Archives de catégorie : LE FONDS GEORGES HAUPT / GEORGES HAUPT COLLECTION

Vous trouverez ici tous les articles directement liés au fonds Georges Haupt.

Comment réexaminer le révisionnisme et le réformisme de la Deuxième Internationale ?

Comment réexaminer le révisionnisme et le réformisme de la Deuxième Internationale ?

 

English version.pdf
How to Review the Revisionism and the Reformism of the Second International?

Chinese version.pdf
如何看待第二国际的修正主义和改良主义问题? 

Nos collègues universitaires français viennent de parler de la révolution d’Octobre menée par Lénine, qui est une forme de révolution socialiste, mais existe-t-il une autre alternative de penser la transformation révolutionnaire ? Je veux maintenant poursuivre cette discussion en abordant certaines questions relatives à la Deuxième Internationale, lesquelles impliquent une révolution socialiste alternative et posent la question de la façon dont on peut réexaminer le « révisionnisme » et le réformisme.

Il fut autrefois longtemps interdit aux universitaires chinois d’étudier la Deuxième Internationale ; elle ne pouvait être traitée comme une véritable partie de l’histoire intellectuelle du marxisme. Sous l’influence de L’Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS, la Deuxième Internationale était considérée comme un « parti social-démocrate du type européen occidental, qui était né en des temps de paix, et dirigé par des opportunistes qui rêvaient de réforme sociale mais craignaient la révolution sociale », alors que le parti bolchévique était « un nouveau type de parti, un parti marxiste-léniniste, qui défendait la révolution sociale et pouvait entrainer le prolétariat à combattre la bourgeoisie et emmener la révolution prolétarienne à la victoire[1] ». Par conséquent, le contexte de l’histoire intellectuelle fut « kidnappé » par celui de l’idéologie.

À partir du début du vingtième siècle, en ce qui concerne le marxisme, l’attitude de la Chine connut de grands bouleversements. Du début du vingtième à la fin des années 1940, au cours du processus d’introduction du marxisme en Chine, Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht, Clara Zetkin, August Bebel, Paul Lafargue, Plekhanov et leurs travaux furent présentés dans notre pays et eurent une influence bénéfique. En ce sens, on peut dire que les chinois avaient alors une image positive du marxisme de la Deuxième Internationale.

Dans les années 1950, fortement influencée par le milieu universitaire soviétique, l’attitude de la Chine envers le marxisme de la Deuxième Internationale devint entièrement négative, l’étudier fut également interdit. Malgré cela, certains documents et travaux en lien avec la Deuxième Internationale furent, de manière épisodique, sélectionnés et traduits. Cependant, la plupart furent publiés comme documents en accès restreint, seuls quelques-uns furent diffusés publiquement mais toujours étiquetés comme documents à « usage critique », ou annotés d’observations critiques.

Dans les années 1980, poussé par le mouvement de libération idéologique, le monde universitaire commença à relire le marxisme de la Deuxième Internationale d’un point de vue académique et publia certains travaux de recherche qui partaient de problèmes spécifiques ou tournant autour d’importantes personnalités telles que Eduard Bernstein ou Karl Kautsky. Mais que ce soit en quantité ou en termes d’influence, ces travaux sont évidemment moindres comparativement à l’étude de la pensée de Marx et du marxisme occidental.

Pourquoi ? Cela n’a rien à voir avec le fait que le marxisme de la Deuxième Internationale ne mérite pas d’être étudié mais parce que son idéologie directrice a à voir avec le révisionnisme et le réformisme, pensés longtemps en opposition au marxisme. Nous devons dire qu’au début de la lutte menée par Lénine contre l’opportunisme de la Deuxième Internationale, le cadre idéologique s’était déjà constitué. Mais c’est seulement après que la Troisième Internationale ait été fondée que le contexte fut universellement accepté et eut certains effets sur les autres partis pour plus tard s’exprimer dans L’Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS. De plus, basé sur l’antagonisme idéologique, le marxisme-léninisme était jugé comme approprié au progrès historique, alors que les opportunistes de la Deuxième Internationale étaient considérés comme des personnes faisant régresser la théorie et transformant les principes en dogme. Avec de tels jugements, les conflits idéologiques servaient de postulats et de bases, ils décidaient si la théorie était vraie ou fausse. Pour cette raison, quand l’Union Soviétique critiqua une voie pacifique avec les idées de révolution et de guerre de la Troisième Internationale, la théorie de la Deuxième Internationale fut stigmatisée et catégorisée comme relevant du révisionnisme, de l’opportunisme, de l’idéalisme, du matérialisme mécanique, du vulgaire matérialisme, etc.

Par ailleurs, les fondateurs du marxisme occidental comme Antonio Gramsci, Karl Korsch et George Lukacs participèrent de ce contexte : tous étaient à la base des théoriciens marxistes de la Troisième Internationale. Idéologiquement, ils partageaient les idées de révolution et de guerre de la Troisième Internationale, défendaient la révolution socialiste et s’opposaient aux idées « pacifistes » de la Deuxième Internationale. Théoriquement, ils critiquaient les positions politiques de la théorie révolutionnaire de Lénine mais ils ne préconisaient pas une complète négation de la théorie marxiste. Par exemple, Korsch considérait sans aucun doute Franz Mehring et Rosa Luxemburg comme les précurseurs du marxisme occidental. Gramsci encensa Antonio Labriola pour « avoir transformé une interprétation générale de l’histoire en une philosophie générale et avoir donc ouvert une nouvelle direction pour le développement de la philosophie pratique[2] ».

Nous pouvons dire que de telles recherches à propos du marxisme de la Deuxième Internationale ouvrirent une brèche dans le contexte d’une Union Soviétique puissante et fortement marquée idéologiquement. Ceux qui ont véritablement étudié le marxisme de la Deuxième Internationale comme une partie de l’histoire intellectuelle sont Leszek Kolakowski et Predrag Vranicki. Ils n’ont pas seulement utilisé le concept de la Deuxième Internationale dans leurs travaux sur l’histoire du marxisme mais l’ont également appelé « l’âge d’or du marxisme » et ont dédié un nombre important d’articles à relater la lutte intellectuelle et les pensées des personnalités représentatives, notamment leurs contributions pour le développement de la théorie du socialisme scientifique et la création de la théorie de l’impérialisme. De leurs points de vue, les théories de Marx furent universellement acceptées durant la période de la Deuxième Internationale et se développèrent au cœur de violents débats théoriques.

En ce qui me concerne, je considère que bien que la Deuxième Internationale ait pris la théorie de Marx et d’Engels comme son point de départ théorique, elle n’est pas absolument une simple copie de ce que disaient les auteurs classiques. Elle connut les mutations capitalistes de l’Europe occidentale et les nouveaux développements du mouvement ouvrier à partir de la fin du dix-neuvième siècle jusqu’au début du vingtième siècle et posa des questions qui étaient significatives à leur époque. Il existe bien une ligne de démarcation entre la Deuxième Internationale et l’époque de Marx et Engels, et cela nous permet de réfléchir au contexte propre à l’Europe occidentale, de la naissance du révisionnisme et la signification de son existence. Nous devons analyser la controverse théorique de la Deuxième Internationale au niveau épistémologique, mettre au jour ses caractéristiques propres à l’Europe occidentale et à celles de son temps, ses principes méthodologiques. Nous devons trouver le mécanisme expliquant que le marxisme change et parvienne à résoudre le mystère du conflit entre le marxisme oriental et occidental, chose qui n’a pas été résolue depuis longtemps. Nous devons réfléchir à la structure théorique de la Deuxième Internationale et ses contributions au matérialisme historique, ouvrant ainsi une nouvelle perspective sur l’étude de la théorie marxiste, permettant un nouveau développement du marxisme.

Nous savons qu’après la mort d’Engels, Eduard Bernstein, ayant assisté au développement capitaliste en Europe occidentale, pensait que le développement capitaliste moderne avait crée un système de crédit moderne, un système de communication et des organisations d’industriels montrant que le système capitaliste générait de nouvelles fonctions et pouvait s’adapter au développement de forces productives, dépasser sa propre crise et générer de plus en plus d’éléments socialistes. Par conséquent, les prédictions de Marx sur la chute du capitalisme et les principes de révolution prolétarienne ne s’appliquaient plus ; le prolétaire pouvait envisager le socialisme grâce au syndicalisme et la réforme sociale.

Les développements ultérieurs ont montré que ses positions n’étaient pas dénuées de sens. Le problème était qu’il alla au-delà de la simple critique pour verser dans la polémique, doutant des fondements même de la philosophie marxiste. En ce sens, il avait tort.

Mais concernant la voie de la révolution prolétarienne, tenant compte de l’énorme succès du SPD aux élections parlementaires, Bernstein pensait que dans les pays développés avec une démocratie parlementaire saine, le prolétaire pouvait emprunter « la voie pacifique vers le socialisme » à travers le suffrage universel et le système parlementaire. Quant à la question du bien fondé ou non du révisionnisme, nous pourrions éluder la question car l’histoire n’a pas prouvé ce que devrait être la voie de la révolution socialiste dans les pays capitalistes développés. Mais du simple fait qu’il vit le marxisme d’un point de vue de la transformation historique et proposa de nouvelles perspectives, il mérite d’être redécouvert.

Cette idée de « voie pacifique vers le socialisme » déclencha de vifs débats au sein de la Deuxième Internationale. En ce qui concerne les débats, nous nous sommes précédemment concentrés sur la critique des erreurs de Bernstein mais avons rarement réfléchi au contexte de l’Europe occidentale au moment du phénomène Bernstein et à la signification des ses positions. En réalité, dans l’histoire intellectuelle, la raison pour laquelle un théoricien pouvait attirer une attention durable et engendrer des débats sur le long terme ne se trouve pas dans le fait qu’il tirait simplement une conclusion précieuse, mais aussi parce qu’il proposait une idée originale en son temps.

La signification de l’idée qu’avança Bernstein correspond à deux caractéristiques majeures. Premièrement, il posa la question de comment le socialisme devait s’accomplir dans une société capitaliste développée. Deuxièmement, il élabora les contours de la réalisation du socialisme au sein de la démocratie bourgeoise. Ainsi, une autre question se posa : dans une société capitaliste développée, quel genre d’idées devrait adopter le socialisme ? Les idées démocratiques et libérales de la bourgeoisie ou celles de Marx ? Si ces dernières sont choisies, alors dans des conditions historiques nouvelles, quels contenus et caractéristiques devraient-elles avoir ? Il n’est pas difficile de voir que les plus importantes controverses théoriques de la Deuxième Internationale trouvèrent toutes leurs origines dans le développement capitaliste de l’Europe occidentale, s’inspirant des idées liées au développement de la démocratie capitaliste. Elles possèdent donc des indéniables et évidentes caractéristiques d’Europe occidentale.

D’un point de vue du développement théorique, la révision de Bernstein de la théorie de Marx pose aussi le questionnement de sa pertinence à son époque. Ce questionnement donna à juste titre une nouvelle signification à la controverse de la Deuxième Internationale et constitue un nouveau départ pour l’élaboration théorique. En dehors de la nécessité de défendre sa vision d’une « voie pacifique vers le socialisme », Bernstein divisait le matérialisme historique en deux étapes : la première insistait sur le principe que la base économique détermine la superstructure, sur l’inévitabilité des lois historiques et la violente révolution du socialisme ; dans cette étape, le matérialisme historique était immature. Alors que la deuxième insistait sur la moralité, le droit, l’idéologie ; dans cette étape, le matérialisme historique était mature. Selon ce point de vue, le matérialisme historique devrait développer sa forme mature tout en écartant les caractéristiques immatures parmi lesquelles les plus importantes étaient les impuretés de la dialectique de Hegel. Parallèlement Bernstein se référa au récit écrit par Engels en 1895 (l’introduction du livre de Marx, Les Luttes de classes en France) pour défendre ses positions réformistes.

En ce qui concerne le combat juridique et la transition pacifique, les positions des écrivains marxistes classiques sont bien connues. Simplement parce que Bernstein et d’autres s’étaient rapprochés de la démocratie capitaliste et la voie parlementaire et s’opposaient à la révolution violente, partout les gens critiquèrent la théorie de la transition pacifique comme du révisionnisme. Durant les décennies qui suivirent la révolution d’Octobre, le terme « révisionnisme » fut continuellement utilisé et, en général, il s’appliquait à tous ceux qui révisaient ou amendaient les parties désuètes de la théorie classique et les remplaçaient par de nouvelles conclusions adaptées à la situation de chaque pays. Tous ceux qui s’opposaient à « l’interprétation, au centre, au modèle » étaient considérés comme des trahisons des théories classiques. Les faits ont montré qu’après la Seconde Guerre Mondiale, les critiques internationales du révisionnisme yougoslave, du révisionnisme de l’Union Soviétique ou d’autres formes de révisionnisme était toutes inappropriées. Quant à la Chine, qui est passée d’une position qui visait à éviter l’émergence du révisionnisme à la lutte contre le révisionnisme, de nombreux problèmes se sont posés. Non seulement de telles actions n’ont pas défendu le marxisme mais ont aussi nui à son développement et à son mouvement. C’est une leçon amère.

Le développement de l’histoire a montré qu’il y a de grandes différences dans la structure de classe, le système politique, le contexte culturel, la tradition nationale, la psychologie sociale et le style de vie oriental et occidental. Se basant sur ces différences, Lénine déclara que, au niveau de la démocratie, de la dictature et de la transformation socialiste, chaque nation devrait avoir sa propre caractéristique. Lénine explorait toujours la voie de la révolution prolétarienne à partir des caractéristiques politiques et économiques de la Russie et des pays orientaux dans le contexte de guerre impérialiste, tandis que Bernstein et d’autres pensaient toujours à la transition socialiste du point de vue des caractéristiques politiques et économiques des pays occidentaux en temps de paix. Les faits ont prouvé que la théorie de Lénine était applicable au pays orientaux mais le succès de la révolution d’Octobre comme révolution violente ne prouve pas que toutes les révolutions prolétariennes doivent passer par la violence. Il est à noter que Lénine n’écartait pas la possibilité d’une transition pacifique dans les États parlementaires, dans la lignée (sans le dire bien sûr) de la conception de Bernstein. Bien que le succès de cette voie soit encore à vérifier, il n’est évidemment pas scientifique de juger si un parti est marxiste ou révisionniste en se basant sur son opinion à propos de la voie vers le socialisme.

La question de la façon dont on doit juger le révisionnisme est toujours une question inévitable dans l’histoire du marxisme et de la théorie socialiste. En 2005, un académicien russe de l’Académie Russe des sciences, Osyelman, a publié un ouvrage nommé In Defense of Revisionism (« En défense du révisionnisme »). Dans ce livre, il a démontré le processus de dogmatisation du marxisme dans l’ancienne Union Soviétique et a déclaré que nous devrions « rendre justice historique au bernsteinisme », ce qui a eu pour conséquences de déclencher un nombre important de débats et réactions dans les cercles intellectuels russes. La revue russe Philosophical problem a même organisé un séminaire auquel ont participé des chercheurs confirmés des milieux universitaires russes. De leurs points de vue, le révisionnisme devrait être considéré comme une façon de perpétuer la critique scientifique, de s’opposer au dogmatisme et d’examiner les règles universitaires. Cela démontre un degré d’ouverture et de création au sein de la tradition académique.

Mais en réalité le développement d’une théorie scientifique ne peut être dissocié de sa révision. La révision est une réinterprétation du marxisme selon des changements capitalistes spécifiques, historiques, contemporains et futurs. C’est pourquoi une telle révision n’est pas une négation de toute la théorie mais un ajustement de ces principes marxistes devenus dogmatiques et inappropriés à la réalité contemporaine. Si nous considérons le marxisme comme une idéologie, alors les positions marxistes seront vénérées comme des dogmes classiques et toute volonté d’examen sera considérée comme une attaque contre un symbole religieux et donc inacceptable. À leurs yeux, le marxisme ne peut avoir le monopole sur la vérité, ou selon les mots de Karl Popper, aucune théorie n’est ultime, il ne faut donc jamais proposer une vérité ultime. Donc, si la révision doit seulement ajouter à la force libératrice du marxisme et ne change pas l’aspiration à construire une société qui est libre et égale pour tous, alors non seulement une telle révision ne réfute pas Marx mais le défend d’une façon particulière.

 

Xu Juezai
Enseignant-chercheur à l’Académie des Sciences Sociales de Shanghai

 

Discours prononcé à l’occasion du colloque des universitaires chinois et français le 28 avril 2017 à l’Académie de Sciences de Shanghai, en partenariat avec EUROSOC

____________________________________________________________________________________________________

[1]《联共(布)党史简明教程》,人民出版社1975年版,第388.(The Communist Party of the Soviet Union (Bolshevik) concise course, people’s Publishing House, 1975, p. 388)

[2] A.葛兰西:《狱中札记》,中国社会科学出版社2000年版,第302-303。(A. Gramsci, Prison notes, Social Science Press of China, 2000, pp. 302-303)

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969. (2/2)

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969.

La première partie peut-être retrouvée ici

Table des matières de l’ouvrage Bureau Socialiste International, op. cit.

Parmi les documents reproduits, présentés par ordre strictement chronologique, nous en trouvons de différentes typologies : comptes-rendus officiels des réunions plénières, manifestes rédigés au nom de l’ensemble du BSI, circulaires traitant de sujets d’intérêt général envoyées par le BSI à l’ensemble des partis affiliés, rapports d’activité du BSI, etc. Comme dit auparavant, Haupt choisit de présenter exclusivement des documents officiels émanant directement du BSI assumant le choix de ne pas reproduire toute une autre vaste série de documents. Ce qui manque alors ce sont les documents relatant la multitude d’échanges bilatéraux entre les membres du BSI (entre ses délégués en général et entre les membres de son Comité exécutif)[1], ainsi qu’entre les membres du BSI et les divers partis affiliés, les divers protagonistes du mouvement ouvrier et socialiste international (militants politiques, syndicalistes, coopératives, presse, élus), les divers militants des mouvements pacifistes, anti-militaristes, etc. Manquent aussi tous les documents relatant les résolutions de l’Internationale d’avant 1900, ainsi que les débats en son sein, quant aux motivations qui ont portées à la création d’un organe exécutif ; ou encore les discussions et résolutions de l’Internationale qui traitent de la place du BSI en son sein après 1900.

Le recueil se structure en deux parties. Une première partie intitulée « Documents » et une deuxième intitulée « Annexes. Rapports mensuels du Secrétariat du BSI. 1905-1907 ».

La première partie exprime davantage la grande variété de documents produits par le BSI. Malgré la présentation chronologique, plusieurs axes thématiques sont identifiables et servent de dénominateur commun à de nombreux textes. Nous avons d’abord les documents « internes » au BSI, qui concernent son fonctionnement, telle la circulaire annonçant sa création et la définition des tâches les plus urgentes (doc. 1), les documents de préparation des travaux du BSI et des congrès socialistes internationaux tant au niveau technique que politique (docs. 5, 8.2, 13, 38, 42, 43, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 54, 56), les comptes rendus des réunions plénières du BSI (docs. 10, 14, 19, 22, 24, 27, 57, 66, 69), la circulaire annonçant la nomination de Huysmans (doc. 29), les comptes rendus des réunions de la Commission Interparlementaire Socialiste (docs. 62, 71).

Nous avons ensuite des documents qui traitent des préoccupations politiques majeures du socialisme international à l’époque – documents qui sont destinés parfois à l’usage interne (BSI, partis affiliés) et parfois à l’usage externe (presse, gouvernements, société civile) -, telle la documentation sur la situation des socialistes en Russie entre fragmentation et répression (docs. 3, 12, 16.1, 18, 28, 30, 31, 32, 35, 36, 39, 41, 44, 45, 46, 53, 55, 59, 60, 61, 63, 64, 65, 67, 70), les circulaires sur l’unité socialiste en France (docs. 6, 26, 34), les protestations contre la politique coloniale et impérialiste (docs. 2, 7, 8.1, 9, 15, 33), dont la crise marocaine (docs. 37.1, 40) et la question macédonienne (doc. 68), les protestations dénonçant la situation des Noirs américains (docs. 20, 21), les manifestes apportant un soutien international aux différentes grèves (docs. 16.2, 25, 37.2), les appels annuels pour la Journée internationale des travailleurs du 1er Mai (docs. 4, 11, 17, 23, 58).

Quant à la deuxième partie, Haupt nous présente vingt documents reproduisant les Rapports mensuels du Secrétariat du BSI pour la période de février 1905 à août 1907. La pratique de rédaction de ces Rapports mensuels est l’une des nouveautés inaugurées suite à la nomination de Huysmans au poste de Secrétaire. Ils répondent à l’exigence de celui-ci de renforcer le Bureau par une hiérarchisation encore plus poussée : à travers la lecture des rapports, nous nous apercevons progressivement de comment le Comité exécutif et le Secrétariat prennent le dessus sur les réunions plénières du BSI dans un souci d’efficacité. Les rapports sont aussi l’occasion pour Huysmans d’exposer sa démarche et ses premiers succès dans la constitution d’archives internationales du mouvement ouvrier et socialiste, ainsi que dans la constitution d’un Inventaire de tous les documents du Bureau. Les rapports contiennent également des parties classées « confidentielles » avec nombre d’informations sur l’état des finances du BSI : Huysmans établit de manière de plus en plus régulière et schématique un compte financier, présentant les cotisations reçues ainsi que l’avancement des collectes des fonds répondant aux divers appels à souscription lancés par le Bureau (pour soutenir les socialistes victimes de répression, les grévistes, mais surtout le fonds de soutien aux révolutionnaires russes). L’inégalité de participation aux charges du fonctionnement du Bureau de la part des partis affiliés émerge de l’étude des comptes financiers. Pour le reste, les rapports traitent une grande variété de questions, à la fois « internes » tels l’avancement des travaux ordinaires du BSI et des demandes d’affiliations à celui-ci, et « externes » telles que la présentation des notes, rapports et propositions reçues de la part des partis affiliés.

Andrea BENEDETTI
Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] Haupt publiera néanmoins deux recueils dédiés à ces échanges bilateraux : HAUPT (Georges), Correspondance entre Lénine et Camille Huysmans, 1905-1914, Paris/La Haye, Mouton, 1963 ; HAUPT (Georges), HOWORTH (Jolyon), « Edouard Vaillant, délégué au Bureau socialiste international : correspondance avec le Secrétariat international (1900-1915) », dans Annali della Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, n.17, Milan, Feltrinelli, 1976, pp.219-305.

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969. (1/2)

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969.

Première partie

Dans la préface, Georges Haupt expose les raisons et la démarche scientifique d’un projet global de collecte de la documentation du Bureau Socialiste International (BSI), organe de direction de l’Internationale Socialiste depuis le Congrès de Paris de 1900. Le projet initial prévoyait la publication de quatre volumes : trois consacrés à la collection des documents produits par le BSI et se rapportant à son activité (de 1900 à 1907 ; de 1907 à 1914 ; de 1914 à 1918), ainsi qu’un quatrième proposant une étude d’ensemble sur l’histoire du BSI. La mort de Haupt, le 15 mars 1978, mis fin à ce vaste projet et seul le premier volume fut publié, recueillant les documents du BSI de 1900 à 1907.

D’abord, pourquoi un tel projet de collecte des documents du BSI ? L’intention de Haupt est de contribuer à l’essor des études sur l’histoire de l’Internationale Socialiste, qui se multiplient dans les années 1960, tout en leur fournissant une base scientifique rigoureuse via la publication des sources majeures. Son projet se veut une réponse à l’appel formulé en ce sens en 1965 par la Commission internationale d’histoire des faits et des mouvements sociaux. Haupt veut combler des lacunes scientifiques et des retards qui affectaient le travail des historiens de l’Internationale Socialiste : il prend notamment l’exemple des historiens de la Première Internationale (AIT) qui avaient déjà procédé à la publication de sources primaires[1]. Pour ce qui est des sources de l’Internationale Socialiste, Haupt reconnait que le problème principal n’est pas la carence de documentation mais son volume, qui impose une hiérarchisation de la part de l’historien. Un deuxième problème est celui de l’éparpillement des sources : les quelques travaux d’éditions sont restés souvent partiels, alors que la plupart des documents inédits se trouvent dans des archives divers (partis affiliés, dirigeants, militants, presse), parfois en exemplaire unique et/ou en état de détérioration.

Ensuite, pourquoi cet intérêt particulier pour les documents du BSI ? Haupt estime que les archives du BSI constituent une catégorie de sources toute particulière, sorte d’exception dans cette carence d’archives internes aux organisations ouvrières et socialistes. Si les archives des militants sont nombreuses, celles des organisations en tant que telles sont plus rares et sont souvent confondues avec les premières. Si la documentation du BSI fait exception, c’est grâce à l’œuvre de Camille Huysmans (1871-1968), nommé secrétaire du BSI en 1905. Huysmans, en effet, a non seulement mis en exécution la résolution du Congrès de Paris préconisant la création d’archives internationales du mouvement ouvrier et socialiste ; il a également sauvé une grande partie de documents mis en péril par les deux guerres mondiales. La documentation qui reste est donc, selon Haupt, largement suffisante pour « connaître de manière précise le fonctionnement de la Deuxième Internationale, le rôle du BSI, ses compétences, la portée de ses initiatives, les limites de son influence, la nature, l’esprit et l’orientation de ses préoccupations et de son activité »[2]. À travers l’étude des documents du BSI il est donc possible de retracer à la fois une histoire « externe » de l’Internationale, en tant qu’organisation politique visant à renforcer la coopération et la solidarité entre les socialistes à l’échelle mondiale, et une histoire « interne » de l’Internationale, par l’évolution des institutions dont elle se dote, leurs pratiques de travail, de prises de décisions, de communications, et leurs méthodes d’intervention.

Enfin, pourquoi un premier volume de 1900 à 1907 ? La réponse exige quelques précisions supplémentaires quant à l’histoire du Bureau Socialiste International. Crée suite aux résolutions adoptées au 5ème Congrès socialiste international (Paris, 23-27 septembre 1900), visant à fournir une instance exécutive à l’Internationale pour pérenniser ses travaux d’un congrès à l’autre. Le BSI a une existence problématique lors de ses quatre premières années pour plusieurs raisons : les tâches définies dans les résolutions explicitant son mandat sont à la fois limitées dans la portée et imprécises quant aux moyens concrets avec lesquels les mettre en œuvre ; les limites entre la souveraineté du BSI et celles des congrès de l’Internationale restent indéfinies ; nombre de partis socialistes tardent à rentrer dans la dynamique nouvelle inaugurée par le BSI, n’envoyant donc ni de contributions sur les questions politiques les plus urgentes ni de délégués au Bureau ; les pratiques de travail de ce dernier demeurent dans une phase d’expérimentation et certaines lacunes perturbent régulièrement son travail. C’est seulement avec la nomination de Camille Huysmans au poste de Secrétaire du BSI (« Secrétariat Socialiste International »), en 1905, que commence un véritable renforcement de ce dernier, prenant la place d’envergure qui était la sienne au sein du mouvement socialiste international. Le processus d’affirmation du BSI atteint son apogée en 1907 lorsque son Règlement et les Statuts de la Commission Interparlementaire Socialiste sont approuvés au 7ème Congrès socialiste international (Stuttgart, 18-24 août 1907). Le BSI franchit alors un cap, passant d’un simple exécutif à un véritable organisme de direction et impulsion de l’Internationale ; son contrôle sur d’autres institutions, telles la Commission Interparlementaire et la Commission des Journalistes Socialistes, en sort également renforcé. C’est ce qui explique le choix de Haupt de conclure le premier volume de collecte de documents du BSI à la veille du Congrès de Stuttgart. Pour ce qui est de sa structure interne, malgré des évolutions dans la dénomination de certaines instances ainsi que des changements quantitatifs et qualitatifs dans sa composition, le BSI fonctionne de manière hiérarchique avec des réunions plénières, un Comité exécutif et un Secrétariat (seul poste rémunéré). Les langues de travail sont trois : le français, l’anglais et l’allemand. De 1905 à 1914, le siège du BSI est à la Maison du Peuple de Bruxelles, salle 6.

Quant au contenu de l’ouvrage, Haupt nous explique les critères de sélection adoptés. Tous les documents contenant des redites ou traitant des questions purement techniques ont été écartés. Pour les comptes rendus des réunions plénières, plusieurs variantes existaient et Haupt a privilégié la reproduction des versions établies officiellement par le Secrétariat du BSI, écartant celles établies par la presse ou par les divers délégués. Les textes reproduits sont pour la plupart les originaux français des documents, ou la traduction effectuée à l’époque par le BSI lui-même.

Andrea BENEDETTI
Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] FREYMOND (Jacques), LANGFELDT (Knut), BURGELIN (Henri), MOLNÁR (Miklós), La Première Internationale, Genève, Droz, 1962, 2 vol.

[2] HAUPT (Georges), Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969, p.16.