédéral d’unification du 18 juin 1905 à Elbeuf, les militants de Seine-Inférieure participent activement à la réalisation de cette unité, notamment par la voix de Pierre Renaudel. L’auteur cherche à expliquer dans quelle mesure l’unification réussit et permet de renforcer ou d’amoindrir les positions socialistes dans le département. Le nombre des groupes, les effectifs des adhérents et les résultats électoraux sont à nouveau mobilisés pour tenter de répondre à cette question. En juin 1905, les groupes socialistes sont au nombre de 14, nombre qui semble être en recul par rapport à 1904. Les fusions de groupes sont un élément d’explication avancé par l’auteur : par exemple, deux groupes rouennais fusionnent : le groupe socialiste rouennais et le « réveil social de six cantons » de Rouen (Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire). Au total, à la fin de l’année 1908, la fédération compte un nombre relativement faible de sections : 14 dont 11 en Seine-Inférieure. Malgré le départ d’adhérents et après le recul aux élections législatives de 1906, l’année 1907 ouvre de meilleures perspectives sur le plan électoral notamment avec l’élection au conseil d’arrondissement du candidat Eugène Tilloy dans le canton de Sotteville. Aux élections municipales des 3 et 10 mai 1908 lorsqu’ils présentent des candidats, les socialistes établissent un programme municipal comme à Petit-Quevilly, au Havre et à Oissel. Durant cette période, les relations entre les socialistes et les radicaux connaissent une profonde évolution : d’abord alliés sur la question cléricale avec l’adoption de la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat, les rapports entre les deux partis se détériorent et sont marqués par la méfiance et l’indignation, suscitées notamment par la répression gouvernementale lorsque le journal Le Semeur est poursuivi pour avoir affiché son soutien aux antimilitaristes lors des procès qui leur sont faits. Par ailleurs, les socialistes dénoncent la vie chère en 1906 et 1907, soutiennent les grèves qui éclatent dans le département comme celle des dockers de Rouen et celle de l’usine Weastphalen-Lemaitre à Lillebonne en août 1908. Ils militent aussi pour l’application du repos hebdomadaire en protestant contre la déclaration du garde des Sceaux qui, en juin 1907, dit qu’aucun commerçant contrevenant ne sera poursuivi [3]. Enfin, le rapport entre parti et syndicat est analysé au regard des positions adoptées lors des congrès fédéraux (Evreux en octobre 1906, Fécamp en août 1907) et nationaux (de 1906 à 1908 à Limoges, Nancy et Toulouse). Pierre Renaudel est le représentant de la fédération départementale qui se situe toujours dans la tendance majoritaire du Parti socialiste unifié conduite par Jean Jaurès : il est partisan de l’autonomie du syndicat par rapport au parti et distingue l’action économique de l’action politique.

            La troisième partie du mémoire explore l’évolution de la fédération départementale socialiste à l’aune de la « montée des périls » entre 1909 et 1914. Cette période est notamment marquée par l’affirmation de positions qui ancrent la fédération dans le socialisme réformiste et parlementaire ainsi que par le renforcement de son implantation à travers l’amélioration des résultats électoraux mais également par la vitalité de l’activité militante qui domine surtout dans les régions havraise et rouennaise. Les socialistes manifestent leur défiance et leur hostilité à l’égard des gouvernements qui se succèdent comme ceux de Georges Clémenceau et d’Aristide Briand. En témoigne l’analyse faite par Ernest Poisson au sujet du discours programme de Briand à Périgueux : « Des mots enfilés les uns au bout des autres comme des perles, des lieux communs renoués depuis l’origine du monde, des couplets fatals comme la Marseillaise à la fin des banquets et voilà tout ce que l’on trouve… » [4] Cette attitude n’est pas contradictoire avec la promotion de l’action parlementaire. En effet, cette question est l’objet de débats entre les socialistes de Seine-Inférieure. Par exemple, les socialistes havrais considèrent le parlementarisme comme imparfait mais nécessaire car l’action des syndicats et des coopératives, dont ils sont partisans, n’est pas suffisante[5]. Au sujet de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes adoptée le 31 mars 1910 [6], sur laquelle socialistes et syndicalistes ont des vues divergentes [7], Pierre Renaudel reproche à certains de ne vouloir aboutir à rien, de vouloir « déshonorer toute action parlementaire ». Sur le plan électoral, les socialistes connaissent une progression en nombre de voix qui en font une force politique émergente à l’échelle départementale. Pour les élections législatives des 26 avril et 10 mai 1914, les socialistes présentent des candidats dans chacune des circonscriptions du département : Waroquier (Rouen, 1ère), Tilloy (Rouen, 2ème), Poisson (Rouen, 3ème), Bazire (Rouen, 4ème), Le Chapelain (Le Havre, 1ère), Lartigue (Le Havre, 2ème), Richard (Le Havre, 3ème), Leymarie (Dieppe, 1ère), Gicquel (Dieppe, 2ème), Delaville (Neufchâtel) et Caumont (Yvetot). Selon l’auteur, la progression de l’audience électorale des socialistes est liée au renforcement de l’activité militante : à la veille de la Grande Guerre, la Seine-Inférieure compte 29 sections.

Liste des sections socialistes dans le département en 1914 – Annexe XXX, p.234.

 

Même si la Seine-Inférieure demeure un département de faible implantation militante, le nombre de cotisants progresse de manière continue : il passe de 350 en 1909 à 800 en 1913. Les ouvriers sont les plus nombreux à fournir les rangs socialistes, comme ceux de la métallurgie au Havre et à Sotteville (ajusteurs, tourneurs, fraiseurs…) et ceux du textile à Bolbec, Darnétal et dans la vallée du Cailly. Malgré des efforts de pénétration, l’audience socialiste dans les campagnes demeure limitée voire inexistante. Les employés – chemins de fer à Sotteville et postes au Havre – ainsi que les instituteurs occupent eux aussi une place importante au sein de la fédération. L’auteur termine son étude par la « crainte de la guerre » qui est croissante chez les socialistes du département et conclut avec un constat presque implacable : « les socialistes de Seine-Inférieure comme beaucoup d’autres socialistes français ont cru à la puissance dissuasive de la classe ouvrière organisée pour empêcher la guerre. Comme les autres, sur ce point, ils se sont trompés ».

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

La bibliographie, les sources et les archives utilisées par l’auteur pour la réalisation de ce mémoire sont mises à disposition :

[1] Après le congrès de Lyon de mai 1901, deux partis socialistes sont crées : le Parti socialiste  de France, dominé par Jules Guesde, et le Parti socialiste français, dominé par Jean Jaurès.

[2] La Dépêche, n° du 2 mai 1904.

[3] Le Progrès, n°26 du 1er juillet 1907.

[4] Le Semeur, n°119 du 16 octobre 1909.

[5] Le Progrès, n°5 du 5 février 1909.

[6] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61057346/f11.image.r=.langFR

[7] Bruno DUMONS, Gilles POLLET. Les socialistes français et la question des retraites (1880-1914). In Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°38, avril-juin 1993. pp. 34-46.

Solidarité en crise ? Les socialistes français, allemands et italiens face aux crises diplomatiques à l’époque de la IIe Internationale (1889-1915)

Le présent billet est issu de la communication d’Elisa Marcobelli lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici

Solidarité en crise ? Les socialistes français, allemands et italiens face aux crises diplomatiques à l’époque de la II Internationale (1889-1915)

 

 

marcobelli

 

L’opposition à la guerre de la IIe Internationale se résume souvent à un mot : « l’échec » ; celui de 1914. Or, ce jugement est réducteur et tend à lire toute l’existence de cette organisation en fonction de l’événement qui a marqué sa fin. Notre thèse propose d’étudier l’évolution de l’Internationale sans projeter sur celle-ci le déclenchement funeste de la Première Guerre mondiale : elle analyse le combat contre la guerre des socialistes français, allemands et italiens, au sein de l’Internationale et  dans chaque espace national. L’attention est particulièrement centrée sur le positionnement des socialistes pendant les crises diplomatiques internationales qui se succédèrent au début du XXe siècle. Il en ressort un constat ambivalent. D’un côté, les efforts de l’Internationale contre la guerre ne peuvent plus être considérés comme un échec. L’institution a bien réussi à créer un sentiment communautaire se fondant sur la volonté de s’opposer à la guerre. Alors que les crises se succédaient, elle apprit à répondre à ces situations de troubles internationaux. D’un autre côté, cependant, la performativité de cette opposition à la guerre changeait en fonction de l’implication directe de la France, de l’Allemagne ou de l’Italie dans les crises diplomatiques en cours. Lorsqu’un pays courrait un danger, ses socialistes exprimaient des sentiments de défiance à l’égard des camarades étrangers, ce qui empêchait ponctuellement l’Internationale de prendre des initiatives efficaces contre les dangers de la situation internationale.

Elisa Marcobelli