L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 1/2

Abstract

The French department of the Aube is no longer a land favourable towards the Socialist Party. However, at the beginning of the Third French Republic, the establishment of Socialism was a success to such an extent that the local federation became a bastion of Jules Guesde’s party.

Le département de l’Aube n’est plus depuis longtemps une terre favorable au Parti socialiste. Pourtant, dans la France de la IIIe République, le socialisme y réussit son implantation à tel point que la fédération locale devient un bastion du Parti Ouvrier Français de Jules Guesde et du guesdisme.

L’étude de l’implantation du socialisme guesdiste dans l’Aube a permis de mettre en lumière les ressorts de celle-ci, qui, jusqu’à présent, étaient expliquée exclusivement par des facteurs socio-économiques (industrialisation, concentration industrielle, « prolétarisation » des ouvriers du textile) à travers la focale du déterminisme marxiste. Or ce prisme ne permettait pas de comprendre comment le guesdisme avait réussi une percée dans certaines parties rurales du département. Aussi qu’avaient en commun l’ouvrier bonnetier d’usine d’un faubourg troyen, le bûcheron de la forêt de Géraudot et le vigneron de la Côte des Bars ? Une analyse de la culture politique des guesdistes aubois, tant de sa genèse que de ses manifestations quotidiennes, a solutionné ce problème et fait ressortir une spécificité au sein de cette « école » du socialisme français d’avant 1914 qui était loin d’être monolithique.


1. Carte administrative du département de l’Aube (fin XIXe – début du XXe)

La période courant de 1876 au début des années 1890 correspond à aux balbutiements d’un mouvement sur le plan local comprenant chambres syndicales et groupes politiques. Le département n’est pas exempt de ce qui peut paraître a posteriori comme des « guerres picrocholines » entre socialistes. Autant ce moment peut nous sembler dérisoire, autant en y regardant de plus près, les thématiques privilégiées par les militants sont révélatrices notamment du fond commun philosophique de chacun de ses groupes : anticlérical et libre penseur. Là où Claude Willard dans sa thèse présentait la libre-pensée comme un simple canal d’implantation locale au début du siècle nous montrons que ce courant de pensée est consubstantiel au « milieu écologique » aubois. Le guesdisme vient se greffer sur un terreau de militants avant tout « mangeurs de curés » qui font leur, la « question sociale ». Sur ce premier temps, chacun choisit ses orientations à l’occasion de la tenue des conférences publiques des meneurs venant de Paris. Un événement et une personnalité jouent le rôle de catalyseur dans l’histoire du guesdisme aubois : le congrès de Troyes d’envergure nationale en 1888 et l’arrivée d’un « meneur » charismatique du département voisin de la Marne, Etienne Pédron.

2. Etienne Pédron (1849-1931), tract à l’occasion des législatives de 1900. Arrivé dans le département en 1889 à la demande de Jules Guesde. Surnommé le « Juif errant du socialisme », son aura dans le milieu militant local lui permet d’être candidat quatre ans après son départ pour Ivry.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.


Une réflexion au sujet de « L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 1/2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *