L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 2/2

La première partie de ce billet peut-être retrouvée ici.

Ces deux conditions permettent au cours de la décennie 1890, le passage progressif d’un noyau groupusculaire essentiellement localisé dans le chef-lieu Troyes à une structure partisane à l’échelle départementale.  De multiples groupes voient le jour à partir de l’agglomération troyenne, composés de jeunes militants révolutionnaires locaux présents avant 1889 puis de nouvelles forces conséquentes rejoignent le Parti ouvrier. La méthode relève d’un schéma identique : réunions publiques régulières, constitution d’un noyau militant puis d’un groupe solide, ensuite subdivision du groupe si l’effectif et l’assiduité militante la permettent. Géographiquement, le mouvement socialiste s’implante, s’affirme et s’impose électoralement dans l’ouest et le sud-ouest aubois (Troyes, le Pays d’Othe, le Barséquanais) qui si l’on regarde les résultats des autres forces politiques sont des terres foncièrement républicaines. En 1900, près de 800 cotisants sont recensés.

Sur le plan électoral, le recueil des voix s’effectue pour l’essentiel dans les bourgs textiles de cet espace dont Romilly-sur-Seine apparaît le plus important puisque les guesdistes y gagnent la municipalité. En sus de Romilly, une commune industrieuse de l’agglomération troyenne, Sainte-Savine, tombe dans l’escarcelle du parti dès 1896. L’espace rural n’est toutefois pas totalement hermétique aux idées socialistes. Les vignerons de la région des Riceys fournissent bon nombre des voix rurales du guesdisme. La municipalité est enlevée en 1896 et conservée en 1900. Toutefois les résultats demeurent bien maigres en proportion du nombre important de « tournées de propagande » dans les campagnes.Il faut cependant attendre la période postérieure à l’unité pour percevoir des indicateurs incontestables du succès de l’implantation. Les effectifs fédéraux avoisinent le millier de militants et des socialistes sont élus à la Chambre : Léandre Nicolas (1906, 1910) et Célestin Philbois en 1914. A la veille du premier conflit mondial, ils sont par ailleurs aux portes de la mairie de Troyes.

  1. Léandre Nicolas (1844-1915), premier député socialiste aubois en 1906, réélu en 1914. Membre de la commission de l’agriculture, il participe par ses contributions à la Chambre à la délimitation de la Champagne viticole et à la reconnaissance des vins de Champagne.

L’examen de la culture politique socialiste locale, a mis en lumière sa coloration fortement libre-penseuse donnant au guesdisme aubois une tonalité originale. En effet, contrairement à l’idée répandue selon laquelle il s’agit du courant socialiste s’intéressant le moins à la question religieuse, les dirigeants assimilent la lutte contre « l’exploitation capitaliste » au combat contre les « oppresseurs cléricaux » parfois au grand regret de Jules Guesde. Au quotidien, cette coloration se traduit alors par des conférences anticléricales mais aussi des baptêmes et enterrements civils mis en place dans les municipalités conquises.

            Justement, la pratique électorale par les socialistes participe de l’élaboration de leur culture politique.  La question du rapport à la République s’est ainsi posée régulièrement notamment à travers les liens avec les radicaux. La progression de l’audience socialiste sur la scène électorale fait de la fédération une force politique incontournable du jeu républicain. De plus, alors que la S.F.I.O auboise est toujours dominée par les guesdistes, elle devient partisane du régime parlementaire qu’elle veut améliorer en militant pour la représentation proportionnelle dans les années 1910.

« LE » guesdisme se révèle donc dans notre cas fortement influencé par le terreau socioculturel sur lequel il se greffe. Et si, est régulièrement souligné sa rigidité doctrinale dans les études à grands traits, l’exemple aubois démontre qu’à hauteur d’hommes la chose n’est pas si simple.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *