Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste

Le présent billet est issu de la communication de Pierre Alayrac lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici.

Pierre Alayrac est Lauréat du Prix de la Fondation Jean Jaurès pour son mémoire L’Internationale au milieu du gué. Histoire pratique, sociale et transnationale de l’internationalisme socialiste au congrès de Londres (1896) de la Deuxième Internationale, mémoire du master Pratiques de l’interdisciplinarité en sciences sociales, ENS-EHESS, sous la direction de Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal.

Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste

 

 

En puisant dans les différentes boîtes à outils des sciences sociales, et à partir d’une étude du congrès de Londres (1896), cette intervention suggère trois pistes de travail pour renouveler l’histoire « classique » des congrès de la Deuxième Internationale et de l’internationalisme socialiste en Europe avant 1914. Il s’agit de proposer :

  1. Une histoire « pratique » des congrès de la Deuxième Internationale. Par ce label, on désigne une démarche qui symétrise l’importance accordée à toutes les pratiques, et en particulier qui traite la production doctrinale non comme le coeur des rassemblements étudiés, mais comme une de leur dimension, qu’il n’y a pas lieu de mettre spécialement en avant par rapport aux autres. Alors que la plupart des travaux classiques proposent, en guise d’histoire des congrès, une synthèse (habilement) articulée des principaux échanges qui s’y sont tenus, on suggère ici de reprendre les archives qui leur ont servies, pour en montrer la richesse inexploitée, et analyser ce que nous révèle la « forme congrès ». Sous ce jour, l’internationalisme socialiste performé à Londres apparaît comme une structure articulée à deux dimensions : l’une internationale, l’autre nationale.
  2. Une histoire sociale des congrès de la Deuxième Internationale, armée par les statistiques. Si certains historiens quantitativistes ont parfois recours à la technique importée de la sociologie qu’est l’Analyse des Correspondances Multiples (A.C.M.), les travaux sur l’histoire du socialisme européen avant 1914 n’en font pas usage. On essaye ici d’en souligner à la fois l’intérêt pour souligner les polarités sociales qui conditionnèrent et éclatèrent les expériences des congressistes de 1896 dans la capitale britannique, et les difficultés méthodologiques. Ainsi, on souligne que l’expérience internationale n’avait pas du tout la même épaisseur selon que l’on considère l’élite du mouvement socialiste européen, coutumière des échanges et visites internationales, les militants en exils, ou encore ceux qui franchissaient pour la première fois les frontières de leurs pays. Ces propositions appellent à des comparaisons avec d’autres congrès pour mettre en lumière les transformations du profil sociologique des militants socialistes présents dans ces internationaux.
  3. Une histoire transnationale des congrès de la Deuxième Internationale, qui déplie échelles d’analyse et temporalités. Ce n’est qu’à condition de remarquer que ces congrès pouvaient n’être investis que comme des arènes supplémentaires pour des luttes nationales, ou en remarquant que les mobilisations qu’ils occasionnaient ne sont pas perceptibles avec les oeillères du nationalisme méthodologique, que l’on peut rendre compte pleinement de la variété des activités militantes qu’ils abritaient. Le prisme de l’histoire transnationale permet non seulement de mieux comprendre comment les congrès de l’Internationale étaient préparés et investis, mais aussi la façon dont, en retour, ils étaient le lieu où s’orchestraient les troublantes synchronies dans l’histoire des socialismes nationaux. Mais à nouveau, gare au tropisme doctrinal : ce n’étaient pas que les idées qui circulaient à ces occasions, mais aussi leurs porteurs, et à Londres comme dans les autres congrès, il faut suivre ces connexions et déconnexions entre militants pour mettre en lumière ce que leur internationalisme a été et a fait aux socialismes « nationaux » — c’est ce que nous esquissons rapidement à partir du cas de Tom Mann.

Ces pistes de travail, modestement développées ici à propos du congrès de Londres, sont autant de moyens de prolonger le projet — malheureusement resté inachevé — de Georges Haupt. En effet, malgré plusieurs travaux récents brillants, l’historiographie des congrès de la Deuxième Internationale demeure largement à portée des critiques formulées par Haupt dès 1964[1], et en particulier deux d’entre elles :

« Au fond, la plupart [des] travaux sur la IIe Internationale postulent dès l’abord la primauté des doctrines comme élément fondamental pour la compréhension de toute étude historique du socialisme et du mouvement ouvrier. »

« (…) considérée dans la seule perspective des Congrès internationaux, ou réduite à une juxtaposition des histoires des divers partis socialistes nationaux, l’histoire de la IIe Internationale n’offre en vérité qu’un très médiocre intérêt. Comment donc expliquer que, malgré de nombreux efforts, nous n’ayons pas d’histoire de l’Internationale qui soit une véritable histoire du socialisme, dans ses dimensions mondiales ? »

Pierre Alayrac

[1] Georges Haupt, La Deuxième Internationale 1889 – 1914. Étude critique des sources. Essai bibliographique, Paris, Éditions Mouton, 1964, p. 64 pour les extraits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *