Archives de catégorie : France

ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE

DUCANGE Jean-Numa, Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

Sortie il y a quelques mois déjà, la biographie de Jules Guesde de l’historien Jean-Numa Ducange a été remarquée par le philosophe Serge Audier et fait partie des « coups de cœur » du « Monde des Livres » pour l’été.

Jean-Numa Ducange revient sur la trajectoire de cette figure qui contribua, aux côtés de Jean Jaurès, à la création de la S.F.I.O. Figure certes centrale dans la construction du socialisme français mais qui demeurait jusque-là assez méconnue. L’entretien conduit par Gilles Candar peut être retrouvé ici.

Retrouvez l’ouvrage sur le site de l’éditeur

DUCANGE Jean-Numa, Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

ÉLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

Jean-Jacques BECKER et Gilles CANDAR (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, la Découverte, coll. « L’Espace de l’Histoire », 2004, 2 volumes, 584 p. et 776 p.

 

Véritable œuvre encyclopédique, l’Histoire des gauches en France apparaît comme la référence bibliographique incontournable pour tout historien, chercheur, étudiant, militant ou simple lecteur curieux sur le sujet. La parution en 2004 de ces deux tomes chronologiques permet le rassemblement de connaissances issues de nombreux travaux et contributions scientifiques d’historiens expérimentés et de jeunes chercheurs sous la direction de deux éminents historiens du politique, Jean-Jacques Becker et Gilles Candar. L’ouvrage offre ainsi au lecteur une analyse pluridisciplinaire des gauches, « étudiée dans leur unité, dans leur diversité dans leur profondeur mentale » (p.13) : historiens mais aussi politistes, sociologues, littéraires et philosophes contribuent à ce travail qui apporte un profond renouvellement historiographique[1], qui s’est révélé particulièrement fécond en ce qui concerne la droite[2].

Le premier volume est dédié à « l’héritage du XIXème siècle ». Il se caractérise par la formation de la gauche qui est confrontée aux problèmes de la société : « cette première partie s’interroge sur les origines de la gauche, analyse la naissance de ses traditions, détermine ses acquis et les débats auxquels elle doit s’affronter, dont deux prééminents, la question sociale et la question nationale » (p.15). Les premières contributions donnent le ton : Michel Vovelle et Maurice Agulhon questionnent la filiation entre les Lumières et la Révolution, période durant laquelle on assiste à la « naissance d’une notion » (p.50) avec la gauche politique et parlementaire au XIXème siècle. Au cours de cette période fondatrice, la gauche participe activement à des conquêtes pour notre société politique contemporaine. Le premier des combats mené est celui de la réalisation de la République. Ces combats sont tout d’abord marqués par des échecs, sous les monarchies censitaires (Nicolas Bourguinat) où « les gauches se caractérisent avant tout par la frustration que leur inspirent les institutions ou les autorités en place, et par le projet qui en découle de les renverser ou de les faire évoluer, comme si elles n’étaient qu’une étape transitoire de la marche à la liberté » (p.67). C’est à la fin du siècle qu’apparaît le moment où « la société française apprend dès lors à distinguer une conception large de la gauche, qui joue pour la défense de la République, et une conception plus exigeante qui attend que la République soit vraiment sociale » (p.129). La lutte pour le suffrage universel (Christine Guionnet), la liberté de la presse (Dominique Kalifa) ou encore l’instruction publique (Jean-François Chanet) sont autant de conquêtes qui ne s’obtinrent pas sans heurts ; d’où l’importance que tiennent la barricade et l’insurrection (Marianne Cayatte et Philippe Oulmont). Par ses conquêtes mais aussi ses traditions et ses sociabilités, comme les banquets et les enterrements (Emmanuel Fureix) qui furent des moments d’ « apprentissage de la démocratie concrète » (p.197), la gauche s’est donc progressivement intégrée à la société politique.

Le second volume est consacré au XXème siècle, où la gauche est « à l’épreuve de l’histoire ». Cette première épreuve est celle de l’expérience du pouvoir : en effet, les gauches doivent faire face à la question fondamentale « de leur expérimentation, à la gestion gouvernementale, à la politique des hommes et à l’administration des choses » (p.16). La Grande Guerre apparaît comme un tournant pour la gauche qui fait alors face à un « curieux paradoxe » (p.313). Le rapport de la gauche à la guerre, la nation et à la révolution fait l’objet d’un fil conducteur à travers de nombreuses contributions sur les deux guerres mondiales, la Libération, la guerre froide et la décolonisation. « La chair humaine » est également étudiée à travers les différentes familles politiques : les radicaux (Serge Berstein), les socialistes (Frédéric Sawicki) et les communistes (Bernard Pudal). Les partis politiques, les syndicalistes, les associations comme la Ligue des droits de l’Homme, côtoient d’autres courants de manière temporaire comme les gaullistes de gauche (Yves Billard). Les contributions qui expliquent les grands moments des gouvernements de gauche, du Bloc des gauches (Gilles Candar) à la gauche plurielle (Jean-Jacques Becker) en passant par le Front Populaire (Frédéric Monier) et l’Union de la gauche puis l’ère Mitterrand (Alain Bergounioux et Gérard Grunberg) invitent le lecteur à penser dans le temps long le rapport que la gauche entretient avec « l’exercice du pouvoir ». Les évolutions stratégiques (sur l’économie, l’Europe ou le rapport à l’Etat), les frontières idéologiques (notamment sur le marxisme) et les identités culturelles (l’anticléricalisme et la laïcité mais aussi les mœurs, les loisirs, l’art et la littérature) apparaissent comme des lignes de force qui résultent du nécessaire choix opéré par les auteurs de cette entreprise collective. Ainsi, Gilles Candar et Jean-Jacques Becker relèvent les thématiques absentes de l’ouvrage comme par exemple la gauche et l’étranger ou la gauche et les paysans. Ce livre est un acquis de la recherche et constitue une œuvre majeure qui ne demande qu’à être prolongée par l’inscription dans des ensembles plus vastes et faisant appel à d’autres cultures politiques et historiographiques.

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Nous nous limitons à citer ici : Jacques DROZ (dir.), Histoire générale du socialisme, 4 vol., Paris, P.U.F, 1972-1977.

Une présentation plus détaillée de l’historiographie des gauches et plus spécifiquement du socialisme fera l’objet d’un billet ultérieurement.

[2] René REMOND, La Droite en France, Paris, Montaigne, 1954 ; rééd. Les Droites en France, Paris, Aubier-Flammarion, Paris, 1982.

Jean-François SIRINELLI (dir.), Histoire des droites en France, 3 vol., Paris, Gallimard, 1992.

Nous tenons également à signaler la récente parution d’un ouvrage qui contribue à un profond renouvellement historiographique sur les droites : Gilles RICHARD, Histoire des droites en France, de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 2017.

L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 2/2

La première partie de ce billet peut-être retrouvée ici.

Ces deux conditions permettent au cours de la décennie 1890, le passage progressif d’un noyau groupusculaire essentiellement localisé dans le chef-lieu Troyes à une structure partisane à l’échelle départementale.  De multiples groupes voient le jour à partir de l’agglomération troyenne, composés de jeunes militants révolutionnaires locaux présents avant 1889 puis de nouvelles forces conséquentes rejoignent le Parti ouvrier. La méthode relève d’un schéma identique : réunions publiques régulières, constitution d’un noyau militant puis d’un groupe solide, ensuite subdivision du groupe si l’effectif et l’assiduité militante la permettent. Géographiquement, le mouvement socialiste s’implante, s’affirme et s’impose électoralement dans l’ouest et le sud-ouest aubois (Troyes, le Pays d’Othe, le Barséquanais) qui si l’on regarde les résultats des autres forces politiques sont des terres foncièrement républicaines. En 1900, près de 800 cotisants sont recensés.

Sur le plan électoral, le recueil des voix s’effectue pour l’essentiel dans les bourgs textiles de cet espace dont Romilly-sur-Seine apparaît le plus important puisque les guesdistes y gagnent la municipalité. En sus de Romilly, une commune industrieuse de l’agglomération troyenne, Sainte-Savine, tombe dans l’escarcelle du parti dès 1896. L’espace rural n’est toutefois pas totalement hermétique aux idées socialistes. Les vignerons de la région des Riceys fournissent bon nombre des voix rurales du guesdisme. La municipalité est enlevée en 1896 et conservée en 1900. Toutefois les résultats demeurent bien maigres en proportion du nombre important de « tournées de propagande » dans les campagnes.Il faut cependant attendre la période postérieure à l’unité pour percevoir des indicateurs incontestables du succès de l’implantation. Les effectifs fédéraux avoisinent le millier de militants et des socialistes sont élus à la Chambre : Léandre Nicolas (1906, 1910) et Célestin Philbois en 1914. A la veille du premier conflit mondial, ils sont par ailleurs aux portes de la mairie de Troyes.

  1. Léandre Nicolas (1844-1915), premier député socialiste aubois en 1906, réélu en 1914. Membre de la commission de l’agriculture, il participe par ses contributions à la Chambre à la délimitation de la Champagne viticole et à la reconnaissance des vins de Champagne.

L’examen de la culture politique socialiste locale, a mis en lumière sa coloration fortement libre-penseuse donnant au guesdisme aubois une tonalité originale. En effet, contrairement à l’idée répandue selon laquelle il s’agit du courant socialiste s’intéressant le moins à la question religieuse, les dirigeants assimilent la lutte contre « l’exploitation capitaliste » au combat contre les « oppresseurs cléricaux » parfois au grand regret de Jules Guesde. Au quotidien, cette coloration se traduit alors par des conférences anticléricales mais aussi des baptêmes et enterrements civils mis en place dans les municipalités conquises.

            Justement, la pratique électorale par les socialistes participe de l’élaboration de leur culture politique.  La question du rapport à la République s’est ainsi posée régulièrement notamment à travers les liens avec les radicaux. La progression de l’audience socialiste sur la scène électorale fait de la fédération une force politique incontournable du jeu républicain. De plus, alors que la S.F.I.O auboise est toujours dominée par les guesdistes, elle devient partisane du régime parlementaire qu’elle veut améliorer en militant pour la représentation proportionnelle dans les années 1910.

« LE » guesdisme se révèle donc dans notre cas fortement influencé par le terreau socioculturel sur lequel il se greffe. Et si, est régulièrement souligné sa rigidité doctrinale dans les études à grands traits, l’exemple aubois démontre qu’à hauteur d’hommes la chose n’est pas si simple.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.