Archives de catégorie : Billets

Vous trouverez ici tous les éléments publiés sur le Carnet EUROSOC.

Numérisation des archives du BSI, le fonds George Haupt

Fin 2017, notre partenaire de la FMSH a mis en ligne près d’un millier de documents d’archives du Bureau Socialiste International (BSI), organe de la Deuxième Internationale. Cette numérisation a été rendue possible par le projet EuroSoc.
Vous pouvez retrouver à ce propos trois billets consacrés à cette opération de numérisation sur le carnet de notre partenaire :

Ces documents furent donnés à l’historien Georges Haupt par Camille Huysmans, secrétaire durant près de 17 ans de la Deuxième Internationale et permettent de rendre compte de la richesse des échanges entre les différents partis socialistes en Europe mais plus largement à l’échelle mondiale. Outre la possibilité de proposer une analyse croisée, ces documents permettent également d’en étudier le fonctionnement interne.  sur son évolution, son rôle, ses objectifs et moyens d’action. C’est également se rendre compte de son activité quotidienne, de son organisation tant en interne qu’à l’externe et des réactions face aux événements majeurs du début du XXe siècle. Participer à une telle entreprise de numérisation d’un acteur aussi central que le BSI, c’est pouvoir disposer de documents précieux pour l’analyse des mouvements socialistes. Plusieurs documents sont ainsi disponibles : correspondances entre les différentes personnalités et responsables des partis adhérents ou souhaitant le devenir, lettres circulaires pour la tenues des réunions, manifestations et transmission les décisions, minutes des congrès et des réunions, ainsi qu’un ensemble de documentations dont se servait Camille Huysmans afin de demeurer toujours au fait de l’évolution des partis socialistes. Les archives reçues par Haupt, attestent de la régularité et de la précision avec lesquelles Camille Huysmans classait chacun de ces documents. L’historien de la Deuxième Internationale a ainsi pu établir un tri au regard de ses axes de recherche et par ordre chronologique. Ainsi n’est-il pas rare de croiser dans les documents Huysmans ceux de l’historien. L’indexation fut au centre des interrogations -et des difficultés- des archivistes. Exemple est donné avec la multiplicité des noms des partis socialistes. Ainsi trouver une « forme normalisée de chaque (parti) socialiste d’Europe » fut dès lors un enjeu significatif. Pour ce faire, les archivistes ont su compter sur deux ouvrages centraux : l’index publié dans Haupt, George. La deuxième Internationale 1889-1914, Paris, La Haye, Éditions Mouton & Co, 1964, 394 p. ; ainsi qu’une seconde référence conseillée par des historiens lors d’une séance du séminaire d’EueroSoc : Lamb, Peter. Historical dictionary of socialism. Lanham : Rowman & Littlefield, 2016, 601 p. Landry Riche de rappeler, afin d’illustrer l’ampleur de la tâche que 83 noms d’organismes et 212 noms de personnes sont utilisés.

Les différents billets rédigés par Landry Riche permettent de revenir tant sur les difficultés associées à ces opérations de numérisation et d’archivage que sur l’utilisation de la plateforme Nabu sur laquelle sont déposées les différents documents que nous venons d’évoquer. Nous ne pouvons que vous en recommander une lecture attentive.

EuroSoc tient à remercier tout particulièrement Julien Pomart et Landry Riche des archives de la FMSH.

Voeux 2018 de l’équipe EuroSoc

Chères lectrices, chers lecteurs,

Le Grand Réseau Recherche *European Socialism (EuroSoc), entame sa troisième et dernière année d’existence avant de se pérenniser à travers de nouveaux projets de plus grande envergure. Ce sont près d’une quarantaine de billets que nous avons publiés cette année sur notre carnet. Le projet a contribué à impulser plusieurs manifestations scientifiques avec des séminaires, journées d’étude, colloques…

EuroSoc a également directement participé à la numérisation d’archives et documents précieux par l’intermédiaire de la FMSH pour ce qui concerne le fond Georges Haupt ; les archives Renaudel en lien avec la Fondation Jean Jaurès. D’autres projets de numérisation sont en cours et vous seront présentés au cours de cette année.

Cette existence et cette reconnaissance institutionnelle n’aurait pu voir le jour sans les appuis de nos partenaires. Puissent-ils être ici remerciés :

-La Région Normandie (ex-Haute-Normandie)

-L’Université de Rouen-Normandie par l’intermédiaire de son Institut de Recherche Interdisciplinaire Homme-Société et du Groupe de Recherche d’Histoire,

– La Fondation Jean Jaurès et le pôle histoire représenté par Thierry Mérel,

– La Société des études jaurésiennes représentée alors par Gilles Candar,

– Le pôle « Pensée critique » du réseau ARCMC, labellisé par la TGIR Huma-Num (jusqu’en 2016)

Ce projet de recherche n’aurait par ailleurs eu aucun sens sans les soutiens d’universités étrangères. Remercions notamment :

– L’Université de Leipzig, Allemagne,

– L’Université de Bergame, Italie,

– L’Académie des Sciences Sociales de Shanghaï, Chine,

L’ensemble des chercheuses et chercheurs associés au projet EuroSoc tient à adresser leurs meilleurs voeux pour cette année 2018.

L’Equipe reviendra très vite sur ce carnet afin de vous exposer les perspectives de l’année à venir et de l’évolution du projet de recherche.

L’équipe EuroSoc

De « Qun (群) » à « SheHui (社会) » L’histoire de la signification des termes occidentaux « société » et « socialisme » dans la langue chinoise (3/3)

III. « Socialisme (社会主) » : l’idée ou l’esprit de « société » au début de la Chine moderne

Le terme occidental « société » vient de l’ancien français société et l’origine de « -soci », « social » et « société » remonte au mot latin socius et societās (pluriel : societatēs) ; ils sont synonymes de partenaire, camarade, association, communauté ou fraternité[1]. Avec l’émergence de la société civile à partir du XVe siècle en Europe, le mot « société » commença par désigner les sphères publiques telles que la société de marché, civile ou politique, en opposition aux sphères privées telles que la vie familiale. Cela indique que la « société » possède la mécanique nécessaire à l’organisation des sphères privées en sphères publiques, qu’elle représente le niveau supérieur de la vie sociale comme la polis, le polīticus et va au-delà du privé comme la familia, l’oikonomia. En somme, cette mécanique est le nouvel ordre social de la société de marché et civile. Dans les civilisations n’ayant pas développé de société de marché et civile comme la civilisation grecque ou romaine, il n’existe pas de mot comme « société » pour désigner le monde des humains. Par exemple, Thomas d’Aquin a déclaré que les véritables societas n’existent que dans les environnements commerciaux[2].

Au XVIIe siècle, le mot « société » était déjà largement usité et se référait aux sphères publiques se constituant à partir des sphères de la vie des êtres humains. Le mot « socialisme » provient du latin socialis. D’un point de vue étymologique, « social », « société » et « socialisme » ont des origines communes mais le « socialisme » est ce qui neutralise le marché, le capitalisme et l’individualisme. D’après les recherches sur les textes, le mot « socialisme » apparut dans les travaux d’un théologien allemand au tout début de l’année 1753 mais sa signification avait alors peu de rapport avec l’usage tardif de « socialisme ». C’est en 1820 que Robert Owen donna pour la première fois au mot « socialisme » sa signification et son usage modernes.

La pensée et la pratique du socialisme représentent l’effet secondaire du système de marché, du capitalisme et de l’individualisme modernes. Aux yeux des économistes politiques, le marché et la société modernes représentent le système et le processus liés à la production universelle de richesse nationale. Mais du point de vue socialiste, ils représentent le processus et le système liés à la production universelle de pauvreté, d’exploitation et d’esclavage. À cause du paradoxe ou de l’antinomie entre la production universelle de richesse ou de prospérité et la production universelle de pauvreté ou d’exploitation dans une civilisation moderne comme une société capitaliste, le socialisme, comme effet secondaire, comme pensée critique et action révolutionnaire face au capitalisme, se répandit largement sur le monde occidental au cours du XIXe siècle et sur le monde oriental au cours du XXe siècle. Beaucoup de personnes venant de la gauche prirent le socialisme comme des sociétés ou civilisations alternatives face au capitalisme et le socialisme comme pensée et pratique pourrait toujours engager l’imagination politique du peuple.

Au début du XXe siècle, l’usage de « SheHui (社会) » à la place de « Qun (群) » pour désigner la « société » se répandit dans toute la Chine. Au même moment, la dimension publique de la vie humaine émergea dans la société chinoise. Dans la Chine traditionnelle, les sphères publiques sont les extensions des sphères privées, la structure de la société (y compris l’État et le monde sous les cieux) est simplement l’extension de la structure familiale. En conséquence, le statut de la paternité et le manus (c’est-à dire le pouvoir du pater familias) sur la famille est analogue au statut légal de l’État. Ces trois principes cardinaux représentent les lois morales dans la vie sociopolitique de la Chine ancienne. Au tournant des XIXe-XXe siècles, la structure politico-sociale traditionnelle de la Chine avec la famille comme pilier s’effondra. Des sphères publiques de la vie sociale comme une société civile et marchande différentes de la structure politico-familio-sociale de la Chine traditionnelle émergèrent. Pour la plupart des chinois aux grands idéaux de cette époque, la priorité absolue était de reconstruire une nouvelle société ou un nouvel État au niveau politique. Par conséquent, le terme occidental « société » qui se traduisait en chinois par « SheHui (社会) » avait pour mission théorique de donner une nouvelle valeur ou une fondation idéale à la nouvelle société politique, civile et même familiale. Naturellement, le mot « socialisme », qui partage la même racine étymologique que « société », fut compris comme « l’esprit de société » et se répandit largement en Chine au début du XXe siècle.

Comme nous l’avons vu, l’origine de « société » (et en particulier de société civile) dans l’histoire moderne est liée à l’émergence de l’industrie, du commerce et du système de marché. Quand la « société » commença à infiltrer les sphères publiques, elle fut considérée comme une organisation censée protéger le droit de propriété. Cette relation se trouvait aussi dans l’origine du mot « État » ou « Commonwealth »[3]. Le « socialisme » fut depuis le début considéré comme la contre-mesure à la société moderne et les mécaniques intrinsèques du capitalisme. Mais au début de la Chine moderne, « société » et « socialisme » avaient la même signification et le même but, c’est-à-dire construire une nouvelle société dont les valeurs seraient l’équité, l’égalité, la fraternité, la liberté, etc. Avant 1919, le système féodal de la structure politico-familio-sociale de la Chine était la cible des révolutionnaires et des nouveaux universitaires. Après 1919, le système capitaliste et colonial chinois et mondial fut l’objet des critiques des révolutionnaires et des intellectuels de la nouvelle gauche et le socialisme dans ses différentes versions prit son essor en Chine durant la première partie du XXe siècle. Le socialisme dominé par le marxisme-léninisme devint ensuite l’idéal de la nouvelle société et de la politique poursuivie par les révolutionnaires (comme ceux du Parti communiste chinois).

Chen Xiangqin
Académie des Sciences Sociales de Shanghai


[1] http://latinlexicon.org/definition.php?p1=1015326

[2] William Ashley, An introduction to English Economic history and theory, New York, A. M. Kelley, 1996, p. 419.

[3] Hannah Arendt, The Human Condition, Garden City & New York, Doubleday Anchor Books, 1959, pp. 68-73.